La Haye-du-Puits

De Wikimanche

La Haye-du-Puits est une ancienne commune du département de la Manche, commune déléguée au sein de La Haye depuis le 1er janvier 2016.

La Haye du Puits.png Blason de la commune déléguée de La Haye-du-Puits
(commune de La Haye)
Coordonnées de la mairie annexe Logo-Mairie.png
49° 17' 27.50" N, 1° 32' 43.20" W (OSM)
Arrondissement Coutances
Chargement de la carte...
Canton Créances
Ancien canton La Haye-du-Puits (chef-lieu)
Intercommunalité CC Côte Ouest Centre Manche
Gentilé Haytillon(ne)s
Population 1 478 hab. (2016)
Superficie 5,25 km²
Densité 282 hab./km2
Altitude 29 m (mini) - 94 m (maxi)
Code postal 50250
N° INSEE 50236
Maire délégué Alain Aubert
Communes limitrophes de La Haye-du-Puits
Saint-Symphorien-le-Valois Neufmesnil Lithaire
Montgardon La Haye-du-Puits Mobecq
Montgardon, Angoville-sur-Ay Mobecq Mobecq

Place du Général de Gaulle.
Place du Général de Gaulle.


Toponymie

Attestations anciennes

  • Haya 1157 [1], av. 1172 [2].
  • Haia; ecclesia Sancti Johannis de Haia 1181/1189 [3].
  • Haia Putei 12e s. [4].
  • Haya Putei 1194 [4], ~1280 [4].
  • la Haye du Puis 1299 [5].
  • Haya Putei 1332 [6], 1351/1352 [7].
  • la Haye du Pays [sic] 1417 [8].
  • la Hay du Puys 1418 [9].
  • labbaye [lire la Haye] du Puys 1449/1468 [10].
  • la Haye du Puys 1551 [11], 1561 [12].
  • la Haye du Puits 1562 [13].
  • La Haye du Puis 1620 [14], 1635 [15].
  • La Haye Dupuis 1612/1636 [16].
  • la Haye du Puy 1648 [17].
  • la Haye du Puys 1650 [18], 1661 [19].
  • La Haie du Puis 1677 [20].
  • Haye du puis; la Haye du Puis 1689 [21].
  • Haye du puis 1694 [22].
  • Haye Dupuis 1695 [23].
  • Haye du Puys ~1700 [24].
  • la Haye du Puy 1709 [25].
  • La Haye du Puis 1709 [25].
  • La Haye du Puy 1713 [26].
  • la Haye du puis 1716 [27].
  • Haye du Puis 1719 [28].
  • La Haye du Puy 1735 [29].
  • Haye du puis 1757 [30].
  • Haye du Puis 1758 [31].
  • la Haye du Puits 1764 [32].
  • Haye du Puis 1771 [33], 1777 [34].
  • Haye du puis 1780 [35].
  • la Haye du Puits 1753/1785 [36].
  • La Haye-du-Puits 1791 [37].
  • la Haye du Puits 1792 [38].
  • Lahaye du Puits 1793 [39].
  • La Haye-du-Puits 1801 [40].
  • la Haye-du-Puits 1802 [41], 1804 [42].
  • la Haie-du-Puits 1828 [43].
  • La Haye-du-Puits 1829 [44].
  • la Haye-du-Puits 1830 [45], 1837 [46].
  • la Haye du Puits 1839 [47], 1854 [48].
  • La Haye-du-Puits 1825/1866 [49].
  • la Haye-du-Puits 1878 [50].
  • La Haye-du-Puits 1880 [51].
  • la Haye-du-Puits 1903 [52], 1926 [53].
  • La Haye-du-Puits 1954 [54], 1962 [55].
  • La Haye du Puits 1978, 1993 [56].
  • la Haye-du-Puits 2007 [57].

Étymologie

Toponyme médiéval issu de l'ancien français haie « haie, clôture; lisière de bois; bois servant de clôture; garenne, bois clos servant de réserve de gibier » [58], d'abord attesté sous les formes latinisées Haya, Haia au 12e siècle. Comme le précise François de Beaurepaire à propos de La Haye-d'Ectot [59], ce type d'appellation désigne souvent une paroisse nouvellement créée après défrichement en lisière d'une zone boisée; il reste d'ailleurs aujourd'hui différents lambeaux dans les communes avoisinantes.

