Paul Poirier

De Wikimanche

Paul Poirier.
Caveau de la famille Poirier au cimetière de Granville.

Paul Julien Poirier, né à Granville le 9 février 1853 [1], mort à Boulogne (Seine), aujourd'hui Boulogne-Billancourt (Haut-de-Seine), le 1er mai 1907 [2], âgé de 54 ans, est une personnalité scientifique de la Manche, chirurgien et anatomiste de profession.

Fils d'un modeste armateur granvillais, Paul Poirier suit sa scolarité au collège d'Avranches puis s'engage à 17 ans dans les mobiles à Rennes (Ille-et-Vilaine). Il y rencontre Pierre Waldeck-Rousseau qui lui restera lié toute sa vie. Il s'installe à Paris pour suivre ses études de médecine. Il est nommé externe en 1875, provisoire en 1876 chez Péan et interne en 1877.

Docteur en 1883 avec une thèse sur « les tumeurs du sein chez l'homme » [3], agrégé d'anatomie et de physiologie en 1886, il est nommé l'année suivante chef des travaux d'anatomie à la faculté de médecine de Paris. Professeur d'anatomie à la faculté de médecine de Paris, il est un pionnier du traitement du cancer, partisan de l'ablation des organes touchés. En novembre 1902, il accède à la chaire d'anatomie de la faculté, en remplacement de M. Farabeuf [3].

Chevalier de la Légion d'honneur en 1895 (voir distinction) [3], il est élu à l'Académie de médecine en 1905 et fonde l'Association française pour l'étude du cancer en 1906.

Il est inhumé dans le cimetière de Granville.

Il lègue à sa mort une partie de sa fortune à la ville de Granville pour construire une œuvre humanitaire en lien avec l’enfance. Une maternité est inaugurée le 15 juillet 1911 par Jules Pams, ministre de l'Agriculture. À cette occasion est dévoilée dans la cour de l'établissement un buste sculpté par Laurent Marqueste. La maternité est détruite en 1999 et le buste déplacé devant la maison de retraite.

Distinctions

En janvier 1906, il est promu chevalier de la Légion d'honneur [4]

Hommages

Notes et références

  1. AD50, NMD Granville, An 1853 (5 Mi 95), page 57/270, acte de naissance n° 79 (lire en ligne).
  2. AD92, NMD Boulogne-Billancourt, An 1907 (D), page 43/136, acte de décès n° 364 (lire en ligne).
  3. 3,0, 3,1 et 3,2 Le Petit Parisien, 14 novembre 1902.
  4. « Fiche personnelle », Base Léonore (lire en ligne).