Sainte-Marie-du-Mont

De Wikimanche

Sainte-Marie-du-Mont est une commune du département de la Manche.

Sainte-Marie-du-Mont.png Blason de la commune de Sainte-Marie-du-Mont Coordonnées géographiques de la mairie Logo-Mairie.png
49° 22' 44.45" N, 1° 13' 34.20" W (OSM)
Arrondissement Cherbourg-Octeville
Chargement de la carte...
Canton Carentan
Ancien canton Sainte-Mère-Église
Intercommunalité CC de la Baie du Cotentin
Gentilé Montois(es)
Population 733 hab. (2015)
Superficie 26,98 km²
Densité 27 hab./km2
Altitude 1 m (mini) - 42 m (maxi)
Code postal 50480
N° INSEE 50509
Maire Henri Milet

L'église Notre-Dame.
L'église Notre-Dame.


Géographie

Elle s'inscrit dans le Parc naturel régional des Marais du Cotentin et du Bessin.

Histoire

La commune était le siège d'une cour de justice, dépendant du bailliage de Saint-Sauveur-le-Vicomte.

Ce fief appartenait à la maison Aux-Épaules. L'un de ses membres accompagna le duc Robert à la conquête de la Palestine. Cette famille fut une des premières qui embrassèrent le protestantisme et elle fournit les chefs de ce parti dans le Cotentin. Sous Henri IV, Henri-Robert Aux-Épaules, capitaine de 50 hommes d'armes dans la garde du Roi, lieutenant-gouverneur de Normandie, bailli de Rouen, etc., abjura et fit bâtir un vaste et beau château, ayant deux ailes ou pavillons fort allongés.

Ce château servit de prison au district de Carentan. Il a été démoli peu après la Révolution française.

Sainte-Marie-du-Mont est l'une des cinq plages d'assaut du Débarquement de Normandie, qui eut lieu au matin du 6 juin 1944. La veille au soir, les parachutistes américains menés par le capitaine Patch neutralisent la batterie du Holdy, protégeant la plage, servie par 47 soldats et quatre canons de 105. Il tire deux obus sur le clocher de l'église pour éliminer des guetteurs, endommageant ainsi le dôme[1].

Le Jour J, les Américains du VIIe Corps abordèrent le rivage très précisément sur la plage de La Madeleine, qui deviendra célèbre dans le monde entier sous la dénomination d'Utah Beach.

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793.
À partir du 21e siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[2]. En 2015, la commune comptait 733 habitants.

           Évolution de la population depuis 1793  [modifier] (Sources : Cassini [3] et INSEE [4])
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
1 322 1 358 1 309 1 356 1 398 1 472 1 419 1 422 1 398 1 352
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
1 357 1 413 1 314 1 352 1 332 1 322 1 298 1 341 1 234 1 219
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
1 148 999 1 008 921 948 971 954 981 896 804
1982 1990 1999 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012
765 779 804 778 774 770 761 750 745 740
2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020 2021 2022
735 736 733
Notes : De 1962 à 1999 : Population sans doubles comptes. Depuis 2006 : Population municipale.
Sources :
Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis INSEE à partir de 2004.



Administration

Circonscriptions administratives avant la Révolution

Circonscriptions administratives depuis la Révolution

Les maires

Liste des maires
Période Identité Qualité
...... - 1808 Jean-Louis Flaguais
1809 - 1821 Léonard-Claude-Anthoine Prémont propriétaire
1821 - 1822 Jean-Louis Brohier (intérim)
1822 - 1826 Jean-Louis Flaguais
1826 - 1830 Louis Lesage
1830 - 1832 Paul-Émile Prémont [6] propriétaire
1832 - 1848 Charles-François Falaize (†30/10/1848) médecin
1848 - 1849 Paul-Émile Prémont propriétaire
1849 - 1853 Pierre Lesénécal médecin
1853 - 1870 Isidor Le Goupils médecin
1870 - apr. 1897 Alfred Prémont
....... - ....... ......
1949 - 1991 Michel de Vallavieille
....... - ....... ......
1998 - actuel Henri Milet agriculteur
À compléter

Mairie

Horaires d'ouverture
Jours Matin Après-midi Coordonnées de la mairie (Pour signaler une erreur cliquez ici)
Lundi - 14 h - 19 h
La mairie (2012).

La mairie (2012).

