Tour de Normandie

De Wikimanche

Logo.

Le Tour de Normandie est une course cycliste à étapes qui a lieu chaque année au mois de mars entre autres dans la Manche.

Anthony Delaplace, vainqueur en 2017.

Histoire

La toute première édition d'une épreuve cycliste dénommée Tour de Normandie est attestée en 1939, mais elle sera sans lendemain, à cause de la Seconde Guerre mondiale [1]. Durant les années 1950, quatre éditions sont organisées [1]. Le Tour de Normandie sous sa forme actuelle est créé en 1980 par Marcel Anquetil avec une première édition en 1981 [1]. Il s'agit d'une compétition amateur jusqu'en 1996, où elle devient professionnelle [1]. C'est désormais une course UCI de classe 2.2 et les participants sont issus d'équipes professionnelles et semi-professionnelles [1]. Le Tour de Normandie dure une semaine et a lieu en mars chaque année [1]. Les étapes - de six à huit selon les éditions - couvrent l'ensemble de la Normandie [1].

Au même titre que le Duo Normand et la Polynormande, le Tour de Normandie est une épreuve majeure du cyclisme normand.

Richard Vivien est le président de l'association organisatrice [1]. Son président d'honneur est Marcel Anquetil [1].

Édition 2009

130 coureurs prennent le départ de l'édition 2009. Le budget de l'épreuve avoise les 300 000 euros. Deux étapes se déroulent dans la Manche : la première mène les coureurs de Domfront (Orne) à Valognes en passant par Mortain et Périers. Le lendemain, la plus longue étape du Tour part de Valognes pour rejoindre Bagnoles-de-l'Orne (Orne), en traversant tout le département du nord au sud, en passant par Lessay et Villedieu-les-Poêles.

Édition 2010

Le prologue se déroule à Mondeville (Calvados) le 22 mars. La 6e étape de 171 km qui mène les coureurs de Domfront (Orne) à Avranches en passant par Saint-Pois et Parigny est remportée par le Russe Alexander Mironov (Team Katusha). Le Hollandais Ronan van Zandbeek (Van Vliet-EBH Elshof), futur vainqueur de l'épreuve, prend le maillot jaune de leader à l'issue de cette étape. Le lendemain, Ducey est village-départ de la 7e étape Ducey-Gavray-Saint-Pois-Bagnoles-de-l'Orne (Orne) longue de 173 km. L'arrivée est jugée à Caen (Calvados) le 28 mars.

Édition 2011

Le parcours est semblable à celui de 2010. La 6e étape, longue de 177 km, relie Domfront à Agon-Coutainville en passant par Sourdeval, Saint-Pois, Tessy-sur-Vire, Hambye, Coutances. Elle est remportée par le sprinter Fabien Bacquet (Big Mat Auber 93). Le lendemain, le départ est donné à Gouville-sur-Mer ; les coureurs traversent Bréhal, Avranches et Mortain avant d'arriver à Bagnoles-de-l'Orne. Alexandre Blain (Endura Racing) s'impose au bout des 170 km et s'empare du maillot de leader. Il conserve sa première place au classement général jusqu'au terme du Tour.

Édition 2012

Le départ de l'édition 2012 est donné à Saint-Lô le 19 mars. La 1re étape est un prologue de 3,4 km dans les rues de la préfecture manchoise. Le Tour quitte la Manche et n'y revient que pour la 7e et avant-dernière étape entre Brécey et Bagnoles-de-l'Orne. Les coureurs traversent notamment les communes de Saint-Laurent-de-Cuves, Saint-Pois, Saint-Georges-de-Livoye, Vernix, Tirepied, Ponts, Avranches, Juvigny-le-Tertre, Mortain et Barenton. À l'arrivée à Caen (Calvados), au soir de la 8e étape, c'est Jérôme Cousin (Europcar), porteur du maillot jaune depuis six jours, qui remporte le classement général huit secondes devant le Bayeusain Guillaume Malle (Véranda Rideau U).