Cette première appellation est remplacée à la fin du 12e siècle par une forme déterminée, La Haie-du-Puits (Haia Putei 12e s., Haya Putei 1194, ~1280, la Haye du Puis 1299), dont le sens littéral semble bien être « la haie du puits », si ces premières graphies sont sincères. Ni François de Beaurepaire [4] ni René Lepelley [60] ne commentent ce déterminant, comme s'il allait de soi. On peut néanmoins se demander s'il ne s'agit pas ici de l'ancien français pui « colline, hauteur, sommet » < latin podium, très tôt malmené par l'étymologie populaire. En effet, la commune de La Haye-du-Puits est bordée au nord et à l'est par une série de buttes très prononcées, qui jouèrent d'ailleurs un rôle dans la Bataille des Haies en 1944 (voir ci-dessous), et dont la plus célèbre est certainement le Mont Étenclin. Ces hauteurs sont également liées à d'anciennes pratiques de sorcellerie dont le souvenir fait encore partie du folklore local. À tout prendre, une hauteur remarquable semble plus appropriée pour servir de repère et permettre la localisation d'un toponyme tel que La Haie que la mention d'un puits.

Géographie

Elle s'inscrit dans le Parc naturel régional des Marais du Cotentin et du Bessin.

Histoire

Ruines du château de La Haye-du-Puits vers 1835.

De la seigneurie, il ne reste que le donjon sur la route de Cherbourg.

La sorcellerie a une histoire bien présente sur la commune de La Haye-du-Puits ; il y eut même un festival en son honneur.

voir l'article détaillé : Sorcellerie à La Haye-du-Puits

Le chemin de fer

En 1889, est créée la ligne de chemin de fer reliant La Haye-du-Puits à Carteret, prolongée par le tronçon Carentan-La Haye-du-Puits en 1894. Il faut alors au moins 8 h 30, voire 13 h 30, pour rejoindre Carteret depuis Paris.

La ligne de chemin de fer reste ouverte au public jusqu'en 1972 et au transport de marchandises jusqu'en 1984. Elle est rachetée par le Conseil général de la Manche, qui la transforme en voie verte du Cotentin.

Seconde Guerre mondiale

voir l'article détaillé la Guerre des haies (1944)

Le bourg est gravement endommagé en 1944 : sur 496 maisons, 201 sont détruites et 295 touchées, la gare et la mairie sont anéanties, l'église du 19e siècle a perdu ses vitraux et la flèche de la tour sud. René Levesque, architecte cherbourgeois restaure l'église, Jean Michalon est chargé de la reconstruction du village.[61]

Histoire contemporaine

Les premiers feux tricolores sont installés le 1er juin 1978 [62].

Le 1e janvier 2016, La Haye-du-Puits fusionne avec huit communes voisines pour former la commune nouvelle de La Haye.

Démographie

Sous l'Ancien régime

Sous l'Ancien régime, le dénombrement des populations se fait généralement par feux, c'est-à-dire par foyers. Le nombre de personnes habitant sous un même toit variant beaucoup suivant celui d'ascendants et d'enfants [63], ces données sont donc relatives, mais donnent néanmoins une idée de l'évolution démographique.

Depuis la Révolution

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793.
À partir du 21e siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[65]. En 2016, la commune comptait 1 478 habitants.

           Évolution de la population depuis 1793  [modifier] (Sources : Cassini [66] et INSEE [67])
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
895 986 1 034 1 059 1 082 1 207 1 312 1 356 1 550 1 487
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
1 508 1 533 1 420 1 422 1 433 1 385 1 418 1 439 1 420 1 447
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
1 435 1 401 1 448 1 480 1 473 1 345 1 463 1 637 1 632 1 714
1982 1990 1999 2004 2006 2007 2008 2009 2010 2011
1 779 1 912 1 882 1 819 1 778 1 741 1 713 1 685 1 662 1 647
2012 2013 2014 2015 2016 - - - - -
1 596 1 547 1 498 1 478 1 478
Notes : De 1962 à 1999 : Population sans doubles comptes. Depuis 2006 : Population municipale.
Sources :
Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[68] puis INSEE à partir de 2004.


