Agneaux

De Wikimanche

Agneaux est une commune du département de la Manche.

Commune d'Agneaux Coordonnées géographiques de la mairie Logo-Mairie.png
49° 7' 11.54" N, 1° 6' 47.26" W (OSM)
Arrondissement Saint-Lô
Chargement de la carte...
Canton Saint-Lô-1
Ancien canton Saint-Lô-Ouest
Intercommunalité CA Saint-Lo Agglo
Gentilé Agnelais(es)
Population 4 061 hab. (2018)
Superficie 6,5 km²
Densité 625 hab./km2
Altitude 7 m (mini) - 86 m (maxi)
Code postal 50180
N° INSEE 50002
Maire Alain Sevêque
Communes limitrophes d'Agneaux
Thèreval Rampan
Saint-Georges-Montcocq
Saint-Lô
Thèreval Agneaux Saint-Lô
Thèreval, Saint-Gilles Saint-Gilles Saint-Lô

Le château Sainte-Marie.
Le château Sainte-Marie.


Toponymie

Attestations anciennes

  • Agnels 1056/1066 [1].
  • Herbertus de Agnes 1056/1066 [2].
  • Herbertus de Agnellis 1074 [3].
  • Agnels ~1135 [4].
  • de Agnellis 12e s., ~1180 [4].
  • de Agneax ~1210 [4].
  • Philippus de Agnellis 1218 [5].
  • ecclesi[a] Sancti Johannis de Agnellis; dominus de Agnellis 1332 [6].
  • Sanctus Johannes de Agnellis 1351/1352 [7].
  • Agneaulx 1553 [8].
  • Aignaux 1635 [9].
  • Aigneaux 1612/1636 [10], 1677 [11], 1713 [12].
  • Agneaux 1716 [13], 1719 [14].
  • Aigneaux 1735 [15].
  • Agnaux 1758 [16].
  • Agneaux 1753/1785 [17].
  • Aignaux 1793 [18].
  • Agneaux 1801 [19], 1829 [20], 1854 [21], 1903 [22], 1954 [23], 1962 [24], 1972 [25] 1978, 1993 [26].

Étymologie

Toponyme médiéval issu de l'ancien français agnel « agneau », employé au pluriel, et évoquant peut-être un élevage de moutons. L'absence d'article suggère une fixation précoce (avant l'an mil). Les attestations ne sont pas suffisamment anciennes pour pouvoir affirmer que ce nom date de la période gallo-romaine (il reposerait alors sur le gallo-roman AGNELLOS), hypothèse que l'on ne peut cependant pas exclure a priori [27].

Remarque sur les graphies anciennes :

  • Dans la graphie Agneax (~1210), le -x final correspond à un ancien signe abréviatif utilisé dans les manuscrits médiévaux pour noter la terminaison latine -us. Il faut donc lire °Agneaus, première trace écrite pour ce nom de la vocalisation de [l] devant consonne (évolution Agnels > °Agneaus), qui se manifeste dans les textes en ancien français principalement à partir du 12e siècle, mais qui est beaucoup plus ancienne (on considère qu'elle était achevée dès le 9e siècle).
  • La graphie Aigneaux, Aignaux, que l'on rencontre aux 17e et 18e siècles, correspond à une ancienne notation de n mouillé [n'], que nous écrivons aujourd'hui -gn- et prononçons [ɲ]. Ce son, initialement articulé comme le début du mot anglais new, a été longtemps transcrit -ign- (parfois même -igni-), d'où les anciennes graphies campaigne « campagne », Mortaigne « Mortagne », montaigne « montagne », etc. Tombées peu à peu en désuétude, elles ont été parfois mal lues, et engendré des prononciations fautives, telles que celles du nom de Michel de Montaigne, ou du mot araignée, maintenant passées dans l'usage. Tout ceci pour expliquer que l'ancienne graphie Aigneaux doit être lue a-igneaux [an'o] ou [aɲo], et non ai-gneaux.

Géographie

Chargement de la carte...

Hydrographie

  • La Vire matérialise à l'est la frontière entre Agneaux et Saint-Lô.

Histoire

Des enclos circulaires datant de l'Âge du Bronze moyen ont eté découverts à Agneaux. Le site de « La Tremblaye », grand de 5 hectares, se trouve en bordure de la Vire.

Une quinzaine d'enclos ont été mis en évidence. Ils semblent avoir été l'objet d'inhumations et d'incinérations en pleine terre ou dans des vases. Les enclos ont été utilisés jusqu'à l'époque mérovingienne. Les incinérations avaient lieu durant le premier Âge du Fer. Des haches du 7e siècle avant JC ont également été retrouvées sur le site.

