La Bonneville

De Wikimanche

La Bonneville est une commune du département de la Manche.

Commune de La Bonneville Coordonnées géographiques de la mairie Logo-Mairie.png
49° 23' 37.02" N, 1° 27' 16.58" W (OSM)
Arrondissement Cherbourg-Octeville
Chargement de la carte...
Canton Bricquebec
Ancien canton Saint-Sauveur-le-Vicomte
Intercommunalité CA du Cotentin
Gentilé Bonnevillais(es)
Population 194 hab. (2016)
Superficie 6,31 km²
Densité 31 hab./km2
Altitude 3 m (mini) - 32 m (maxi)
Code postal 50360
N° INSEE 50064
Maire Louisette Lepetit
Communes limitrophes de La Bonneville
Reigneville-Bocage,
Rauville-la-Place
Reigneville-Bocage,
Orglandes
Orglandes
Crosville-sur-Douve La Bonneville Étienville
Varenguebec Varenguebec,
Les Moitiers-en-Bauptois
Les Moitiers-en-Bauptois

Map commune FR insee code 50064.png


Toponymie

Attestations anciennes

  • Merdosa villa 12e s. [1].
  • [gén.] Sancte Margarite de Merdose villa ~1210 [1].
  • parrochi[a] Sancte Margarite de La Boneville 1226 [2].
  • parrochi[a] Sancte Margarite de La Bonneville 1236 [3].
  • parrochi[a] Sancte Margarite de Bonavilla 1236 [4].
  • [gén.] Sancte Margarite de Bona villa 1237 [1].
  • ecclesia de Bona[villa] 1250 [5].
  • Bonavilla 1253 [6], 1280 [1].
  • la Bonneville 1298 [1].
  • ecclesi[a] de Bonavilla 1332 [7].
  • parrochia Bone Ville 1332 [8].
  • Bona Villa 1351/1352 [9].
  • la Bonneville 1555, 1557 [10].
  • Bonneville 1612/1636 [11].
  • La Bonneville 1677 [12], 1713 [13].
  • la Boneville 1716 [14].
  • la Bonneville 1753/1785 [15],
  • La Bonneville 1793 [16] 1801 [17].
  • la Bonneville 1804 [18].
  • la Bonneville-en-Hague 1828 [19].
  • la Bonneville 1854 [20], 1903 [21], 1962 [22].
  • La-Bonneville 1972 [23].
  • La Bonneville 1978, 1993 [24].

Étymologie

Toponyme médiéval d'origine euphémique, créé au 13e siècle pour remplacer l'appellation primitive de Merdosa villa, latinisation d'une forme romane °Merdoseville non attestée, qui serait normalement devenue °Merdeuseville par la suite. On connaît en Normandie un certain nombre d'exemples de tels euphémismes, visant à remplacer un nom ressenti comme malséant par un autre, plus fade mais plus « convenable » : ainsi, Belleville-en-Caux (Seine-Maritime) est un plus ancien Merdosa villa (12e s.); le quartier d'Eauplet à Rouen est primitivement Merdeplud (~1050), Merdepluet (~1055, 1174), « (l'endroit où la) merde pleut »; le bourg de Dozulé dans le Calvados est d'abord appelé le Bourg de Cul Uslé, villa de Cul Uslé (1198), « cul brûlé », pudiquement remplacé par un « dos brûlé », etc.

