101e Airborne

De Wikimanche

La 101e triomphante à Ravenoville.

La 101e Airborne, nom commun de la 101e division aéroportée (101st Airborne Division), est une division d'infanterie américaine.

Elle jouit d'une grande estime dans la Manche pour sa participation à la Seconde Guerre mondiale, et tout spécialement pour son rôle dans la libération du Cotentin.

Ses soldats sont surnommés les « aigles hurlants » (screaming eagles) en référence au dessin figurant sur l'insigne de la division.

Histoire

Insigne.

La 101e Airborne est créée en novembre 1918 comme unité de réserve. Après la Première Guerre mondiale, elle est intégrée à la Garde nationale des États-Unis, avant de devenir une unité aéroportée en août 1942.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, elle s'illustre lors de la libération du Cotentin, avant de prendre part à la libération des Pays-Bas (Opération Garden Market) et à la bataille des Ardennes.

Par la suite, elle est engagée dans la guerre du Viêt Nam (dans les années 1960), le guerre du Koweit (1990) et la guerre d'Irak (2003).

La libération du Cotentin

La 101e Airborne, placée sous le commandement du général Lee, est transférée en Grande-Bretagne à la mi-août 1943. Elle comprend le 502e régiment d'infanterie parachutée (502nd Parachute Infantry Regiment ou 502nd PIR), et les 327e et 401e régiments aéroportés (Glider Infantry Regiment), ses régiments d'origine, aussitôt renforcés par les 501e et 506e régiments d'infanterie parachutée. Le général Maxwell D. Taylor prend le commandement de la 101e après le général William C. Lee, victime d'un accident vasculaire cérébral, le 5 février 1944.

Zones de larguage de la 101e Airborne le 6 juin 1944.

Le 5 juin 1944, au soir, des planeurs américains décollent de la base de North Witham, dans le Lincolnshire, au nord-est de l'Angleterre. Leur mission est d'atterrir sans bruit dans le secteur de Sainte-Mère-Église et d'y déposer des éclaireurs (pathfinders) chargés de baliser les zones les plus favorables aux parachutages qui vont suivre. À h 15, le capitaine Frank L. Lillyman, est premier soldat allié à poser le pied sur le sol français [1], à l'ouest de Saint-Martin-de-Varreville.

Au petit matin du 6 juin, les parachutistes de la 101e Airborne et de la 82e Airborne sont lâchés au-dessus des zones soigneusement repérées. Mais le vent et une mauvaise coordination dispersent les parachutistes sur une zone de 40 km de long, bien trop vaste, qui englobe les marais de Carentan et les zones inondées par les Allemands, où se noient de nombreux soldats. Le bilan est lourd : 1 500 Américains sont tués, dont le brigadier-général Donald F. Pratt, commandant en second de la division, ou faits prisonniers.

À terre, les officiers survivants doivent improviser [1]. Ils rassemblent les parachutistes sans tenir compte de leurs unités et forment des escouades disparates mais armées de la meilleure volonté d'en découdre [1]. Le combat s'engage. Des ponts sur la Douve sont conquis de haute lutte. Sainte-Marie-du-Mont est prise, puis Angoville-au-Plain et nombre de hameaux et de petites communes. À 4 h, Sainte-Mère-Église est aux mains du 3e bataillon du 505e PIR sous les ordres du lieutenant-colonel Edward C. Krause. Dans l'après--midi, la jonction est enfin faite avec la 4e division d'infanterie américaine débarquée le matin à Utah Beach. Le 8 juin, le 506e régiment d'infanterie s'empare de Saint-Côme-du-Mont. Plus tard, le général Taylor complimentera ses troupes ainsi : « Vous avez prouvé que le soldat allemand n'était pas invincible. Vous l'avez battu sur son propre terrain et vous pouvez le battre sur n'importe quel terrain » [1].

À Carentan.

Un grand secteur côtier étant maintenant sous contrôle, un poste de commandement est installé à Hiesville. La 101e peut maintenant faire route vers Carentan [1]. Là encore, les combats sont rudes mais la ville tombe le 12 juin.

Hommage

À Carentan-les-Marais, la rue de la 101e Airborne célèbre ses exploits.

Bibliographie

  • Jean Mabire, La Nuit des paras (Les Aigles hurlants de la 101e Airborne dans la bataille du Cotentin), Presses de la Cité, 1992

Notes et références

  1. 1,0 1,1 1,2 1,3 et 1,4 The Story of the 101st Airborne, éd. Stars and stripes, 1944-1945.

Lien interne

Lien externe