Louis Darinot

De Wikimanche

Louis Darinot.

Louis Darinot, né à Ségry (Indre) le 16 mars 1925 et mort à Cherbourg le 9 juin 2006, est un homme politique de la Manche, député-maire de Cherbourg.

Biographie

Louis Darinot naît dans une famille modeste. Ses parents sont employés de maison à Issoudun (Indre), dans un château proche du logis familial à Ségry [1].

Il est bon élève. À 17 ans, il entre à l'École normale d'instituteurs de Châteauroux (Indre) [1].

À 18 ans, en 1943, tout en poursuivant ses études, Louis Darinot s'engage dans le groupe résistant Indre-Est, affilié aux Forces françaises de l'intérieur (FFI) [1]. Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, il se dirige vers l'enseignement avant de bifurquer vers la pharmacie. En 1951, il obtient son diplôme de pharmacien. Le lendemain, il est à Carentan pour effectuer un remplacement de six mois [1]. C'est son premier contact avec la Basse-Normandie.

En 1952, il prend sa première pharmacie à Bayeux (Calvados). En 1964, il achète une autre officine Cherbourg, place du général de Gaulle. Sportif lui-même, il prend aussitôt la présidence des supporteurs de l'AS Cherbourg Football, devenue professionnelle. Très vite, il apparaît à beaucoup « comme la personnalité dont le parti socialiste était privé depuis l'effacement, puis le décès en 1968 de René Schmitt »[2]. Il explique ainsi son engagement : « J'ai conservé de mon enfance une sensibilité très vive à l'injustice et à l'inégalité. C'est un sentiment qui s'est développé très tôt chez moi, à cause sans doute de mon milieu, et je n'ai plus jamais varié dan mes idées. Ma passion a été dès lors l'effort et le travail. Je me suis toujours méfié de la facilité. » [1].

Membre de la Convention des institutions républicaines et de la Fédération de la gauche démocrate et socialiste (FGDS), il participe à la fondation du nouveau Parti socialiste aux côtés de François Mitterrand, et devient ensuite délégué national aux questions maritimes du PS.

Après avoir gagné le siège de député de Cherbourg en 1973, il emporte la mairie de Cherbourg en 1977 grâce à l'union des forces de gauche, et prend la direction de la Communauté urbaine de Cherbourg. Il est alors confronté à la montée en puissance de l'industrie nucléaire dans le Nord-Cotentin et s'oppose sans succès à la construction de la centrale nucléaire de Flamanville et à l'extension de l'usine de retraitement de la Hague. Il met alors en place un service de contrôle de la pollution radioactive pour l'agglomération. « La gauche le reconnaît du bout des lèvres, "il ne fait pas peur à la droite“. Il est trop rassurant pour certains et insuffisamment pour d'autres. » [3].

En 1980, il entre en conflit avec un de ses adjoints, Jean-Richard Hélie. « Excellent pharmacien, grand admirateur de Dali et de Mitterrand, homme d'une urbanité exquise, Louis Darinot se révéla vite d'un caractère inconsistant à la tête de l'administration municipale dont l'inaction et l'incohérence provoquèrent l'ahurissement des Cherbourgeois [4].

Découragé, il abandonne alors d'abord la présidence de la Communauté urbaine, puis la tête de la mairie au profit de Jean-Pierre Godefroy. Il précise qu'il ne supporte plus « le climat passionnel malsain du conseil municipal » [4]. « Effacé, courtois, travailleur, et humain, Louis Darinot a pris les coups les plus sévères des siens » [3].

Réélu député en 1978 et 1981, il est à l'Assemblée nationale un spécialiste reconnu des questions de défense, dont il préside la commission entre 1981 à 1986. Ne souhaitant pas être reconduit à l'Assemblée nationale, il se met en deuxième position sur la liste socialiste aux législatives de 1986, derrière Olivier Stirn. Le bon score du PS dans le département, 28,3 % des suffrages, l'y reconduit pour un quatrième mandat. « Les électeurs ont signifié que sa discrétion, son honnêteté et l'idée qu'il se fait de la chose politique leur convenaient. » [3].

Retiré de la vie politique en 1988, il poursuit son engagement associatif au sein de l'association d'information et de lutte contre le cancer Cœur et cancer, qu'il a créée en 1981 [5], continue de soutenir les footballeurs de l'AS Cherbourg et constitue une collection d'art moderne et contemporain.

Il est un grand amateur d'art, en particulier de peinture moderne et contemporaine [6].

Il meurt le 9 juin 2006, à 81 ans.

Mandats et fonctions

Hommages

Plaque de rue à Cherbourg.

Notes et références

  1. 1,0, 1,1, 1,2, 1,3 et 1,4 « Qui êtes-vous M. Louis Darinot ? », La Presse de la Manche, 16 février 1973.
  2. Thomas Ferenczi, Le Monde, 20 décembre 1972.
  3. 3,0, 3,1 et 3,2 « Le mystère et boules de gommes du pharmacien », Ouest-France, 18 mars 1986.
  4. 4,0 et 4,1 Michel Dumont, Le Quotidien de Paris, 17 novembre 1982.
  5. Catherine Nay, Jours de France, n° 1585, 18 mai 1985.
  6. Ouest-France, 24 septembre 1972.

Lien interne

Lien externe