Gallo-roman

De Wikimanche

On appelle gallo-roman la forme particulière de latin populaire (ou latin vulgaire) parlée en Gaule aux premiers siècles de notre ère (en gros, du premier au cinquième ou sixième siècle).

Le gallo-roman possède un certain nombre de caractéristiques phonétiques, morphologiques (grammaticales) et lexicales, qui le distinguent du latin classique.

Phonétique.
  • disparition de l'opposition des voyelles courtes et longues; apparition d'un nombre plus élevé de sons vocaliques.
  • chute de voyelles dans certaines positions.
  • sonorisation, puis affaiblissement de consonnes dans certaines positions.
Morphologie.
  • disparition progressive de la plupart des cas des déclinaisons classiques; simplification des conjugaisons.
  • en remplacement, apparition de formes analytiques au détriment de formes synthétiques : on ne dit plus rosæ "de la rose" mais de rosa; de même vidi "j'ai vu" cède la place à ego habeo vidutum, prononcé ego ayyo vidudu, d'où procède jo ai veu en ancien français, puis j'ai vu en français.
Lexique.
  • Néologismes.
  • Emprunts au gaulois, ou à d'autres langues pré-latines de Gaule; plus tardivement, emprunts au germanique.
Notation.

En règle générale, on note les formes gallo-romanes (souvent restituées et donc précédées du signe ° ou *) en PETITES CAPITALES; exemple : °PITTITU > petit, °SOLICULU > soleil.

Remarque.

Le mot gallo-roman s'emploie uniquement en parlant de la langue, le mot gallo-romain en parlant de l'histoire : les Gallo-romains parlaient le gallo-roman; un aqueduc gallo-romain, un suffixe gallo-roman.