Granville

De Wikimanche

Granville est une commune du département de la Manche.

Granville1.png Blason de la commune de Granville Coordonnées géographiques de la mairie Logo-Mairie.png
48° 50' 15.37" N, 1° 35' 50.14" W (OSM)
Arrondissement Avranches
Chargement de la carte...
Canton Granville (bureau centralisateur)
Ancien canton Granville (chef-lieu)
Intercommunalité CC de Granville, terre et mer (siège)
Gentilé Granvillais(es)
Population 13 175 hab. (2015)
Superficie 9,9 km²
Densité 1 331 hab./km2
Altitude 0 m (mini) - 67 m (maxi)
Code postal 50400
N° INSEE 50218
Maire Dominique Baudry
Communes limitrophes de Granville
Mer de la Manche,
au large, les Îles Chausey
Mer de la Manche Donville-les-Bains
Mer de la Manche Granville Yquelon
Mer de la Manche,
au large, Cancale (Ille-et-Vilaine)
Mer de la Manche,
Le Mont-Saint-Michel
Saint-Pair-sur-Mer,
et Saint-Planchers

Gravure du port de Granville, Nicolas Tassin, 1631.
Gravure du port de Granville, Nicolas Tassin, 1631.



Toponymie

Attestations anciennes

Étymologie

Toponyme médiéval apparemment issu de l'ancien français grant vile [80] « grand domaine rural; grand hameau, grand village », type toponymique aussi attesté dans l'Aube et l'Eure-et-Loir; il existe également un hameau de ce nom à Bacilly, et un autre à Heuland dans le Calvados.

Tous les spécialistes qui se sont exprimés sur la question [81],[82],[6],[83] sont pour une fois unanimes quant à cette étymologie, qui ne semble pas poser de problème a priori. Cependant, il existe plusieurs faits troublants : d'une part, le silence radio d'Auguste Longnon [84] et d'Auguste Vincent [85] au sujet d'un toponyme de sens en principe évident; d'autre part, la forme Grentevilla, qui alterne avec Granvilla dans une charte de 1060/1066, et identifiée à Granville par Marie-Thérèse Morlet, mais qui pourrait peut-être désigner une localité différente telle que Grainville ou Grentheville dans le Calvados. Si ce n'est pas le cas, il existerait une possibilité pour que l'on ait ici affaire à une évolution similaire à celle du nom de Grandmesnil dans le Calvados (Grente maisnil / Grentemaisnil ~1050), qui repose quant à lui sur un nom de personne germanique Grento [86]. Il se serait alors produit assez tôt un phénomène d'étymologie populaire, attribuable à l'attraction de l'ancien français grant. Cette hypothèse, qui ne repose que sur une seule attestation dont l'identification n'est pas assurée, semble cependant moins probable que la précédente.

Géographie

Site de Granville, Atlas de Trudaine, 1745-1780 (carte orientée à l'est-sud-est).

Les îles Chausey font partie du territoire de la commune.

Armes

Les armes de Granville représentent Josué arrêtant le soleil (ancien testament, Livre de Josué, chapitre 10, versets 12-13).

Granville1.png

Histoire

Elle est souvent surnommée « La Monaco du Nord » en référence à sa situation géographique - sur un promontoire rocheux qui rappelle celui de la cité monégasque - et à son casino. Un surnom certes plus valorisant que celui de « Granville le puant », qu'elle a longtemps traîné[87].

Pendant la Révolution, après le siège des Vendéens qu'elle avait enduré victorieusement (en 1793), la ville avait pris le nom de « Granville-la-Victoire » sans que l'information ne soit jamais officialisée. La chanson La Granvillaise fait allusion à cette appellation. L'avenue des Vendéens à Granville évoque également cet épisode.

La commune de Saint-Nicolas-près-Granville, détachée de Granville à la Révolution, lui est de nouveau rattachée le 29 avril 1962 (mise en application du décret du 27 avril).

