Tourlaville

De Wikimanche

Logo officiel de la commune déléguée.

Tourlaville est une ancienne commune du département de la Manche, commune déléguée au sein de Cherbourg-en-Cotentin depuis le 1er janvier 2016.

Tourlaville.png Blason de la commune déléguée de Tourlaville
(commune de Cherbourg-en-Cotentin)
Coordonnées de la mairie annexe Logo-Mairie.png
49° 38' 25.80" N, 1° 34' 47.20" W (OSM)
Arrondissement Cherbourg-Octeville
Chargement de la carte...
Canton Tourlaville (bureau centralisateur)
Ancien canton Tourlaville (chef-lieu)
Intercommunalité CU de Cherbourg
Gentilé Tourlavillais(es)
Population 16 040 hab. (2018)
Superficie 17,19 km²
Densité 933 hab./km2
Altitude 0 m (mini) - 132 m (maxi)
Code postal 50110
N° INSEE 50602
Maire délégué Gilbert Lepoittevin
Communes limitrophes de Tourlaville
Cherbourg-Octeville Mer de la Manche Digosville
Cherbourg-Octeville Tourlaville Digosville
La Glacerie La Glacerie Digosville

Château des Ravalet
Château des Ravalet


Géographie

Tourlaville est située à l'est de Cherbourg-Octeville et fait partie de la Communauté urbaine de Cherbourg depuis 1970.

Tourlaville, par sa situation géographique, possède de nombreux attraits touristiques. En bord de mer, l'espace loisirs de Collignon possède plusieurs structures à vocation touristique, sportive (piscine, école Voile et Vent, centre de plongée, club de kayak), de loisirs (plage, camping, terrains de beach-volley, espace dunaire, zones humides, espaces de détente...) et d'éducation à l'environnement (Maison du littoral et de l'environnement, sentiers d'interprétation, expositions, conférences...).

Côté campagne, la commune possède de nombreux sentiers de randonnée qui proposent des points de vue intéressants sur l'agglomération.

Tourlaville compte deux églises, dont l'église Notre-Dame qui daterait du XVIe siècle, deux ports, dont le très pittoresque port du Becquet lié à la construction des digues de la rade de Cherbourg. Vous pourrez également visiter l'élégant château de Tourlaville (dit des Ravalet) de style Renaissance, propriété de la ville de Cherbourg-Octeville depuis 1936.

Histoire

Vers 780, un château-fort y est mentionné [1].

Moyen Âge

La paroisse de Tourlaville est divisée au XVIe siècle en deux fieffes royaux que sont Aubert-Hermine et la Fiefferme.

Ceux-ci sont vendus par François Ier, et Jean II Ravalet en devient propriétaire en 1562.

Description ancienne

En 1726 la paroisse est décrite ainsi[2] :

«Tour-la-Ville n'est séparée de Cherbourg que par la Rivière. M. le Président de Croüille en est Seigneur, & il y a de très-beaux Moulins. La Chapelle de S. Maur[3] est dans une Lande. Il y a aussi deux Hermitages très-propres ; les Hermites sont Prêtres & Cordeliers, à la nomination dudit Seigneur. Il y a aussi dans ladite Paroisse, à l'extrêmité dans la forêt, une très-belle Glacerie, où l'on fai(t) des glaces de miroirs qui sont brutes, & qu'on embarque par mer à Cherbourg pour les porter à Paris, où on les polit. Il y a un Directeur, un Contrôleur, un Payeur, & autres Officiers. Il y a plus de cent Ouvriers occupez à differen(t)s ouvrages. Il y en avoit autrefois deux cen(t)s six Gentilhomes, qui n'avoient soin que de couper les glaces de toutes grandeurs. Ils se relevoient de trois en trois heures, & avoient pour cela douze cen(t)s livres d'appointemen(t)s ; mais depuis près de vingt ans ils ont été supprimez avec grand nombre d'autres souffleurs, qui coupent à présent les glaces. Ils travaillent la nuit comme le jour, & les fourneaux n'éteignent jamais. C'est une chose très curieuse à voir.»
La visite du roi Louis XVI

Le comte d'Artois prépare le voyage du roi le 29 mai 1786. Le 22 juin suivant, le roi arrive en carrosse à Cherbourg. Sa majesté examine le mécanisme du pont tournant et puis il arrive au Becquet. Le roi visite le port et les alentours. Il revient en carrosse à Cherbourg.

Le chevalier de Pelouze a fondé un théâtre au Becquet pour attirer les nobles.

