Gourbesville

De Wikimanche

Gourbesville est une ancienne commune du département de la Manche, commune déléguée au sein de Picauville depuis le 1er janvier 2016.

  • Prononciation. — API : [gurbe'vil]; transcription francisée : gour-bé-vil.
Commune déléguée de Gourbesville
(commune de Picauville)
Coordonnées de la mairie annexe Logo-Mairie.png
49° 25' 15.87" N, 1° 24' 37.61" W (OSM)
Arrondissement Cherbourg-Octeville
Chargement de la carte...
Canton Carentan
Ancien canton Sainte-Mère-Église
Intercommunalité CC de la Baie du Cotentin
Gentilé Gourbesvillais(es)
Population 171 hab. (2015)
Superficie 8,18 km²
Densité 21 hab./km2
Altitude 3 m (mini) - 31 m (maxi)
Code postal 50480
N° INSEE 50212
Maire délégué Valérie Blandin
Communes limitrophes de Gourbesville
Orglandes Le Ham Fresville
Orglandes Gourbesville Amfreville
Étienville Amfreville Amfreville

Map commune FR insee code 50212.png


Toponymie

Attestations anciennes

  • Gausberti villa quę est in Constantini pago 1060 [1].
  • Goisbervilla 12e s. [2].
  • Goesbervilla 1174/1182 [3].
  • Goisbervilla ~1280 [2].
  • Goesbervilla 1332 [4].
  • Goisbervilla 1351/1352 [5].
  • Gorbesville 1612/1636 [6].
  • Goberuille [lire Goberville] 1648 [7].
  • Gourbesville 1677 [8], 1689 [9], 1694 [10], 1695 [11].
  • Gourbeville ~1700 [12].
  • Gouberville 1713 [13].
  • Gourbesville 1716 [14], 1719 [15], 1735 [16].
  • Goubesville 1736 [17].
  • Gourbesville 1757 [18].
  • Courbesville [sic] 1758 [19].
  • Gourbesville 1753/1785 [20], 1793 [21], 1801 [22], 1804 [23].
  • Gourbéville 1828 [24].
  • Gourbesville 1829 [25], 1830 [26], 1837 [27], 1854 [28], 1825/1866 [29], 1878 [30], 1880 [31], 1903 [32], 1954 [33], 1962 [34], 1972 [35], 1978, 1993 [36], 2007 [37].

Étymologie

La quasi-totalité des attestations anciennes de Gourbesville (type Goisbervilla, Goesbervilla, etc.) est identique à celles de Gouberville. S'il s'agit effectivement du même type, on a alors affaire à un toponyme médiéval en -ville (élément issu du gallo-roman VILLA « domaine rural »), dont le premier élément est l'anthroponyme (nom de personne) d'origine germanique (francique) Goisbert, variante évoluée de Gaucioberht, d'où le sens global de « domaine rural de Goisbert ». C'est du moins la solution adoptée par Marie-Thérèse Morlet [38]. Ce nom, attesté dans les documents médiévaux sous les formes latinisées Gaucbertus, Gaucibertus, Gauciobertus, Goibertus, Goisbertus, etc. [39], résulte de la combinaison des éléments gois- < gaucio-, contamination de gaut-, gauz- « Got » par le latin gaudium « joie » [39], et -berht « brillant ». Ce type toponymique se retrouve une troisième fois en Normandie dans le nom de Giberville (Calvados; Goisbertivilla 1066).

Il existe cependant un problème : la première attestation de Gourbesville, Gausberti villa (1060), antérieure de près d'un siècle aux suivantes, postule un étymon formé sur Gausbert(us), simplement formé de gauz- < gaut- « Got » + -berht. C'est l'explication initialement proposée par Albert Dauzat [40], puis reprise par François de Beaurepaire [2] et à sa suite René Lepelley [41]. En outre, ces auteurs assimilent tous Gouberville à ce dernier type toponymique, ce qui est contestable d'un point de vue phonétique.

On notera par ailleurs qu'Auguste Vincent, qui explique lui aussi Gouberville par Gausbert(us) + villa [42], est muet au sujet de Gourbesville. Enfin, seul Ernest Nègre distingue clairement les deux types, rattachant Gouberville à Goisbert < Gaucioberht, et Gourbesville à Gausbert [43].