Édition 2013

Le départ de l'édition 2013, comme en 2012, est donné à Saint-Lô le lundi 18 mars. Le prologue long de 3,4 km a lieu dans les rues de la ville. Il est remporté par Thomas Scully (Nouvelle-Zélande, Team Raleigh). Le Tour revient dans la Manche lors de la 5e et avant-dernière étape entre Gouville-sur-Mer et Bagnoles-de-l'Orne (Orne), longue de 180 km dont 130 km dans le département. Les coureurs traversent les communes de Blainville-sur-Mer, Saint-Malo-de-la-Lande, Gratot, Boisroger, Agon-Coutainville, Tourville-sur-Sienne, Heugueville-sur-Sienne, Montmartin-sur-Mer, Hauteville-sur-Mer, Annoville, Bricqueville-sur-Mer, Bréhal, Hudimesnil, Le Loreur, Folligny, La Haye-Pesnel, Ponts, Avranches, Tirepied, Brécey, Cuves, Le Mesnil-Gilbert, Chérencé-le-Roussel, Bellefontaine, Saint-Barthélemy, Le Neufbourg, Mortain, Barenton et Saint-Georges-de-Rouelley. L'Allemand Rick Zabel (Rabobank DT), fils d'Erik Zabel, remporte l'étape au sprint. Le Suisse Silvan Dillier (BMC DT) conserve le maillot de leader, acquis la veille, et le conserve jusqu'à Caen. Il remporte ainsi le Tour de Normandie 2013 avec le plus petit écart jamais enregistré depuis la création de l'épreuve : 3 secondes de moins que son dauphin Alexandre Blain (Team Raleigh).

Édition 2014

Le prologue de Saint-Lô est remporté par le Suisse Stefan Kung (BMC) le 24 mars. Les trois premières étapes traversent traditionnellement le Calvados, la Haute-Normandie et l'Orne. Le Britannique Thomas Moses (Rapha Condor) s'extirpe du peloton et gagne en solitaire la 1re étape. Le classement général ne change pas les jours suivants puisque les arrivées des 2e et 3e étapes s'adjugent au sprint [2][3].

La 4e étape, longue de 172 kilomètres, part de Domfront (Orne) et rejoint Villers-Bocage (Calvados) en faisant un léger crochet par la commune manchoise de Chaulieu. Elle est remportée par le Polonais Lukasz Wisniowski (Etixx) qui règle le sprint d'une échappée de quatre coureurs [4].

La 5e étape entre Gouville-sur-Mer et Carentan, longue de 184 kilomètres, traverse les lieux suivants : Agon-Coutainville, Tourville-sur-Sienne, Saint-Malo-de-la-Lande, Gratot, Boisroger, Pirou, Créances, Lessay, Angoville-sur-Ay, Mobecq, La Haye-du-Puits, Lithaire, Saint-Jores, Prétot-Sainte-Suzanne, Pont-L'Abbé, Amfreville, Sainte-Mère-Église, Beuzeville-au-Plain, Ravenoville, Utah Beach, Sainte-Marie-du-Mont, Vierville, Saint-Côme-du-Mont, Carentan, Auvers, Baupte, Appeville, Beuzeville-la-Bastille et Chef-du-Pont [5]. À Carentan, le sprint massif est remporté par l'Italien Marco Benfatto (Astana). Wisniowski conserve son maillot de leader [6].

La 6e et dernière étape s'élance de Torigni-sur-Vire pour rejoindre Caen (Calvados), le 30 mars. La première partie des 152 kilomètres au programme voit les coureurs traverser les communes manchoises de Torigni-sur-Vire, Saint-Amand, Précorbin, Saint-Jean-des-Baisants, Rouxeville et Saint-Germain-d'Elle. Un groupe de 18 coureurs comprenant notamment César Bihel et Cédric Delaplace se détache du peloton et conserve un écart suffisant : Benoît Jarrier (Bretagne Séché) règle le sprint et Stefan Kung, le mieux placé du groupe au classement général, reprend définitivement le maillot jaune de leader perdu au terme de la 1re étape [7].

Édition 2015

Le Suisse Tom Bohli de la BMC remporte le prologue et enfile le maillot de leader [8].

  • 24 mars – 1re étape, Colombelles (Calvados) > Forges-les-Eaux (Seine-Maritime) : 208 km

Le Français Lucas Destang (Vendée U) tire son épingle du jeu au cours d'un sprint massif alors qu'une chute collective a lieu à 1,5 kilomètre de l'arrivée. Le Néo-Zélandais Tom Scully (Madison Genesis) devient leader [9]. Après réclamation des directeurs sportifs, au matin de la 2e étape, le classement est changé et c'est bien Bohli qui conserve le maillot jaune [10].

  • 25 mars – 2e étape, Duclair (Seine-Maritime) > Elbeuf-sur-Seine (Seine-Maritime) : 166,5 km

Le Belge Dimitri Claeys (Vérandas Willems) fait partie de l'échappée décisive et remporte l'étape devant le Britannique Alex Peters (SEG Racing) en parvenant à maintenir un écart de huit secondes avec le peloton en franchissant la ligne d'arrivée. Il prend la tête du classement général [11].

