Barenton

De Wikimanche

Barenton est une commune du département de la Manche.

Commune de Barenton Coordonnées géographiques de la mairie Logo-Mairie.png
48° 35' 58.00" N, 0° 49' 56.48" W (OSM)
Arrondissement Avranches
Chargement de la carte...
Canton Mortainais
Ancien canton Barenton (chef-lieu)
Intercommunalité CA Mont-Saint-Michel-Normandie
Gentilé Barentonnais(es)
Population 1 190 hab. (2015)
Superficie 34,88 km²
Densité 34 hab./km2
Altitude 88 m (mini) - 297 m (maxi)
Code postal 50720
N° INSEE 50029
Maire Hubert Guesdon
Communes limitrophes de Barenton
Saint-Clément-Rancoudray,
Saint-Jean-du-Corail
Ger Saint-Georges-de-Rouelley
Saint-Jean-du-Corail,
Husson
Barenton Saint-Georges-de-Rouelley
Saint-Cyr-du-Bailleul Saint-Cyr-du-Bailleul Saint-Cyr-du-Bailleul

Vue du centre-ville.
Vue du centre-ville.


Toponymie

Attestations anciennes

Étymologie

Ce toponyme, également attesté trois fois dans l'Aisne dans le même canton de Crécy-sur-Serre, avait été analysé en son temps par Albert Dauzat [52], qui y avait vu un nom d'homme latin (comprendre gallo-romain) Barus suivi d'un double suffixe -ent-inum [53]. Cette explication n'emporte plus l'adhésion aujourd'hui, ce mode de formation se révélant pour le moins inhabituel.

Pour François de Beaurepaire [54], il s'agirait d'un type toponymique pré-latin, que l'on retrouve dans certains hydronymes français tels que le nom de la fontaine de Barenton dans la forêt de Paimpont (Ille-et-Vilaine), celui de la rivière de Barenton dans l'Aisne, et, avec une finale différente, celui de la commune de Barentin en Seine-Maritime. Tous ces noms reposeraient sur un thème °barant-, de sens incertain, mais sans doute lié à la notion d'eau courante. Cette explication est reprise telle quelle par René Lepelley [55].

Enfin, Ernest Nègre, auteur de l'hypothèse la plus récente [56], revient à la charge avec un anthroponyme celtique relativement rare Birrantus, suivi d'un suffixe d'origine gauloise ou latine en -onem. Si ce type de suffixation est, quant à lui, bien mieux attesté, invoquer un tel nom de personne pour expliquer un type toponymique et hydronymique récurrent est relativement curieux.

Des trois hypothèses, c'est certainement celle de François de Beaurepaire qui semble la plus forte. On doit cependant faire quelques remarques à son sujet.

En ce qui concerne tout d'abord la « rivière de Barenton », le Dictionnaire topographique de l'Aisne [57] ne connaît que le ruisseau des Barentons, qui arrose entre autres deux des trois communes précitées, Barenton-Bugny et Barenton-sur-Serre. Ceci change un peu la donne, car il semblerait alors que c'est le ruisseau qui doit son nom aux localités nommées Barenton, et non l'inverse. En outre, pour ce qui est de la commune de Barenton de la Manche, l'agglomération n'est traversée par aucune rivière [58]. Il n'y aurait plus alors comme véritable hydronyme que le nom de la fontaine de Barenton en forêt de Brocéliande, que la tradition associe bien sûr à la légende de Merlin.

Ceci dit, la finale -enton / -anton (féminin -entonne / -antonne) semble se retrouver dans quelques noms de cours d'eau, ou de toponymes dérivés de cours d'eau : cf. Charenton (Cher, Val-de-Marne) et la Charentonne, nom de deux rivières dans l'Eure; l' Argenton (Deux-Sèvres) et l' Argentonne (Charente), etc. Mais ce n'est peut-être qu'une illusion : certes, l'élément pré-indo-européen °ant- a depuis longtemps été identifié en tant que composante d'hydronymes [59], en particulier dans la finale -ant-ia à l'origine de tant de noms de cours d'eau en -ance, et l'on pourrait faire l'hypothèse d'une finale -ant-on-, avec ajout d'un élément (gaulois ou gallo-roman) plus tardif. Mais cet élément -ant- (voire -ent-) pourrait tout aussi bien faire partie d'un radical indo-européen, où il serait la marque d'un participe présent. De même, l'initiale bar- est susceptible de multiples interprétations, tant par le gaulois (°barro- « hauteur »; « tête »; « touffe, botte »; « boue »…), que par des éléments plus anciens. Un thème °barant-, dont on ne sait à quelle langue il se rattache, est pour le moment inanalysable, si tant est qu'il corresponde à une réalité linguistique.

