Georges Fatôme

De Wikimanche

Georges Fatôme, né à Cherbourg le 15 juin 1919, mort à Tourlaville le 21 novembre 2006, est un homme politique de la Manche

Georges Fatôme, 1967.
En 1971

Biographie

Son père était mort avant sa naissance.

Élevé par ses grands-parents, restaurateurs place de Tourlaville, du fait de la mort de son père avant sa naissance, Georges Fatôme reçoit une éducation religieuse, dans une famille de tradition de gauche, et est élève en école privée.

Charpentier-tôlier à l'arsenal de Cherbourg, il milite à partir de 1936 à la SFIO. Il fait son service militaire dans la défense antiaérienne de la marine à Brix. Prisonnier des Allemands en juin 1940, il est envoyé au Stalag XIII à Nüremberg, travaillant au laminoir puis dans des fermes, jusqu'à sa libération sur intervention de l'amiral Darlan du fait de son statut d'homme marié. Il s'engage alors dans la Résistance dans la région de Rennes.

Après la Libération, il entre au conseil municipal de Tourlaville en avril 1945, sur la « liste républicaine d’action sociale et communale » du radical Camille Leclerc, et devient troisième adjoint. Mais il démissionne après un an de mandat. En 1947, la liste « concentration laïque et socialiste » sur laquelle il se présente, emporte au second tour 20 des 23 sièges du conseil municipal, contre la liste RPF d'Augustin Le Maresquier. Sans être tête de liste, il devient l'un des plus jeunes maires français le 31 octobre, et premier socialiste à prendre la tête de la commune.

Maire de Tourlaville durant un demi-siècle, il est celui qui a accompagné la reconstruction de sa commune, et la mutation de la ville d'un territoire rural à une commune urbaine, à travers par exemple la construction d'établissements scolaires, l'édification de logements, en partie en accès à la propriété, la création d'une zone artisanale et d'une zone industrielle... Dès ses premières années de mandat, il engage une politique d'éducation sportive populaire avec la fondation de l'Association sportive de Tourlaville (AST), et la construction d'équipements sportifs, dont le premier est le stade Léo-Lagrange, inauguré le 13 septembre 1957, peu après sa première réélection. Il crée également des jardins ouvriers.

Il a également milité pour l'implantation dans sa commune de l'Institut national des sciences et techniques de la mer (Intechmer), premier établissement d'enseignement supérieur du Cotentin. Il participe à la création de la Communauté urbaine de Cherbourg comme vice-président et à son évolution comme président, accompagnant à ce poste l'implantation de la centrale nucléaire de Flamanville. Il ne cessera en revanche de s'opposer au Grand-Cherbourg, déclarant en 1976 : « Je serai toujours favorable aux solutions qui m’auront convaincu que c’est l’intérêt des populations qui m’ont fait confiance. La Communauté urbaine nous a été imposée dans les pires conditions. Pour ce qui est de la regretter maintenant, c’est assez difficile de vous répondre. Oui et non. Non, parce que je crois qu’il y avait des problèmes qui devaient être vus au-delà de l’échelon communal. Oui, parce que je n’y ai pas trouvé toutes les satisfactions que nous étions en droit d’attendre. La concertation n’existe pas comme je le souhaite. Dans les fusions, il y a toujours cette tendance de la ville-centre au détriment des villes faubourg. À partir de là, je ne peux être pour le Grand Cherbourg ».

Il se présente aux élections sénatoriales partielles de 1982. Il y obtient 14,29 % des voix au premier tour et 21,55 % au second tour dans un duel face à Jean-François Le Grand.

Il fut, avec Louis Darinot, l'un des piliers du Parti socialiste de la Manche. Fortement ancré dans sa commune et doté d'une forte personnalité, il n'hésite pas à aller contre les instances de son parti, provoquant un début d'opposition interne à la fin des années 1980, à l'image de sa mise en minorité dans la section PS de Tourlaville en 1993, et un score croissant de l'écologiste critique Rémy Gibert à partir de 1983.

Mandats et fonctions

Hommages

Un stade à son nom perpétue sa mémoire à Tourlaville.

Sources

Lien interne