Hiesville

De Wikimanche

Hiesville est une commune du département de la Manche.

  • Prononciation. — API : [je'vil]; transcription francisée : yé-ville.
Commune d'Hiesville Coordonnées géographiques de la mairie Logo-Mairie.png
49° 22' 25.37" N, 1° 15' 47.13" W (OSM)
Arrondissement Cherbourg-Octeville
Chargement de la carte...
Canton Carentan
Ancien canton Sainte-Mère-Église
Intercommunalité CC de la Baie du Cotentin
Gentilé Hiesvillais(es)
Population 64 hab. (2015)
Superficie 4,03 km²
Densité 16 hab./km2
Altitude 2 m (mini) - 38 m (maxi)
Code postal 50480
N° INSEE 50246
Maire Agnès Bouffard
Communes limitrophes d'Hiesville
Sébeville Boutteville, Sainte-Marie-du-Mont Sainte-Marie-du-Mont
Blosville Hiesville Brucheville
Angoville-au-Plain Angoville-au-Plain Vierville

Map commune FR insee code 50246.png


Toponymie

Attestations anciennes

Étymologie

Toponyme médiéval en -ville (élément issu du gallo-roman VILLA « domaine rural ») formé sur un anthroponyme d'origine germanique (francique). Ce dernier a généralement posé des problèmes d'identification aux spécialistes.

  • Albert Dauzat [45] le considère obscur, et rapproche dubitativement le premier élément de Hiesville de celui de Hiermont (Somme), issu du nom de personne germanique Hari. Cette solution est difficilement conciliable avec les formes anciennes, que l'auteur ne cite d'ailleurs pas. De même, Marie-Thérèse Morlet passe implicitement du côté obscur de l'étymon, en s'abstenant de reprendre ce toponyme dans son ouvrage consacré aux noms de personnes dans les noms de lieux [46]. Elle est suivie en cela par François de Beaurepaire, qui déclare lui aussi le premier élément du toponyme obscur [1].
  • Enfin Ernest Nègre vint, et proposa l'anthroponyme germanique Hedo [47] : solution évidente, à ceci près qu'il est sans doute nécessaire de poser ici une formation adjectivale gallo-romane °HEDA VILLA, « le domaine rural de Hedo », pour rendre compte des formes à voyelle longue ou diphtonguée des 12e et 13e siècles Heevilla, Heivilla. René Lepelley se borne à reprendre mot pour mot l'explication d'Ernest Nègre [48], sans y apporter de correctif.

Le nom de personne germanique Hedo est attesté à date ancienne sous les formes et variantes Haido, Hedo, Heido, Heto, etc. Sa forme primitive Haido représente un hypocoristique des noms dont le premier élément est haid- « lande, bruyère » [49] ou « genre, espèce ». Il aboutit en Normandie au nom individuel médiéval Hai, Hay, bien attesté au 13e siècle, mais disparu ensuite de l'usage et uniquement perpétué par le patronyme normand HAY, centré sur la Manche.

Remarque : c'est surtout la tradition linguistique française qui rattache l'élément haid- au germanique °haiþiz « lande », °haiþjō « bruyère » (cf. ancien anglais hæð > anglais heath; ancien saxon hētha; moyen bas-allemand, moyen haut-allemand heide > allemand Heide; ancien norois heiðe, suédois hed; gotique 𐌷𐌰𐌹𐌸𐌹 haiþi), dérivés de l’indo-européen °kaito- « forêt; terre non cultivée ». La tradition linguistique anglo-saxonne y voit plutôt le germanique °haiþuz « genre, sorte; rang, condition » (cf. ancien anglais hād; ancien saxon hēd; ancien haut-allemand heit; ancien norois heiðr; gotique 𐌷𐌰𐌹𐌳𐌿𐍃 haidus) < indo-européen °kāi-tu-s, initialement « apparence, manifestation », forme suffixée en -tu- de la racine °kai- « brillant ». D’un point de vue sémantique, cette dernière interprétation nous semble la plus probable; mais il est difficile d’être affirmatif, et peut-être s’est-il produit une confusion ancienne entre les différents étymons.