Cahiers de doléances du Becquet

En 1789, il existe des cahiers de doléances pour se plaindre. Voici les plaintes trouvées dans le cahier du Becquet:

  • Avant, il y avait 300 feux puis 800 pour la construction de la rade qui attirent les voleurs.
  • Il y a eu des pertes de terre à cause des carrières et des casernes...
  • Il y a moins de varech car on détruit les rochers.
  • Les militaires du roi chassent et font des dégâts sur les moissons.
XXe siècle

En 1901, elle est divisée en deux : la partie occidentale, appelée La Glacerie, devient une commune à part entière.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, la commune accueille des camps de prisonniers.

XXIe siècle

Depuis le 1er janvier 2016, Tourlaville est commune déléguée au sein de Cherbourg-en-Cotentin .

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793.
À partir du 21e siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[4]. En 2018, la commune comptait 16 040 habitants.

           Évolution de la population depuis 1793  [modifier] (Sources : Cassini [5] et INSEE [6])
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
3 328 3 721 3 237 3 717 3 624 3 938 4 130 4 549 4 877 5 511
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
5 824 5 831 5 543 5 757 6 207 6 831 7 382 8 304 7 228 7 525
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
7 879 7 263 7 387 7 501 8 395 9 071 9 600 11 569 12 062 12 197
1982 1990 1999 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012
15 590 17 516 17 551 16 649 16 591 16 317 16 090 15 910 15 836 15 868
2013 2014 2015 2016 2017 2018 - - - -
15 902 16 077 15 981 15 882 15 904 16 040
Notes : De 1962 à 1999 : Population sans doubles comptes. Depuis 2006 : Population municipale.
Sources :
Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis INSEE à partir de 2004.


Administration

Circonscriptions administratives avant la Révolution

Les maires

Liste des maires de Tourlaville de 1944 à 2015
Période Identité Parti Qualité Observations
1944-1945 Jules Lemoigne entrepreneur
1945-1947 Camille Leclerc radical-socialiste
1947-1995 Georges Fatôme SFIO
puis PS
charpentier-
tôlier
conseiller général,
conseiller régional,
président de la CUC
1995-2012 André Rouxel[8] PS dessinateur-
industriel
conseiller général,
président de la CUC
2012-2015 Gilbert Lepoittevin PS retraité
Source : liste établie par Jean Pouëssel, J.-P. Bonamy et la mairie 601 communes et lieux de vie de la Manche, éd. Eurocibles, 2014, p. 651.


Les maires délégués

Liste des maires délégués
Période Identité Parti Qualité Observations
2016-actuel Gilbert Lepoittevin PS retraité


Mairie déléguée

Horaires d'ouverture
Jours Matin Après-midi Coordonnées de la mairie (Pour envoyer un mail et signaler une erreur cliquez ici)
Lundi 8 h - 12 h 13 h 30 - 17 h 30
La mairie (2015).

La mairie (2015).

Adresse : Hôtel de Ville - 109 avenue des Prairies - BP 68
Tourlaville
50110 Cherbourg-en-Cotentin

Tél. 02 33 88 15 15
Fax : 02 33 43 20 79
Courriel : Contacter la mairie
Site internet : Officiel
Commentaire :
Source : Annuaire Service-Public (27 juillet 2021)

Mardi 9 h 30 - 12 h 13 h 30 - 17 h 30
Mercredi 8 h - 12 h 13 h 30 - 17 h 30
Jeudi 8 h - 12 h 13 h 30 - 17 h 30
Vendredi 8 h - 12 h 13 h 30 - 17 h 30
Samedi - -


Religion

Circonscriptions ecclésiastiques avant la Révolution

Circonscriptions ecclésiastiques actuelles

Lieux et monuments

Personnalités liées à la commune

Naissances

Décès

Autres

Politique

Économie

Tourlaville accueille plusieurs industries liées à la construction navale et la métallurgie : les chantiers navals des CMN et de JMV Industries (chantier de construction de voiliers créé en 1992), les bâtiments de Sanmina, les ateliers de Construction métallique de l'Ouest.

Plusieurs zones artisanales et commerciales ont profité de l'étalement urbain de Cherbourg, pour devenir un des plus importants pôles commerciaux de la communauté urbaine de Cherbourg, accueillant un hypermarché Leclerc, des concessionnaires automobiles, des services aux entreprises (Mainco, SMI...).