Géographie

Histoire

Des soldats américains regroupés autour d'un piano (1944).

Entre le 11 avril 1941 et le 8 octobre 1942, l'un des 40 camps français d'internement pour tziganes est implanté sur le territoire de la commune [60]. Fait oublié, il est remis en lumière par le Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (MRAP) qui milite à partir de 1997, pour l'installation d'une stèle commémorative sur une partie du terrain, achetée par l'association en décembre 2002. Soutenu financièrement par le Conseil régional de Basse-Normandie et le Conseil général de la Manche, le projet s'est heurté au refus de la municipalité. La stèle sera finalement inaugurée le 11 octobre 2008 [61].

Démographie

Sous l'Ancien régime

Sous l'Ancien régime, le dénombrement des populations se fait généralement par feux, c'est-à-dire par foyers. Le nombre de personnes habitant sous un même toit variant beaucoup suivant celui d'ascendants et d'enfants [62], ces données sont donc relatives, mais donnent néanmoins une idée de l'évolution démographique.

Depuis la Révolution

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793.
À partir du 21e siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[63]. En 2015, la commune comptait 1 190 habitants.

           Évolution de la population depuis 1793  [modifier] (Sources : Cassini [64] et INSEE [65])
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
3 100 3 117 3 309 2 965 3 106 3 047 3 086 2 992 3 009 2 945
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
2 818 2 768 2 584 2 445 2 377 2 416 2 516 2 208 2 100 2 091
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
2 131 1 821 1 738 1 785 1 826 1 842 1 774 1 672 1 598 1 452
1982 1990 1999 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012
1 547 1 437 1 348 1 293 1 282 1 275 1 270 1 255 1 235 1 214
2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020 2021 2022
1 214 1 214 1 190
Notes : De 1962 à 1999 : Population sans doubles comptes. Depuis 2006 : Population municipale.
Sources :
Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[66] puis INSEE à partir de 2004.



Administration

Circonscriptions administratives avant la Révolution

Circonscriptions administratives depuis la Révolution

Les maires

Liste des maires
Période Identité Parti Qualité Observations
.......-....... ....
1794-1798 Pierre François Sérard
1798-1800 Jean-Baptiste Herbert
1800-1804 Charles Passays
1804-1815 Marie Léonor Anne Combray
1815-1815 Pierre François Sérard
1815-1815 Marie Léonor Anne Combray Décédé en cours de mandat le 26 décembre 1815
1816-1820 Passays de Montbenoît
1820-1823 Herbert des Aunais
1824-1824 Guillaume Bechet
1824-1832 Théodore Postel
1832-1849 Louis-Pierre Leroux Conservateur Ancien militaire
1849-1852 Jean-François Laumondays
1852-1855 Théodore Postel
1855-1860 Armand Coquard 1er conseiller municipal
1861-1865 Sylvain Postel
1865-1884 Paul Béchet
1884-1888 Jean-Jacques Chemin
1888-1896 Louis Béchet
1896-1941 Louis Béchet Conseiller général Révoqué en 1941
1941-1945 Alexandre Bonnefant
1945-1952 Louis Launay
1952-1983 Émile Bizet UDT, UD-Ve, UDR, RPR Vétérinaire Député (1962-1983), conseiller général (1964-1983)
1983-actuel Hubert Guesdon UMP Médecin Conseiller général (1983-)
Sources : État civil de 1790 à 1892 - De 1892 à nos jours : 601 communes - Dictionnaire incontournable de notre patrimoine .
(....) : en exercice cette année-là.



Mairie

Horaires d'ouverture
Jours Matin Après-midi Coordonnées de la mairie (Pour signaler une erreur cliquez ici)
Lundi 9 h - 12 h 14 h - 16 h
La mairie (2014).

