Beuzeville-la-Bastille

De Wikimanche

Beuzeville-la-Bastille est une commune du département de la Manche.

Commune de Beuzeville-la-Bastille Coordonnées géographiques de la mairie Logo-Mairie.png
49° 21' 28.87" N, 1° 22' 6.03" W (OSM)
Arrondissement Cherbourg-Octeville
Chargement de la carte...
Canton Carentan
Ancien canton Sainte-Mère-Église
Intercommunalité CC de la Baie du Cotentin
Gentilé Beuzevillais(es)
Population 151 hab. (2015)
Superficie 4,34 km²
Densité 35 hab./km2
Altitude 2 m (mini) - 37 m (maxi)
Code postal 50360
N° INSEE 50052
Maire Carles Dupont
Communes limitrophes de Beuzeville-la-Bastille
Picauville Picauville, Chef-du-Pont Carquebut
Cretteville Beuzeville-la-Bastille Liesville-sur-Douve
Cretteville Houtteville Houtteville

L'église Saint-Vincent.
L'église Saint-Vincent.


Toponymie

Attestations anciennes

  • Bosonis villa 1082 [1].
  • [acc.] Bosonisvillam, [gén.] Bosonisville 1106/1135 [2].
  • Bosevilla 1154 [3].
  • in nundinis sancti Clementis de Beusevilla 1237 [4].
  • Beusevilla in Bautheis 1320/1325 [1].
  • ecclesi[a] de Beusevilla 1332 [5].
  • la bastide de Beuseville 1374 [2].
  • Beuzeville en Bauptez 1417 [1].
  • Beusevilla 1351/1352 [6].
  • à la bastille de Beuseville 1553 [7].
  • Beuseville en Bautes 1553 [8].
  • Beuzeville en Bautés 1554 [9].
  • Beuseville en Bauttez 1554 [10].
  • Beuzenuille [lire Beuzenville] 1620 [11], 1635 [12].
  • Beuzeville en Baupte 1612/1636 [13].
  • Buzeuille [lire Buzeville] 1648 [14].
  • Beuzeville en Bautois 1677 [15].
  • Beuseville 1689 [16], 1695 [17].
  • Beuzeville 1709 [18].
  • Beuzeville en Beauptois 1713 [19].
  • Beuseville 1716 [20], 1719 [21].
  • Beuzeville en Beauptois 1735 [22].
  • Beuseville 1736 [23], 1757 [24].
  • Bleuseville [sic] 1758 [25].
  • Beuzeville en Beauptois 1763 [26].
  • Beuzeville la Bastille 1753/1785 [27].
  • Beuzeville-en-Bauptois 1789 [2].
  • Beuzeville-la-Bastille 1791 [1].
  • Beuzeville sur Douve 1793 [28].
  • Beuzeville-la-Bastille 1801 [29], 1803/1804 [2].
  • Beuzeville-la-Bastide 1802 [30].
  • Beuzeville-la-Bastille 1804 [31], 1828 [32], 1829 [33], 1830 [34], 1837 [35].
  • Beuzeville la Bastille 1839 [36].
  • Beuzeville-la-Bastille 1835/1845 [37].
  • Beuzeville-la Bastille 1854 [38].
  • Beuzeville-la-Bastille 1878 [39], 1880 [40], 1903 [41], 1954 [42], 1962 [43], 1972 [44].
  • Beuzeville la Bastille 1978, 1993 [45].
  • Beuzeville-la-Bastille 2007 [46].

Étymologie

Toponyme médiéval en -ville (élément issu du gallo-roman VILLA « domaine rural »). L'ensemble des spécialistes s'accorde à penser que le premier élément est l'anthroponyme (nom de personne) d'origine germanique (francique) Boso [47], d'où le sens global de « domaine rural de Boso ». L'emploi de ce nom au Moyen Âge en Normandie paraît également à l'origine du nom de famille BEUX, centré sur la Seine-Maritime.