Le problème est de déterminer si a) Gausberti villa est une graphie sincère (auquel cas on ne peut admettre que l'explication par Gausbert), et b) si celle-ci correspond bien à la même appellation que les suivantes, Goisbervilla / Goesbervilla. En effet, on connaît de nombreux cas où un même lieu a reçu successivement deux appellations de consonance proche, mais néanmoins distinctes, l'anthroponyme initial ayant été remplacé par un autre. C'est peut-être le cas ici, ce qui concilierait les deux explications, Goisbert ayant alors supplanté Gausbert au 12e siècle.

En ce qui concerne la forme et la graphie actuelles du toponyme, elles se manifestent pour la première fois au début du 17e siècle sous la forme Gorbesville, les précédentes étant de type Goisbervilla / Goesbervilla au moins jusqu'au 14e siècle. La graphie Gorbesville atteste d'une double métathèse, à la fois phonétique (le [r] migre vers la syllabe précédente) et graphique (le s, déjà muet, suit le chemin inverse dans la forme écrite du mot).

Géographie

Elle s'inscrit dans le Parc naturel régional des Marais du Cotentin et du Bessin.

Histoire

Démographie

Sous l'Ancien régime

Sous l'Ancien régime, le dénombrement des populations se fait généralement par feux, c'est-à-dire par foyers. Le nombre de personnes habitant sous un même toit variant beaucoup suivant celui d'ascendants et d'enfants [44], ces données sont donc relatives, mais donnent néanmoins une idée de l'évolution démographique.

Depuis la Révolution

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793.
À partir du 21e siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[45]. En 2015, la commune comptait 171 habitants.

           Évolution de la population depuis 1793  [modifier] (Sources : Cassini [46] et INSEE [47])
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
597 589 622 579 581 555 556 527 497 461
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
424 370 371 396 388 404 403 409 405 376
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
355 310 302 300 275 233 247 229 243 210
1982 1990 1999 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012
167 144 156 175 176 176 175 173 172 171
2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020 2021 2022
170 170 171
Notes : De 1962 à 1999 : Population sans doubles comptes. Depuis 2006 : Population municipale.
Sources :
Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[48] puis INSEE à partir de 2004.



Administration

Circonscriptions administratives avant la Révolution

Circonscriptions administratives depuis la Révolution

Les maires

Liste des maires
Période Identité Parti Qualité Observations
1793-1797 Jean Blaisot officier public
1797-1800 Bon Lemarchand officier public
1795-1799 Charles Bérot
1800-1813 J. Bernardin Franchomme
1813-1815 Hervé Lenfant
1815-1816 J.F. Gilles Franchomme
1816-1821 Louis Viel
1821-1868 Joseph Guillaume Franchomme décédé en exercice le 14 juin 1868
1868-1876 Paul Bouffard
1876-1889 Charles Blaizot
1889-1934 Alphonse Levavasseur
1934-1945 Michel Delaune
1945-1947 Gustave Dufresne
1947-1961 Louis Flaux
1961-1968 Michel Delaune fils du précédent
1968-1995 Henri Lévesque (1978)
1995-2009 Maurice Gidon SE agriculteur, retraité mort en exercice le 3 octobre 2009
2009-2014 Gérard Gidon SE retraité
2014-2016 Valérie Blandin SE agricultrice
2016-actuel Valérie Blandin SE agricultrice maire déléguée
Sources : État civil de 1790 à 1892 - De 1892 à nos jours : 601 communes et lieux de vie de la Manche.
Toutes les données ne sont pas encore connues.



Mairie

Horaires d'ouverture
Jours Matin Après-midi Coordonnées de la mairie (Pour signaler une erreur cliquez ici)
Lundi - -
La mairie (2018).

La mairie (2018).

