Cotentin

De Wikimanche

(Redirigé depuis Pagus Constantiensis)
  •      Cotentin
  •      Avranchin
  • Le Cotentin est un pays de Normandie, qui couvre le Nord du département de la Manche.

    Citations

    • « Vivre en Cotentin, c'est accepter l'isolement mais pas le repli, s'adapter aux changements sans renoncer, découvrir toujours un peu plus loin un nouveau paysage, un horizon insolite jusqu'à ce que la mer fascinante, emporte le regard, et l'imagination » [1].
    • « Mon coup de cœur maritime absolu, je l'ai trouvé dans le Cotentin » [2].

    Toponymie

    Attestations anciennes

    • in pago Constantino f-6e s., 738 [3].
    • in Constantinensi regione d-9e s. [3].
    • [acc.] comitatum Constantinum 867 [3].
    • in pago […] Constantini 962/996 [copie 13e s.] [4].
    • in comitatu Constantin 1021/1025 [5].
    • in pago Constantinensi 1030 [6].
    • Constantinum 1040, 1060 [7].
    • in Constantini pago 1060 [8].
    • [gén.] ferarum bestiarum Constantinencium 1056/1066 [9].
    • in Constantiensi pago 1060/1066 [10].
    • in Constantinensi pago ~1063/1066 [11].
    • in Constantino 1075 [12].
    • Nigell[us] de Constantino 1079/1087 [13].
    • [gén.] Constantini pagi 1082/1087 [14].
    • Costamtin 1151/1164 [copie 14e s.; var. Constantin] [15].
    • Costantin 1160/1174 [16].
    • Costentinoiz 1160/1174 [17].
    • Costentin 1160/1174 [18], ~1175 [19].
    • vicecomitatus de Costentino 1198, 1203 [20].
    • Costentin 1213 [21].
    • [abl.] Constentino 1213 [22], 1216 [23].
    • [abl.] Constantino 1221 [24], 1222 [25].
    • [abl.] Costentino 1243 [26].
    • Costentin 1328 [27], 1332 [28].
    • archidiaconus de Costentino 1332 [29].
    • Coutentin 1335 [30].
    • Costentin 1337 [31].
    • Costantin 1343 [32].
    • Costentin 1345 [noté 1344] [33].
    • archidiaconus de Costantino 1351/1352 [34].
    • Constantin 1356 [35].
    • Costentin 1356 [36].
    • Costantin 1356 [37].
    • insula de Costantyn 1359 [38]; insula a ici le sens de « presqu'île ».
    • Costantin 1359 [texte anglais] [39].
    • Coustentyn 1417 [40].
    • Costantin 1542/1544 [41].
    • Constantin 1585 [42].
    • Costentin 1589 [43].
    • Constantin 1594 [44].
    • Cõstantin 1606 [45].
    • Costantin; le païs de Cõstantin 1608 [46].
    • Constantin ~1630 [47].
    • Cotantin 1631 [48].
    • Coutantin 1635 [49].
    • le Constantin; le Closet de Constantin 1643 [50].
    • Coutantin 1661 [51].
    • archidiaconé de Coutantin 1689 [52].
    • Coutantin pays 1694 [53].
    • Coutantin 1694 [54], 1692/1699 [55], 1716 [56], 1719 [57].
    • Cotentin 18e s. [58], 1749 [59], 1753 [60], 1771 [61], 1777 [62].
    • le Cotentin 1830 [63], 1837 [64].
    • Cotentin 1837 [65], 1839 [66], 1903 [67].

    Étymologie

    Nom de pays de formation gallo-romane °CONSTANTINU, dérivé de celui de la ville de Coutances (du latin Constantia) [68] grâce à un suffixe adjectival -INU (du latin -inus) qui a également servi à former, sous sa forme gallo-romane ou romane, les noms de l'Avranchin, du Bessin, du Lieuvin et du Vexin. Cette forme adjectivale s'explique par l'ellipse du mot pagus « pays », le pagus constantinus désignant à l'époque gallo-romaine le « pays de Coutances » (voir ci-dessous).

    On notera parmi les formes anciennes la fluctuation entre les types Co(u)stantin d'une part, et Constantin de l'autre. La première forme représente l'évolution régulière du mot, après la chute ancienne de [n] devant [s] en latin, et donc en gallo-roman : °CONSTANTINU évolue rapidement en °COSTANTINU > Co(u)stantin > Co(u)tantin. La seconde représente soit une réfection semi-savante d'après la forme latine initiale, soit, moins probablement, une évolution divergente reposant sur la forme °CONSTANTINU.

