Gouvets

De Wikimanche

Gouvets est une commune du département de la Manche.

Commune de Gouvets Coordonnées géographiques de la mairie Logo-Mairie.png
48° 55' 57.01" N, 1° 5' 45.46" W (OSM)
Arrondissement Saint-Lô
Chargement de la carte...
Canton Condé-sur-Vire
Ancien canton Tessy-sur-Vire
Intercommunalité CA Saint-Lo Agglo
Gentilé Gouvion(ne)s ou Gouvillon(ne)s
Population 268 hab. (2015)
Superficie 11,01 km²
Densité 24 hab./km2
Altitude 74 m (mini) - 277 m (maxi)
Code postal 50420
N° INSEE 50214
Maire Rémy Deslandes
Communes limitrophes de Gouvets
Montabot Tessy-sur-Vire Pont-Farcy (Calvados)
Montabot Gouvets Pont-Farcy (Calvados)
Margueray Saint-Vigor-des-Monts, Montbray (par un angle) Saint-Vigor-des-Monts

Église Sainte-Marthe.
Église Sainte-Marthe.


Toponymie

Attestations anciennes

Étymologie

L'origine et le sens de ce toponyme ne font pas l'unanimité parmi les spécialistes.

  • Le premier à avoir émis une opinion au sujet de ce nom controversé est Albert Dauzat, qui en a fait un diminutif du « français régional gove, grotte » [37]. L'auteur explique par ce même élément les noms de Gouves (Pas-de-Calais) et de Gouvix (Calvados). Le mot est effectivement attesté en ancien français aux sens de « grotte », « antre », « cave profonde ». On n'en connaît pas de dérivés, mais dans l'optique de Dauzat, il s'agirait ici de °govet « petite grotte » employé au pluriel. Ceci dit, aucune grotte ne semble répertoriée sur le territoire de Gouvets, ce qui a sans doute incité les toponymistes suivants à chercher dans une direction différente.
  • François de Beaurepaire rapproche lui aussi Gouvets de Gouvix, ainsi que de Gouvieux (Oise; Guvils ~1060) qui paraissent reposer sur une forme gallo-romane °CŬBĪLES, masculin pluriel hypothétique du latin cŭbīle « couche, lit; chambre (à coucher); demeure; tanière; cavité » (substantif neutre), soit « les chambres », « les habitations » [5]. Il est suivi en cela, quoique dubitativement, par René Lepelley qui propose avec le même sens le « bas-latin cubeles » [38], a priori non attesté. Quant à °CŬBĪLES, qui explique certes Gouvix et Gouvieux, il ne peut être directement à l'origine de Gouvets : c'est pourquoi Beaurepaire ne parle que de « variante », sans expliciter quel serait l'étymon exact de Gouvets.
  • La dernière hypothèse est celle d'Ernest Nègre qui propose, de manière assez surprenante, l'ancien français gouvet « pelle creuse », appellation destinée selon lui à « désigner la forme du village » [39]. Le moins que l'on puisse dire est que cette solution est loin d'être évidente, et que le rapprochement ne saute pas aux yeux…

Il semble évident que les explications de Dauzat et de Beaurepaire, malgré leurs différences, font référence au même étymon, dérivé de ou apparenté à cŭbīle : le sens de « grotte » paraît secondaire, et dérivé de celui de « tanière; cavité ». Mais il ne peut s'agit de ce mot précis, qui génère normalement °Govils, avec sonorisation spontanée de l'initiale [40]. On pourrait donc poser, à titre d'hypothèse, un dérivé diminutif °CŬBĬTTU, d'où l'accusatif pluriel °CŬBĪTTOS « les petites chambres », « les petites habitations », et peut-être « les cellules (monastiques) ». Tous ces mots reposent, en dernière analyse, sur le verbe latin cubare « être couché; dormir », dont un autre dérivé est présent dans le nom d'Argouges < ARCUBIAS « les postes de guet ».

Géographie

Histoire

En 1640, Louis de Gouvetz, seigneur du lieu, détient le fief de Mesnil-Robert (Calvados) [7], relevant de la sergenterie de Pont-Farcy, vicomté de Vire, au grand bailliage de Caen.

Démographie

Sous l'Ancien régime

Sous l'Ancien régime, le dénombrement des populations se fait généralement par feux, c'est-à-dire par foyers. Le nombre de personnes habitant sous un même toit variant beaucoup suivant celui d'ascendants et d'enfants [41], ces données sont donc relatives, mais donnent néanmoins une idée de l'évolution démographique.

Depuis la Révolution

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793.
À partir du 21e siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[42]. En 2015, la commune comptait 268 habitants.

