Golleville

De Wikimanche

Golleville est une commune du département de la Manche.

Commune de Golleville Coordonnées géographiques de la mairie Logo-Mairie.png
49° 26' 12.56" N, 1° 30' 55.44" W (OSM)
Arrondissement Cherbourg-Octeville
Chargement de la carte...
Canton Bricquebec
Ancien canton Saint-Sauveur-le-Vicomte
Intercommunalité CA du Cotentin
Gentilé Gollevillais(es)
Population 175 hab. (2015)
Superficie 6,46 km²
Densité 27 hab./km2
Altitude 6 m (mini) - 45 m (maxi)
Code postal 50390
N° INSEE 50207
Maire Joël Lequertier
Communes limitrophes de Golleville
Magneville Colomby Colomby
Magneville Golleville Biniville
Sainte-Colombe Sainte-Colombe Biniville

Map commune FR insee code 50207.png


Toponymie

Attestations anciennes

Étymologie

Toponyme médiéval en -ville (élément issu du gallo-roman VILLA « domaine rural »). Le premier élément est un anthroponyme (nom de personne) d'origine germanique, au sujet duquel les spécialistes ne s'accordent pas.

  • Albert Dauzat a proposé le « nom de personne germanique Gol- » [39], ce qui n'est pas un nom mais un radical germanique rare semblant signifier « saluer ». Si l'auteur n'a pas proposé Gol(l)o, c'est sans doute que ce nom n'est pas formellement attesté, et que le produit de °Gol(l)o + villa aurait toutes les chances d'aboutir à °Gouville et non Golleville. Néanmoins sa disciple Marie-Thérèse Morlet adopte la solution Golo, présenté sans astérisque (et donc implicitement comme attesté) [40].
  • Ernest Nègre évite l'écueil phonétique en proposant le nom germanique féminin Godila [41], ce qui suppose implicitement un cheminement °Godila > °Godla > °Golla, certes possible. Ce choix est motivé par le fait que Godila est un nom attesté [42].
  • François de Beaurepaire, fidèle à son habitude, préfère l'hypothèse d'un nom anglo-scandinave Golle [2]. Il est scrupuleusement suivi en cela par René Lepelley [43]. Notons par ailleurs que Golle n'est pas uniquement anglo-scandinave, mais représente, tout comme Gulle, une variante (en ancien suédois) de l'ancien norois de l'Ouest Gulli. Ce nom peu fréquent, également attesté dans quelques rares inscriptions runiques sous les formes ᚲᚢᛚᛁ (kuli), ᚲᚢᚺᛚᛁ (kuhli) [44], n'a pas d'étymologie assurée. Il pourrait éventuellement représenter un emprunt au germanique de l'Ouest °Gollo, mais ceci reste du domaine de l'hypothèse.

Remarque : À partir du moment où l'on admet l'existence de °Gol(l)o, non attesté mais plausible en tant qu'hypocoristique d'un nom en gol-, on peut également admettre une forme adjectivale féminisée °GOL(L)A VILLA, « le domaine rural de °Gol(l)o », qui convient tout aussi bien. Ceci dit, les explications de Nègre et Beaurepaire sont également admissibles, et le choix entre les différentes explications est simplement une question de préférence personnelle.

Géographie

Elle s'inscrit dans le Parc naturel régional des Marais du Cotentin et du Bessin.

Histoire

Le 9 janvier 1942, un bombardier Vickers-Armstrong Wellington, en provenance d'Angleterre, s'écrase à la limite de Golleville et Colomby. Les six passagers meurent : le lieutenant australien Bernard Hickey, pilote, le sergent australien Victor Johnstone, copilote, le sous-lieutenant néo-zélandais Robert Birnie, observateur-bombardier, le sergent britannique William Forgan, mitrailleur, et les sergents britanniques Albert Sydney et Fred Hinton. Inhumés au cimetière de Cherbourg, ils sont déclarés par la suite « morts pour la France ». Une stèle a été inaugurée le 11 octobre 2008 à Golleville.

Démographie

Sous l'Ancien régime

Sous l'Ancien régime, le dénombrement des populations se fait généralement par feux, c'est-à-dire par foyers. Le nombre de personnes habitant sous un même toit variant beaucoup suivant celui d'ascendants et d'enfants [45], ces données sont donc relatives, mais donnent néanmoins une idée de l'évolution démographique.

Depuis la Révolution

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793.
À partir du 21e siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[46]. En 2015, la commune comptait 175 habitants.

           Évolution de la population depuis 1793  [modifier] (Sources : Cassini [47] et INSEE [48])
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
507 561 592 540 501 464 430 425 410 395
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
412 388 381 380 359 355 309 296 287 255
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
263 216 229 239 250 246 243 233 203 192
1982 1990 1999 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012
172 170 168 182 184 184 181 179 176 177
2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020 2021 2022
176 175 175
Notes : De 1962 à 1999 : Population sans doubles comptes. Depuis 2006 : Population municipale.
Sources :
Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[49] puis INSEE à partir de 2004.