Morphologie urbaine

La cité est fondée au XVe siècle sur la Pointe du Roc, puis se développe à partir du XVIIe siècle dans la basse ville. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, deux faubourgs principaux s’organisent entre la mer et les marécages du Boscq, au nord du cours d'eau autour de l’actuelle rue Paul-Poirier, au sud autour des rues Couraye et Saint-Sauveur, avec un parcellaire étroit typique de l’aménagement urbain de l’Ancien Régime. La fin des avantages fiscaux de la Haute ville à la Révolution française, et l'essor du port grâce à la pêche à la morue et la pêche aux huîtres, bénéficie à la basse ville. Au XIXe siècle, de grands travaux dotent la ville de nouvelles infrastructures maritimes et urbaines : les armateurs et négociants granvillais investissent les nouveaux quartiers gagnés sur la mer, comme la rue Lecampion où se concentrent les villas et immeubles bourgeois, puis plus tard le rues Clément Desmaisons et Valory, ainsi le cours Jonville aménagé sur les marais du Boscq comme une promenade à l'instar des boulevards parisiens[88]. Ainsi Stendhal écrit dans ses Mémoires d’un touriste en 1838 : « Depuis la révolution de 1830, on bâtit une fort jolie ville au pied du rocher de Granville, et tout contre le port. J’ai compté là je ne sais combien de grandes maisons en construction. On imite l’architecture de Paris, et toutes ces maisons ont une jolie vue sur la mer, et sont garanties du vent du nord par la vieille ville. »[88]

À la fin du XIXe siècle, la pêche à la morue décline mais le tourisme balnéaire progresse[88], réclamant de nouveaux établissements : hôtels, promenades, casino… La ville s'étale au XXe siècle, vers le Val-ès-Fleurs, la route de Villedieu et celle d'Avranches. La ville échappe globalement aux destructions de la Seconde Guerre mondiale. Saint-Nicolas-de-Granville est rattaché en 1962, et les quartiers périphériques sont densifiés.

Le secteur autour de la place des Corsaires et la Haute ville sont protégés au titre des zones de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager (ZPPAUP). Le quartier de l'Agora a été un temps quartier prioritaire[88].

Le territoire est divisé par la mairie en 9 quartiers : la Haute Ville, Jardin Christian Dior / Le Lude, Centre / Ports / Saint-Paul, Le Calvaire, Les Prairies / Mesnil, Saint-Nicolas, Hacqueville / Le Fourneau, Prétot / La Clémentière et Chausey.

Démographie

Sous l'Ancien régime

Sous l'Ancien régime, le dénombrement des populations se fait généralement par feux, c'est-à-dire par foyers. Le nombre de personnes habitant sous un même toit variant beaucoup suivant celui d'ascendants et d'enfants [89], ces données sont donc relatives, mais donnent néanmoins une idée de l'évolution démographique.

Depuis la Révolution

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793.
À partir du 21e siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[90]. En 2015, la commune comptait 13 175 habitants.

           Évolution de la population depuis 1793  [modifier] (Sources : Cassini [91] et INSEE [92])
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
6 649 5 454 7 834 7 030 7 350 7 581 8 347 12 191 11 035 13 568
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
17 180 15 622 14 747 12 527 11 040 11 620 12 721 12 005 11 667 11 940
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
11 347 9 489 10 497 10 229 10 329 10 132 10 368 9 827 12 715 13 330
1982 1990 1999 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012
13 546 12 413 12 687 13 022 13 100 13 087 12 847 12 969 12 999 13 021
2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020 2021 2022
13 104 13 350 13 175
Notes : De 1962 à 1999 : Population sans doubles comptes. Depuis 2006 : Population municipale.
Sources :
Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[93] puis INSEE à partir de 2004.



