Sèves

De Wikimanche

La Sèves, ou Sève, est un cours d'eau de la Manche.

Affluent de la Douve, elle prend sa source à la limite des communes de Vaudrimesnil et Muneville-le-Bingard et se jette dans la Douve près de Carentan, après un parcours de 33 km.

À partir de Baupte, la Sèves se sépare en deux bras : l'un garde le nom de Sèves, l'autre prend d’abord le nom de canal d'Auvers, puis celui de Madeleine et se jette aussi dans la Douve, un kilomètre après.

Elle a pour affluents : la Holerotte, le ruisseau de Raffoville et le canal du Plessis.

Le nom de la Sèves est passé à celui de la commune de Saint-Germain-sur-Sèves. Il a également figuré dans celui de Gonfreville-sur-Sève, ancienne appellation alternative de Gonfreville.

Hydronymie

Attestations directes

  • piscaria Seve 1159/1181 [1].
  • R. de Seve 1689 [2].
  • Seve R. 1694 [3].
  • Seve fl ~1700 [4].
  • Seve R 1719 [5], 1736 [6].
  • R. de Seve 1757 [7].
  • Seve R 1780 [8].
  • la Seve Riviere 1753/1785 [9].
  • R[uisse]au de Sèves 1825/1866 [10].
  • la Sève ou Sèves 1880 [11].
  • Sèves 1926 [12].
  • la Sèves Riv. 2007 [13].

Attestations indirectes

Elles concernent le hameau de Sèves à Saint-Germain-sur-Sèves, qui doit son nom à celui du cours d'eau qui le baigne.

  • Village de Sève 1753/1785 [9].
  • Sève; Sèves 1825/1866 [10].
  • village de Sèves 1993 [14].
  • Sèves 2007 [13].

Étymologie

Hydronyme d'origine pré-latine, correspondant à une proto-forme gallo-romane °SABA ou °SAVA. Ce nom repose apparemment sur une racine pré-indo-européenne °sab- / °sav- [15], de sens discuté [16], mais présente dans un très grand nombre d'hydronymes français et européens : la Save (Gers), Sabis (ancien nom de la Sambre), la Save (affluent du Danube), la Seve ou Sieve (Hanovre, Allemagne; Italie, affluent de l'Arno), etc., sans compter tous les dérivés de type Savasse, Seveine, Sèvre, Sevreau, Sevron, etc.

Remarque : on notera que le -s finale de Sèves, non étymologique, n'apparaît qu'au 19e siècle sur la carte d'État-Major. Rien ne s'opposerait à sa suppression.

Notes et références

  1. François de Beaurepaire, Les noms de communes et anciennes paroisses de la Manche, Picard, Paris, 1986, p. 219.
  2. G. Mariette de La Pagerie, cartographe, Unelli, seu Veneli. Diocese de Coutances, divisé en ses quatre archidiaconés, et vint-deux doiennés ruraux avec les Isles de Iersay, Grenesey, Cers, Herms, Aurigny etc., chez N. Langlois, Paris, 1689 [BNF, collection d'Anville, cote 00261 I-IV].
  3. Jean-Baptiste Nolin, Le duche et gouvernement de Normandie Divisé en Haute et Basse Normandie, en Divers Pays, et par Evechez, Paris, 1694 [BNF, IFN-7710251].
  4. Gerard Valk, Normannia Ducatus, tum Superior ad Ortum, tum Inferior ad Occasum, Praefectura Generalis […] Anglici Caesarea sive Jarsey…, Amsterdam, ~1700.
  5. Bernard Jaillot, Le Gouvernement général de Normandie divisée en ses trois généralitez, Paris, 1719.
  6. Bernard Jaillot, Carte topographique du diocèse de Bayeux, Paris, 1736 [BNF, Collection d’Anville, cote 00260 B].
  7. L. Brion de la Tour, Recueil des Côtes Maritimes de France, Desnos, Paris, 1757, carte n° 10.
  8. Anonyme, Plan des Départemens de Caen Bayeux et Saint Lo suivant la Marche que les Ambulants Tiennnent lors de Leurs Recouvremens [de la taille], 1780 [BNF département Cartes et plans, GE AA-3798 (RES)].
  9. 9,0 et 9,1 Carte de Cassini.
  10. 10,0 et 10,1 Cartes d’État-Major (relevés de 1825 à 1866, mises à jour jusqu’à 1889).
  11. Adolphe Joanne, Géographie du département de la Manche, Hachette, Paris, 1880, p. 15.
  12. Carte du département de la Manche, L’Illustration économique et financière, 28 août 1926.
  13. 13,0 et 13,1 Carte IGN au 1 : 25.000.
  14. Annuaire officiel des abonnés au téléphone.
  15. Albert Dauzat, Gaston Deslandes et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de rivières et de montagnes en France, Klincksieck, Paris, 1978, p. 82b-83a.
  16. Certains auteurs lui ont attribué le sens de « creux », rapprochant ainsi cet élément du radical du latin sabucus « sureau »; cf. Giovanni Alessio, Italia Antichissima, 1973, p. 53-59.

Lien externe