Administration

Circonscriptions administratives avant la Révolution

Circonscriptions administratives depuis la Révolution

Les maires

Liste des maires
Période Identité Parti Qualité Observations
.......-....... Adolphe Charles de Mauconvenant châtelain de la bretonnière avant 1792
.......-....... .......
.......-....... Michel Noël de la Prairie 1796, 1799
1800-1808 Pierre Quétier
1808-1829 Adrien François Pinel de Golleville
1830-1836 Émile Folliot d'Urville
1836-1840 Louis Baptiste Désiré Le Pigoché décédé en exercice le 16 avril 1840
1840-1868 Édouard Folliot d'Urville
1868-1872 Pierre Leneveu
1872-1898 Octave de la Couldre de la Bretonnière
1899-1918 Albert Lebrun
1918-1929 André Le Cavelier de Montgeon
1929-1938 Pierre Doguet
1938-1947 Paul Anquetil
1947-1977 Charles Lebrun
1977-1987 Philippe Rostand
1987-2008 Francis Loslier
2008-actuel Joël Lequertier SE agriculteur, retraité
Sources : État civil de 1790 à 1892 - De 1892 à nos jours : 601 communes et lieux de vie de la Manche.
Toutes les données ne sont pas encore connues.



Mairie

Horaires d'ouverture
Jours Matin Après-midi Coordonnées de la mairie (Pour signaler une erreur cliquez ici)
Lundi - -
La mairie (2018)

La mairie (2018)

Adresse : 2 bis rue de l'église
50390 Golleville

Tél./Fax : 02 33 21 24 85

Courriel : Contacter la mairie

Site internet : Pas de site officiel

Commentaire :

Source : ouest-france.fr (7 mai 2012)

Mardi - -
Mercredi 10 h 30 - 12 h -
Jeudi - -
Vendredi - 17 h - 18 h 30
Samedi - -



Religion

Circonscriptions ecclésiastiques avant la Révolution

Patronage

  • Dédicace de l'église paroissiale : Saint-Martin.
  • Patron (présentation) : l'abbé de Montebourg.
  • Fête patronale : ?

Circonscriptions ecclésiastiques actuelles

Lieux et monuments

L'église Saint-Martin
  • Église Saint-Martin: fonts baptismaux (12e s.), chœur (1680), maître-autel (17e s.), statues…
  • Château de Golleville (16e/18e s.).
  • Château de La Bretonnière (18e s.).
  • Rives de la Douve.
  • Le Quesnay (17e/18e s.).
  • Le Gravier (16e s.).
  • Le Parc (16e/18e s.).
  • Les Saules (16e/20e s.).
  • La Poissonnerie.

Personnalités liées à la commune

Transports

Économie

  • Production d'endives.