Administration

Circonscriptions administratives avant la Révolution

Circonscriptions administratives depuis la Révolution

Les maires

Liste des maires
Période Identité Parti Qualité Observations
1778-1783 Nicolas Yset -
1783-1787 Pierre-Nicolas Perrée-Duhamel armateur et négociant
1787-1790 François Léonor Couraye-Duparc -
1790-1791 Denis Le Mengnonnet négociant
1791-1795 Hugon-Lacourt -
1795-1795 Denis Le Mengnonnet négociant
1795-1795 Longueville-Beaufongeray
1795-1796 Antoine Gautier
1796-1797 Girard-Laporte
1797-1797 Deslandes
1797-1799 Eustache Le Pelley-Fonteny armateur
1799-1800 Pierre Méquin
1800-1805 François Le Tourneur
1805-1816 Gilles Méquin-Jonville médecin premier président de la chambre de commerce
1816-1830 Pierre Le Mengnonnet commerçant
1830-1834 Hippolyte Abraham-Dubois notaire conseiller général puis député
1834-1841 François Vallée
1841-1848 Jacques Le Campion armateur
1848-1854 Antoine Boniface décédé en exercice le 22 janvier 1854
1854-1861 Jacques Le Campion armateur
1861-1870 Charles Leclère
1871-1874 Arthur Le Mengnonnet armateur
1874-1879 Joseph Beust
1879-1881 Aubert Godefroy
1881-1882 Arthur Le Prince
1882-1882 Aubert Godefroy
1882-1888 Émile Riotteau armateur
1888-1890 François Le Biez
1890-1892 Lucien Dior
1892-1902 Alexandre Bureau
1902-1904 Georges Beust
1904-1908 Auguste Requier
1908-1911 Dr Adrien Letourneur médecin mort en 1911
1911-1919 Jean Pergeaux
1919-1923 Jacques de Boutray
1923-1925 Augustin Rufflé
1925-1929 Albert Godal commerçant
1929-1929 Augustin Rufflé
1931-1944 Albert Godal commerçant
1945-1945 Dr Paul Lavat médecin
1945-1947 Jules Desmonts PRRS enseignant
1947-1959 Roger Maris RPF puis Modéré administrateur colonial
1959-1961 Marius Beaumois PRRS retraité
1961-1977 Henri Baudouin UNR puis FNRI avocat
1977-1983 Rémy Derubay PS professeur
1983-1989 Henri Baudouin UDF avocat
1989-1990 Jean-Claude Lécossais RPR chirurgien
1990-1994 Bernard Beck UDF haut fonctionnaire
1994-2008 Marc Verdier RPR, UMP banquier
2008-2014 Daniel Caruhel PRG horticulteur
2014-actuel Dominique Baudry SE gérante d'entreprise
Toutes les données ne sont pas encore connues.



Mairie

Horaires d'ouverture
Jours Matin Après-midi Coordonnées de la mairie (Pour signaler une erreur cliquez ici)
Lundi 8 h 30 - 12 h 12 h - 17 h 30
L'hôtel de ville.

L'hôtel de ville.

Adresse : 6 Cours Jonville - BP 409
50404 Granville CEDEX

Tél. 02 33 91 30 00
Fax : 02 33 91 30 09

Courriel : Contacter la mairie

Site internet : Officiel

Commentaire : Horaires d'ouverture de la mairie en continu

Source : Site de la ville. (13 mars 2012)

Mardi 8 h 30 - 12 h 12 h - 17 h 30
Mercredi 8 h 30 - 12 h 12 h - 17 h 30
Jeudi 8 h 30 - 12 h 12 h - 17 h 30
Vendredi 8 h 30 - 12 h 12 h - 17 h 30
Samedi - -



Religion

Circonscriptions ecclésiastiques avant la Révolution

Patronage

  • Dédicace des églises paroissiales : Notre-Dame; Saint-Nicolas.
  • Patron (présentation) : patronage laïque, deux portions; en 1648, les seigneurs de La Mouche et d'Argouges [25].
  • Fête patronale : ?