Adresse : 2 place de l'Église
50480 Sainte-Marie-du-Mont

Tél. 02 33 71 58 00
Fax : 02 33 71 93 30

Courriel : Contacter la mairie

Site internet : Officiel

Commentaire :

Source : Annuaire Service-Public (24 août 2012)

Mardi 9 h - 12 h 30 -
Mercredi - -
Jeudi - -
Vendredi 9 h - 12 h 30 -
Samedi 9 h - 12 h 30 -



Religion

Circonscriptions ecclésiastiques avant la Révolution

Circonscriptions ecclésiastiques actuelles

Lieux et monuments

Église Notre-Dame.
La Madeleine.
La Madeleine.
  • Église Notre-Dame : nef et transept des XIe et XIVe siècles et chœur du XIVe siècle ; clocher Renaissance.
  • Musée du Débarquement
  • Musée de l'Occupation
  • Musée de la Libération
  • Plage d'Utah Beach
  • Borne n° 00 de la « Voie de la Liberté » à Utah Beach, érigée en 1947, relie La Madeleine à Bastogne à 1 142 kilomètres de là.
  • Stèles Forces aériennes françaises libres.
  • Stèle voie Eisenhower honore le général Dwight David Eisenhower, commandant suprême des Forces alliées le 6 juin 1944. D. D. Eisenhower fut président des États-Unis de 1952 à 1961.
  • Monument 4th Infantry division inauguré en 1964 par le général Bradley, est un hommage aux soldats de la 4e division d'infanterie américaine.
  • Stèle commémorative du 40e anniversaire. Le 6 juin 1984, à l’invitation de François Mitterand, président de la République française, tous les chefs d'états des pays engagés dans la Seconde Guerre mondiale ont commémoré le 40e anniversaire du Débarquement en Normandie.
  • Plaques Marine alliée.
  • Plaque soldats américains à l'entrée du blockhaus est à la mémoire des soldats américains tombés pour libérer la France le 6 juin 1944. À l'intérieur une pièce, transformée en lieu de mémoire, et une plaque rappellent le rôle de la 1re Brigade spéciale du génie, commandée par le général Caffey. Une plaque est dédiée aux généraux Ridgway et Taylor, à l'amiral Moon, au lieutenant-colonel Fourquet (FAFL), à l'amiral Deyo, aux généraux Collins et Barton, et au brigadier général Roosevelt.
  • Crypte général Caffey.
  • Monument soldats américains érigé par les États-Unis en 1984, pour le 40e Anniversaire du Débarquement, en mémoire de ses fils tombés sur les plages de Normandie.
  • Monument 90th Infantry division à la mémoire des morts de la 90th US Infantry Division; ce monument a été inauguré en 1974 par le général Landrum, qui commandait la division en 1944.
  • Monument 1re brigade spéciale du génie inauguré le 6 juin 1945, il est dédié aux soldats de la 1st Engineer Special Brigade, commandés par le général Caffey.
  • Panneau Rowe road à la mémoire du Private J. T. Rowe du 531st Engineer Shore Regiment, tué au combat le 6 juin 1944. De nombreux autres panneaux sont disséminés le long des plages, symbolisant des soldats du génie tués pendant le Débarquement.
  • Plaque Coast Guard dédiée aux gardes côtes des États-Unis qui ont participé à l’invasion de la Normandie, et à toutes les forces des gardes côtes des États-Unis qui ont servi dans le monde, sur terre sur mer et dans les airs pendant la Deuxième Guerre mondiale. La devise des gardes côtes des États-Unis est « Toujours prêts ».
  • Stèle USNR en l'honneur de l'US Navy. Trois personnages symboliques sont représentés : un officier, un matelot et un soldat d'unité de combat. Sur les flancs du monument sont gravés les noms et les numéros des bateaux qui ont participé à l'opération Neptune.
  • Vitrail Forces françaises libres à la mémoire des soldats des Forces françaises libres (FFL) qui débarquèrent en Normandie avec les troupes alliées.
  • Plaque US Navy : dans un blockhaus allemand fut installé une unité de l'US Navy qui controla, du 8 juin au 31 octobre 1944, le débarquement sur Utah Beach de milliers d'hommes et de véhicules.
  • Monument dédié aux 800 marins danois ayant participé à l'opération Neptune le 6 juin 1944[7].
  • Plaques de la Libération. Autour de l'église et dans les rues avoisinantes, un parcours jalonné par des plaques sur les murs des habitations raconte la libération du bourg le 6 juin 1944[7].
  • Plaque 101e Division aéroportées commémorant la libération du bourg par les parachutistes américains de la 101st US Airborne Division le 6 juin 1944[7].
  • Redoute d'Audouville (17e)
  • Château de l'Ilet
  • Ferme de Grandies : semblait appartenir au 17e siècle aux Brohier, seigneur des Grandis. Le logis est un corps de bâtiment de plan rectangulaire allongé, construit en moellon de calcaire et couvert par un toit à croupe en ardoise qui conserve un bel épi de faîtage.
  • Ferme manoir de la Maillardière (17e siècle)
  • Ferme manoir de Lavalle
  • Le manoir à Sainte-Marie-du-Mont : la terre du manoir fit partie des biens du maréchal prince de Soubise, vendus en 1821. À la fin du 19e siècle, la famille Gosselin possédait simultanément le manoir, à la Rivière et le manoir de Brucheville.
  • Le manoir d'Haudienville (16e) : aujourd'hui séparé par un mur de clôture qui divise le manoir en deux propriétés. Ce remarquable manoir possédait une chapelle fondée en 1660. Son logis est une vaste construction comprenant un corps de bâtiment rectangulaire flanqué d'un pavillon.
  • Manoir de Blainville
  • Manoir de Brécourt (12e et 18e) : son nom a évolué de Brucourt en Brécourt. L'ensemble de la construction est en moellon de calcaire. Les toits sont en ardoises, le logis s'élève sur deux niveaux éclairés par des fenêtres réparties en travées. Le fief de Brucourt était une importante seigneurie. Le manoir de Brécourt est la première position terrestre remportée par les troupes américaines débarquant sur la plage d´Utah Beach.
  • Manoir de Franqueville
  • Manoir de la Rivière (16e) : le logis est construit en moellon de calcaire et couvert par un toit en ardoises à pignons découverts. C'est un long bâtiment flanqué d'une tour d'escalier polygonale hors-œuvre. De belles dépendances agricoles sont datées de 1793.
  • Manoir de Vienville : son nom a évolué de Viéville (après 1656), puis la Vieuville. Entre 1656 et 1699, Jean Mouton, époux de Mlle Françoise de Hauchemail, héritière du manoir, entreprirent d'importants travaux de rénovation. De l'ancien manoir subsistent quelques vestiges du 17e siècle qui retiennent l'attention, dont un long bâtiment agricole abritant une charretterie et une écurie remarquables.
  • Manoir de Mardelle
  • Hameau de la Madeleine
  • Chapelle de la Madeleine