           Évolution de la population depuis 1793  [modifier] (Sources : Cassini [43] et INSEE [44])
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
787 785 845 917 877 970 921 898 890 822
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
795 783 739 705 682 683 651 634 638 587
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
560 484 519 571 552 524 530 489 426 389
1982 1990 1999 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012
301 304 265 264 263 261 264 268 271 276
2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020 2021 2022
273 270 268
Notes : De 1962 à 1999 : Population sans doubles comptes. Depuis 2006 : Population municipale.
Sources :
Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[45] puis INSEE à partir de 2004.



Administration

Circonscriptions administratives avant la Révolution

Circonscriptions administratives depuis la Révolution

  • District : Saint-Lô (1790-1795).
  • Arrondissement : Saint-Lô (1800).
  • Canton : Tessy (1790), Tessy-sur-Vire (1854).

Les maires

Liste des maires
Période Identité Parti Qualité Observations
.......-....... Julien Jacques Debreuil 1793
.......-1796 Charles Grégoire Larsonneur 1795
.......-1797 Mauger Tanneguy 1796
1798-1824 Gilles Sevaux-Laubrière
1824-1831 Guy Gilles Allix
1831-1837 Gilles Sevaux décédé en exercice le 13 juin 1837
1837-1857 Michel Lebugle
1857-1859 Simon Loisel décédé en exercice le 14 juillet 1859
1859-1909 Alexandre Émile Loisel
1909-1919 Paul Bisson
1919-1938 Jules Lenoble
1938-1945 Paul Bisson
1945-1947 Albert Morel
1947-1965 Germain Ozenne
1965-2014 André Bossard SE retraité
2014-actuel Rémy Deslandes SE retraité de l'agriculture
Sources : État civil de 1790 à 1892 - De 1892 à nos jours : 601 communes et lieux de vie de la Manche.
Toutes les données ne sont pas encore connues.



Mairie

Horaires d'ouverture
Jours Matin Après-midi Coordonnées de la mairie (Pour signaler une erreur cliquez ici)
Lundi - -
La mairie (2012).

La mairie (2012).

Adresse : Le Bourg
50420 Gouvets

Tél./Fax : 02 33 56 31 93

Courriel : Contacter la mairie

Site internet : Pas de site officiel

Commentaire : Secrétaire générale : Martine Lerebourg

Source : Annuaire Service-Public (7 mai 2012)

Mardi - 14 h - 17 h
Mercredi - -
Jeudi - -
Vendredi - -
Samedi 9 h - 10 h 30 -



Religion

Circonscriptions ecclésiastiques avant la Révolution

Patronage

  • Dédicace de l'église paroissiale : Sainte-Marthe.
  • Patron (présentation) : d'abord patronage laïc, deux portions : André de Vitré (Ille-et-Vilaine) vers 1280 [2], le seigneur de Coulonces (Calvados) en 1332 [3]; puis patronage ecclésiastique (?) : l'évêque de Coutances au 17e siècle [8].
  • Fête patronale : ?

Circonscriptions ecclésiastiques actuelles

Lieux et monuments

  • Église Sainte-Marthe (12e s.).
  • L'étang et le parc aménagé à proximité de l'église.