Circonscriptions ecclésiastiques actuelles

Lieux et monuments

Patrimoine religieux
Patrimoine civil
Le Plat-Gousset et le casino en arrière-plan.
  • Plat-Gousset : plage et promenade au pied des falaises près du casino. Ainsi nommé, paraît-il, parce que c'est là qu'on se promenait après avoir perdu tout son argent au jeu ! Les effets de vagues à la pleine mer par fort vent d'ouest sont spectaculaires.
  • Haute-Ville, avec ses remparts (contraster la Muraille du Nord et la Muraille du Sud), la Grand-Porte (pont-levis), la porte Saint-Jean. Panorama sur le Plat-Gousset, les îles Chausey, etc.
  • Casino, au pied de la Haute-Ville près de l'endroit jadis nommé la Tranchée aux Anglais.
  • Port de pêche et port de plaisance nommé port de Hérel. Départs pour Chausey et Jersey.
  • Ancienne succursale de la Banque de France : fermée au début des années 2000, protégée (façade et verrière), elle a été racheté par le promoteur Pierre Pozzo en mai 2011 pour la transformer en résidence de standing.
  • Musées : voir Culture.
  • Groupe scolaire Docteur-Lanos
  • Liste des voies de Granville
  • Centre hospitalier d'Avranches-Granville
  • Villa Les Rhumbs, maison d'enfance de Christian Dior
  • Quartier Saint-Paul, aux villas d'armateurs, marins et notables, ornées de jardins, dont la villa Isabelle construite par Alphonse Ravous, architecte de l'Église Saint-Paul, et la villa Le Souvenir, datant de 1907.
Patrimoine naturel

Personnalités liées à la commune

Naissances

dans l'ordre chronologique

Décès

Autres

Divers autres

  • « La Goulue » début août 1890 : « ...mais il n’y a pas qu’au Moulin Rouge que je le danse : tenez, un souvenir impérissable : le 10 août 1890, après un séjour à Granville, au bord de la mer, où bien sûr nous restons habillées car il faut rester blanche comme dans les tableaux de Rubens ou de Renoir, nous dansons au Palais des arts martiaux, sur le Champ de Mars, lors d’un bal donné au profit des sinistrés de la Guadeloupe et de la Martinique... … ah, oui ! Ces horribles séismes... » (Christian Laroze, Les Entretiens de Kronos, 2008).

Politique

Économie

Le casino.
  • Ædificandi : construction de maisons individuelles (enseigne Tradiroc)
  • Lu : fabrique de biscottes pour les marques Heudebert, Pelletier, Magdeleine.
  • Casino.
  • SIM 50 : recrutement de personnel.
  • Stelmi : articles médicaux en caoutchouc.
  • Groupe Millet : menuiserie industrielle.
  • Smur maritime (Service médical d'urgence et de réanimation), créé en avril 2009.
  • Ercus : fabrique de sucre.
  • Fonderie Nivard, rachetée en 1927 devient la Fonderie Legoupil.
  • Normerel : informatique.
  • Maison Pignolet : conserverie, créée en 1725.
  • Marine Concept : chantier naval.
  • Centre de rééducation et de réadaptation fonctionnelles.
  • Centres de thalassothérapie et de balnéothérapie.
  • Saumonerie granvillaise : fumage artisanal de poissons.
  • Anfray : construction navale.
  • Vedettes Jolie France : transport de passagers vers Chausey.
  • L'Andouillerie granvillaise : andouilles de Vire.
  • La Chèvre Rit : ferme pédagogique ; fromages de chèvre.
  • Netto Décor Propreté : nettoyage industriel.
  • Duguet : menuiserie, isolation.
  • FactorFX : informatique.
  • Flashmer : matériel de pêche.
  • Groupe LB : bâtiment et travaux publics.
  • Manche Îles Express : transport maritime.
  • VF Distribution, grossiste pour boulangeries et patisseries
  • Boutray : armateur (disparu).
  • Rémy Chuinard : armateur (disparu) ; le Sans-Gêne et la goélette la Normande en pêche à Saint-Pierre-et-Miquelon (attesté en 1916) ; président du syndicat des armateurs à la grande pêche, membre du Cercle du commerce et de l'industrie de Saint-Pierre et a une cale et une habitation située sur la darse de Saint-Pierre[94]
  • Eugène Lépaulone (ou Lepaulou) : armateur (disparu) ; membre du syndicat des armateurs à la grande pêche ; le Tour d'Agon en pêche à Saint-Pierre-et-Miquelon (attesté en 1916)[94]
  • Riotteau : armateur (disparu) ; Alice en pêche à Saint-Pierre-et-Miquelon ; a une cale et une habitation à Pont-Boulo (attesté en 1916)[94]

Transports

Liaisons ferroviaires

Liaisons maritimes

Arrivée à Granville du bateau de Jersey

Liaisons aériennes

Liaisons routières

Lignes Manéo
  • Ligne 54 : Ligne estivale du Coutançais au Granvillais par la côte (juillet-août).

