Auvers

De Wikimanche

Auvers est une commune du département de la Manche.

Commune d'Auvers Coordonnées géographiques de la mairie Logo-Mairie.png
49° 17' 45.22" N, 1° 19' 27.72" W (OSM)
Arrondissement Saint-Lô
Chargement de la carte...
Canton Carentan
Ancien canton Carentan
Intercommunalité CC de la Baie du Cotentin
Gentilé Auversois(es)
Population 674 hab. (2015)
Superficie 18,76 km²
Densité 36 hab./km2
Altitude 0 m (mini) - 26 m (maxi)
Code postal 50500
N° INSEE 50023
Maire Guy Fouchet
Communes limitrophes d'Auvers
Appeville,
Baupte
Appeville Saint-Côme-du-Mont,
Carentan
Saint-Jores Auvers Méautis
Gorges Sainteny, Méautis Méautis

Église Saint-Étienne d'Auvers.
Église Saint-Étienne d'Auvers.


Toponymie

Attestations anciennes

Étymologie

Ce type toponymique, également attesté dans Sarthe, la Haute-Loire et le Val-d'Oise, semble reposer sur un radical d'origine gauloise alvern-, variante d’arvern-, que l'on retrouve dans le nom de la tribu gauloise des Arverni ou Arvernes, perpétué par celui de l'Auvergne (Alvernia ou Arvernia), leur ancien territoire.

Si l'identification du radical semble assurée, son interprétation demeure en revanche problématique, et ne fait pas l'unanimité chez les spécialistes. Les toponymistes du début du 20e siècle [46] avaient tendance à voir dans le type Auvers et les noms apparentés (Auvernaux, Vernègues, etc.) la trace de petites colonies d'Arvernes disséminées en Gaule. Cette explication fut rejetée en son temps comme « guère soutenable » par Adigard des Gautries et Lechanteur [1], qui s'en tinrent à une « origine obscure ». Albert Dauzat [47] fut le premier à proposer une explication par un nom d'homme gallo-romain Alvernus ou Arvernus, tiré du nom de peuple, et donc un toponyme de propriété, « le domaine d'Alvernus / Arvernus ». Il est aujourd'hui encore suivi en cela par Ernest Nègre [48], qui souligne l'emploi pluriel de l'anthroponyme. François de Beaurepaire [2] se borne à noter l'emploi du radical, sans commentaire particulier; cette option minimale est reprise à l'identique par René Lepelley [49].

L'origine même du nom des Arverni, que l'on a longtemps interprété par les mots gaulois are « devant, près de » et verna « aune » (sens topographique également envisagé, quoique dubitativement, par Dauzat pour expliquer le type Auvers), est aujourd'hui considéré comme incertain; il pourrait éventuellement être formé sur le radical uer- « sur; supérieur » [50].

Géographie

Elle s'inscrit dans le Parc naturel régional des Marais du Cotentin et du Bessin.

Histoire

Démographie

Sous l'Ancien régime

Sous l'Ancien régime, le dénombrement des populations se fait généralement par feux, c'est-à-dire par foyers. Le nombre de personnes habitant sous un même toit variant beaucoup suivant celui d'ascendants et d'enfants [51], ces données sont donc relatives, mais donnent néanmoins une idée de l'évolution démographique.

Depuis la Révolution

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793.
À partir du 21e siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[52]. En 2015, la commune comptait 674 habitants.

           Évolution de la population depuis 1793  [modifier] (Sources : Cassini [53] et INSEE [54])
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
1 186 1 266 1 316 1 306 1 224 1 215 1 205 1 194 1 212 1 168
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
1 153 1 141 1 077 1 133 1 122 1 104 1 044 1 014 887 884
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
807 676 664 656 657 663 766 675 627 573
1982 1990 1999 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012
563 571 589 644 653 661 662 671 670 668
2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020 2021 2022
666 664 674
Notes : De 1962 à 1999 : Population sans doubles comptes. Depuis 2006 : Population municipale.
Sources :
Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[55] puis INSEE à partir de 2004.



