Yves Nédélec

De Wikimanche

Signature d'Yves Nédélec.

Yves Nédélec, né à Lisieux (Calvados) le 6 février 1929 et mort à Saint-Lô le 18 février 2012, est une personnalité intellectuelle de la Manche.

Archiviste paléographe, directeur des archives départementales de la Manche de 1954 à 1994, on lui doit en grande partie la reconstitution partielle des archives détruites par les bombardements américains sur Saint-Lô en 1944, ainsi que la création de l'importante photothèque des Archives.

Biographie

Il fait ses études à Lisieux, puis à Paris pour préparer le concours de l'École des Chartes[1].

En 1954, il est nommé archiviste en chef de la Manche. Il y déploie pendant quarante ans une activité remarquable. Il collecte notamment plus de vingt mille minutes notariales et établit une impressionnante collection de fiches (un million) pour faciliter l'accès des chercheurs et des particuliers aux archives [1]. Il crée également une photothèque [2]. C'est sous son mandat qu'est construit le nouveau bâtiment des archives [1]. « Sa conception d'une politique documentaire était dans les années cinquante et soixante très novatrice [1] » ; « Yves Nédélec était un homme simple, serviable, très méticuleux, apprécié de tous, fin connaisseur du patrimoine de notre région [2]. »

Il prend sa retraite à Lisieux en 1994. Après y avoir été membre administrateur de la Société historique de Lisieux pendant plusieurs années, il s'installe définitivement à Saint-Lô fin 2008. Il meurt à 83 ans à l'hôpital mémorial. Il est enterré dans le caveau familial de Lisieux.

Publications

Yves Nédélec est l'auteur d'une multitude d'articles et de notes divers, souvent anonymes [3] et dispersés, souvent aussi manuscrits et simplement photocopiés. Certains d'entre eux furent repris dans le recueil Nédélèqueries cité plus bas.

  • « Archives départementales », in Revue du département de la Manche, n° 16, octobre 1962.
  • « À propos du Mortainais. Les noms de pays dans la Manche aux XIXe et XXe siècles », in Mélanges d'histoire normande dédiés à R. Jouanne, 1970, p. 212-224 (Le Pays bas-normand, numéro spécial).
  • [Anonyme], « Quand le déterminatif la Guichard est-il apparu dans le toponyme Hautteville-la-Guichard ? », 3 p., 1974.
  • « La Brique dans les constructions de la Manche du 15e s. à la Révolution », Société parisienne d'histoire et d'archéologie normandes, s. l., s. d., 6 p.
  • [Anonyme], « Le système anthroponymique chez Gilles de Gouberville », publication multigraphiée n° 55 de la Société d'archéologie et d'histoire de la Manche, Saint-Lô, 1984, 38 p.
  • [Anonyme], « La recherche anthroponymique dans la Manche », publication multigraphiée, Université du 3e âge, Saint-Lô, 28 novembre 1985, 10 p.
  • [Anonyme], « Patronymes et noms de sieuries / Sur quelques usages de la Manche, du XVIe au XXe s. », publication multigraphiée n° 62 de la Société d'archéologie et d'histoire de la Manche, Saint-Lô, 1985, 64 p.
  • « Noms de communes et vocables des églises paroissiales. Quelques remarques relatives au département de la Manche », in Annales de Normandie, octobre 1986, p. 340 (résumé de communication).
  • [Anonyme], « À propos de l’émigration manchoise vers le Canada / Quelques rectifications apportées à l’ouvrage de Vaillancourt », Mélanges, Seizième série, Société d’archéologie de la Manche, Saint-Lô, 1987, p. 7-10.
  • « Le manoir de Flottemanville-Bocage », in Monuments historiques, n° 159, octobre-novembre 1988.
  • [signé Y.N.], « Une personnalité aux multiples facettes » (hommage à Marcel Lelégard), in Le Viquet n° 105, Saint-Michel 1994, p. 3-6.
  • Remy Villand (sous la direction d'Yves Nédélec), Chartrier de la famille Lecauf : cantons de Sainte-Mère-Église et Valognes, 1600-1943 : répertoire numérique détaillé du fonds 133J, Archives départementales de la Manche, Saint-Lô, 1994, 131 p.
  • [signé Y.N.], « Un phénomène peu connu de l’Ancien régime : l’inutilisation du prénom dans la vie quotidienne des classes aisées », Archives départementales du Calvados / Cégécal (Cercle généalogique du Calvados), 22 janvier 2000 [publication manuscrite multigraphiée], 8 p.
  • « La Société historique de Lisieux de 1869 à 2001. Quelques éléments d'information », in Bulletin de Société historique de Lisieux n° 50, décembre 2001, p. 13.
  • « Le manoir de Houlbec, note historique », in Histoire et Traditions populaires n° 87, septembre 2004, p. 50-54.
  • « Commentaire sur deux histoires de Lisieux du XIXe siècle et sur leurs auteurs : Histoire de Lisieux (ville, diocèse, arrondissement), Louis Dubois [1773-1855]; Ville de Lisieux, Auguste Guilmeth [1807-vers 1860] », in Bulletin de Société historique de Lisieux n° 66, deuxième semestre 2008, p. 7-57.

Hommages et distinctions

  • Yves Nédélec fut nommé chevalier dans l'Ordre national du mérite en 1968[4].
  • Nédélèqueries, recueil d'articles offerts à Yves Nédélec, archiviste départemental de la Manche de 1954 à 1994, Société d'archéologie et d'histoire de la Manche, Saint-Lô, 1994, 448 p. — Contient une bibliographie des œuvres d'Yves Nédélec (p. 9-40).

Bibliographie

  • Claude Lecaplain, « Nédélèquerie… Dernière… À Yves Nédélec », in Bulletin de la Société historique de Lisieux n° 73 (premier semestre 2012), SHL, Lisieux, 2012, p. 13-18.
  • Daniel Deshayes, « Yves Nédélec (1929 † 2012) et la Société historique de Lisieux », in Bulletin de la Société historique de Lisieux n° 73 (premier semestre 2012), SHL, Lisieux, 2012, p. 19-22.

Notes et références

  1. 1,0, 1,1, 1,2 et 1,3 « Grâce à lui, la Manche a retrouvé sa mémoire », Ouest-France, 25 février 2012.
  2. 2,0 et 2,1 La Manche Libre, 20 février 2012.
  3. Sa modestie naturelle le poussait à ne pas signer la plupart des articles de fond qu'il rédigeait pour les Archives départementales ou diverses associations dont la Société d'archéologie et d'histoire de la Manche. Dans la revue Le Viquet, dont il fut membre du conseil d'administration, il ne signait à contre-cœur que par les initiales Y.N.
  4. Bibliothèque de l'école des chartes, 1968, tome 126, livraison 2, p. 579.