Démographie

Sous l'Ancien régime

Sous l'Ancien régime, le dénombrement des populations se fait généralement par feux, c'est-à-dire par foyers. Le nombre de personnes habitant sous un même toit variant beaucoup suivant celui d'ascendants et d'enfants, ces données sont donc relatives, mais donnent néanmoins une idée de l'évolution démographique.

Depuis la Révolution

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793.
À partir du 21e siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[28]. En 2018, la commune comptait 4 061 habitants.

           Évolution de la population depuis 1793  [modifier] (Sources : Cassini [29] et INSEE [30])
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
908 892 953 920 896 933 934 951 990 1 018
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
1 038 799 786 820 875 907 912 819 832 807
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
1 054 1 101 1 093 1 024 1 178 1 250 1 787 1 707 2 308 2 819
1982 1990 1999 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011
3 716 4 173 4 476 4 163 4 095 4 161 4 153 4 087 4 020 4 192
2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 - - -
4 155 4 072 4 054 4 036 4 010 4 027 4 061
Notes : De 1962 à 1999 : Population sans doubles comptes. Depuis 2006 : Population municipale.
Sources :
Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[31] puis INSEE à partir de 2004.


Administration

Circonscriptions administratives avant la Révolution

Circonscriptions administratives depuis la Révolution

Les maires

Liste des maires
Période Identité Parti Qualité Observations
1790-....... Pierre Jacques Philippe Mauger de Varennes garde du corps du roi et capitaine de cavalerie[33]
1792-1795 Nicolas Lerouxel Officier public
1795-1800 Nicolas Lerouxel Maire
1807-1813 Claude Lecardonnel juge[33] décédé en exercice le 14 décembre 1813
1814-1816 Luc Marc François Le Bas médecin[33] mort le 14 juillet 1816[33]
1816-1830 Nicolas Étienne Denier-d'Aprigny
1830-1831 Jean-Baptiste Douchin
1831-1843 Michel Putot
1843-1872 Louis François Desquesnes
1872-1892 Louis Yver propriétaire du château de la Pallière[33]
1892-1892 Eugène Leboucher mort en mai 1892[33]
1892-1914 Prosper Marie enseignant
1914-1919 Victor Leroy
1919-1920 Louis Alibert
1920-1925 Louis Victor Leclerc
1925-1927 Alberich Leconte
1927-1928 Louis Alibert
1928-1935 Louis Ledanois
1935-1971 Pierre Lemonnier de Gouville
1971-2000 Edmond Piédagnel RPR conseiller général
2000-2014 Alain Métral DVD retraité
2014-actuel Alain Sevêque DVD retraité
Toutes les données ne sont pas encore connues.


Mairie

Horaires d'ouverture
Jours Matin Après-midi Coordonnées de la mairie (Pour envoyer un mail et signaler une erreur cliquez ici)
Lundi 8 h 30 - 12 h 13 h 30 - 18 h
Mairie - Château de La Pallière.

Mairie - Château de La Pallière.

Adresse : Parc de la Palière - BP 1
50180 Agneaux

Tél. 02 33 77 33 50
Fax : 02 33 05 51 09
Courriel : Contacter la mairie
Site internet : Officiel
Commentaire :
Source : Site web de la commune (8 septembre 2012)

Mardi 8 h 30 - 12 h 13 h 30 - 18 h
Mercredi 8 h 30 - 12 h 13 h 30 - 18 h
Jeudi 8 h 30 - 12 h 13 h 30 - 18 h
Vendredi 8 h 30 - 12 h 13 h 30 - 18 h
Samedi - -


Religion

Circonscriptions ecclésiastiques avant la Révolution

Patronage

  • Dédicace de l'église paroissiale : Saint-Jean-Baptiste.
  • Patron (présentation) : l'abbé de Saint-Lô.
  • Fête patronale : Saint-Jean

Circonscriptions ecclésiastiques actuelles

Éducation

Il existe plusieurs établissements scolaires[34] :

  • Institut Saint-Lô (privé), rue de Touraine et rue de l'Oratoire : école primaire, collège, lycée général et professionnel
  • École Marie-Ravenel (public), 75 bis route de Coutances : maternelle et primaire
  • Institut thérapeutique, éducatif et pédagogique (Itep)

Lieux et monuments

L'église Saint-Jean-Baptiste.

La commune est également concernée par le périmètre de protection de plusieurs monuments saint-lois : les remparts de Saint-Lô (inscrit MH), le château de la Vaucelle (inscrit MH) et le manoir du Bosdel (inscrit MH).