On notera par ailleurs l'emploi, en 1828, de l'appellation alternative Hiéville-les-Marais sous la plume de Louis Du Bois, visant à distinguer le nom de cette commune de celle de Hiéville dans le Calvados. Elle fait vraisemblablement référence à la proximité des marais de Carentan, mais peut-être faut-il plutôt y voir une référence au hameau du Limarais (compris comme les Marais) à Hiesville.

Géographie

Elle s'inscrit dans le Parc naturel régional des Marais du Cotentin et du Bessin.

Histoire

Démographie

Sous l'Ancien régime

Sous l'Ancien régime, le dénombrement des populations se fait généralement par feux, c'est-à-dire par foyers. Le nombre de personnes habitant sous un même toit variant beaucoup suivant celui d'ascendants et d'enfants [50], ces données sont donc relatives, mais donnent néanmoins une idée de l'évolution démographique.

Depuis la Révolution

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793.
À partir du 21e siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[52]. En 2015, la commune comptait 64 habitants.

           Évolution de la population depuis 1793  [modifier] (Sources : Cassini [53] et INSEE [54])
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
98 114 119 203 208 200 184 201 171 165
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
145 148 126 137 151 143 140 135 134 138
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
133 100 122 111 125 119 104 90 94 72
1982 1990 1999 2004 2006 2007 2008 2009 2010 2011
66 57 69 64 67 69 72 75 74 71
2012 2013 2014 2015 2017 2018 2019 2020 2021 2022
69 67 65 64
Notes : De 1962 à 1999 : Population sans doubles comptes. Depuis 2006 : Population municipale.
Sources :
Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[55] puis INSEE à partir de 2004.



Administration

Circonscriptions administratives avant la Révolution

Circonscriptions administratives depuis la Révolution

Les maires

Liste des maires
Période Identité Parti Qualité Observations
.......-....... J. Le Vavasseur d'Hiesville
.......-....... Jacques Aubry ou Aubey 1794
.......-1797 Pierre Piron 1795
1797-1798 Jacques Aubey
1798-1798 Louis Maucille
1798-1800 Michel Le Caux
1800-1802 Louis-Pierre Lacolley
1802-1813 Jean Le Caux décédé en exercice le 17 avril 1813
1813-1818 Anicet Levavasseur d'HIesville
1818-1830 Charles Gresselin
1830-1841 Charles Corbin-Desmannetaux
1841-1858 Désiré Corbin-Desmannetaux
1858-1891 Paul Corbin-Desmannetaux
1891-1925 Octave Desmannetaux
1925-1935 Adolphe Lecaudey
1935-1947 Octave Bouffard
1947-1983 Ernest Bouffard
2001-actuel Agnès Bouffard retraitée
Sources : État civil de 1790 à 1892 - De 1892 à nos jours : 601 communes et lieux de vie de la Manche.
Toutes les données ne sont pas encore connues.



Mairie

Horaires d'ouverture
Jours Matin Après-midi Coordonnées de la mairie (Pour signaler une erreur cliquez ici)
Lundi - -
La mairie (2018)

La mairie (2018)

Adresse : 11 route de Goueys
50480 Hiesville

Tél./Fax : 02 33 71 52 69

Courriel : Pas d'adresse mel

Site internet : Pas de site officiel

Commentaire :

Source : Annuaire Service-Public (28 juillet 2012)

Mardi - -
Mercredi - -
Jeudi - 14 h - 16 h
Vendredi - -
Samedi - -



Religion

Circonscriptions ecclésiastiques avant la Révolution

Patronage

Circonscriptions ecclésiastiques actuelles

Lieux et monuments

  • Église Saint-Côme Saint-Damien, avec son chœur du 14e s. et sa chaire du 17e s.
  • Château de Hiesville (17e / 19e s.).
  • Restes du château de Colombière détruit en 1944 : cheminée (1556) et communs.
  • Stèle général Pratt dédiée au général de brigade F. Pratt, commandant adjoint de la 101e division aéroportée de l’armée des États-Unis, tué lors de l’écrasement de son planeur le 6 juin 1944; il est le premier officier général des forces alliées mort pour la libération de la France [56].
  • Ferme de Franqueville : plaque PC général Taylor rappelle que le général Maxwell D. Taylor, chef de la 101e division aéroportée, établit dans cette maison le premier poste de commandement des troupes aéroportées américaines [56].
  • Monument hôpital 101st Airborne division inauguré le 6 juin 2003, commémore l'installation dans le château de Colombières, du premier hôpital divisionnaire allié de la 101e Airborne sur le sol normand le 6 juin 1944 [56].
  • Caloville.
  • Hippodrome de Sainte-Marie-du-Mont.