Administration

Circonscriptions administratives avant la Révolution

Circonscriptions administratives depuis la Révolution

Les maires

Liste des maires
Période Identité Parti Qualité Observations
1790-1790 Pierre André Fautrad
.......-....... .......
1793-1794 Jean Youf-Besneville
.......-....... Jean Lengronne ...1798...
1798-....... Jean Youf-Besneville
1802-1826 Pierre Hotot
1826-1831 Pierre François Mahault
1831-1837 Magloire Chanteux médecin
1837-1845 Arcel Charles Touzard
1845-1848 Jean François Duchêne
1849-1858 Auguste Tirel décédé en exercice le 20 mai 1858
1858-1859 Étienne Bataille
1860-1865 Pierre François Luce
1865-1870 Auguste Moitier
1870-1874 Maxime Benoit
1874-1874 Pierre François Luce décédé en exercice le 12 juin 1874
1874-1875 Auguste Moitier décédé en exercice le 4 décembre 1875
1876-1876 Léon Chanteux de janvier à novembre
1876-1904 Charles Ducloux
1904-1908 Philippe Picot
1908-1911 Charles Ducloux
1911-1919 Pierre Callégari
1919-1927 Émile Poirier
1927-1941 Charles Delauney notaire
1941-1944 Auguste Dorey
1944-1944 Aimable Jennet maire provisoire de juin à décembre
1944-1947 Noël Guéroult
1947-1955 Alfred Martin
1955-1971 Bienaimé Folliot
1971-1976 Louis Gamet commerçant
1976-1981 Jacques Lair entrepreneur
1981-1989 Jacques Bertrand
1989-2001 Bernard Chenot médecin
2001-2005 Bernard Lair
2006-2008 Rémy Ruet maître d'œuvre
2008-2016 Alain Aubert
2016-actuel Alain Aubert maire délégué
Source : liste établie par Michel Pinel pour Autrefois en Cotentin' et pour 601 communes et lieux de vie de la Manche. [69]
.


Mairie

Horaires d'ouverture
Jours Matin Après-midi Coordonnées de la mairie (Pour envoyer un mail et signaler une erreur cliquez ici)
Lundi - 14 h - 17 h 30
L'hôtel de ville.

L'hôtel de ville.

Adresse : Place Patton - BP 51
La Haye-du-Puits
50250 La Haye

Tél. 02 33 76 50 30
Fax : 02 33 76 50 39
Courriel : Contacter la mairie
Site internet : Officiel
Commentaire :
Source : Site web de la commune (6 mai 2018)

Mardi 8 h 30 - 12 h 30 14 h - 17 h 30
Mercredi 8 h 30 - 12 h 30 -
Jeudi 8 h 30 - 12 h 30 14 h - 17 h 30
Vendredi 8 h 30 - 12 h 30 14 h - 17 h 30
Samedi 9 h - 12 h -


Religion

Circonscriptions ecclésiastiques avant la Révolution

Patronage

  • Dédicace de l'église paroissiale : Saint-Jean-l'Évangéliste.
  • Patron (présentation) : l'abbé de Lessay.
  • Fête patronale : ?
L'église Saint-Jean.

Circonscriptions ecclésiastiques actuelles

Lieux et monuments

L'ancienne gare.

Personnalités liées à la commune

Naissances

Décès

Économie

Transports

Lignes Manéo


  • Ligne 53 : Ligne estivale de la Côte des Isles au Coutançais (juillet-août)

Éducation

Jumelage

La ville de La Haye-du-Puits est jumelée avec Schwanstetten (Allemagne) et Sainte-Marie-du-Câtel sur l'île de Guernesey.

Sports

  • Le Stade municipal haytillon est un club omnisports regroupant des sections football, handball, tennis et tennis de table.
  • Cyclisme : AG La Haye-du-Puits.
  • Football : SM Haytillon ; Groupement Mer Monts Marais, club de la communauté de communes de La Haye-du-Puits (jeunes).
  • Handball : SM Haytillon.
  • Tennis : SM Haytillon.
  • Tennis de table : SM Haytillon.

Hébergements

Hôtels
  • Le Commerce.