Éducation

Culture

Maurice Orange, "La Danse" (Musée du Vieux Granville).
Flamme postale, 1985.
Musées
Livre et Lecture
Festivals et évènementiel
Autres

Granville est le nom d'un groupe de rock caennais fondé en 2011[96]

Jumelages

Par Douzelage, Granville est jumelée à :

  • Altea (Espagne)
  • Bad Kötzting (Allemagne)
  • Bellagio (Italie)
  • Bundoran (Irlande)
  • Chojna (Pologne)
  • Holstebro (Danemark)
  • Houffalize (Belgique)
  • Judenburg (Autriche)
  • Karkkila (Finlande)
  • Köszeg (Hongrie)
  • Meerssen (Pays-Bas)
  • Niederanven (Luxembourg)
  • Oxelösund (Suède)
  • Prévéza (Grèce)
  • Sesimbra (Portugal)
  • Sherborne (Royaume-Uni)
  • Sigulda (Lettonie)
  • Siret (Roumanie)
  • Sušice (République tchèque)
  • Türi (Estonie)
  • Zvolen (Slovaquie)

Sports

Il existe 40 associations sportives à Granville, représentant plus de 5 000 licenciés[97].

  • Aïkido : Aïkido granvillais
  • Athlétisme : Granville AC (couleurs : damiers rouge et blanc)
  • Aviron : L'Aviron granvillais
  • Baseball: Requins de Granville (1989-2005)
  • Basket-ball : BIPG (Basket intercommunal du pays granvillais)
  • Billard
  • Boxe : Boxing-club granvillais
  • Cyclisme : VC Granville
Équipements
Piscine Tournesol

Bibliographie

Voir l'article détaillé Bibliographie de Granville.