Adresse : 3, Le Bourg
Gourbesville
50480 Picauville

Tél. 02 33 41 07 02
Fax : Pas de télécopieur

Courriel : Contacter la mairie

Site internet : Pas de site officiel

Commentaire :

Source : Annuaire Service-Public (7 mai 2012)

Mardi 9 h - 12 h -
Mercredi - -
Jeudi - -
Vendredi - -
Samedi - -




Religion

Circonscriptions ecclésiastiques avant la Révolution

Patronage

  • Dédicace de l'église paroissiale : Saint-Ermeland.
  • Patron (présentation) : patronage laïc, le seigneur du lieu au 14e siècle (Hugo de Luc en 1332) [4]; deux portions à certaines époques, à la présentation du seigneur et de l'abbé de Montebourg en 1757 [30].
  • Fête patronale : ?

Circonscriptions ecclésiastiques actuelles

Lieux et monuments

  • Manoir de La Cour de Gourbesville (16e - 20e s.), reconstruit après la Seconde Guerre mondiale.
  • Église Saint-Ermeland, 12e / 13e et 14e s., peu de sculptures extérieures. La statue de saint Ermeland est à gauche de l'autel. Le bas du transept sud est consacré à la Vierge. Le transept nord est consacré à sainte Anne, représentée sur le tableau de l'autel.
  • Monument 90e Division d'infanterie et 82e Division aéroportée à la mémoire des trois-cent soldats américains de la 90th US Infantry Division et de la 82nd US Airborne Division, qui sont tombés pour la libération du bourg en juin 1944[49].
  • Plaques lazarett et Smith-Lewellen signalant qu'un poste de secours allemand fut installé dans cette maison pendant les combats de juin 1944. Deux plaques sont dédiées à des parachutistes américains : le lieutenant-colonel Gordon K. Smith et le soldat R. B. Lewellen [49].
  • Rives du Merderet.
  • Le Temple.
  • L'Amplière.