Administration

Circonscriptions administratives avant la Révolution

Circonscriptions administratives depuis la Révolution

Les maires

Liste des maires
Période Identité Parti Qualité Observations
.......-....... Deméautis (1793)
1793-1796 François Drieu Officier public
1796-1816 Policarpe Salmon Officier public puis maire à compter de septembre 1800
1816-1830 Côme Leledy
1830-1848 Hégésippe Delarue
1848-1850 Romphaire Leledy
1850-1871 Frédéric Jules Michel Leledy Décédé en exercice le 22 décembre 1871
1872-1877 Jean-François Touzard
1877-1883 Frédéric Auguste Leledy Décédé en exercice le 20 décembre 1883
1884-1902 Philippe Auguste Philippe
1902-1912 Jean Touzard
1912-1925 Pierre Fossey
1925-1935 Auguste Herout
1935-1947 François Guérin
1949-1977 Émile Poisson
1977-1989 Albert Legrand
1989-2008 Côme Hérout SE Agriculteur
2008-actuel Guy Fouchet SE Agriculteur retraité
Sources : État civil de 1790 à 1892 - De 1892 à nos jours : 601 communes - Dictionnaire incontournable de notre patrimoine .
(....) : en exercice cette année-là.


Mairie

Horaires d'ouverture
Jours Matin Après-midi Coordonnées de la mairie (Pour signaler une erreur cliquez ici)
Lundi - -
La mairie (2017).

La mairie (2017).

Adresse : 26 route de l'Église
50500 Auvers

Tél./Fax : 02 33 42 06 02

Courriel : Contacter la mairie

Site internet : Pas de site officiel

Commentaire :

Source : Mairie (16 novembre 2017)

Mardi - 14 h 30 - 18 h
Mercredi - -
Jeudi - 14 h 30 - 18 h
Vendredi - -
Samedi - -



Religion

Circonscriptions ecclésiastiques avant la Révolution

Patronage

Circonscriptions ecclésiastiques actuelles

Lieux et monuments

  • Église Saint-Étienne (13e s.) : nef à collatéraux (13e s.), transept non saillant, chœur à collatéraux et chevet plat (14e s.), crypte (14e s.), façade à pignon, porche flamboyant (15e s., clocher carré surmontant la croisée, cuve baptismale romane. Classée Monument historique le 21 mars 1994.
  • Château : les façades et toitures du pavillon central, et la dépendance du pavillon d'entrée Est (17e s.) sont inscrites au titre des monuments historiques le 2 novembre 1972.
  • Rives de la Douve, de la Sèves et de la Madeleine, du canal d'Auvers et du canal des Espagnols.
  • Marais du Rivage et du Mesnil.

Personnalités liées à la commune

Naissances

voir : la liste des personnalités nées à Auvers

Décès

voir : la liste des personnalités décédées à Auvers

Divers

  • Alain Hinard, personnalité du monde de l'équitation.
  • Sylvain Montigny, cavalier, habite dans la commune.

Économie

Transports

Sports

  • Football : US Auvers-Baupte (100 licenciés).

Équitation

Auvers est connue pour son centre équestre de réputation nationale. Au-delà de la formation de cavaliers, Alain Hinard, son directeur, organise des compétitions nationales et internationales. En mai 2007, Auvers succède à Athènes (Grèce) et accueille le championnat d'Europe juniors. Environ 200 cavaliers et 400 chevaux sont rassemblés sur le site. Le budget de l'organisation de cette compétition atteint les 300 000 euros.

CSO d'Auvers, en août, avec son épreuve phare, le Grand prix Pro 2.

Enseignement

  • Écoles en regroupement pédagogique intercommunal avec les communes de Méautis et Baupte.

Bibliographie

  • Pierre Villion, « Étude de la flore particulière au lieu-dit Le Rivage, dépendant de la commune d'Auvers », Annales de Normandie, tome II, n° 2, mai 1952.

