Phare de Gatteville

De Wikimanche

Vu du ciel.

Le phare de Gatteville ou phare de Gatteville-Barfleur est un phare de la Manche, situé sur la pointe de Barfleur (commune de Gatteville-le-Phare). Il signale les forts courants du raz de Barfleur.

Histoire

Gravure de 1866.

Le premier phare

Les courants forts au large de la pointe de Barfleur, et les nombreux naufrages (dont le plus célèbre est sans doute celui de la Blanche-Nef) rend indispensable l'édification d'un phare. En 1774, la Chambre de commerce de Rouen décide donc de faire construire un premier phare haut de 25 mètres et en granite.

À son sommet, un feu de bois et de charbon, monté à dos d'homme, brûle continuellement[1]. En 1780, ce type d'éclairage fastidieux est remplacé par système de réverbères « constitué de 16 lampes fournies d'huile installées dans une lanterne vitrée[1]. »

Les découvertes sur l'optique d'Auguste Fresnel en 1820 rendent le système de réverbères, jusque-là efficace, obsolète[1]. Trop petit pour recevoir les lentilles modernes conçues par Fresnel, il est décidé d'ériger une nouvelle tour en 1825.

Le premier phare est toujours visible sur site, à quelques mètres du phare de Gatteville. Il a fonction de sémaphore. Seule la lanterne a disparu[2].

Le second phare

Ce projet est confié à l'ingénieur des Ponts et Chaussées Charles-Félix Morice de la Rue[3] en 1826[1]. Il conçoit les plans du plus haut phare de l'époque, également le plus haut monument de France[4]. L'idée est de « relier » par la lumière les phares de la Hève, au Havre, et de Sainte-Catherine, sur l’île de Wight[1].

Les travaux qui débutent le 14 juin 1829 et s'étalent jusqu'en 1835, constituent le plus grand chantier du règne de Charles X[1]. Une plaque rappelle la pose de la première pierre. Il y est inscrit : « Le 14ème jour du mois de juin, l'an de grâce 1829, 5ème année du règne de Charles X, Martignac étant ministre de l'intérieur et Becquey directeur général des ponts et chaussées, J. d'Estournel, préfet du département de la Manche, a posé la première pierre de ce phare[1]. »

L'érection, sans échafaudage, de la tour de plus de 70 mètres de haut (pour une hauteur totale de 74,75 mètres[5]), et d'un diamètre variant entre 9,25 m à sa base et 6 m à la passerelle, requiert plus de mille ouvriers, 11 000 blocs de granite, taillés à la main, formant des murs de 1 m à 2,60 m d'épaisseur. Il est allumé pour la première fois le 17 janvier 1893 [6].

Le phare comporte autant de marches que de jours dans l'année, autant de fenêtres que de semaines et autant de paliers que de mois, à l'instar du phare de l'Île Vierge (Finistère), dont la construction s'achève en 1902 et qui le dépasse en hauteur. Il demeure le second plus haut phare d'Europe aujourd'hui[7].

L'éclairage évolue au rythme des progrès technologiques. Le phare est équipé d'une lampe à huile à niveau constant avec un bec à quatre mèches en 1834, d'une machine à vapeur attelée à des dynamos produisant de l'électricité pour les lampes à arc en 1880, de lampes à incandescence triphasées 3 fois 1 500 watts en 1950, pour finalement utiliser des lampes au xénon de 1 600 watts depuis 1981[1]. L'optique, composée de deux lentilles en quatre panneaux au quart jumelés, a une distance focale de 30 cm[1]. La double optique dont est équipé le phare de Gatteville lui permet d'augmenter son puissance lumineuse quand la visibilité est réduite[1].

Le phare est automatisé en 1984, son dernier gardien part en 1990.

Par arrêté du 19 juin 2009, il est classé aux titre des monuments historiques.

Visites

Ouvert à la visite, il reçoit entre 35 000 et 39 000 visiteurs par an[8].

Horaires et tarifs

Le phare ferme par mesure de sécurité lorsque le vent dépasse force 7 (50 km/h) et par temps orageux.

  • Plus de 13 ans : 3 €
  • 5-12 ans : 1 €
  • Ouvert de 10 h à 12 h et à partir de 14 h. Fermeture à 16 h (février, novembre et décembre), 17 h (mars et octobre), 18 h (avril et septembre) et 19 h (de mai à août).

Caractéristiques

Vue ancienne.
  • Description : tour cylindrique de 9,25 mètres de diamètre à la base et 6 mètres à la passerelle.
  • Position : 49° 41' 80" N et 1° 15' 00" W
  • Construction : 1829-1835
  • Élévation : 75 m
  • Nombre de marches : 365
  • Nombre de blocs de granite : 11 000 correspondant à un poids de 7 200 tonnes
  • Architecte : Charles-Félix Morice de La Rue
  • Électrification : 1893
  • Automatisation : 1984
  • Visitable : oui
  • Feu : blanc à éclats / 10 secondes
  • Éclairage : lampes au xénon de 1 600 watts
  • Visibilité : 29 milles (53,7 km)

Le phare de Gatteville dans les arts

Le phare a été peint par Jean-Louis Petit et par le pointilliste Paul Signac, tous les deux exposés au musée Thomas-Henry de Cherbourg-Octeville.

En 1980, le phare accueille le tournage de Diva de Jean-Jacques Beineix.

Anecdote

On assure que, de nuit et par temps clair, on peut, de son sommet, apercevoir l'éclat de son homologue de l'Île de Wight, de l'autre côté de la Manche [9].

Bibliographie

Articles
  • Albert Desile, « Le phare de Gatteville», La Manche Libre, 28 février 1954

Notes et références

  1. 1,0, 1,1, 1,2, 1,3, 1,4, 1,5, 1,6, 1,7, 1,8 et 1,9 Le phare de Gatteville, Direction départementale de l'Équipement de la Manche, 1997.
  2. « Le phare de Gatteville est entré dans l’Histoire », La Manche Libre, 19 septembre 2009.
  3. Il dessinera par la suite le phare de la Hague
  4. Ce record tient jusqu'en 1889, année de construction de la Tour Eiffel
  5. Bibliothèque des phares
  6. Alain-François Lesacher, Le Sentier des douaniers en Normandie, éd. Ouest-France, 2008, p. 49.
  7. Site officiel du phare de Gatteville (lire en ligne)
  8. « Elle veille sur le phare de Gatteville », La Presse de la Manche, 24 août 2012.
  9. Michel Hébert et Philippe Coligneaux, Cherbourg, coll. Mémoire en images, éd. Charles Corlet, 1996, p. 125.

Articles connexes

Liens externes