La mairie (2014).

Adresse : 43 rue Pierre Crestey
50720 Barenton

Tél. 02 33 59 45 10
Fax : 02 33 69 59 00

Courriel : Contacter la mairie

Site internet : Officiel

Commentaire :

Source : Annuaire Service-Public (25 mai 2012)

Mardi 10 h - 12 h 14 h - 16 h
Mercredi 10 h - 12 h 14 h - 16 h
Jeudi 10 h - 12 h 14 h - 16 h
Vendredi 10 h - 12 h 14 h - 18 h
Samedi - -



Religion

Circonscriptions ecclésiastiques avant la Révolution

Patronage

  • Dédicace de l'église paroissiale : Notre-Dame-de-l'Assomption.
  • Patron (présentation) : patron laïc, le seigneur de Servon au 15e siècle.
  • Fête patronale : ?

Circonscriptions ecclésiastiques actuelles

Curés

Liste chronologique
Période Identité
1678 - 1692
Pierre Crestey
À compléter

Lieux et monuments

L'église paroissiale.
  • Chapelle Notre-Dame-de-Bonté à Montéglise, inscrite en totalité aux monuments historiques par arrêté du 21 novembre 1989, avec le portail Renaissance de l'ancienne église à l'entrée du cimetière, et le calvaire du 16e siècle.
  • Église paroissiale néogothique Notre-Dame-de-l'Assomption (19e s.).
  • Musée du poiré, anciennement Maison de la pomme et de la poire.
  • Moulin de la Lande
  • Monument de la Résistance à la mémoire de six combattants FTP (Francs-Tireurs et Partisans) fusillés par les Allemands. Cinq furent exécutés à l'orée de cette forêt le 31 juillet 1944[67].
  • Dolmen de la Roche.
  • Ancien hôtel de Thoville, dans le bourg (17e/18e s.).
  • Moulin du Bois.
  • La Siourie (début 17e s.).
  • Chapelle Sainte-Anne-de-la-Siourie (17e s.).
  • Ancien couvent des Augustines (hospice) : chapelle Notre-Dame-de-Pitié (18e s.), mobilier et sanctuaire (17e/18e s.).
  • Croix de chemin.

Personnalités liées à la commune

Naissances

Décès

Autres

Économie

  • Eiffage (carrières des trois vallées)
  • Solidur (Empreinte Shoes) : fabriquant de chaussures
  • L'Herboriste de la Chapelle : plantes aromatiques et médicinales, bouquets garnis, sels, vinaigres...
  • GAEC de l'Oueffrie : jus de pommes et de poire, cidre, poiré, calvados, liqueurs

Éducation

Associations

  • Puderbach (Allemagne) (jumelage)
  • Randonneurs de la Lande

Sports

  • Football : US de la Sélune
  • Cyclos barentonnais

Bibliographie

  • Hippolyte Sauvage, « Canton de Barenton : Barenton », Revue historique et monumentale de l'arrondissement de Mortain, tome 1, impr. Élie fils, Saint-Lo, p.2-29, 1881, (lire en ligne)
  • Daniel Restoux, Barenton, paroisse de Basse-Normandie - Tomes I et II, paru en 1937 et 1938, réédité en 2009 par Le livre d'histoire, dans la collection Monographies des villes et villages de France.
  • Michel Coupard, Mortain, Juvigny-le-Tertre, Sourdeval et Barenton, éd. Allan Sutton, 2017