  • 26 mars – 3e étape, Elbeuf-sur-Seine (Seine-Maritime) > Argentan (Orne) : 162 km

L'étape est marquée par des conditions climatiques difficiles - pluie et vent. Elle est remportée au sprint par le Norvégien Daniel Hoelgaard (Team Joker) en tête d'un peloton réduit. Dimitri Claeys conserve le maillot jaune de leader pour six secondes, désormais suivi au classement général par le vainqueur du jour [12].

  • 27 mars – 4e étape, L’Aigle (Orne) > Bagnoles-de-l’Orne (Orne) : 168,5 km

La 4e étape est remportée au sprint par le Belge Nicolas Vereecken (Team 3M). Claeys et Hoelgaard conservent leurs places au classement général [13].

Les principales communes traversées sont Carentan, Saint-Côme-du-Mont, Vierville, Sainte-Marie-du-Mont, Ravenoville, Sainte-Mère-Église, Chef-du-Pont, Blosville, Carentan, Auvers, Baupte, Pont-l'Abbé, Saint-Sauveur-le-Vicomte, Bricquebec, Quettetot, Martinvast, Sideville, Teurthéville-Hague, Hardinvast, Virandeville et Martinvast.

Seconde victoire d'étape dans ce Tour de Normandie pour l'équipe Team Joker. La course est marquée par plusieurs « bordures » et une échappée au long cours. Les deux derniers échappés se disputent la victoire. Le Norvégien Bjørn Tore Hoem gagne le sprint devant le Britannique Alex Peters (SEG Racing). Ce dernier revient sur Claeys au classement général et les deux coureurs se retrouvent dans la même seconde. Peters est maillot jaune pour quelques centièmes [14][15].

Les communes manchoises traversées sont Torigni-sur-Vire, Saint-Amand, Précorbin, Saint-Jean-des-Baisants et Rouxeville avant d'emprunter les routes du Calvados [16].

Cette dernière étape est disputée sous le vent et la pluie. L'échappée du jour est reprise à environ 50 km de l'arrivée. Des « bordures » scindent le peloton en plusieurs groupes et ils ne sont plus que 30 à se disputer la victoire d'étape à Caen. Le Néerlandais Floris Gerts (BMC) attaque à 9 km de l'arrivée à l'entrée du circuit de Caen. À 3 km de l'arrivée, il est virtuel maillot jaune, mais le peloton revient bien dans les derniers hectomètres. Floris Gerts remporte l'étape. Dimitri Claeys remporte le sprint du peloton et les six de bonification lui permettent de devenir le premier Belge vainqueur du Tour de Normandie [17].

Édition 2016

Le parcours 2016 marque une rupture avec ceux des éditions précédentes, très similaires d'une année à l'autre. Le prologue se dispute à Carentan le 21 mars. L'Allemand Lucas Liss, de l'équipe d'Allemagne, est le plus rapide sur ce contre-la-montre de 6,1 km [18].

Le 22 mars, la 1re étape entre Mondeville (Calvados) et Forges-les-Eaux (Seine-Maritime), longue de 201 km, est destinée aux sprinters. Le Belge Timothy Dupont (Vérandas Willems) est le plus rapide. Lucas Liss conserve la tête du classement général [18].

Le 23 mars, Olivier Pardini (Wallonie Bruxelles, Belgique) remporte la 2e étape Vernon (Eure)-Elbeuf-sur-Seine (Seine-Maritime), longue de 167 km, très animée. Il règle le sprint d'un groupe de cinq coureurs issus d'une échappée formé à la suite d'une montée à 10 %. Il prend la tête du classement général et devance Dylan Kowalski (VC Rouen, France) de 4 secondes et Martijn Tusveld (Rabobank DT, Pays-Bas) de 9 secondes, ses compagnons d'échappée du jour [18].

Le 24 mars, la 3e étape disputée entre Bourg-Achard (Eure) et Argentan (Orne), longue de 175 km, se conclut par un sprint massif remporté par Timothy Dupont (Vérandas Willems, Belgique) [18].

La 4e étape, disputée le 25 mars autour de Bagnoles-de-l'Orne (Orne) et longue de 159 km, est remportée en solitaire par Benoît Sinner (Armée de Terre) qui en profite pour prendre le maillot jaune de leader pour une seconde [18].

Le 26 mars, la 5e étape part de Trévières (Calvados) pour Villedieu-les-Poêles. L'étape de 170 km est marquée par les « bordures ». Le Belge Baptiste Planckaert (Wallonie Bruxelles) gagne en solitaire avec 34 secondes d'avance sur le peloton. Il prend la tête du classement général [18].