Notes et références

  1. 1,0 et 1,1 Jean Adigard des Gautries & Fernand Lechanteur, “Les noms de communes de Normandie”, in Annales de Normandie XII (janvier 1962), § 144.
  2. 2,0, 2,1, 2,2, 2,3 et 2,4 François de Beaurepaire, Les noms de communes et anciennes paroisses de la Manche, Picard, Paris, 1986, p. 71.
  3. Léopold Delisle, Recueil des actes de Henri II, revu et publié par Élie Berger, Imprimerie Nationale, Paris, t. II, 1920, p. 78, § DXV.
  4. Dominique Rouet, Le Cartulaire de l’abbaye bénédictine de Saint-Pierre-de-Préaux (1034-1227), collection de documents inédits sur l’histoire de France, Section d’histoire et philologie des civilisations médiévales, série on-8°, vol. 34, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, Paris, 2005, p. 291 § B68.
  5. Léchaudé D’Anisy, Grands Rôles des Échiquiers de Normandie, première partie, Mémoire de la Société des Antiquaires de Normandie XV, 2e série, 5e volume, Paris, 1845, p. 169a.
  6. Léopold Delisle, Le cartulaire normand de Philippe-Auguste, Louis VIII, saint Louis et Philippe le Hardi, Mémoire de la Société des Antiquaires de Normandie XVI (2e série, 6e vol.), Paris, 1852, p. 110a, § 594.
  7. Léopold Delisle, Recueil de jugements de l’Échiquier de Normandie au XIIIe siècle, Paris, 1864, p. 22, § 8.
  8. Pouillé du Diocèse de Coutances, 1332, in Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903, p. 330F.
  9. Compte du Diocèse de Coutances, pour l’année 1351 ou 1352, in Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903, p. 376A.
  10. Rôles Normands et Français et autres pièces tirées des archives de Londres par Bréquigny en 1764, 1765 et 1766, Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie XXIII (3e série, 3e volume), 1re partie, Paris, 1858, p. 234, § 1342.
  11. Eugène Robillard de Beaurepaire et le Comte Auguste de Blangy, Le Journal du Sire de Gouberville (t. II), Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie XXXII, Caen, 1895, p. 191.
  12. Jean Bigot sieur de Sommesnil, État des paroisses des élections de Normandie, 1612/1636 [BNF, ms. fr. 4620]
  13. « Benefices du dioceze de Coutances », p. 14, in Pouillié general contenant les benefices de l’Archevesché de Rouen […], chez Gervais Alliot, Paris, 1648.
  14. Roles par généralités et élections des paroisses de France et de leur imposition aux tailles, 1677 [BNF, cinq cents Colbert, ms. 261 f° 229 à 275].
  15. G. Mariette de La Pagerie, cartographe, Unelli, seu Veneli. Diocese de Coutances, divisé en ses quatre archidiaconés, et vint-deux doiennés ruraux avec les Isles de Iersay, Grenesey, Cers, Herms, Aurigny etc., chez N. Langlois, Paris, 1689 [BNF, collection d'Anville, cote 00261 I-IV].
  16. Jean-Baptiste Nolin, Le duche et gouvernement de Normandie Divisé en Haute et Basse Normandie, en Divers Pays, et par Evechez, Paris, 1694 [BNF, IFN-7710251].
  17. P. Mortier / H. Jaillot, Le Duché et Gouvernement de Normandie divisée en Haute et Basse Normandie, Amsterdam, 1695.
  18. Gerard Valk, Normannia Ducatus, tum Superior ad Ortum, tum Inferior ad Occasum, Praefectura Generalis […] Anglici Caesarea sive Jarsey…, Amsterdam, ~1700.
  19. 19,0 et 19,1 Dénombrement des généralités de 1713 [BN, ms. fr. 11385, f° 1 à 132].
  20. Guillaume de l'Isle, Carte de Normandie, Paris, 1716.
  21. Bernard Jaillot, Le Gouvernement général de Normandie divisée en ses trois généralitez, Paris, 1719.
  22. 22,0 et 22,1 Nouveau dénombrement du royaume par generalités, elections, paroisses et feux […], t. II, Impr. Pierre Prault, Paris, 1735, p. 53a.
  23. Bernard Jaillot, Carte topographique du diocèse de Bayeux, Paris, 1736 [BNF, collection d’Anville, cote 00260 B].