Notes et références

  1. Léopold Delisle, Recueil des actes de Henri II, revu et publié par Élie Berger, Imprimerie Nationale, Paris, t. II, 1920, p. 151, § DLXX.
  2. 2,0, 2,1, 2,2 et 2,3 François de Beaurepaire, Les noms de communes et anciennes paroisses de la Manche, Picard, Paris, 1986, p. 123.
  3. Paul Le Cacheux, Essai historique sur l'Hôtel-Dieu de Coutances, Picard, Paris, 1895.
  4. Julie Fontanel, Le cartulaire du chapitre cathédral de Coutances, Archives départementales de la Manche, Saint-Lô, 2003, p. 279, § 149.
  5. Julie Fontanel, op. cit., p. 245, § 120.
  6. Pouillé du Diocèse de Coutances, 1332, in Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903, p. 303C.
  7. Compte du Diocèse de Coutances, pour l’année 1351 ou 1352, in Auguste Longnon, op. cit., p. 381D.
  8. Eugène Robillard de Beaurepaire et le Comte Auguste de Blangy, Le Journal du Sire de Gouberville (t. I), Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie XXXI, Caen, 1892, p. 125.
  9. Eugène Robillard de Beaurepaire et le Comte Auguste de Blangy, Le Journal du Sire de Gouberville (t. II), Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie XXXII, Caen, 1895, p. 594.
  10. Jean Bigot sieur de Sommesnil, État des paroisses des élections de Normandie, 1612/1636 [BNF, ms. fr. 4620].
  11. « Benefices du dioceze de Coutances », p. 18, in Pouillié general contenant les benefices de l’Archevesché de Rouen […], chez Gervais Alliot, Paris, 1648.
  12. Roles par généralités et élections des paroisses de France et de leur imposition aux tailles, 1677 [BNF, cinq cents Colbert, ms. 261 f° 229 à 275].
  13. G. Mariette de La Pagerie, cartographe, Unelli, seu Veneli. Diocese de Coutances, divisé en ses quatre archidiaconés, et vint-deux doiennés ruraux avec les Isles de Iersay, Grenesey, Cers, Herms, Aurigny etc., chez N. Langlois, Paris, 1689 [BNF, collection d'Anville, cote 00261 I-IV].
  14. P. Mortier / H. Jaillot, Le Duché et Gouvernement de Normandie divisée en Haute et Basse Normandie, Amsterdam, 1695.
  15. 15,0 et 15,1 Dénombrement des généralités de 1713 [BNF, ms. fr. 11385, f° 1 à 132].
  16. Guillaume de l'Isle, Carte de Normandie, Paris, 1716.
  17. Bernard Jaillot, Le Gouvernement général de Normandie divisée en ses trois généralitez, Paris, 1719.
  18. 18,0 et 18,1 Nouveau dénombrement du royaume par generalités, elections, paroisses et feux […], t. II, Impr. Pierre Prault, Paris, 1735, p. 56a.
  19. L. Brion de la Tour, Recueil des Côtes Maritimes de France, Desnos, Paris, 1757, carte n° 9-15.
  20. Robert de Vaugondy, Carte du gouvernement de Normandie, Paris, 1758.
  21. Carte de Cassini.
  22. Site Cassini.
  23. Bulletin des lois de la République française, Imprimerie Nationale, Paris.
  24. Dictionnaire universel, géographique, statistique, historique et politique de la France, impr. Baudouin, libr. Laporte, vol. II (COA-H), an XIII (1804), p. 579a.
  25. Louis Du Bois, Itinéraire descriptif, historique et monumental des cinq départements de la Normandie, Mancel, Caen, 1828, p. 465.
  26. Annuaire de la Manche (1829), Statistique de l'arrondissement de Valognes, p. 172.
  27. J. G. Masselin, Dictionnaire universel de géographie physique, commerciale, historique et politique du Monde Ancien, du Moyen Age et des Temps Modernes comparées / Dictionnaire universel de géographie, t. I, Auguste Delalain, Paris, 1830, p. 558b.
  28. Dictionnaire géographique universel ou description de tous les lieux du globe sous le rapport de la géographie physique et politique, de l’histoire, de la statistique, du commerce, de l’industrie, etc., etc., Sociétés de Paris, Londres et Bruxelles pour les publications littéraires, Bruxelles, 1837, t. I, p. 789a.
  29. V. Lavasseur, Atlas National Illustré des 86 départements et des possessions de la France, A. Combette éditeur, Paris, 1854.
  30. Cartes d’État-Major (relevés de 1825 à 1866, mises à jour jusqu’à 1889).
  31. Abbé Auguste Lecanu, Histoire du diocèse de Coutances et d'Avranches depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours; suivie des actes des saints et d'un tableau historique des paroisses du diocèse, impr. de Salettes, Coutances, t. II, 1878, p. 446.
  32. Adolphe Joanne, Géographie du département de la Manche, Hachette, Paris, 1880, p. 60a.
  33. Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903.
  34. Nomenclature des hameaux, écarts et lieux-dits de la Manche, INSEE, 1954.
  35. Atlas de Normandie, Caen, 1962.
  36. Anne Vallez, Pierre Gouhier, Jean-Marie Vallez, Atlas Historique de Normandie II (économie, institutions, comportements), Université de Caen, Caen, 1972.
  37. Annuaire officiel des abonnés au téléphone.
  38. Carte IGN au 1 : 25 000.
  39. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Larousse, Paris, 1963, p. 323b.
  40. Marie-Thérèse Morlet, Les noms de personnes sur le territoire de l’ancienne Gaule du VIe au XIIe siècle, Paris, CNRS, t. III (les noms de personnes contenus dans les noms de lieux), 1985, p. 335b.
  41. Ernest Nègre, Toponymie Générale de la France, Droz, Genève, t. II, 1991, p. 935, § 16729.
  42. C'est un dérivé diminutif de Goda, hypocoristique féminin des noms dont le premier élément est god- « dieu »; cf. Marie-Thérèse Morlet, Les noms de personnes sur le territoire de l’ancienne Gaule du VIe au XIIe siècle, Paris, CNRS, t. I (les noms issus du germanique continental et les créations gallo-germaniques), 1968, p. 114a.
  43. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Caen, Presses Universitaires de Caen / Condé-sur-Noireau, Éditions Charles Corlet, 1993, p. 135a.
  44. Lena Peterson, Nordiskt runnamnslexikon, Språk- och folkminnes-institutet, état du 30 septembre 2005, s. n. Gulli.
  45. Une moyenne de 5 à 6 personnes semble cependant le chiffre le plus vraisemblable.
  46. Au début du 21e siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  47. Population avant le recensement de 1962.
  48. INSEE : Population depuis le recensement de 1962.
  49. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.