    Délimitation

    Localisation du Cotentin en 1594, carte d'Abraham Ortelius.
    Localisation du Cotentin vers 1630, carte de Gerhard Mercator.
    Une description du Cotentin en 1643.

    La délimitation du Cotentin continue aujourd'hui de faire débat.

    À l'origine, le Cotentin est le pagus constantinus, pays gallo-romain correspondant à la civitas (territoire de la cité) des Unelles, puis la moitié centrale de celle-ci (le « Cotentin propre », couvrant les régions de Coutances et Saint-Lô), le nord devenant le pagus coriovallensis ou pays de Coriallo (Cherbourg), le « Nord Cotentin » [69].

    Au Moyen Âge, le pays normand et le bailliage du Cotentin couvrent le Coutançais (région de Coutances), le Corlois (région de Cherbourg), et l'Avranchin, rattaché au IXe siècle[69].

    Pour certains, la « ligne Joret » - qui passe par Cérences, Gavray, Percy et Gouvets, fixerait la limite sud du Cotentin. Cette interprétation est sérieuse, mais elle est contestée. Dès le XIXe siècle, l'historien Léopold Delisle estime que le Cotentin est « la partie septentrionale du département de la Manche, située au nord des Vés (sic) et limitée par les cours de deux petites rivières, l'Ouve et la Sie (sic). C'est ce que nous appelons aujourd'hui la presqu'île du Cotentin et ce que d'anciens auteurs nommaient l'île ou le clos du Cotentin [70].

    Cette interprétation, même si elle ne fait pas l'unanimité, est largement partagée : peu à peu, et de plus en plus, le Cotentin est bien la région sous influence de Cherbourg et tend à se « détacher » de sa ville originelle, Coutances. Le sérieux Yves Nédélec le confirme : « Le sentiment que le Cotentin commence seulement au nord d'une ligne Carentan-Lessay est aujourd'hui, il faut bien le reconnaître, largement répandu dans l'opinion publique. C'est vraisemblablement dans ce sens qu'on emploie maintenant le plus souvent le mot Cotentin » [71].

    Plus récemment, Benoît Canu le réaffirme à son tour après Léopold Delisle : le Cotentin, dit-il, dans son sens commun, correspond (...) au tiers du département de la Manche compris au nord d’une ligne reliant la baie des Veys au havre de Lessay, c’est-à-dire les communes situées respectivement au nord et nord-ouest de l’Ay et de la Taute [72].

    L'historien André Dupont, lui, hésite encore. Il s'en remet à ses lecteurs pour le faire [71].

    Le Cotentin a laissé son nom à Saint-Maurice-en-Cotentin, appellation récente (1938) qui a remplacé le nom médiéval de Saint-Maurice-de-Puteville. La commune d'Angoville-sur-Ay semble également avoir porté le nom d’Angoville-en-Cotentin au 14e siècle.

    Culture

    « Le Clos du Cotentin est aujourd'hui le plus normand de tous les éléments de notre province : sans forfanterie, mais sans complexe d'infériorité, on y est naturellement normand, par le caractère (qualités et défauts), par la langue, par la prononciation des noms de lieux et de familles, par les usages, etc. » [73].

    Tourisme

    Sites les plus fréquentés du Cotentin (2011 [74], 2012 [75], 2013 [76], 2014 [77])
    Entrées / Site 2011 2012 2013 2014
    La Cité de la Mer 191 714 267 732 200 300 202 601
    Musée Airborne 180 192 174 535 162 245 261 610
    Musée du Débarquement 89 528 117 081 103 015 142 540
    Île de Tatihou 63 463 62 952 52 521 61 379
    Le Phare de Gatteville - - 32 320 40 821


    À la pointe nord-ouest de la Manche, la presqu’île du Cotentin, à la fois « Finistère normand » et porte ouverte sur le monde n’est pas un pays que l’on traverse mais un pays où l’on vient.

    Des falaises de la pointe de la Hague à l’ouest aux petits ports historiques du Val de Saire à l’est, en passant par Cherbourg et sa rade, le Cotentin rassemble, sur un petit territoire, une multitude de paysages diversifiés.

    La Hague est une terre de légendes et de mystères qui inspire les artistes. La baie d'Écalgrain, port Racine, le cap de la Hague et son phare, ou encore les célèbres courants marins du raz Blanchard sont autant de paysages encore préservés.

    Plusieurs sites naturels font d’ailleurs l’objet de mesures de conservation et de protection, tels le nez de Jobourg et sa réserve ornithologique, les dunes de Biville ou la mare de Vauville.