Photos hier / aujourd'hui

Notes et références

  1. Léchaudé D’Anisy, Grands Rôles des Échiquiers de Normandie, première partie, Mémoire de la Société des Antiquaires de Normandie XV, 2e série, 5e volume, Paris, 1845, p. 4a.
  2. Ibid., p. 95a.
  3. Léopold Delisle, Le cartulaire normand de Philippe-Auguste, Louis VIII, saint Louis et Philippe le Hardi, Mémoire de la Société des Antiquaires de Normandie XVI (2e série, 6e vol.), Paris, 1852, p. 66a, § 412.
  4. Comptes du Diocèse d’Avranches, dressés en 1369/1370 et 1371/1372, in Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903, p. 144G, 152B.
  5. Pouillé du Diocèse d’Avranches, 1412, in Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903, p. 156F.
  6. Siméon Luce, Chronique du Mont-Saint-Michel (1343-1468), Firmin-Didot, Paris, t. II, 1883, p. 221, § CCLXXIII.
  7. Pouillé du Diocèse d’Avranches, ~1480, in Auguste Longnon, op. cit., p. 172A.
  8. Ibid., p. 173B.
  9. Nicolas Tassin, « Carte de Normandie », Plans et profilz de Normandie, 1631 [Bibliothèque universitaire de Caen].
  10. Normandia Ducatus (carte du duché de Normandie), Atlas Van der Hagen, 1635.
  11. « Benefices du dioceze d’Avranches », p. 7, in Pouillié general contenant les benefices de l’Archevesché de Rouen […], chez Gervais Alliot, Paris, 1648.
  12. N. Sanson et P. Mariette cartographes, R. Cordier graveur, Duche et Gouvernement de Normandie, Paris, 1661.
  13. Roles par généralités et élections des paroisses de France et de leur imposition aux tailles, 1677 [BNF, cinq cents Colbert, ms. 261 f° 229 à 275].
  14. Jean-Baptiste Nolin, Le duche et gouvernement de Normandie Divisé en Haute et Basse Normandie, en Divers Pays, et par Evechez, Paris, 1694 [BNF, IFN-7710251].
  15. P. Mortier / H. Jaillot, Le Duché et Gouvernement de Normandie divisée en Haute et Basse Normandie, Amsterdam, 1695.
  16. Gerard Valk, Normannia Ducatus, tum Superior ad Ortum, tum Inferior ad Occasum, Praefectura Generalis […] Anglici Caesarea sive Jarsey…, Amsterdam, ~1700.
  17. Alexis-Hubert Jaillot, La Généralité de Tours divisée en ses seize elections, aux Deux globes, Paris, 1711 [BNF, collection d'Anville, cote 00729 B].
  18. 18,0 et 18,1 Dénombrement des généralités de 1713 [BNF, ms. fr. 11385, f° 1 à 132].
  19. Guillaume de l'Isle, Carte de Normandie, Paris, 1716.
  20. Bernard Jaillot, Le Gouvernement général de Normandie divisée en ses trois généralitez, Paris, 1719.
  21. Guillaume de l’Isle, Carte des Provinces du Maine et du Perche, Paris, 1719.
  22. Jean-Baptiste Homann, Tabula Ducatus Britanniæ Gallis / le Gouvernem[en]t General de Bretagne, Nuremberg, 1720.
  23. G. Mariette de la Pagerie, Carte topographique de la Normandie; feuille 3 : Fougères, Vire et Avranches, 1720 [BNF, fonds Cartes et Plans, cote Ge DD 2987 (1009, III) B].
  24. 24,0 et 24,1 Nouveau dénombrement du royaume par generalités, elections, paroisses et feux […], t. II, Impr. Pierre Prault, Paris, 1735, p. 66b.
  25. Guillaume de l’Isle, Premier Geographe du Roy de l'Academie Royale des Sciences, Carte des Provinces du Maine et du Perche dans la quelle se trouve comprise la Partie Septentrionale de la Generalite de Tours, Amsterdam, Chez Jean Covens et Corneille Mortier, Geographes, 1742 [BNF].
  26. Robert de Vaugondy, Carte du gouvernement de Normandie, Paris, 1758.
  27. Atlas de Trudaine pour la généralité de Caen (1745/1780), Archives Nationales, fonds CP, F/14/*8469.
  28. Rigobert Bonne, Carte du Gouvernement de Normandie avec celui du Maine et Perche, 1771, recueillie in Jean Lattre, Atlas Moderne ou Collection de Cartes sur Toutes les Parties du Globe Terrestre, ~1775.
  29. P. Santini, Gouvernement de Normandie avec celui du Maine et Perche, Remondini, Venise, 1777.
  30. Carte de Cassini.
  31. Les Auteurs de l’Atlas National de France, Précis élémentaire et méthodique de la nouvelle géographie de la France, Bureau de l’Atlas National, Paris, 1791, p. 100.