Bibliographie

  • Lucien Musset, « Famille seigneuriale de La Haye-du-Puits », Annuaire des cinq départements normands, Congrès de Coutances, 1993, p. 37-38.
  • Michel Pinel, Le château et les seigneurs de La Haye-du-Puits, monographie imprimée, 2003

Voir aussi

Notes et références

  1. Léopold Delisle, Recueil des actes de Henri II, revu et publié par Élie Berger, Imprimerie Nationale, Paris, t. I, 1916, p. 135, § XXXIV.
  2. Ibid., p. 462, § CCCXIII.
  3. Léopold Delisle, Ibid., t. II, 1920, p. 369, § DCCXXXVIII.
  4. 4,0 4,1 4,2 et 4,3 François de Beaurepaire, Les noms de communes et anciennes paroisses de la Manche, Picard, Paris, 1986, p. 135.
  5. Julie Fontanel, Le cartulaire du chapitre cathédral de Coutances, Archives départementales de la Manche, Saint-Lô, 2003, p. 96, § 1.
  6. Pouillé du Diocèse de Coutances, 1332, in Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903, p. 322D.
  7. Compte du Diocèse de Coutances, pour l’année 1351 ou 1352, in Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903, p. 374B.
  8. Rôles Normands et Français et autres pièces tirées des archives de Londres par Bréquigny en 1764, 1765 et 1766, Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie XXIII (3e série, 3e volume), 1re partie, Paris, 1858, p. 249b § 1359.
  9. Ibid., p. 12b, § 88.
  10. Siméon Luce, Chronique du Mont-Saint-Michel (1343-1468), Firmin-Didot, Paris, t. I, 1879, p. 49.
  11. Eugène Robillard de Beaurepaire et le Comte Auguste de Blangy, Le Journal du Sire de Gouberville (t. I), Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie XXXI, Caen, 1892, p. 202.
  12. Eugène Robillard de Beaurepaire et le Comte Auguste de Blangy, Le Journal du Sire de Gouberville (t. II), Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie XXXII, Caen, 1895, p. 796.
  13. Ibid., p. 796.
  14. Damien de Templeux, Description du pais de Normandie, Jean le Clerc éd., 1620 [Archives départementales du Calvados, cote CPL 147].
  15. Normandia Ducatus (carte du duché de Normandie), Atlas Van der Hagen, 1635.
  16. Jean Bigot sieur de Sommesnil, État des paroisses des élections de Normandie, 1612/1636 [BNF, ms. fr. 4620].
  17. « Benefices du dioceze de Coutances », p. 13, in Pouillié general contenant les benefices de l’Archevesché de Rouen […], chez Gervais Alliot, Paris, 1648.
  18. M. Merian, Duché et Gouvernement de Normandie, Francfort, 1650.
  19. N. Sanson et P. Mariette cartographes, R. Cordier graveur, Duche et Gouvernement de Normandie, Paris, 1661.
  20. Roles par généralités et élections des paroisses de France et de leur imposition aux tailles, 1677 [BNF, cinq cents Colbert, ms. 261 f° 229 à 275].
  21. G. Mariette de La Pagerie, cartographe, Unelli, seu Veneli. Diocese de Coutances, divisé en ses quatre archidiaconés, et vint-deux doiennés ruraux avec les Isles de Iersay, Grenesey, Cers, Herms, Aurigny etc., chez N. Langlois, Paris, 1689 [BNF, collection d'Anville, cote 00261 I-IV].
  22. Jean-Baptiste Nolin, Le duche et gouvernement de Normandie Divisé en Haute et Basse Normandie, en Divers Pays, et par Evechez, Paris, 1694 [BNF, IFN-7710251].
  23. P. Mortier / H. Jaillot, Le Duché et Gouvernement de Normandie divisée en Haute et Basse Normandie, Amsterdam, 1695.
  24. Gerard Valk, Normannia Ducatus, tum Superior ad Ortum, tum Inferior ad Occasum, Praefectura Generalis […] Anglici Caesarea sive Jarsey…, Amsterdam, ~1700.
  25. 25,0 25,1 et 25,2 Dénombrement du Royaume par Generalitez, Elections, Paroisses et Feux, 2 vol., Saugrain, Paris, 1709, p. 54b.
  26. 26,0 et 26,1 Dénombrement des généralités de 1713 [BNF, ms. fr. 11385, f° 1 à 132].