    Sites naturels les plus fréquentés du Cotentin (2011) [75]
    Visites / Site 2011 2012
    Nez de Jobourg entre 160 000 et 198 500 -
    Goury entre 124 000 et 137 500 69 354/ 76 504
    Landemer entre 32 250 et 36 000 15 092/ 18 444
    Réserve de Beauguillot entre 29 100 et 34 290 30 490
    Ferme de la Cotentine entre 15 100 et 19 100 13 550/ 16 560

    À l’extrémité de la presqu’île, la ville de Cherbourg-Octeville abrite un patrimoine exceptionnel fait de musées, de ports et de jardins. La Cité de la Mer et le Fort du Roule dominant la ville et la rade complètent l’offre touristique d’une ville entièrement tournée vers la mer.

    À l’est, le site de La Pernelle domine le Val de Saire et ses côtes ainsi que le phare de Gatteville, les magnifiques petits ports de Barfleur et Saint-Vaast-la-Hougue ou encore l’île de Tatihou.

    Pays de nature, le Cotentin est aussi riche de son patrimoine. Bricquebec, Saint-Sauveur-le-Vicomte et Valognes constituent le Clos du Cotentin. Au sud-ouest, face aux îles Anglo-Normandes, s’étend la Côte des Isles, célèbre pour ses petites stations balnéaires animées de Barneville-Carteret et son cap ou Portbail et son havre. Les ports de plaisance de Carteret et Diélette constituent également un atout touristique majeur pour ce pays.

    Forme

    De nombreux écoliers cotentinais, de Cherbourg à Coutances, ont appris à l'école primaire dès les années 1920, que la partie nord de la presqu'île du Cotentin évoque une tête de roi barbu couronné regardant vers l'ouest :

    Hommages

    • Plusieurs villes françaises possèdent une voie nommée d'après le Cotentin. La plupart d'entre elles se trouvent dans des quartiers neufs, dont les rues évoquent des régions de France, de Normandie ou de la Manche. Quelques unes constituent des tronçons de la Voie de la Liberté, évoquant le débarquement allié en Normandie en juin 1944, et la progression des troupes.

    Dans la Manche

    voir l'article détaillé Cotentin (odonyme)
    • Le nom de Cotentin a été donné à différents lieux de la Manche :
    • Enfin, le nom de la Cotentinière est celui d'un hameau au Grand-Celland, dérivé du patronyme Cotentin.

    Dans le Calvados

    • rue du Cotentin à Caen : voie construite dans les années 1960 dans le nouveau quartier du Chemin Vert. Elle appartient à un ensemble odonymique évoquant diverses localités de la Manche.
    • rue du Cotentin à Thury-Harcourt : dans un quartier neuf dont quelques voies évoquent diverses régions de France.

    En Haute-Normandie

    • rue du Cotentin à Saint-Germain-Village (Eure) : dans un quartier neuf dont les voies évoquent diverses régions de France; il est délimité par la rue de Normandie et la route de Honfleur.
    • rue du Cotentin à Mont-Saint-Aignan (Seine-Maritime) : dans un quartier neuf où un petit ensemble de voies évoque diverses localités normandes; la rue du Cotentin donne dans celle du Roumois, et rencontre celle du Bessin.