Notes et références

  1. Marie Fauroux, Recueil des actes des ducs de Normandie (911-1066), Mémoire de la Société des Antiquaires de Normandie XXXVI, Caen, 1961, p. 308, § 133.
  2. Jean Adigard des Gautries, « Les noms de lieux de la Manche attestés entre 911 et 1066 », in Annales de Normandie I (1951), p. 9-44.
  3. Marie Fauroux, op. cit., p. 419, § 220.
  4. Léopold Delisle, Chronique de Robert de Torigni, abbé du Mont-Saint-Michel, A. Le Brument, Rouen, vol. II, 1873, p. 301, § XXXIII.
  5. Julie Fontanel, Le cartulaire du chapitre cathédral de Coutances, Archives départementales de la Manche, Saint-Lô, 2003, p. 431, § 290.
  6. 6,0, 6,1, 6,2 et 6,3 François de Beaurepaire, Les noms de communes et anciennes paroisses de la Manche, Picard, Paris, 1986, p. 127.
  7. Léchaudé D’Anisy, Grands Rôles des Échiquiers de Normandie, première partie, Mémoire de la Société des Antiquaires de Normandie XV, 2e série, 5e volume, Paris, 1845, p. 57b.
  8. Ibid., p. 187b.
  9. Compte du Diocèse de Coutances, pour l’année 1351 ou 1352, in Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903, p. 367F.
  10. Siméon Luce, Chronique du Mont-Saint-Michel (1343-1468), Firmin-Didot, Paris, t. I, 1879, p. 190, § LV.
  11. Ibid., p. 196, § LVI.
  12. Siméon Luce, op. cit., t. II, 1883, p. 30, § CXLVII.
  13. Ibid., p. 79, § CLXXXIV.
  14. Ibid., p. 256, § CCXCIX.
  15. Jean Rotz, [Carte de la Manche], 1542/1544 [British Library].
  16. Gerhard Mercator (1512-1594), Britannia et Normandia cum confinibus regionibus, Duisbourg, 1585 [BNF, Collection d'Anville, cote 00456 bis].
  17. Abraham Ortel dit Ortelius, Neustria. Britanniae, et Normandiae Typus, Anvers, 1594.
  18. Pierre Bertius, Normandia, 1606.
  19. Jean Guérard, Description hidrografique des costes, ports, havres et rades du Royaume de France... / faitte en Dieppe par Jean Guerard, 1627 [BNF, département Cartes et plans, cote CPL GE SH ARCH-11].
  20. Gerhard Mercator, Bretania et Normandia […], gravure de Van den Keere; carte extraite de l’Atlas Minor, éd. Cloppenburgh, Amsterdam, ~1630.
  21. Nicolas Tassin, « Gowernement de Granuille & du mont St Michel », Plans et profilz des principales villes de la province de Normandie, avec la carte générale et les particulières de chascun gouvernement d’icelles, 1631 [Médiathèque de Lisieux].
  22. Sébastien Cramoisy, Carte générale de toutes les costes de France tant de la mer Océane que Mediterranée, 1634 [BNF].
  23. Normandia Ducatus (carte du duché de Normandie), Atlas Van der Hagen, 1635.
  24. Jean Bigot sieur de Sommesnil, État des paroisses des élections de Normandie, 1612/1636 [BNF, ms. fr. 4620].
  25. 25,0 et 25,1 « Benefices du dioceze de Coutances », p. 6, in Pouillié general contenant les benefices de l’Archevesché de Rouen […], chez Gervais Alliot, Paris, 1648.
  26. Claude Hardy, Duche de Bretaigne / Dessigné par le Sieur Hardy mareschal des logis du Roy, J. Janssonius, Amsterdam / Melchior Tavernier, Paris, 1650.
  27. M. Merian, Duché et Gouvernement de Normandie, Francfort, 1650.
  28. N. Sanson et P. Mariette cartographes, R. Cordier graveur, Duche et Gouvernement de Normandie, Paris, 1661.
  29. Roles par généralités et élections des paroisses de France et de leur imposition aux tailles, 1677 [BNF, cinq cents Colbert, ms. 261 f° 229 à 275].
  30. G. Mariette de La Pagerie, cartographe, Unelli, seu Veneli. Diocese de Coutances, divisé en ses quatre archidiaconés, et vint-deux doiennés ruraux avec les Isles de Iersay, Grenesey, Cers, Herms, Aurigny etc., chez N. Langlois, Paris, 1689 [BNF, collection d'Anville, cote 00261 I-IV].
  31. Nicolas Sanson, Carte particuliere des postes de France / par le Sr. Sanson geographe ordinaire du roy, H. Iaillot, Paris, 1692; publié dans H. Jaillot, Atlas nouveau, Mortier-Huguetan, Amsterdam, 1692.
  32. Nicolas Sanson, Carte de la Manche faite par ordre du Roy pour le service des armees de mer. Reveue et corrigee par le Sr. Sanson a Paris chez Hubert Jaillot, Paris, 1692.
  33. Greenville Collins, Chart of the channell, Manche, 1693 [BNF, Collection d'Anville, cote 00757].
