Jules Lemoigne

De Wikimanche

Jules Albert Lemoigne, né à Tourlaville le 26 janvier 1894 et mort dans la même commune le 24 novembre 1959 [1], est une personnalité politique de la Manche.

Le premier sous-préfet de la Manche libérée

Né dans une vieille famille de maraîchers tourlavillais qui ont été parmi les premiers à se lancer dans l’exportation de choux et de pommes de terre vers l’Angleterre [2], Jules Lemoigne finit la Première Guerre mondiale dans l’aviation et crée ensuite une entreprise d’emballages [3].

Il est élu maire de Tourlaville le 23 décembre 1932 [4]. Le 19 mars 1941, le gouvernement de Vichy le confirme dans ses fonctions de maire par arrêté du préfet Gaston Mumber [5]. Il est révoqué en 1943 et chassé du département, assigné à résidence avec son épouse au Molay-Littry[6]. Les Allemands le soupçonnent en effet de mener des activités « terroristes ». Ils n’ont pas tout à fait tort car Jules Lemoigne a créé, dès 1940, avec Médéric-Védy, un groupe de résistance « Ceux de la Libération » [4]. Il va à Paris et continue de travailler pour la résistance, avant de servir de lien avec les forces américaines [4].

Le 16 juin 1944, il est nommé sous-préfet des premiers cantons libérés de la Manche, en poste à Sainte-Mère-Église [3]. Mais il abandonne ces fonctions quinze jours plus tard pour se consacrer à sa mairie retrouvée [3]. Ce dernier mandat est de courte durée car le gaulliste Jules Lemoigne est battu aux élections d’avril 1945 par Camille Leclerc. En 1959, le célèbre « colonel Rémy », Gilbert Renault de son vrai nom, un des héros de la Résistance, vient assister à ses obsèques à Tourlaville [3].

Hommages

Une résidence à son nom honore sa mémoire. Elle est inaugurée le 24 mars 1999 [4].

Notes et références

  1. Alain Thérache, « Maires de Tourlaville - Jules Albert Lemoigne », Généalogie-en-Cotentin, site internet.
  2. Voir les frères Basile et Jean-Baptiste Lemoigne de la Moignerie.
  3. 3,0 3,1 3,2 et 3,3 Dictionnaire des personnages remarquables de la Manche, tome 1, Jean-François Hamel, sous la direction de René Gautier.
  4. 4,0 4,1 4,2 et 4,3 « De 1824 à nos jours », Reflets, bulletin municipal de Tourlaville.
  5. « Tourlaville : le nouveau conseil municipal », Cherbourg-Éclair, 21 mars 1941.
  6. « Souvenirs de Tourlaville », édité par la mairie de Tourlaville, 1998, p 149

Article connexe