Le 27 mars, la 6e étape Coutances–Caen (Calvados), longue de 149 km, est elle aussi marquée par le vent et les « bordures ». Timothy Dupont remporte le sprint d'un groupe d'une vingtaine de coureurs. Baptiste Planckaert remporte le tour de Normandie 2016 devant Olivier Pardini et Benoît Sinner, tous deux à 3 secondes [18].

Palmarès

  • 1939 : Guillaume Godère (Fra)
  • 1940-1954 : pas de compétition
  • 1955 : Armand Audaire (Fra)
  • 1956 : pas de compétition
  • 1957 : Pierre Gouget (Fra)
  • 1958 : Joseph Wasko (Fra)
  • 1959-1980 : pas de compétition
  • 1981 : Michel Riou (Fra)
  • 1982 : Daniel Leveau (Fra)
  • 1983 : Yvan Frébert (Fra)
  • 1984 : Mario Kummer (All)
  • 1985 : Paul Curran (R-U)
  • 1986 : Nentcho Staikov (Bul)
  • 1987 : Yvan Frébert (Fra)
  • 1988 : Viatchelslav Ekimov (URSS)
  • 1989 : Sébastien Flicher (Fra)
  • 1990 : Dimitri Zhdanov (URSS)
  • 1991 : Stéphane Heulot (Fra)
  • 1992 : Thierry Dupuis (Fra)
  • 1993 : Emmanuel Mallet (Fra)
  • 1994 : Saulius Sarkauskas (Lit)
  • 1995 : Ole Sigurd Simensen (Nor)
  • 1996 : Frédéric Pontier (Fra)
  • 1997 : Glenn Magnusson (Suè)
  • 1998 : Torsten Schmidt (All)
  • 1999 : Steffen Kjærgaard (Nor)
  • 2000 : Ludovic Auger (Fra)
  • 2001 : Thor Hushovd (Nor)
  • 2002 : Jérôme Pineau (Fra)
  • 2003 : Samuel Dumoulin (Fra)
  • 2004 : Thomas Dekker (P-B)
  • 2005 : Kai Reus (P-B)
  • 2006 : Kai Reus (P-B)
  • 2007 : Martijn Maaskant (P-B)
  • 2008 : Antoine Dalibard (Fra)
  • 2009 : Bram Schmitz (P-B)
  • 2010 : Ronan van Zanbeek (P-B)
  • 2011 : Alexandre Blain (Fra)
  • 2012 : Jérôme Cousin (Fra)
  • 2013 : Silvan Dillier (Sui)
  • 2014 : Stefan Küng (Sui)
  • 2015 : Dimitri Clayes (Bel)
  • 2016 : Baptiste Planckaert (Bel)
  • 2017 : Anthony Delaplace (Fra)
  • 2018 : Thomas Stewart (GB)

Notes et références

  1. 1,0, 1,1, 1,2, 1,3, 1,4, 1,5, 1,6, 1,7 et 1,8 Site Internet du Tour de Normandie (lire en ligne).
  2. lequipe.fr, 26 mars 2014 (lire en ligne).
  3. lequipe.fr, 27 mars 2014 (lire en ligne).
  4. « Wisniowski fait coup double », lequipe.fr, 28 mars 2014 (lire en ligne).
  5. Détail de la 5e étape, tourdenormandiecycliste.fr, (lire en ligne).
  6. « Benfatto au sprint », lequipe.fr, 29 mars 2014 ; (lire en ligne).
  7. Résumé de la 6e étape, tourdenormandiecycliste.fr (lire en ligne).
  8. lequipe.fr, 23 mars 2015 (lire en ligne).
  9. lequipe.fr, 24 mars 2015 (lire en ligne).
  10. Résumé de la 2e étape, Site officiel du Tour de Normandie (lire en ligne).
  11. lequipe.fr, 25 mars 2015 (lire en ligne).
  12. lequipe.fr, 26 mars 2015 (lire en ligne).
  13. lequipe.fr, 27 mars 2015 (lire en ligne).
  14. Résumé de la 5e étape, Site officiel du Tour de Normandie (lire en ligne).
  15. lequipe.fr, 28 mars 2015 (lire en ligne).
  16. Site officiel du Tour de Normandie (lire en ligne).
  17. Résumé de la 6e étape, Site officiel du Tour de Normandie (lire en ligne).
  18. 18,0, 18,1, 18,2, 18,3, 18,4, 18,5 et 18,6 Résumé de l'étape, tourdenormandiecycliste.fr, consulté le 21 avril 2016.

Lien externe