Personnalités liées à la commune

Économie

Lien externe

Notes et références

  1. Léopold Delisle, Le cartulaire normand de Philippe-Auguste, Louis VIII, saint Louis et Philippe le Hardi, Mémoire de la Société des Antiquaires de Normandie XVI (2e série, 6e vol.), Paris, 1852, p. 314, § 1147.
  2. 2,0 et 2,1 Livre Noir du diocèse de Coutances, cité in Léopold Delisle, op. cit., p. 24b, § 139, n. 1.
  3. 3,0 et 3,1 Pouillé du Diocèse de Coutances, 1332, in Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903, p. 343D.
  4. Compte du Diocèse de Coutances, pour l’année 1351 ou 1352, in Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903, p. 371D.
  5. 5,0 et 5,1 François de Beaurepaire, Les noms de communes et anciennes paroisses de la Manche, Picard, Paris, 1986, p. 125.
  6. Jean Bigot sieur de Sommesnil, État des paroisses des élections de Normandie, 1612/1636 [BNF, ms. fr. 4620].
  7. 7,0 et 7,1 Rôle des fiefs du grand bailliage de Caen (vicomtés de Caen, Bayeux, Falaise et Vire) et de leur possesseurs dressé en 1640, Bulletin Héraldique de France, 1890-1892, p. 51b.
  8. 8,0 et 8,1 « Benefices du dioceze de Coutances », p. 10, in Pouillié general contenant les benefices de l’Archevesché de Rouen […], chez Gervais Alliot, Paris, 1648.
  9. Roles par généralités et élections des paroisses de France et de leur imposition aux tailles, 1677 [BNF, cinq cents Colbert, ms. 261 f° 229 à 275].
  10. G. Mariette de La Pagerie, cartographe, Unelli, seu Veneli. Diocese de Coutances, divisé en ses quatre archidiaconés, et vint-deux doiennés ruraux avec les Isles de Iersay, Grenesey, Cers, Herms, Aurigny etc., chez N. Langlois, Paris, 1689 [BNF, collection d'Anville, cote 00261 I-IV].
  11. Jean-Baptiste Nolin, Le duche et gouvernement de Normandie Divisé en Haute et Basse Normandie, en Divers Pays, et par Evechez, Paris, 1694 [BNF, IFN-7710251].
  12. P. Mortier / H. Jaillot, Le Duché et Gouvernement de Normandie divisée en Haute et Basse Normandie, Amsterdam, 1695.
  13. Gerard Valk, Normannia Ducatus, tum Superior ad Ortum, tum Inferior ad Occasum, Praefectura Generalis […] Anglici Caesarea sive Jarsey…, Amsterdam, ~1700.
  14. 14,0 et 14,1 Dénombrement des généralités de 1713 [BNF, ms. fr. 11385, f° 1 à 132].
  15. Guillaume de l'Isle, Carte de Normandie, Paris, 1716.
  16. Bernard Jaillot, Le Gouvernement général de Normandie divisée en ses trois généralitez, Paris, 1719.
  17. 17,0 et 17,1 Nouveau dénombrement du royaume par generalités, elections, paroisses et feux […], t. II, Impr. Pierre Prault, Paris, 1735, p. 64a.
  18. Bernard Jaillot, Carte topographique du diocèse de Bayeux, Paris, 1736 [BNF, collection d’Anville, cote 00260 B].
  19. Robert de Vaugondy, Carte du gouvernement de Normandie, Paris, 1758.
  20. Carte de Cassini.
  21. Site Cassini.
  22. Bulletin des lois de la République française, Imprimerie Nationale, Paris.
  23. Dictionnaire universel, géographique, statistique, historique et politique de la France, impr. Baudouin, libr. Laporte, vol. II (COA-H), an XIII (1804), p. 593c.
  24. Louis Du Bois, Itinéraire descriptif, historique et monumental des cinq départements de la Normandie, Mancel, Caen, 1828, p. 467.
  25. Annuaire de la Manche (1829), Statistique de l'arrondissement de Saint-Lô, p. 161.
  26. J. G. Masselin, Dictionnaire universel de géographie physique, commerciale, historique et politique du Monde Ancien, du Moyen Age et des Temps Modernes comparées / Dictionnaire universel de géographie, t. I, Auguste Delalain, Paris, 1830, p. 565b.
  27. Dictionnaire géographique universel ou description de tous les lieux du globe sous le rapport de la géographie physique et politique, de l’histoire, de la statistique, du commerce, de l’industrie, etc., etc., Sociétés de Paris, Londres et Bruxelles pour les publications littéraires, Bruxelles, 1837, t. I, p. 796b.
  28. V. Lavasseur, Atlas National Illustré des 86 départements et des possessions de la France, A. Combette éditeur, Paris, 1854.
  29. Abbé Auguste Lecanu, Histoire du diocèse de Coutances et d'Avranches depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours; suivie des actes des saints et d'un tableau historique des paroisses du diocèse, impr. de Salettes, Coutances, t. II, 1878, p. 405.
  30. Adolphe Joanne, Géographie du département de la Manche, Hachette, Paris, 1880, p. 60a.
  31. Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903.
  32. Nomenclature des hameaux, écarts et lieux-dits de la Manche, INSEE, 1954.
  33. Atlas de Normandie, Caen, 1962.
  34. Anne Vallez, Pierre Gouhier, Jean-Marie Vallez, Atlas Historique de Normandie II (économie, institutions, comportements), Université de Caen, Caen, 1972.
  35. Annuaire officiel des abonnés au téléphone.
  36. Carte IGN au 1 : 25 000.
  37. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Larousse, Paris, 1963, p. 327a.
  38. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Caen, Presses Universitaires de Caen / Condé-sur-Noireau, Éditions Charles Corlet, 1993, p. 137a.
  39. Ernest Nègre, Toponymie Générale de la France, Droz, Genève, t. III, 1991, p. 1451, § 26451.
  40. Voir Gourfaleur pour un phénomène identique.
  41. Une moyenne de 5 à 6 personnes semble cependant le chiffre le plus vraisemblable.
  42. Au début du 21e siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  43. Population avant le recensement de 1962.
  44. INSEE : Population depuis le recensement de 1962.
  45. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.