    En dehors de la Normandie

    Bibliographie

    voir l'article détaillé Bibliographie du Cotentin

    Notes et références

    1. Colette Muller, Yves Guermond, Le Cotentin aujourd'hui, éd. Gérard Montfort, 1984, p. 7.
    2. Philippe Delerm, « Le fruité sous la cendre », Géo, n° 376, juin 2010.
    3. 3,0 3,1 et 3,2 François de Beaurepaire, Les noms de communes et anciennes paroisses de la Manche, Picard, Paris, 1986, p. 105.
    4. Marie Fauroux, Recueil des actes des ducs de Normandie (911-1066), Mémoire de la Société des Antiquaires de Normandie XXXVI, Caen, 1961, p. 76, § 5.
    5. Ibid., p. 122, § 32.
    6. Ibid., p. 187, § 61.
    7. Jean Adigard des Gautries, « Les noms de pays normands attestés entre 911 et 1066 », Festschrift Adolf Bach, Bonn, 1955, t. I, p. 122-130.
    8. Marie Fauroux, Recueil des actes des ducs de Normandie (911-1066), Mémoire de la Société des Antiquaires de Normandie XXXVI, Caen, 1961, p. 328, § 147.
    9. Marie Fauroux, op. cit., p. 407, § 214.
    10. Ibid., p. 27, n. 33.
    11. Ibid., p. 423, § 222.
    12. Lucien Musset, Les actes de Guillaume le Conquérant et de la Reine Mathilde pour les abbayes caennaises, Mémoires de la société des Antiquaires de Normandie XXXVII, Caen, 1967, p. 129, § 21.
    13. Ibid., p. 65, § 4A bis.
    14. Marie Fauroux, op. cit., p. 452, § 234.
    15. Julie Fontanel, Le cartulaire du chapitre cathédral de Coutances, Archives départementales de la Manche, Saint-Lô, 2003, p. 437, § 297.
    16. Wace, Roman de Rou, 1160-1174, édition de Frédéric Pluquet, Édouard Frère éd., Rouen, 1827, t. I, p. 19, v. 382.
    17. Wace, Roman de Rou, 1160-1174, édition de Frédéric Pluquet, Édouard Frère éd., Rouen, t. I, 1827, p. 249, v. 4882.
    18. Ibid., p. 318, v. 6239.
    19. Benoît de Sainte-Maure, Chronique des ducs de Normandie (~1175), édition de Francisque Michel, in Collection des documents inédits, Imprimerie Royale, Paris, t. I, 1836, p. 483, v. 11608.
    20. Léchaudé D’Anisy, Grands Rôles des Échiquiers de Normandie, première partie, Mémoire de la Société des Antiquaires de Normandie XV, 2e série, 5e volume, Paris, 1845, p. 71a, 95a.
    21. Léopold Delisle, Recueil de jugements de l’Échiquier de Normandie au XIIIe siècle, Paris, 1864, p. 29, § 113.
    22. Ibid., p. 33, § 126.
    23. Ibid., p. 44, § 168.
    24. Ibid., p. 80, § 317.
    25. Ibid., p. 84, § 333.
    26. Ibid. p. 172, § 746.
    27. Léopold Delisle, Les actes normands de la Chambre des Comptes sous Philippe de Valois (1328-1350), Rouen, Le Brument, 1871, p. 6, § 3.
    28. Ibid., p. 50, § 30.
    29. Pouillé du Diocèse de Coutances, 1332, in Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903, p. 269A.
    30. Léopold Delisle, Les actes normands…, p. 132, § 48.
    31. Ibid., p. 158, § 68.
    32. Ibid., p. 287, § 165.
    33. Ibid., p. 316, § 180.
    34. Compte du Diocèse de Coutances, pour l’année 1351 ou 1352, in Auguste Longnon, op. cit., p. 382F.
    35. Rôles Normands et Français et autres pièces tirées des archives de Londres par Bréquigny en 1764, 1765 et 1766, Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie XXIII (3e série, 3e volume), 1re partie, Paris, 1858, p. 2b, § 15.
    36. Ibid., p. 3a, § 16.
    37. Ibid., p. 3a, § 18.
    38. Ibid., p. 4a, § 31.
    39. Ibid., p. 254a, § 1376.
    40. Rôles Normands et Français et autres pièces tirées des archives de Londres par Bréquigny en 1764, 1765 et 1766, Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie XXIII (3e série, 3e volume), 1re partie, Paris, 1858, p. 249b § 1359.
    41. Jean Rotz, [Carte de la Manche], 1542/1544 [British Library].
    42. Gerard Mercator (1512-1594), Britannia et Normandia cum confinibus regionibus, Duisbourg, 1585 [BNF, Collection d'Anville, cote 00456 bis.
    43. Julien du Paulmier, Traité du vin et du sidre, Caen, 1589, p. 51.
    44. Abraham Ortel dit Ortelius, Neustria. Britanniae, et Normandiae Typus, Anvers, 1594.
    45. Bertius, Normandia, 1606.
    46. François Des Rues, Description contenant les antiquitez, fondations et singularitez des plus célèbres villes, chasteaux et places remarquables du royaume de France : avec les choses plus mémorables advenues en iceluy, Coutances, 1608, p. 366.
    47. Gerhard Mercator, Bretania et Normandia […], gravure de Van den Keere; carte extraite de l’Atlas Minor, éd. Cloppenburgh, Amsterdam, ~1630.
