Archives départementales de la Manche

De Wikimanche

Entrée du bâtiment
Façade
Stlo-archivdep3.JPG

Les archives départementales de la Manche, basées à Saint-Lô, ont pour vocation de regrouper et de conserver les documents administratifs anciens de l'ensemble du département (état civil, hypothèques, cadastre, etc.), ainsi que tout document relatif à son histoire ou à sa culture. Elles constituent de fait « la mémoire du département ».

Elles sont sous la responsabilité du Conseil départemental de la Manche.

Histoire

Ancien bâtiment.

Les archives départementales de la Manche sont créées par une loi du 26 octobre 1796. Elles sont d'abord regroupées à Coutances, avant d'être installées à Saint-Lô où elles sont placées sous l'autorité du préfet de 1800 à 1986, et sont depuis cette dernière date un service du conseil départemental.

Les bombardements américains du 6 juin 1944, en détruisant Saint-Lô, anéantissent du même coup la majeure partie des archives départementales de la Manche. Des dizaines de milliers de documents sont brûlés, dont les très riches fonds d'abbayes remontant à l'époque médiévale. Certains étaient uniques. D'autres ont pu être remplacés ou reconstitués. Le plus ancien document subsistant est une charte datant de 1054, signée par Guillaume le Conquérant.

Les archives départementales s'installent provisoirement à Coutances après les bombardements pour revenir à Saint-Lô en 1953. En 1964, un bâtiment spécial est construit pour les abriter. Le 4 juin 1966, il est inauguré [1] par André Chamson, directeur des Archives de France [2].

Ce bâtiment est agrandi vingt ans après et l'ensemble, doté d'une nouvelle salle de lecture, d'un vaste auditorium et d'une belle salle d'exposition, inauguré le 1er décembre 1998 par Jean-François Legrand, président du conseil général, en présence du préfet Robert Pommiès, de Philippe Bélaval, directeur des Archives de France, François Digard, maire de Saint-Lô, Jean-Jacques Poupard et Bernard Feypell, architectes[3],[4] ; cet agrandissement permet de doubler la capacité de stockage [5].

Une autre extension est votée par le conseil départemental le 29 septembre 2017 pour 7,5 millions d'euros, qui permettra la construction d'un bâtiment de quatre niveaux offrant une surface de 3 500 mètres carrés et 16 kilomètres linéaires [6].

Un fonds exceptionnel

Les Archives départementales regroupent en un seul lieu l'essentiel de la mémoire du département de la Manche. On y trouve notamment :

  • des archives administratives (préfecture, sous-préfectures, Équipement, douanes, Enregistrement, hôpitaux, Banque de France), des archives communales déposées, et bien sûr les fonds très consultés de l'état civil et du notariat ;
  • des archives privées, entrées par dépôt, don et legs ;
  • une bibliothèque riche de 20 000 ouvrages et 300 périodiques ;
  • une photothèque, comportant 42 000 cartes postales, 11 000 plaques de verre, 8 000 tirages photographiques ;
  • des archives sonores (3 000 documents);
  • un centre de documentation (dossiers thématiques, coupures de presse : 800 000 références).

Des microfilms à la numérisation

À partir de 1993, sur des périodes de dix-huit mois, deux bénévoles « extracteurs » mormons réalisèrent à Saint-Lô des microfilms à partir des registres paroissiaux et d'état civil de la Manche de plus de cent ans. Les microfilms furent centralisés à Salt Lake City (États-Unis). Cette opération se déroula dans le cadre d'un accord entre les Archives de France et la Société généalogique de l'Utah (aujourd'hui FamilySearch) conclu dans les années 1960[5] (en 1987 selon d'autres sources[7]).

Un atelier de numérisation, ouvert en 2000, a permis la reproduction de nombreux documents.

Avec l'arrivée d'internet, la mise en ligne des données fut contestée[7] avant d'être autorisée par la Cnil, sous conditions, en 2013[8].

Après avoir longtemps hésité, les archives départementales de la Manche ont décidé de mettre gratuitement leurs documents numérisés à la disposition du public. Le site internet, lancé le 5 juillet 2010, met à disposition « 2 500 000 photos de registres d'état civil numérisées, 430 inventaires d'archives publiques et privées, le catalogue de la bibliothèque, 5 000 plans du cadastre, 8 000 photographies (sur les 100 000 conservées par les archives), environ 42 000 cartes postales (sur 60 000), 1 200 plans et affiches et 300 témoignages sonores [9] ».

Le 23 juillet 2015, les archives rejoignirent l'Institut culturel de Google pour y publier des documents en ligne [10]. Le Mont-Saint-Michel est le premier à figurer sur le site.

Depuis 2017, l'accès aux archives en ligne est possible à partir des smartphones et tablettes et l'indexation collaborative est ouverte sur les registres matricules.

Évolution

Le 3 mars 2020, le site internet a évolué pour améliorer son service, et mettre à disposition d’un large public les ressources nécessaires à l’écriture de l'histoire de notre département et continuer à faire des archives départementales une Maison de l’histoire de la Manche [11].