Reste à définir ce que l'on a pu entendre par une « ville merdeuse ». Le mot merde a été abondamment utilisé en toponymie et hydronymie pour désigner l'impureté, la saleté ou la boue, aussi bien que l'excrément. Dans la Manche, un autre exemple d'un tel nom est celui de la rivière du Merderet. Mais on pourra noter par ailleurs le Bois Merdeux (villa vocatur Bus merdous 1213) à Mesnil-Rury, aujourd'hui Torps-Mesnil (Seine-Maritime); le Camp Merdeux (eu camp Merdeuz 1261/1266) à Beaumont-en-Auge (Calvados); la Fontaine Merdeuse (19e s.) au Fresne-Camilly (Calvados); la ruelle Merdeuse (1340) à Fécamp (Seine-Maritime), etc. Si un champ est dit merdeuz, il s'agit sans doute de boue; dans le cas d'une fontaine, d'eau trouble ou boueuse; pour une ruelle, c'est aux immondices de toutes sortes que le mot fait allusion. Pour les végétaux, l'adjectif a généralement le sens de « pourri » : outre le Bois Merdeux déjà cité, on relève en Normandie toute une série d'appellations reposant sur les formes dialectales du mot foireux employé au sens de « merdeux » : la Haie Fourouse (19e s.) à Escures-sur-Favières (Calvados); le Buisson Fourreux à Harfleur (1482) et à Grand-Couronne (19e s.) en Seine-Maritime. Ce dernier sens de « pourri » pourrait également convenir au rocher de la côte d'Omonville-la-Rogue nommé la Foireuse, au moins depuis le 18e siècle.

Dans le cas d'une villa, c'est-à-dire d'un domaine rural médiéval, on pourra hésiter entre les sens de « boueux », « sale », et peut-être aussi « mal tenu » au figuré. Les données historiques font évidemment défaut à ce sujet, et il est pour l'heure impossible de préciser davantage.

Étant donné l'existence de quatre autres Bonneville en Normandie (Calvados, Eure), Louis Du Bois proposa en 1828 l'appellation de la Bonneville-en-Hague pour la différencier des précédentes. Cette modification ne fut pas retenue.

Géographie

Elle s'inscrit dans le Parc naturel régional des Marais du Cotentin et du Bessin.

Histoire

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793.
À partir du 21e siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[25]. En 2016, la commune comptait 194 habitants.

           Évolution de la population depuis 1793  [modifier] (Sources : Cassini [26] et INSEE [27])
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
445 409 540 473 499 485 451 457 427 405
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
387 377 383 348 339 331 318 276 296 266
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
238 220 238 219 264 202 163 190 205 173
1982 1990 1999 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012
154 129 143 158 160 162 168 173 181 188
2013 2014 2015 2016 - - - - - -
195 199 202 194
Notes : De 1962 à 1999 : Population sans doubles comptes. Depuis 2006 : Population municipale.
Sources :
Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[28] puis INSEE à partir de 2004.


Administration

Circonscriptions administratives avant la Révolution

Circonscriptions administratives depuis la Révolution


Les maires

Liste des maires
Période Identité Parti Qualité Observations
1794-1798 Richard Scelle
1798-1808 Jean Louis Scelle
1808-1848 Georges Mercent
1848-1866 Louis Lebredonchel
1866-1870 Bernard Levavasseur
1870-1904 Pierre Leclerc
1904-1908 René Baudouin
1908-1920 Corentin Hamel
1920-1929 Auguste Lemoine
1929-1952 Charles Angot
1952-1965 Alfred Picot
1965-2001 Léon Flambard (1978)
2001-2008 André Legendre
2008-actuel Louisette Lepetit SE cadre de La Poste
Source : liste établie par Jean Pouëssel et Guy Boisset pour 601 communes et lieux de vie de la Manche. [29]
.


Mairie

Horaires d'ouverture
Jours Matin Après-midi Coordonnées de la mairie (Pour envoyer un mail et signaler une erreur cliquez ici)
Lundi 10 h - 12 h 14 h - 16 h
La mairie (2013).

La mairie (2013).

Adresse : 1 village de l'Église
50360 La Bonneville

Tél./Fax : 02 33 41 00 72
Courriel : Contacter la mairie
Site internet : Pas de site officiel
Commentaire :
Source : Annuaire Service-Public (28 juillet 2012)

Mardi - -
Mercredi - -
Jeudi - -
Vendredi - -
Samedi - -


Religion

Circonscriptions ecclésiastiques avant la Révolution

Patronage

  • Dédicace de l'église paroissiale : initialement, Sainte-Marguerite; actuellement, Saint-Sébastien.
  • Patron (présentation) : patron laïc, le seigneur du lieu; Philippe de Ducey en 1332.
  • Fête patronale : ?