  32. Les Auteurs de l’Atlas National de France, Atlas National Portatif de la France, Bureau de l’Atlas National, Paris, 1792.
  33. Site Cassini.
  34. Bulletin des lois de la République française, Imprimerie Nationale, Paris.
  35. Dictionnaire universel, géographique, statistique, historique et politique de la France, impr. Baudouin, libr. Laporte, vol. I (A-CNO), an XIII (1804), p. 202a.
  36. Louis Du Bois, Itinéraire descriptif, historique et monumental des cinq départements de la Normandie, Mancel, Caen, 1828, p. 385.
  37. Annuaire de la Manche (1829), Statistique de l'arrondissement de Mortain, p. 146.
  38. J. G. Masselin, Dictionnaire universel de géographie physique, commerciale, historique et politique du Monde Ancien, du Moyen Age et des Temps Modernes comparées / Dictionnaire universel de géographie, t. I, Auguste Delalain, Paris, 1830, p. 114a.
  39. Dictionnaire géographique universel ou description de tous les lieux du globe sous le rapport de la géographie physique et politique, de l’histoire, de la statistique, du commerce, de l’industrie, etc., etc., Sociétés de Paris, Londres et Bruxelles pour les publications littéraires, Bruxelles, 1837, t. I, p. 278b.
  40. cartes d’État-Major (relevés de 1820 à 1866, mises à jour jusqu’à 1889; Basse-Normandie cartographiée entre 1835 et 1845).
  41. V. Lavasseur, Atlas National Illustré des 86 départements et des possessions de la France, A. Combette éditeur, Paris, 1854.
  42. Abbé Auguste Lecanu, Histoire du diocèse de Coutances et d'Avranches depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours; suivie des actes des saints et d'un tableau historique des paroisses du diocèse, impr. de Salettes, Coutances, t. II, 1878, p. 366.
  43. Adolphe Joanne, Géographie du département de la Manche, Hachette, Paris, 1880, p. 52a.
  44. E.-A. Pigeon, Carte du diocèse d’Avranches, A. Herluison, Orléans, 1884 [BNF, GED-1158].
  45. Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903.
  46. Carte du département de la Manche, L’Illustration économique et financière, 28 août 1926.
  47. Nomenclature des hameaux, écarts et lieux-dits de la Manche, INSEE, 1954.
  48. Atlas de Normandie, Caen, 1962.
  49. Anne Vallez, Pierre Gouhier, Jean-Marie Vallez, Atlas Historique de Normandie II (économie, institutions, comportements), Université de Caen, Caen, 1972.
  50. Annuaire officiel des abonnés au téléphone.
  51. Carte IGN au 1 : 25 000.
  52. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Larousse, Paris, 1963 (rééd. Guénégaud, avec supplément de Marie-Thérèse Morlet, s.d.), p. 53b.
  53. L'auteur rendait compte dans la même notice du nom de la commune de Barentin en Seine-Maritime par Barus + un double suffixe -ent-onem.
  54. François de Beaurepaire, Les noms de communes et anciennes paroisses de la Manche, Picard, Paris, 1986, p. 74.
  55. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Caen, Presses Universitaires de Caen / Condé-sur-Noireau, Éditions Charles Corlet, 1993, p. 58b.
  56. Ernest Nègre, Toponymie Générale de la France, Droz, Genève, t. I ,1990, p. 222, § 3476.
  57. Auguste Matton, Dictionnaire topographique du département de l’Aisne, Paris, 1871, p. 17b.
  58. Un petit ruisseau passe au sud de l'agglomération, sur le territoire de la commune. Serait-ce de lui qu'il s'agit ?
  59. Cf. Alfredo Trombetti, Saggio di antica onomastica mediterranea (Arkiv za arbanasku starinu, jesik i etnologiku, t. III, p. 1-116), 1925, p. 16.
  60. travail de mémoire mené par le MRAP pour la communauté rom et conflits avec la municipalité de Barenton.
  61. « Une stèle à la mémoire des Tziganes du camp de Barenton », Ouest-France, 19 septembre 2008.
  62. Une moyenne de 5 à 6 personnes semble cependant le chiffre le plus vraisemblable.
  63. Au début du 21e siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  64. Population avant le recensement de 1962.
  65. INSEE : Population depuis le recensement de 1962.
  66. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  67. Monument commémoratif Barenton