L'anthroponyme Boso est l'hypocoristique d'un nom germanique dont le premier élément est bos- « mauvais », tels que Boswald [48]. L'élément bos- repose sur le radical germanique commun °baus- « enflé, gonflé », d'où « en colère; violent, emporté », et enfin « méchant, mauvais » (cf. ancien saxon bōsi; allemand böse, néerlandais boos « méchant, mauvais »; norvégien baus « fier; violent, emporté »), dérivé de la racine indo-européenne °bʰeu- « gonfler », au degré en o, soit °bʰou-; cf. également l'anglais to boast « se vanter », initialement « se gonfler ».

Un souci d'exhaustivité nous pousse à considérer une autre hypothèse concernant ce premier élément, qui n'a apparemment été avancée par personne, à notre connaissance : celle d'un nom de personne scandinave, ce qui n'aurait ici rien d'extraordinaire. En l'occurrence, l'ancien norois Bósi, particulièrement bien attesté dans les sources danoises et suédoises (ancien danois Bosi, ancien suédois Bose), ainsi qu'en ancien norois de l'ouest sous la forme Bósi [49]. On le relève aussi en Angleterre sous les formes Besy, Besi, reposant sur la variante Bøsi [50]. Il s'agit tantôt d'un nom individuel, tantôt d'un sobriquet, dans les deux cas issu de l'ancien norois bósi « dodu, grassouillet; joufflu » [51]. En tout état de cause, on peut supposer une réfection francique de ce nom en Normandie, qui devient alors indifférenciable de Boso, et à laquelle pourrait également se rattacher le patronyme BEUX.

Le premier déterminant de cette paroisse semble avoir été Beuzeville-la-Chaussée, selon les dires d'un antiquaire du 19e siècle [52], en référence à la voie antique dont quelques traces subsistent sur le territoire de la commune. L'auteur précise : « avant le 14e siècle ». Toutefois, les attestations formelles de cette appellation font défaut.

L'ancien français bastille (réfection française de bastide, d'origine provençale, par changement de terminaison) a désigné un ouvrage militaire isolé, parfois provisoire. Il s'est appliqué à l'ouvrage fortifié, attesté dès 1361, qu'avait fait construire Charles le Mauvais, alors qu'il tenait la majeure partie du Cotentin [1]. Adigard des Gautries et Lechanteur [2] en fournissent une mention de 1374 : la bastide de Beuseville assise nouvellement devant […] Saint Sauveur. La trace semble en être aujourd'hui un petit bâtiment isolé dans le marais de la Douve, et appelé le Castel. Cerné par la Rivière de la Trace (dérivation de la Douve) et une rigole circulaire, il est appelé Motte du Castel au 19e siècle sur la carte d'État-Major, et Bastille en 1689 sur la carte du diocèse de Coutances de Mariette de la Pagerie, et encore en 1757 sur celle qui figure dans le Recueil des Côtes Maritimes de France de Brion de la Tour. Cette construction paraît avoir donné son nom à l'actuel hameau de la Bastille à Picauville, de l'autre côté de la Douve.

Ce terme apparaît en tant que déterminant de Beuzeville sur la carte de Cassini (1753/1785), et n'a donc rien à voir avec une commémoration révolutionnaire de la prise de la Bastille, comme l'affirme curieusement François de Beaurepaire [1]. Tout au plus peut-on dire que son adoption officielle en est une conséquence, et remplace le déterminant -en-Bauptois (employé du 14e au 18e siècle), qui suggérait le nom d'un ancien doyenné et donc d'une circonscription ecclésiastique. Mais on notera également l'appellation alternative de Beuzeville-sur-Douve, d'après le nom du fleuve, qui apparaît brièvement à l'époque de la Révolution (sans que l'on puisse affirmer qu'il s'agit là l'une dénomination révolutionnaire).

Géographie

Elle s'inscrit dans le Parc naturel régional des Marais du Cotentin et du Bessin.

Histoire

Démographie

Sous l'Ancien régime

Sous l'Ancien régime, le dénombrement des populations se fait généralement par feux, c'est-à-dire par foyers. Le nombre de personnes habitant sous un même toit variant beaucoup suivant celui d'ascendants et d'enfants [53], ces données sont donc relatives, mais donnent néanmoins une idée de l'évolution démographique.