Zone Produimer
Entreprises
Anciennes entreprises
  • Icarai
  • Manufacture des glaces : Tourlaville a abrité sur son territoire l'une des plus importantes manufacture de glaces. Créée en 1667, elle a poursuivi son activité jusqu'en 1830. Sa localisation se situe à La Glacerie depuis 1901, date à laquelle a été créée cette dernière commune par amputation de Tourlaville.
  • Moulin Guibert
  • OpenHydro, construction d'hydroliennes
  • Rex (produits laitiers), rue Médéric, usine fermée en 1968
  • Sanmina, électronique

Transports

Tramway

Tramway de Cherbourg (disparu)

Ligne Manéo
  • Ligne 51 : Ligne estivale du Val de Saire (juillet-août)

Éducation

  • Lycée Sauxmarais
  • Collège Denis-Diderot
  • École Jean-Jacques-Rousseau : maternelle et élémentaire
  • École Voltaire : maternelle et élémentaire
  • École Jules-Ferry : maternelle et élémentaire
  • École Jean-Zay : maternelle et élémentaire
  • École Émile-Doucet (école du Becquet) : maternelle et élémentaire (82 enfants en 2016)
  • École Victor-Hugo (école de l'Églantine) : maternelle et élémentaire (fermée en 2019)
  • École Émile-Zola : élémentaire
  • École Ferdinand-Buisson (école de l'Octroi) : maternelle (85 enfants en 2016)
  • École Léon-Blum : maternelle et élémentaire
  • École Marie-Ravenel : cinq classes, maternelle et élémentaire [10]. Ouverte en septembre 2019, elle remplace l’école maternelle de l’Églantine et l’école élémentaire Victor-Hugo[10].
  • École Saint-Louis : maternelle et élémentaire, privée

Culture

  • Espace culturel Buisson
  • Maison du littoral et de l'environnement (titulaire du label Normandie qualité tourisme [11])

Jumelage

Sports

Associations sportives
Équipements sportifs

Photos

Bibliographie

Souvenirs de Tourlaville.
Livres
  • Augustin Le Maresquier, Histoire de Tourlaville, 1943
  • Augustin Le Maresquier, Tourlaville de 1789 à 1794, impr. Jacqueline, 1959
  • Jean Canu, Les Seigneurs de Tourlaville, La Dépêche, 1976
  • Marcel Corbet, Jean-Jacques Beauruel et Thierry Bonhomme, Souvenirs de Tourlaville, impr. Artistique Lecaux,Tourlaville, 1998.
  • François Hubert, sous la direction de Michel Boivin, Les élections municipales à Tourlaville de 1945 à 1995 : l'ère Fatôme, dossier de master 1, université de Caen, 2004-2005
Articles
  • M. L. de Pontaumont, « Notes historiques et archéologiques sur les communes de l'arrondissement de Cherbourg. Tourlaville », Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie, vol.2, 1856, p.172-177 (lire en ligne)
  • F. Pont, « La culture maraîchère de Tourlaville », Cherbourg et le Cotentin, Le Maout, 1905
  • Lecerf, « Historique du peuplement de Tourlaville », mémoire de l'École normale d'instituteurs de la Manche présenté en 1953, cité dans Annales de Normandie, 4e année, n° 2, mai 1954
  • Léon Beaugrand, « Tourlaville 1874-1914 : quarante ans de vie municipale », Mémoires de la Société nationale académique de Cherbourg, vol. XXIX, 1985

Notes et références

  1. Charles Duhérissier de Gerville, Recherches sur le département de la Manche.
  2. Saugrain, Claude-Marin, Dictionnaire universel de la France ancienne et moderne... - Tome 3, Paris, 1726 (lire en ligne)
  3. Voir Chapelle Saint-Maur (Tourlaville)
  4. Au début du 21e siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  5. Population avant le recensement de 1962.
  6. INSEE : Population depuis le recensement de 1962.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Démissionnaire en octobre 2012 pour prendre la présidence de la Communauté urbaine de Cherbourg, remplacé par Gilbert Lepoittevin le 24 octobre 2012
  9. « De 1824 à nos jours », Reflets, bulletin municipal de Tourlaville.
  10. 10,0 et 10,1 « Cherbourg-en-Cotentin. Une école flambant neuve ouvre à Tourlaville », Ouest-France, site internet, 1er septembre 2019.(lire en ligne)
  11. Carte des établissements labellisés 2015, Normandie qualité tourisme, 2015.
  12. La Presse de la Manche, 6 avril 2012.

Liens externes