    48. Nicolas Tassin, « Carte de Normandie », Plans et profilz des principales villes de la province de Normandie, avec la carte générale et les particulières de chascun gouvernement d’icelles, 1631 [Médiathèque de Lisieux].
    49. Normandia Ducatus (carte du duché de Normandie), Atlas Van der Hagen, 1635.
    50. François Ranchin, Description générale de l’Europe quatriesme partie du monde avec tous ses empires royaumes, estats, et republiques, Claude Sonnius et Denys Bechet, Paris, 1643, p. 251.
    51. N. Sanson et P. Mariette cartographes, R. Cordier graveur, Duche et Gouvernement de Normandie, Paris, 1661.
    52. G. Mariette de La Pagerie, cartographe, Unelli, seu Veneli. Diocese de Coutances, divisé en ses quatre archidiaconés, et vint-deux doiennés ruraux avec les Isles de Iersay, Grenesey, Cers, Herms, Aurigny etc., chez N. Langlois, Paris, 1689 [BNF, collection d'Anville, cote 00261 I-IV].
    53. Jean-Baptiste Nolin, Le duche et gouvernement de Normandie Divisé en Haute et Basse Normandie, en Divers Pays, et par Evechez, Paris, 1694 [BNF, IFN-7710251].
    54. Michel-Antoine Baudrand, La France suivant les nouvelles observations, C. Roussel, Paris, 1694 [BNF, GED-6682].
    55. Justus Danckerts (1635-1701), Canalis inter Angliae et Galliae tabula cum omnibus suis portibus, arenis et profundis, Amsterdam, 1692/1699.
    56. Guillaume de l'Isle, Carte de Normandie, Paris, 1716.
    57. Bernard Jaillot, Le Gouvernement général de Normandie divisée en ses trois généralitez, Paris, 1719.
    58. Carte de la Manche, 18e s. [BNF, collection d'Anville, cote 00761 B].
    59. Nouvelle carte réduite de la Manche, Chez Mr Bellin, Paris, 1749 [BNF, collection d'Anville, cote 00762 B].
    60. Herman van Loon, D2.me [= Deuxième] carte particuliere des costes de Normandie contenant les costes du Cotentin depuis la Pointe de la Percée Jusqu'a Granville ou sont Comprises les Isles de Jersey, Grenezey, Cers, et Aurigny, avec les Isles de Brehat. Comme elles paroissent a basse Mer dans les grandes marées, Atlas Van Keulen, Amsterdam, 1753 [BNF]
    61. Rigobert Bonne, Carte du Gouvernement de Normandie avec celui du Maine et Perche, 1771, recueillie in Jean Lattre, Atlas Moderne ou Collection de Cartes sur Toutes les Parties du Globe Terrestre, ~1775.
    62. P. Santini, Gouvernement de Normandie avec celui du Maine et Perche, Remondini, Venise, 1777.
    63. J. G. Masselin, Dictionnaire universel de géographie physique, commerciale, historique et politique du Monde Ancien, du Moyen Age et des Temps Modernes comparées / Dictionnaire universel de géographie, Auguste Delalain, Paris, 1830, t. I, p. 361a.
    64. Dictionnaire géographique universel ou description de tous les lieux du globe sous le rapport de la géographie physique et politique, de l’histoire, de la statistique, du commerce, de l’industrie, etc., etc., Sociétés de Paris, Londres et Bruxelles pour les publications littéraires, Bruxelles, 1837, t. I, p. 560a.
    65. Auguste Le Prévost, Anciennes divisions territoriales de la Normandie (extrait de l’Annuaire de la Société de l’Histoire de France, 2e année), impr. Crapelet, Paris, 1837.
    66. Panorama pittoresque de la France […], par une société de gens de lettres, de géographes et d’artistes, Firmin Didot, Paris, t. V (section Manche), 1839, p. 30b.
    67. Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903.
    68. Voir ce nom pour l'étymologie discutée de Coutances.
    69. 69,0 et 69,1 J. Moreau, « Cotentin », Dictionnaire de géographie de la Gaule et de la France, Paris, éd. A .et J. Picard, 1972.
    70. Léopold Delisle, Mémoire sur les baillis du Cotentin, Impr. A. Hardel, Caen, 1851.
    71. 71,0 et 71,1 André Dupont, « Qu'est-ce que le Cotentin ? », Le Cotentin, éd. Manche-Tourisme, 1977, p. 51-62.
    72. Benoît Canu, « Les moulins du Clos du Cotentin : contribution à l’étude d’un facteur et indicateur de l’évolution du territoire et de ses contingences naturelles et anthropiques », In Situ, n° 7, 2006.
    73. Yves Nédélec, à propos du livre de Roger Jouet ... Et la Normandie devint française, supplément ronéotypé de la Revue de la Manche, n° 92, octobre 1981.
    74. Mémento économique du Cotentin 2012, CCI de Cherbourg-Cotentin, 2012.
    75. 75,0 et 75,1 Mémento économique du Cotentin 2013, CCI de Cherbourg-Cotentin, mai 2013.
    76. Mémento économique du Cotentin 2014, CCI de Cherbourg-Cotentin, 2014.
    77. Mémento économique du Cotentin 2015, CCI de Cherbourg-Cotentin, 2015.

    Liens externes