Les nouveaux services
  • Une visionneuse, plus ergonomique (fluidité, rapidité, modes de navigation.
  • Une fonction d’impression plus intuitive où l’internaute peut cadrer sa page.
  • Une rubrique dédiée à l’histoire communale, véritable dictionnaire historique des communes de la Manche, sera une nouvelle porte d’entrée sur l’ensemble des ressources liées à chaque commune : données historiques (évolution du toponyme, prononciation, héraldique, histoire administrative) ainsi qu’aux inventaires d’archives, aux références de la bibliothèque, à l’état civil, aux archives communales déposées, aux plans du cadastre, aux collections iconographiques et audiovisuelles.
  • Un module pour étudier les textes anciens (outil et mise en ligne de textes étudiés en cours de paléographie).
Un nouveau graphisme

Une évolution graphique qui améliore l’expérience des internautes et leur navigation au sein des rubriques du site.

  • « Rechercher » pour accéder aux ressources en fonction du but de la recherche.
  • « Histoire et documents » ou « Galerie d’expositions » pour tous les passionnés par l’histoire et le patrimoine de la Manche.
  • « Informations pratiques » pour suivre les actualités des archives départementales et préparer la visite en salle de lecture.
Nouvelles ressources
  • Les recensements de tente-cinq communes (la collection a été sinistrée en 1944).
  • Les notices communales des instituteurs de 1913 (celles qui sont parvenues).
  • Les registres de délibérations communales anciennes (travaux en cours).
  • De nouveaux fonds photographiques.
  • De nouvelles archives sonores et audiovisuelles (films amateurs, conférences historiques, témoignages…).
  • Et, progressivement, à partir de 2021, des registres de l’état civil postérieur à 1892.

Le service au public

Les équipements
  • une salle de lecture de 60 places assises
  • une salle multimédia avec 30 postes informatisés
  • un auditorium de 168 places
  • une salle d'exposition
  • un service éducatif
Heures et jours d'ouverture

Du lundi au vendredi, de 9 h à 17 h.

Directeurs

Administration

Marque postale, 2006.

Adresse : 103 rue du Maréchal-Juin - BP 540
50010 Saint-Lô Cedex
Téléphone : 02 33 75 10 10
Fax : 02 33 75 10 11
Courriel : archives@cg50.fr

Bibliographie

  • François Dubosc, Inventaire sommaire des archives départementales antérieures à 1790, Archives civiles, Série A, Archives départementales, impr. A. Jacqueline, tome I, Saint-Lô, 1865; 421p., 3866 articles.
  • François Dubosc, Rapport sur les archives départementales [pour l'année 1872-73], impr. Élie fils, Saint-Lô, 1874; in-8°, 32 p.
  • Yves Nédélec, « Les archives départementales de la Manche de juillet 1957 à juin 1958 », Cahiers Léopold Delisle, t. VII, fasc. 4, octobre-décembre 1958, p. 26-30.
  • Yves Nédélec, « Archives départementales », Revue du département de la Manche, n° 16, octobre 1962.
  • Documents du XVe siècle des Archives de la Manche (catalogue de l'exposition), Archives départementales de la Manche, 1998
  • Gilles Désiré dit Gosset, « À quoi sert un archiviste départemental ? », Revue de l'Avranchin et du Pays de Granville, Recueil d'études offert en hommage à Emmanuel Poulle, tome 87, année 2010, fasc.425, pages 443 à 472.
  • Gilles Désiré dit Gosset, « Les archives de la Manche au péril de la guerre : de la catastrophe archivistique à la reconstitution des collections », Revue de la Manche, n° 253, 2021 (lire en ligne).

Notes et références

  1. « Nos années 60 », La Presse de la Manche, hors-série, novembre 2010, p. 94.
  2. « Du garage aux archives en passant par Paradi », Ouest-France, 25 mai 2013.
  3. Plaque commémorative
  4. « Les Archives ont été inaugurées », Ouest-France, 2 décembre 1998.
  5. 5,0 et 5,1 « Les archives départementales changent de millénaire », Manche Informations, n° 30, 1999, p. 4-9.
  6. Adeline Bertin, « Les archives, bientôt saturées, préparent l'avenir », Ouest-France, 2 octobre 2017.
  7. 7,0 et 7,1 Karl Laske, « Fichier mormon sur le Net: la France s'inquiète. », Libération, site internet, 22 août 2000. (lire en ligne)
  8. « Les mormons numériseront l'état civil », Le Figaro, site internet, 13 juin 2013. (lire en ligne)
  9. Laurent Le Goff, « La Manche lance son site d'archives gratuit », Ouest-France, 6 juillet 2010.
  10. Institut culturel de Google (voir en ligne).
  11. « Le site internet évolue », Archives départementales - Maison de l'histoire de la Manche, site internet, 19 février 2020 (consulté le 24 février 2020)

Liens internes

Liens externes