Hameaux et lieux-dits

Voir l'article détaillé Hameaux et lieux-dits d'Agneaux

Personnalités liées à la commune

Économie

Éducation

Associations

Jumelages

Sports

Bibliographie

  • « Recueil de notes historiques sur la paroisse d'Agneaux », Notices, mémoires et documents de la Société d'agriculture, d'archéologie et d'histoire naturelle du département de la Manche, t.1, 1851 (lire en ligne)
  • Abbé Bernard, « Agneaux », Histoire de la ville de Saint-Lô et de ses environs, impr. Jacqueline, Saint-Lô, 1953, p. 60-72 (lire en ligne)
  • Archives départementales de la Manche, 5000 ans d'histoire aux portes de Saint-Lô. Archéologie préventive et aménagement du territoire, 2000 (lire en ligne)
  • Serge Desoulle, Agneaux : rive gauche, lignes droites, collection Inédits et introuvables du patrimoine normand, éd. Eurocibles, 2002

Notes et références

  1. Marie Fauroux, Recueil des actes des ducs de Normandie (911-1066), Mémoire de la Société des Antiquaires de Normandie XXXVI, Caen, 1961, p. 406, § 214.
  2. ibid., p. 408, § 214.
  3. Abbé V. Bourrienne, Antiquus Cartularius Ecclesiæ Baiocensis (Livre Noir); Société de l’histoire de Normandie, Rouen, A. Lestringant, Paris, Auguste Picard, t. 1, 1902, p. 4, § II.
  4. 4,0 4,1 et 4,2 François de Beaurepaire, Les noms de communes et anciennes paroisses de la Manche, Picard, Paris, 1986, p. 65.
  5. Léopold Delisle, Recueil de jugements de l’Échiquier de Normandie au 13e siècle, Paris, 1864, p. 62, § 242.
  6. Pouillé du Diocèse de Coutances, 1332, in Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903, p. 353B, 353C.
  7. Compte du Diocèse de Coutances, pour l’année 1351 ou 1352, in Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903, p. 369B.
  8. Eugène Robillard de Beaurepaire et le Comte Auguste de Blangy, Le Journal du Sire de Gouberville (t. II), Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie XXXII, Caen, 1895, rééd. Les Éditions des Champs, Bricqueboscq, 1993, p. 36.
  9. Normandia Ducatus (carte du duché de Normandie), Atlas Van der Hagen, 1635.
  10. Jean Bigot sieur de Sommesnil, État des paroisses des élections de Normandie, 1612/1636 [BN, ms. fr. 4620].
  11. Roles par généralités et élections des paroisses de France et de leur imposition aux tailles, 1677 [BN, cinq cents Colbert, ms. 261 f° 229 à 275].
  12. 12,0 et 12,1 Dénombrement des généralités de 1713 [BN, ms. fr. 11385, f° 1 à 132].
  13. Guillaume de l'Isle, Carte de Normandie, Paris, 1716.
  14. Bernard Jaillot, Le Gouvernement général de Normandie divisée en ses trois généralitez, Paris, 1719.
  15. 15,0 et 15,1 Nouveau dénombrement du royaume par generalités, elections, paroisses et feux […], t. II, Impr. Pierre Prault, Paris, 1735, p. 52b.
  16. G. Robert de Vaugondy, Carte du gouvernement de Normandie, Paris, 1758.
  17. Carte de Cassini.
  18. Site Cassini.
  19. Bulletin des lois de la République française, Imprimerie Nationale, Paris, 1801-1870.
  20. Annuaire de la Manche (1829), Statistique de l'arrondissement de Saint-Lô, p. 160.
  21. V. Lavasseur, Atlas National Illustré des 86 départements et des possessions de la France, A. Combette éditeur, Paris, 1854.
  22. Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903.
  23. Nomenclature des hameaux, écarts et lieux-dits de la Manche, INSEE, 1954.
  24. Atlas de Normandie, Caen, 1962.
  25. Anne Vallez, Pierre Gouhier, Jean-Marie Vallez, Atlas Historique de Normandie II (économie, institutions, comportements), Université de Caen, Caen, 1972.
  26. Annuaire officiel des abonnés au téléphone.
  27. Un toponyme normand de formation identique est Aigneaux dans le Calvados, nom de plusieurs localités dont la plus importante est un hameau situé à Saint-Charles-de-Percy.
  28. Au début du 21e siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  29. Population avant le recensement de 1962.
  30. INSEE : Population depuis le recensement de 1962.
  31. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  32. La sergenterie de Saint-Gilles, qui relevait initialement de l'élection de Coutances, fut en grande partie rattachée à l'élection de Saint-Lô à la fin du 17e ou au début du 18e siècle.
  33. 33,0 33,1 33,2 33,3 33,4 et 33,5 « Histoire d'Agneaux », Agneaux contact, n° 76, juillet 2020, p.16
  34. Agneaux dans l'annuaire de l’Éducation nationale, education.gouv.fr.

Lien interne

Liens externes