Personnalités liées à la commune

Évènement

Bibliographie

Livres
  • Rémy Villand, Le Château de Hiesville, 52 p., 1980.
Articles
  • Albert Desile, « C'est dans une ferme de Hiesville que Taylor installa son PC », La Manche Libre, 16 mai 1954.
  • « Silence ! On tourne une dramatique tv », Bibliothèque du Travail n° 811, octobre 1975.

Notes et références

  1. 1,0, 1,1, 1,2 et 1,3 François de Beaurepaire, Les noms de communes et anciennes paroisses de la Manche, Picard, Paris, 1986, p. 139.
  2. Thomas Stapelton, Magni Rotuli Scaccariæ Normanniæ sub regibus Angliæ, Société des antiquaires de Londres, Londres, t. I, 1840, p. 15.
  3. Julie Fontanel, Le cartulaire du chapitre cathédral de Coutances, Archives départementales de la Manche, Saint-Lô, 2003, p. 361, § 228.
  4. Julie Fontanel, op. cit., p. 236, § 111.
  5. Pouillé du Diocèse de Coutances, 1332, in Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903, p. 305B.
  6. Compte du Diocèse de Coutances, pour l’année 1351 ou 1352, in Auguste Longnon, op. cit., p. 382A.
  7. Eugène Robillard de Beaurepaire et le Comte Auguste de Blangy, Le Journal du Sire de Gouberville (t. II), Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie XXXII, Caen, 1895, p. 363.
  8. Damien de Templeux, Description du pais de Normandie, Jean le Clerc éd., 1620 [Archives départementales du Calvados, cote CPL 147].
  9. Sébastien Cramoisy, Carte générale de toutes les costes de France tant de la mer Océane que Mediterranée, 1634 [BnF].
  10. Normandia Ducatus (carte du duché de Normandie), Atlas Van der Hagen, 1635.
  11. Jean Bigot sieur de Sommesnil, État des paroisses des élections de Normandie, 1612/1636 [BnF, ms. fr. 4620].
  12. 12,0 et 12,1 « Benefices du dioceze de Coutances », p. 19, in Pouillié general contenant les benefices de l’Archevesché de Rouen […], chez Gervais Alliot, Paris, 1648.
  13. Roles par généralités et élections des paroisses de France et de leur imposition aux tailles, 1677 [BnF, cinq cents Colbert, ms. 261 f° 229 à 275].
  14. G. Mariette de La Pagerie, cartographe, Unelli, seu Veneli. Diocese de Coutances, divisé en ses quatre archidiaconés, et vint-deux doiennés ruraux avec les Isles de Iersay, Grenesey, Cers, Herms, Aurigny etc., chez N. Langlois, Paris, 1689 [BnF, collection d'Anville, cote 00261 I-IV].
  15. 15,0 et 15,1 Dénombrement du Royaume par Generalitez, Elections, Paroisses et Feux, 2 vol., Saugrain, Paris, 1709, p. 54a.
  16. 16,0 et 16,1 Dénombrement des généralités de 1713 [BnF, ms. fr. 11385, f° 1 à 132].
  17. Guillaume de l'Isle, Carte de Normandie, Paris, 1716.
  18. Bernard Jaillot, Le Gouvernement général de Normandie divisée en ses trois généralitez, Paris, 1719.
  19. 19,0 et 19,1 Nouveau dénombrement du royaume par generalités, elections, paroisses et feux […], t. II, Impr. Pierre Prault, Paris, 1735, p. 53b.
  20. Bernard Jaillot, Carte topographique du diocèse de Bayeux, Paris, 1736 [BnF, collection d’Anville, cote 00260 B].
  21. Gilles Robert de Vaugondy (1688-1766), Gouvernement Generale de Normandie divise en ses sept Bailliages de Coutances, Caen, Caux, Rouen, Evreux, Gisors, et Alencon, Par le Sr. Robert Geographe ordinaire du Roy, 1751. Avec Privilege. Supplement pour les Isles Grenezey et Jersey, appartenantes aux Anglois, Boudet, Paris, 1751.
  22. L. Brion de la Tour, Recueil des Côtes Maritimes de France, Desnos, Paris, 1757, carte n° 10.
  23. Robert de Vaugondy, Carte du gouvernement de Normandie, Paris, 1758.
  24. 24,0 et 24,1 Abbé Expilly, Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules et de la France, Amsterdam, t. III, 1764, p. 764b.
  25. Carte de Cassini.
  26. Site Cassini.