Personnalités liées à la commune

Lien interne

Notes et références

  1. Marie Fauroux, Recueil des actes des ducs de Normandie (911-1066), Mémoire de la Société des Antiquaires de Normandie XXXVI, Caen, 1961, p. 328, § 147.
  2. 2,0, 2,1 et 2,2 François de Beaurepaire, Les noms de communes et anciennes paroisses de la Manche, Picard, Paris, 1986, p. 125.
  3. Léopold Delisle, Recueil des actes de Henri II, revu et publié par Élie Berger, Imprimerie Nationale, Paris, t. II, 1920, p. 152, § DLXX.
  4. 4,0 et 4,1 Pouillé du Diocèse de Coutances, 1332, in Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903, p. 302B.
  5. Compte du Diocèse de Coutances, pour l’année 1351 ou 1352, in Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903, p. 381A.
  6. Jean Bigot sieur de Sommesnil, État des paroisses des élections de Normandie, 1612/1636 [BNF, ms. fr. 4620].
  7. « Benefices du dioceze de Coutances », p. 18, in Pouillié general contenant les benefices de l’Archevesché de Rouen […], chez Gervais Alliot, Paris, 1648.
  8. Roles par généralités et élections des paroisses de France et de leur imposition aux tailles, 1677 [BNF, cinq cents Colbert, ms. 261 f° 229 à 275].
  9. G. Mariette de La Pagerie, cartographe, Unelli, seu Veneli. Diocese de Coutances, divisé en ses quatre archidiaconés, et vint-deux doiennés ruraux avec les Isles de Iersay, Grenesey, Cers, Herms, Aurigny etc., chez N. Langlois, Paris, 1689 [BNF, collection d'Anville, cote 00261 I-IV].
  10. Jean-Baptiste Nolin, Le duche et gouvernement de Normandie Divisé en Haute et Basse Normandie, en Divers Pays, et par Evechez, Paris, 1694 [BNF, IFN-7710251].
  11. P. Mortier / H. Jaillot, Le Duché et Gouvernement de Normandie divisée en Haute et Basse Normandie, Amsterdam, 1695.
  12. Gerard Valk, Normannia Ducatus, tum Superior ad Ortum, tum Inferior ad Occasum, Praefectura Generalis […] Anglici Caesarea sive Jarsey…, Amsterdam, ~1700.
  13. 13,0 et 13,1 Dénombrement des généralités de 1713 [BNF, ms. fr. 11385, f° 1 à 132].
  14. Guillaume de l'Isle, Carte de Normandie, Paris, 1716.
  15. Bernard Jaillot, Le Gouvernement général de Normandie divisée en ses trois généralitez, Paris, 1719.
  16. 16,0 et 16,1 Nouveau dénombrement du royaume par generalités, elections, paroisses et feux […], t. II, Impr. Pierre Prault, Paris, 1735, p. 55.
  17. Bernard Jaillot, Carte topographique du diocèse de Bayeux, Paris, 1736 [BNF, collection d’Anville, cote 00260 B].
  18. L. Brion de la Tour, Recueil des Côtes Maritimes de France, Desnos, Paris, 1757, carte n° 10.
  19. Robert de Vaugondy, Carte du gouvernement de Normandie, Paris, 1758.
  20. Carte de Cassini.
  21. Site Cassini.
  22. Bulletin des lois de la République française, Imprimerie Nationale, Paris.
  23. Dictionnaire universel, géographique, statistique, historique et politique de la France, impr. Baudouin, libr. Laporte, vol. II (COA-H), an XIII (1804), p. 588b.
  24. Louis Du Bois, Itinéraire descriptif, historique et monumental des cinq départements de la Normandie, Mancel, Caen, 1828, p. 466.
  25. Annuaire de la Manche (1829), Statistique de l'arrondissement de Valognes, p. 170.
  26. J. G. Masselin, Dictionnaire universel de géographie physique, commerciale, historique et politique du Monde Ancien, du Moyen Age et des Temps Modernes comparées / Dictionnaire universel de géographie, t. I, Auguste Delalain, Paris, 1830, p. 564a.
  27. Dictionnaire géographique universel ou description de tous les lieux du globe sous le rapport de la géographie physique et politique, de l’histoire, de la statistique, du commerce, de l’industrie, etc., etc., Sociétés de Paris, Londres et Bruxelles pour les publications littéraires, Bruxelles, 1837, t. I, p. 795b.
  28. V. Lavasseur, Atlas National Illustré des 86 départements et des possessions de la France, A. Combette éditeur, Paris, 1854.
  29. Cartes d’État-Major (relevés de 1825 à 1866, mises à jour jusqu’à 1889).
  30. 30,0 et 30,1 Abbé Auguste Lecanu, Histoire du diocèse de Coutances et d'Avranches depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours; suivie des actes des saints et d'un tableau historique des paroisses du diocèse, impr. de Salettes, Coutances, t. II, 1878, p. 439.
  31. Adolphe Joanne, Géographie du département de la Manche, Hachette, Paris, 1880, p. 60a.
  32. Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903.
  33. Nomenclature des hameaux, écarts et lieux-dits de la Manche, INSEE, 1954.
  34. Atlas de Normandie, Caen, 1962.
  35. Anne Vallez, Pierre Gouhier, Jean-Marie Vallez, Atlas Historique de Normandie II (économie, institutions, comportements), Université de Caen, Caen, 1972.
  36. Annuaire officiel des abonnés au téléphone.
  37. Carte IGN au 1 : 25 000.
  38. Marie-Thérèse Morlet, Les noms de personnes sur le territoire de l’ancienne Gaule du VIe au XIIe siècle, Paris, CNRS, t. III (les noms de personnes contenus dans les noms de lieux), 1985, p. 323b.
  39. 39,0 et 39,1 Cf. Marie-Thérèse Morlet, Les noms de personnes sur le territoire de l’ancienne Gaule du VIe au XIIe siècle, Paris, CNRS, t. I (les noms issus du germanique continental et les créations gallo-germaniques), 1968, p. 104a.
  40. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Larousse, Paris, 1963, p. 325b.
  41. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Caen, Presses Universitaires de Caen / Condé-sur-Noireau, Éditions Charles Corlet, 1993, p. 136b.
  42. Auguste Vincent, Toponymie de la France, Bruxelles, 1937, p. 181b, § 430.
  43. Ernest Nègre, Toponymie Générale de la France, Droz, Genève, t. II, 1991, p. 936, § 16738 et 16739.
  44. Une moyenne de 5 à 6 personnes semble cependant le chiffre le plus vraisemblable.
  45. Au début du 21e siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  46. Population avant le recensement de 1962.
  47. INSEE : Population depuis le recensement de 1962.
  48. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  49. 49,0 et 49,1 Monument commémoratif Gourbesville.