Lucien Dior (1841)

De Wikimanche

Lucien Dior.

Lucien Léon Dior, né à Savigny-le-Vieux le 23 février 1841 [1] et mort à Granville le 23 mars 1909, est un industriel de la Manche.

Biographie

Fils de Louis Dior, enrichi dans le commerce des engrais chimique, il suit ses études à Paris [2].

Revenu dans la Manche en 1864, il fonde avec son frère Louis et son père, la Société L. Dior Frères [2].

Le 20 août 1866 à Granville, il épouse Animaïde Angé (1847-1885), originaire de Carolles, qui lui donne quatre garçons : Lucien (1867-1932), Henry (1870-1871), René (1872-1872) et André (1873-1907). Il s'installe dans la ville [2].

Il dirige les usines Saint-Nicolas, qu'il transforme en entreprise moderne lauréate de nombreux prix. Il est membre du jury des expositions universelles de Paris en 1889 et de Chicago en 1893 [2].

Notable granvillais, il siège à partir de 1871 au tribunal de commerce et à la chambre de commerce de Granville, fonde et préside la caisse de secours mutuels et des pensions de retraites pour les ouvriers de Granville et des communes environnantes, est membre fondateur de la Société d'agriculture de France, la Société nationale d'agriculture et des syndicats agricoles.

Membre du conseil municipal de Granville, il devient maire en 1890. Il démissionne lors des élections de 1892 [2].

Veuf, il fait construire vers 1890 à Granville, une grande maison de pierres près de la gare, devenue centre médico-social, au 3 place Pierre-Semard [3].

Il se retire des affaires en 1909, peu avant sa mort [2].

Distinctions

Il est titulaire de la Légion d'honneur et du Mérite agricole [4].

Notes et références

  1. AD50, NMD Savigny-le-Vieux, An 1833-1842 (5 Mi 1803), page 219/360, acte de naissance (lire en ligne).
  2. 2,0, 2,1, 2,2, 2,3, 2,4 et 2,5 Exposition Les Dior avant Dior. Saga d'une famille granvillaise, Archives départementales de la Manche, 12 février-30 avril 2005.
  3. « Du côté de chez Dior », Granville Magazine n° 66, octobre 2006.
  4. Henri Jouve, Dictionnaire biographique des notabilités de la Manche, 1894.

Lien interne