Circonscriptions ecclésiastiques actuelles

Lieux et monuments

  • Église Saint-Sébastien : gisant (15e), légende de saint Eustache (14e).
  • Stèle troupes américaines commémorant la libération du bourg par les troupes américaines, le 15 juin 1944[30].
  • Les Broches (16e/17e).
  • La Cour de La Bonneville.
  • La Binorie (18e).
  • Rives de la Douve.

Personnalités liées à la commune

  • Famille de Trousseauville, seigneurs de La Bonneville.
  • Henri-Jacques Le Fauconnier, sieur de la Bonneville, émigré sous la Terreur, capitaine du Dresmay au régiment de la Royale Marine, commande la Première compagnie des gentilshommes normands au débarquement de Quiberon. Il est fait prisonnier et fusillé près de Vannes. Son nom figure sur le mausolée des martyrs de Quiberon à la chartreuse d'Auray sous le nom d'Henri-Jacques de la Bonneville.

Transports

Notes et références

  1. 1,0 1,1 1,2 1,3 et 1,4 François de Beaurepaire, Les noms de communes et anciennes paroisses de la Manche, Picard, Paris, 1986, p. 84.
  2. Julie Fontanel, Le cartulaire du chapitre cathédral de Coutances, Archives départementales de la Manche, Saint-Lô, 2003, , p. 252, § 126.
  3. Ibid., p. 251, § 125.
  4. Ibid., p. 251, § 124.
  5. Ibid., p. 469, § 326.
  6. Ibid., p. 406, § 270.
  7. Pouillé du Diocèse de Coutances, 1332, in Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903, p. 302D.
  8. Ibid., p. 302D.
  9. Compte du Diocèse de Coutances, pour l’année 1351 ou 1352, in Auguste Longnon, op. cit., 1903, p. 381E.
  10. Eugène Robillard de Beaurepaire et le Comte Auguste de Blangy, Le Journal du Sire de Gouberville (t. II), Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie XXXII, Caen, 1895, p. 48, 336.
  11. Jean Bigot sieur de Sommesnil, État des paroisses des élections de Normandie, 1612/1636 [BN, ms. fr. 4620].
  12. Roles par généralités et élections des paroisses de France et de leur imposition aux tailles, 1677 [BN, cinq cents Colbert, ms. 261 f° 229 à 275].
  13. Dénombrement des généralités de 1713 [BN, ms. fr. 11385, f° 1 à 132].
  14. Guillaume de l'Isle, Carte de Normandie, Paris, 1716.
  15. Carte de Cassini.
  16. Site Cassini.
  17. Bulletin des lois de la République française, Imprimerie Nationale, Paris.
  18. Dictionnaire universel, géographique, statistique, historique et politique de la France, impr. Baudouin, libr. Laporte, vol. I (A-CNO), an XIII (1804), p. 382c.
  19. Louis Du Bois, Itinéraire descriptif, historique et monumental des cinq départements de la Normandie, Mancel, Caen, 1828, p. 400.
  20. V. Lavasseur, Atlas National Illustré des 86 départements et des possessions de la France, A. Combette éditeur, Paris, 1854.
  21. Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903.
  22. Atlas de Normandie, Caen, 1962.
  23. Anne Vallez, Pierre Gouhier, Jean-Marie Vallez, Atlas Historique de Normandie II (économie, institutions, comportements), Université de Caen, Caen, 1972.
  24. Annuaire officiel des abonnés au téléphone.
  25. Au début du 21e siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  26. Population avant le recensement de 1962.
  27. INSEE : Population depuis le recensement de 1962.
  28. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  29. « 601 communes et lieux de vie de la Manche », René Gautier et 54 correspondants, éd. Eurocibles, 2014, p. 267
  30. Monument commémoratif La Bonneville