  24. L. Brion de la Tour, Recueil des Côtes Maritimes de France, Desnos, Paris, 1757, carte n° 10.
  25. Robert de Vaugondy, Carte du gouvernement de Normandie, Paris, 1758.
  26. Rigobert Bonne, Carte du Gouvernement de Normandie avec celui du Maine et Perche, 1771, recueillie in Jean Lattre, Atlas Moderne ou Collection de Cartes sur Toutes les Parties du Globe Terrestre, ~1775.
  27. P. Santini, Gouvernement de Normandie avec celui du Maine et Perche, Remondini, Venise, 1777.
  28. Carte de Cassini.
  29. Site Cassini.
  30. Bulletin des lois de la République française, Imprimerie Nationale, Paris.
  31. Dictionnaire universel, géographique, statistique, historique et politique de la France, impr. Baudouin, libr. Laporte, vol. I (A-CNO), an XIII (1804), p. 158b.
  32. Louis Du Bois, Itinéraire descriptif, historique et monumental des cinq départements de la Normandie, Mancel, Caen, 1828, p. 382.
  33. Annuaire de la Manche (1829), Statistique de l'arrondissement de Saint-Lô, p. 154.
  34. J. G. Masselin, Dictionnaire universel de géographie physique, commerciale, historique et politique du Monde Ancien, du Moyen Age et des Temps Modernes comparées / Dictionnaire universel de géographie, t. I, Auguste Delalain, Paris, 1830, p. 93b.
  35. Dictionnaire géographique universel ou description de tous les lieux du globe sous le rapport de la géographie physique et politique, de l’histoire, de la statistique, du commerce, de l’industrie, etc., etc., Sociétés de Paris, Londres et Bruxelles pour les publications littéraires, Bruxelles, 1837, t. I, p. 255a.
  36. cartes d’État-Major (relevés de 1820 à 1866, mises à jour jusqu’à 1889; Basse-Normandie cartographiée entre 1835 et 1845).
  37. V. Lavasseur, Atlas National Illustré des 86 départements et des possessions de la France, A. Combette éditeur, Paris, 1854.
  38. Abbé Auguste Lecanu, Histoire du diocèse de Coutances et d'Avranches depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours; suivie des actes des saints et d'un tableau historique des paroisses du diocèse, impr. de Salettes, Coutances, t. II, 1878, p. 390.
  39. Adolphe Joanne, Géographie du département de la Manche, Hachette, Paris, 1880, p. 50a.
  40. Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903.
  41. Nomenclature des hameaux, écarts et lieux-dits de la Manche, INSEE, 1954.
  42. Atlas de Normandie, Caen, 1962.
  43. Anne Vallez, Pierre Gouhier, Jean-Marie Vallez, Atlas Historique de Normandie II (économie, institutions, comportements), Université de Caen, Caen, 1972.
  44. Annuaire officiel des abonnés au téléphone.
  45. Carte IGN au 1 : 25 000.
  46. Auguste Longnon, Les noms de lieux de la France, Paris, 1920-1929 (rééd. Champion, Paris, 1979), p. 105, § 425; partiellement repris par Auguste Vincent, Toponymie de la France, Bruxelles, 1937, p. 109a, § 263.
  47. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Larousse, Paris, 1963 (rééd. Guénégaud, avec supplément de Marie-Thérèse Morlet), p. 40a.
  48. Ernest Nègre, Toponymie Générale de la France, Droz, Genève, t. I, 1990, p. 680, § 11485.
  49. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Caen, Presses Universitaires de Caen / Condé-sur-Noireau, Éditions Charles Corlet, 1993, p. 55a
  50. Pierre-Yves Lambert, La langue gauloise, Errance, Paris, 1997, p. 200.
  51. Une moyenne de 5 à 6 personnes semble cependant le chiffre le plus vraisemblable.
  52. Au début du 21e siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  53. Population avant le recensement de 1962.
  54. INSEE : Population depuis le recensement de 1962.
  55. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.