Depuis la Révolution

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793.
À partir du 21e siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[55]. En 2015, la commune comptait 151 habitants.

           Évolution de la population depuis 1793  [modifier] (Sources : Cassini [56] et INSEE [57])
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
282 294 344 379 352 353 343 367 346 325
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
319 293 301 334 360 356 354 347 290 301
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
270 207 207 173 182 186 228 206 243 225
1982 1990 1999 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012
166 166 161 148 149 146 148 150 152 161
2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020 2021 2022
163 157 151
Notes : De 1962 à 1999 : Population sans doubles comptes. Depuis 2006 : Population municipale.
Sources :
Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[58] puis INSEE à partir de 2004.



Administration

Circonscriptions administratives avant la Révolution

Circonscriptions administratives depuis la Révolution

Les maires

Liste des maires
Période Identité Parti Qualité Observations
.......-....... Jacques Hamel (1794)
1795-1797 Jean-Baptiste Adam
1797-1798 Jean Bonnemain
1798-1800 Gilles Asseline
1800-1804 Jean Bonnemain
1804-1809 Jacques Jacqueline
1809-1812 Jean-Baptiste Adam
1812-1820 Jacques Jacqueline
1820-1827 Jean-François Fortin
1827-1837 Antoine Adam
1837-1880 Alfred de Beaufort
1880-1880 Pierre Sénateur Carolin Fautrat faisant fonction
1881-1897 Roger de Beaufort
1897-1907 Lucien Jean
1907-1908 Michel Pontis
1908-1913 Jules Fautrat
1914-1914 Armand Revel
1915-1919 Félix Hamchin faisant fonction
1919-1919 Armand Revel
1920-1929 Jean Fautrat
1929-1943 Alfred Vignet
1944-1953 Jean Pican
1953-1961 Madeleine Guillotte
1962-2008 Jean d'Aigneaux DVD Ingénieur conseiller général (1967-1998)
2008-actuel Carles Dupont SE technicien
Sources : État civil de 1790 à 1892 - De 1892 à nos jours : 601 communes - Dictionnaire incontournable de notre patrimoine.
Toutes les données ne sont pas encore connues.



Mairie

Horaires d'ouverture
Jours Matin Après-midi Coordonnées de la mairie (Pour signaler une erreur cliquez ici)
Lundi - -
La mairie (2018).

La mairie (2018).

Adresse : 5 Bis rue Liveteau
50360 Beuzeville-la-Bastille

Tél. 02 33 41 02 36
Fax : 02 33 41 34 37

Courriel : Contacter la mairie

Site internet : Pas de site officiel

Commentaire :

Source : Annuaire Service-Public (28 avril 2012)

Mardi 9 h 30 - 12 h 30 -
Mercredi - -
Jeudi - -
Vendredi - -
Samedi - -




Religion

Circonscriptions ecclésiastiques avant la Révolution

Patronage

  • Dédicace de l'église paroissiale : Saint-Vincent; cependant, l'église semble avoir été initialement dédiée à la Sainte-Trinité [39]. Par ailleurs, l'attestation de 1237 fait état du « marché de Saint-Clément-de-Beuzeville » (nundinis sancti Clementis de Beusevilla).
  • Patron (présentation) : l'abbaye de Blanchelande, du don de Richard de la Haye-du-Puits et Mathilde de Vernon, sa femme [39], puis l'abbé de Lessay au 14e siècle [5],[6], en échange des droits sur l'église de Cambridge en Angleterre [39].
  • Fête patronale : ?

Circonscriptions ecclésiastiques actuelles

Lieux et monuments

  • Église Saint-Vincent, d'origine gothique : La Trinité (16e s.), maître-autel (18e s.).
  • Château de Plain-Marais (17e s.), inscrit à l'Inventaire des monuments historiques (IMH).
  • Motte féodale du Câtelet.
  • Port sur la Douve.
  • Traces de voie romaine.
  • Manoir du Gros Palmier (Grosparmy).
  • L'Yvetot.
  • Le Landais.