  34. Jean-Baptiste Nolin, Le duche et gouvernement de Normandie Divisé en Haute et Basse Normandie, en Divers Pays, et par Evechez, Paris, 1694 [BNF, IFN-7710251].
  35. Michel-Antoine Baudrand, La France suivant les nouvelles observations, C. Roussel, Paris, 1694 [BNF, GED-6682].
  36. P. Mortier / H. Jaillot, Le Duché et Gouvernement de Normandie divisée en Haute et Basse Normandie, Amsterdam, 1695.
  37. Justus Danckerts (1635-1701), Canalis inter Angliae et Galliae tabula cum omnibus suis portibus, arenis et profundis, Amsterdam, 1692/1699.
  38. Gerard Valk, Normannia Ducatus, tum Superior ad Ortum, tum Inferior ad Occasum, Praefectura Generalis […] Anglici Caesarea sive Jarsey…, Amsterdam, ~1700.
  39. Alexis-Hubert Jaillot (1632?-1712), La Bretagne divisée en ses neuf Eveschés […], aux Deux globes, Paris, 1706 [BNF, collection d'Anville, cote 00728 B].
  40. 40,0 et 40,1 Dénombrement des généralités de 1713 [BNF, ms. fr. 11385, f° 1 à 132].
  41. Guillaume de l'Isle, Carte de Normandie, Paris, 1716.
  42. Bernard Jaillot, Le Gouvernement général de Normandie divisée en ses trois généralitez, Paris, 1719.
  43. Jean-Baptiste Homann, Tabula Ducatus Britanniæ Gallis / le Gouvernem[en]t General de Bretagne, Nuremberg, 1720.
  44. 44,0 et 44,1 Nouveau dénombrement du royaume par generalités, elections, paroisses et feux […], t. II, Impr. Pierre Prault, Paris, 1735, p. 59a.
  45. Anonyme, A new correct chart of the Channel between England and France, éd. W. Mount & T. Page, Londres, 1730-1739 [BNF, département Cartes et plans, cote CPL GE DD-2987 (765 B); collection d'Anville, cote 00765 B].
  46. Nouvelle carte réduite de la Manche, Chez Mr Bellin, Paris, 1749 [BNF, collection d'Anville, cote 00762 B].
  47. Herman van Loon, D2.me [= Deuxième] carte particuliere des costes de Normandie contenant les costes du Cotentin depuis la Pointe de la Percée Jusqu'a Granville ou sont Comprises les Isles de Jersey, Grenezey, Cers, et Aurigny, avec les Isles de Brehat. Comme elles paroissent a basse Mer dans les grandes marées, Atlas Van Keulen, Amsterdam, 1753 [BNF].
  48. G. Albrizzi, Carta geografica del governo della Normandia, Venise, 1740/1754.
  49. L. Brion de la Tour, Recueil des Côtes Maritimes de France, Desnos, Paris, 1757, carte n° 9-15.
  50. Robert de Vaugondy, Carte du gouvernement de Normandie, Paris, 1758.
  51. Robert de Vaugondy, Carte du gouvernement de Bretagne, Paris, 1768.
  52. Rigobert Bonne, Carte du Gouvernement de Normandie avec celui du Maine et Perche, 1771, recueillie in Jean Lattre, Atlas Moderne ou Collection de Cartes sur Toutes les Parties du Globe Terrestre, ~1775.
  53. Jean de Beaurain, Carte de la Manche ou du canal qui sépare les côtes de France d'avec celles d'Angleterre / par le Ch[evalie]r de Beaurain, 1778 [BNF, collection d'Anville, cote 00766 B].
  54. Anonyme, Plan des Départemens de Caen Bayeux et Saint Lo suivant la Marche que les Ambulants Tiennnent lors de Leurs Recouvremens [de la taille], 1780 [BNF département Cartes et plans, GE AA-3798 (RES)].
  55. Atlas de Trudaine pour la généralité de Caen (1745/1780), Archives Nationales, fonds CP, F/14/*8469.
  56. Louis Stanislas d'Arcy de la Rochette, « A chart of the islands of Jersey and Guernsey, Sark, Herm and Alderney; with the adjacent coast of France », 1781, reproduit dans General atlas, publ. par William Faden, London, 1811.
  57. Carte de Cassini.
  58. Les Auteurs de l’Atlas National de France, Précis élémentaire et méthodique de la nouvelle géographie de la France, Bureau de l’Atlas National, Paris, 1791.
  59. Les Auteurs de l’Atlas National de France, Atlas National Portatif de la France, Bureau de l’Atlas National, Paris, 1792.
  60. Roger de Figuères, Les Noms révolutionnaires des Communes de France, Société de l’histoire de la Révolution Française, Paris, 1901, p. 40.
  61. Site Cassini.
  62. Bulletin des lois de la République française, Imprimerie Nationale, Paris.