  27. Bulletin des lois de la République française, Imprimerie Nationale, Paris.
  28. A. F. Lecousturier l’aîné et F. Chaudouet, Dictionnaire géographique des postes aux lettres de tous les départemens de la République française, Valade, Paris, an IX (1802), t. II, p. 25b.
  29. Dictionnaire universel, géographique, statistique, historique et politique de la France, impr. Baudouin, libr. Laporte, vol. II (COA-H), an XIII (1804), p. 701c.
  30. Cadastre napoléonien, Archives départementales de la Manche.
  31. Louis Du Bois, Itinéraire descriptif, historique et monumental des cinq départements de la Normandie, Mancel, Caen, 1828, p. 478.
  32. Annuaire de la Manche (1829), Statistique de l'arrondissement de Valognes, p. 170.
  33. J. G. Masselin, Dictionnaire universel de géographie physique, commerciale, historique et politique du Monde Ancien, du Moyen Age et des Temps Modernes comparées / Dictionnaire universel de géographie, t. I, Auguste Delalain, Paris, 1830, p. 617b.
  34. Dictionnaire géographique universel ou description de tous les lieux du globe sous le rapport de la géographie physique et politique, de l’histoire, de la statistique, du commerce, de l’industrie, etc., etc., Sociétés de Paris, Londres et Bruxelles pour les publications littéraires, Bruxelles, 1837, t. I, p. 857b.
  35. V. Lavasseur, Atlas National Illustré des 86 départements et des possessions de la France, A. Combette éditeur, Paris, 1854.
  36. Cartes d’État-Major (relevés de 1825 à 1866, mises à jour jusqu’à 1889).
  37. 37,0 et 37,1 Abbé Auguste Lecanu, Histoire du diocèse de Coutances et d'Avranches depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours; suivie des actes des saints et d'un tableau historique des paroisses du diocèse, impr. de Salettes, Coutances, t. II, 1878, p. 439.
  38. Adolphe Joanne, Géographie du département de la Manche, Hachette, Paris, 1880, p. 62a.
  39. Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903.
  40. Nomenclature des hameaux, écarts et lieux-dits de la Manche, INSEE, 1954.
  41. Atlas de Normandie, Caen, 1962.
  42. Anne Vallez, Pierre Gouhier, Jean-Marie Vallez, Atlas Historique de Normandie II (économie, institutions, comportements), Université de Caen, Caen, 1972.
  43. Annuaire officiel des abonnés au téléphone.
  44. Carte IGN au 1 : 25 000.
  45. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Larousse, Paris, 1963, p. 353a.
  46. Marie-Thérèse Morlet, Les noms de personnes sur le territoire de l’ancienne Gaule du VIe au XIIe siècle, Paris, CNRS, t. III (les noms de personnes contenus dans les noms de lieux), 1985.
  47. Ernest Nègre, Toponymie Générale de la France, Droz, Genève, t. II, 1991, p. 954, § 17138.
  48. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Caen, Presses Universitaires de Caen / Condé-sur-Noireau, Éditions Charles Corlet, 1993, p. 148a.
  49. Marie-Thérèse Morlet, Les noms de personnes sur le territoire de l’ancienne Gaule du VIe au XIIe siècle, Paris, CNRS, t. I (les noms issus du germanique continental et les créations gallo-germaniques), 1968, p. 121a.
  50. Une moyenne de 5 à 6 personnes semble cependant le chiffre le plus vraisemblable.
  51. Chiffre donné pour mémoire; en effet, le Dictionnaire géographique de l'abbé Expilly ne fait que reprendre, pour la démographie, les données du Nouveau dénombrement du royaume de 1735.
  52. Au début du 21e siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  53. Population avant le recensement de 1962.
  54. INSEE : Population depuis le recensement de 1962.
  55. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  56. 56,0, 56,1 et 56,2 Monument commémoratif Hiesville.