Personnalités liées à la commune

Économie

  • Centre d'élevage de trotteurs de réputation mondiale.
  • Haras de Bellevent.

Notes et références

  1. 1,0, 1,1, 1,2, 1,3, 1,4 et 1,5 François de Beaurepaire, Les noms de communes et anciennes paroisses de la Manche, Picard, Paris, 1986, p. 79.
  2. 2,0, 2,1, 2,2, 2,3 et 2,4 Jean Adigard des Gautries & Fernand Lechanteur, “Les noms de communes de Normandie”, in Annales de Normandie XIII (juin 1963), § 313.
  3. Gallia christiana, t. XI, Imprimerie Royale, Paris, 1759, Instr., p. 243A, § XVII.
  4. Julie Fontanel, Le cartulaire du chapitre cathédral de Coutances, Archives départementales de la Manche, Saint-Lô, 2003, p. 438, § 198.
  5. 5,0 et 5,1 Pouillé du Diocèse de Coutances, 1332, in Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903, p. 327F.
  6. 6,0 et 6,1 Compte du Diocèse de Coutances, pour l’année 1351 ou 1352, in Auguste Longnon, op. cit., 1903, p. 375D.
  7. Eugène Robillard de Beaurepaire et le Comte Auguste de Blangy, Le Journal du Sire de Gouberville (t. II), Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie XXXII, Caen, 1895, p. 22.
  8. Ibid., p. 27.
  9. Ibid., p. 111.
  10. Ibid., p. 132.
  11. Damien de Templeux, Description du pais de Normandie, Jean le Clerc éd., 1620 [Archives départementales du Calvados, cote CPL 147].
  12. Normandia Ducatus (carte du duché de Normandie), Atlas Van der Hagen, 1635.
  13. Jean Bigot sieur de Sommesnil, État des paroisses des élections de Normandie, 1612/1636 [BNF, ms. fr. 4620].
  14. « Benefices du dioceze de Coutances », p. 14, in Pouillié general contenant les benefices de l’Archevesché de Rouen […], chez Gervais Alliot, Paris, 1648.
  15. Roles par généralités et élections des paroisses de France et de leur imposition aux tailles, 1677 [BNF, cinq cents Colbert, ms. 261 f° 229 à 275].
  16. G. Mariette de La Pagerie, cartographe, Unelli, seu Veneli. Diocese de Coutances, divisé en ses quatre archidiaconés, et vint-deux doiennés ruraux avec les Isles de Iersay, Grenesey, Cers, Herms, Aurigny etc., chez N. Langlois, Paris, 1689 [BNF, collection d'Anville, cote 00261 I-IV].
  17. P. Mortier / H. Jaillot, Le Duché et Gouvernement de Normandie divisée en Haute et Basse Normandie, Amsterdam, 1695.
  18. 18,0 et 18,1 Dénombrement du Royaume par Generalitez, Elections, Paroisses et Feux, vol. II, Saugrain, Paris, 1709, p. 53b.
  19. 19,0 et 19,1 Dénombrement des généralités de 1713 [BNF, ms. fr. 11385, f° 1 à 132].
  20. Guillaume de l'Isle, Carte de Normandie, Paris, 1716.
  21. Bernard Jaillot, Le Gouvernement général de Normandie divisée en ses trois généralitez, Paris, 1719.
  22. 22,0 et 22,1 Nouveau dénombrement du royaume par generalités, elections, paroisses et feux […], t. II, Impr. Pierre Prault, Paris, 1735, p. 53.
  23. Bernard Jaillot, Carte topographique du diocèse de Bayeux, Paris, 1736 [BNF, collection d’Anville, cote 00260 B].
  24. L. Brion de la Tour, Recueil des Côtes Maritimes de France, Desnos, Paris, 1757, carte n° 10.
  25. Robert de Vaugondy, Carte du gouvernement de Normandie, Paris, 1758.
  26. 26,0 et 26,1 Abbé Expilly, Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules et de la France, Amsterdam, t. I, 1763, p. 628b.
  27. Carte de Cassini.
  28. Site Cassini.
  29. Bulletin des lois de la République française, Imprimerie Nationale, Paris.
  30. A. F. Lecousturier l’aîné et F. Chaudouet, Dictionnaire géographique des postes aux lettres de tous les départemens de la République française, Valade, Paris, an IX (1802), t. I, p. 118b.