  63. Dictionnaire universel, géographique, statistique, historique et politique de la France, impr. Baudouin, libr. Laporte, vol. II (COA-H), an XIII (1804), p. 607c.
  64. Louis Du Bois, Itinéraire descriptif, historique et monumental des cinq départements de la Normandie, Mancel, Caen, 1828, p. 468.
  65. Annuaire de la Manche (1829), Statistique de l'arrondissement d'Avranches, p. 122.
  66. J. G. Masselin, Dictionnaire universel de géographie physique, commerciale, historique et politique du Monde Ancien, du Moyen Age et des Temps Modernes comparées / Dictionnaire universel de géographie, t. I, Auguste Delalain, Paris, 1830, p. 569b.
  67. Dictionnaire géographique universel ou description de tous les lieux du globe sous le rapport de la géographie physique et politique, de l’histoire, de la statistique, du commerce, de l’industrie, etc., etc., Sociétés de Paris, Londres et Bruxelles pour les publications littéraires, Bruxelles, 1837, t. I, p. 801b.
  68. Panorama pittoresque de la France […], par une société de gens de lettres, de géographes et d’artistes, Firmin Didot, Paris, t. V (section Manche), 1839, p. 16a.
  69. V. Lavasseur, Atlas National Illustré des 86 départements et des possessions de la France, A. Combette éditeur, Paris, 1854.
  70. Cartes d’État-Major (relevés de 1825 à 1866, mises à jour jusqu’à 1889).
  71. Abbé Auguste Lecanu, Histoire du diocèse de Coutances et d'Avranches depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours; suivie des actes des saints et d'un tableau historique des paroisses du diocèse, impr. de Salettes, Coutances, t. II, 1878, p. 273.
  72. Adolphe Joanne, Géographie du département de la Manche, Hachette, Paris, 1880, p. 60a.
  73. E.-A. Pigeon, Carte du diocèse d’Avranches, A. Herluison, Orléans, 1884 [BNF, GED-1158].
  74. Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903.
  75. Carte du département de la Manche, L’Illustration économique et financière, 28 août 1926.
  76. Nomenclature des hameaux, écarts et lieux-dits de la Manche, INSEE, 1954.
  77. Atlas de Normandie, Caen, 1962.
  78. Annuaire officiel des abonnés au téléphone.
  79. Carte IGN au 1 : 25 000.
  80. En ancien français, l'adjectif grant « grand » avait la même forme au masculin et au féminin, comme plusieurs autres (vert, fort, tel…) issus de la troisième déclinaison latine.
  81. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Larousse, Paris, 1963, p. 329b v. n. Grandvelle-et-Perrenot
  82. Ernest Nègre, Toponymie Générale de la France, Droz, Genève, t. III, 1991, p. 1424, § 26016.
  83. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Caen, Presses Universitaires de Caen / Condé-sur-Noireau, Éditions Charles Corlet, 1993, p. 138b.
  84. Auguste Longnon, Les noms de lieux de la France, Paris, 1920-1929; rééd. Champion, Paris, 1979.
  85. Auguste Vincent, Toponymie de la France, Bruxelles, 1937.
  86. Dominique Fournier, Les noms de lieux du canton de Saint-Pierre-sur-Dives; vol. I : communes, anciennes paroisses, principaux cours d’eau, Éditions des Mortes-Terres, Saint-Georges-en-Auge, 2012, p. 44-46.
  87. Fernand Lechanteur, La Presse de la Manche, 30 mars 1955, repris dans La Normandie traditionnelle, tome 2, éd. Ocep, 1985, p. 81.
  88. 88,0, 88,1, 88,2 et 88,3 Informations et recommandations architecturales : Granville centre-ville, ville de Granville / CAUE de la Manche, [s. d.]
  89. Une moyenne de 5 à 6 personnes semble cependant le chiffre le plus vraisemblable.
  90. Au début du 21e siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  91. Population avant le recensement de 1962.
  92. INSEE : Population depuis le recensement de 1962.
  93. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  94. 94,0, 94,1 et 94,2 grandcolombier.com (Lire en ligne)
  95. « La première pierre est posée », La Manche Libre, 28 avril 2018
  96. Granville… de Caen ! Le petit groupe qui monte, Coté Caen, 15 avril 2012.
  97. 5 069 licenciés dont 49 % ont moins de 18 ans. Granville thématique, n° 7, juin 2010.
  98. La Manche Libre, 9 février 2008.

Liens internes

Liens externes