Personnalités liées à la commune

Naissances

Autres

Éducation

  • École primaire publique

Économie

Transports

Jumelage

  • Edelfingen-Bad Mergentheim (Allemagne)

Sports

  • Football : AS Sainte-Marie-du-Mont.
  • Hippodrome : courses.
  • Char à voile : Utah club
  • Randonnées montoises

Animations

  • Festival Dans l'air d'Utah (glisse, reggae et rock festif)

Bibliographie

Livres
  • François Lemonnier-Gruhier, La Brèche de Sainte-Marie-du-Mont. Petite et grande histoire du Débarquement, éd. Spes, 1948.
  • Michel de Vallavieille, Jour J à Utah Beach, Coutances, éd. OCEP, 1973.
  • Gilles Perrault, Les gens d'ici, Paris, éd. Ramsay, 1981, rééd. Fayard, 1997.
  • Antonin Dehays, Sainte-Marie-du-Mont, code Utah Beach, Juin 1940 - Novembre 1944, Marigny, éd. Eurocibles, 2010.
  • Georges Bernage, Utah Beach : Sainte-Mère-Eglise, Sainte-Marie-du-Mont, Bayeux, éd. Heimdal, 2011.
Articles
  • Albert Desile, « Dix ans après le premier pas sur la plage du Débarquement », La Manche Libre, 13 juin 1954.
  • Albert Desile, « Et je compris enfin que l'âme de mon village avait changé », L'Teimps d'aôt'fais, Ocep/La Manche Libre, 1982
  • Michel Guibert, « La foudre sur le clocher de Sainte-Marie-du-Mont en 1840 », Revue du département de la Manche, n° 158, 1998

Notes et références

  1. « La batterie du Holdy », La Presse de la Manche, 18 juin 2014
  2. Au début du 21e siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Population avant le recensement de 1962.
  4. INSEE : Population depuis le recensement de 1962.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. fils de Léonard-Claude-Anthoine Prémont
  7. 7,0, 7,1 et 7,2 Monument commémoratif Sainte-Marie-du-Mont