  31. Dictionnaire universel, géographique, statistique, historique et politique de la France, impr. Baudouin, libr. Laporte, vol. I (A-CNO), an XIII (1804), p. 325c.
  32. Louis Du Bois, Itinéraire descriptif, historique et monumental des cinq départements de la Normandie, Mancel, Caen, 1828, p. 394.
  33. Annuaire de la Manche (1829), Statistique de l'arrondissement de Valognes, p. 168.
  34. J. G. Masselin, Dictionnaire universel de géographie physique, commerciale, historique et politique du Monde Ancien, du Moyen Age et des Temps Modernes comparées / Dictionnaire universel de géographie, t. I, Auguste Delalain, Paris, 1830, p. 148b.
  35. Dictionnaire géographique universel ou description de tous les lieux du globe sous le rapport de la géographie physique et politique, de l’histoire, de la statistique, du commerce, de l’industrie, etc., etc., Sociétés de Paris, Londres et Bruxelles pour les publications littéraires, Bruxelles, 1837, t. I, p. 325a.
  36. Panorama pittoresque de la France […], par une société de gens de lettres, de géographes et d’artistes, Firmin Didot, Paris, t. V (section Manche), 1839, p. 39a.
  37. cartes d’État-Major (relevés de 1820 à 1866, mises à jour jusqu’à 1889; Basse-Normandie cartographiée entre 1835 et 1845).
  38. V. Lavasseur, Atlas National Illustré des 86 départements et des possessions de la France, A. Combette éditeur, Paris, 1854.
  39. 39,0, 39,1, 39,2 et 39,3 Abbé Auguste Lecanu, Histoire du diocèse de Coutances et d'Avranches depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours; suivie des actes des saints et d'un tableau historique des paroisses du diocèse, impr. de Salettes, Coutances, t. II, 1878, p. 438.
  40. Adolphe Joanne, Géographie du département de la Manche, Hachette, Paris, 1880, p. 52b.
  41. Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903.
  42. Nomenclature des hameaux, écarts et lieux-dits de la Manche, INSEE, 1954.
  43. Atlas de Normandie, Caen, 1962.
  44. Anne Vallez, Pierre Gouhier, Jean-Marie Vallez, Atlas Historique de Normandie II (économie, institutions, comportements), Université de Caen, Caen, 1972.
  45. Annuaire officiel des abonnés au téléphone.
  46. Carte IGN au 1 : 25 000.
  47. Plus précisément, il s'agit d'une forme adjectivale Bosa « de Boso », accordée avec villa.
  48. Marie-Thérèse Morlet, Les noms de personnes sur le territoire de l’ancienne Gaule du VIe au XIIe siècle, Paris, CNRS, t. I (les noms issus du germanique continental et les créations gallo-germaniques), 1968, p. 60b.
  49. Lena Peterson, Nordiskt runnamnslexikon, Språk- och folkminnes-institutet, état du 30/09/2005, s.n. Bósi.
  50. Gillian Fellows-Jensen, Scandinavian Personal Names in Lincolnshire and Yorkshire, Copenhagen, Akademisk Forlag, 1968, p. 70, s.n. Bøsi.
  51. Ce mot repose lui aussi sur le germanique commun °baus- « enflé, gonflé ».
  52. M. Renault, « Histoire et Antiquités. Notes historiques et archéologiques », in Annuaire de la Manche, 1873 (45e année), p. 16.
  53. Une moyenne de 5 à 6 personnes semble cependant le chiffre le plus vraisemblable.
  54. Chiffre donné pour mémoire; en effet, le Dictionnaire géographique de l'abbé Expilly ne fait que reprendre, pour la démographie, les données du Nouveau dénombrement du royaume de 1735.
  55. Au début du 21e siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  56. Population avant le recensement de 1962.
  57. INSEE : Population depuis le recensement de 1962.
  58. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.