Jacques Le Campion (1767)

De Wikimanche

Jacques Le Campion, né à Périers en 1767 et mort à Anctoville-sur-Boscq le 20 décembre 1843, est une personnalité économique de la Manche.

Le sauveur du prince de Polignac

D’humble extraction, Jacques Le Campion fait rapidement fortune dans le commerce… et grâce à la dot de sa femme, une Granvillaise du nom de Rose Élie. Ce riche négociant de la Monaco du Nord est président de la Chambre de Commerce qu’il dirige, dit-on, avec bonhommie et autorité même si l’on sourit de son inculture[1].

Ce brave homme se rend célèbre en 1830 en protégeant et, peut-être, en sauvant le prince de Polignac au moment où ce dernier, ancien ministre des Affaires étrangères de Charles X, tente de fuir le pays après la chute du roi, renversé par la Révolution de Juillet que Jules de Polignac a largement contribué à provoquer[1]. Reconnu par des Granvillais, le malheureux prince faillit être lynché par la foule. Jacques Le Campion réussit à le conduire dans sa voiture jusqu’à Saint-Lô[2].

Jacques Le Campion s’est éteint dans sa propriété d’Anctoville[1].

Son fils Jacques Edmond est plus tard maire de Granville et dilapide la fortune amassée par son père ![1]

Hommage

Une rue porte son nom à Granville.

Notes et références

  1. 1,0 1,1 1,2 et 1,3 Dictionnaire des personnages remarquables de la Manche, tome 3, Jean-François Hamel, sous la direction de René Gautier, ISBN 2914541171
  2. Pour cet épisode, voir Embarquement de Charles X à Cherbourg.