  27. Guillaume de l'Isle, Carte de Normandie, Paris, 1716.
  28. Bernard Jaillot, Le Gouvernement général de Normandie divisée en ses trois généralitez, Paris, 1719.
  29. 29,0 et 29,1 Nouveau dénombrement du royaume par generalités, elections, paroisses et feux […], t. II, Impr. Pierre Prault, Paris, 1735, p. 54a.
  30. L. Brion de la Tour, Recueil des Côtes Maritimes de France, Desnos, Paris, 1757, carte n° 12.
  31. Robert de Vaugondy, Carte du gouvernement de Normandie, Paris, 1758.
  32. 32,0 et 32,1 Abbé Expilly, Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules et de la France, Amsterdam, t. III, 1764, p. 739b.
  33. Rigobert Bonne, Carte du Gouvernement de Normandie avec celui du Maine et Perche, 1771, recueillie in Jean Lattre, Atlas Moderne ou Collection de Cartes sur Toutes les Parties du Globe Terrestre, ~1775.
  34. P. Santini, Gouvernement de Normandie avec celui du Maine et Perche, Remondini, Venise, 1777.
  35. Anonyme, Plan des Départemens de Caen Bayeux et Saint Lo suivant la Marche que les Ambulants Tiennnent lors de Leurs Recouvremens [de la taille], 1780 [BNF département Cartes et plans, GE AA-3798 (RES)].
  36. Carte de Cassini.
  37. Les Auteurs de l’Atlas National de France, Précis élémentaire et méthodique de la nouvelle géographie de la France, Bureau de l’Atlas National, Paris, 1791, p. 99.
  38. Les Auteurs de l’Atlas National de France, Atlas National Portatif de la France, Bureau de l’Atlas National, Paris, 1792.
  39. Site Cassini.
  40. Bulletin des lois de la République française, Imprimerie Nationale, Paris.
  41. A. F. Lecousturier l’aîné et F. Chaudouet, Dictionnaire géographique des postes aux lettres de tous les départemens de la République française, Valade, Paris, an IX (1802), t. II, p. 13b.
  42. Dictionnaire universel, géographique, statistique, historique et politique de la France, impr. Baudouin, libr. Laporte, vol. II (COA-H), an XIII (1804), p. 675a.
  43. Louis Du Bois, Itinéraire descriptif, historique et monumental des cinq départements de la Normandie, Mancel, Caen, 1828, p. 472.
  44. Annuaire de la Manche (1829), Statistique de l'arrondissement de Coutances, p. 140.
  45. J. G. Masselin, Dictionnaire universel de géographie physique, commerciale, historique et politique du Monde Ancien, du Moyen Age et des Temps Modernes comparées / Dictionnaire universel de géographie, t. I, Auguste Delalain, Paris, 1830, p. 604b.
  46. Dictionnaire géographique universel ou description de tous les lieux du globe sous le rapport de la géographie physique et politique, de l’histoire, de la statistique, du commerce, de l’industrie, etc., etc., Sociétés de Paris, Londres et Bruxelles pour les publications littéraires, Bruxelles, 1837, t. I, p. 842a.
  47. Panorama pittoresque de la France […], par une société de gens de lettres, de géographes et d’artistes, Firmin Didot, Paris, t. V (section Manche), 1839, p. 32a.
  48. V. Lavasseur, Atlas National Illustré des 86 départements et des possessions de la France, A. Combette éditeur, Paris, 1854.
  49. Cartes d’État-Major (relevés de 1825 à 1866, mises à jour jusqu’à 1889).
  50. Abbé Auguste Lecanu, Histoire du diocèse de Coutances et d'Avranches depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours; suivie des actes des saints et d'un tableau historique des paroisses du diocèse, impr. de Salettes, Coutances, t. II, 1878, p. 333.
  51. Adolphe Joanne, Géographie du département de la Manche, Hachette, Paris, 1880, p. 62a.
  52. Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903.
  53. Carte du département de la Manche, L’Illustration économique et financière, 28 août 1926.
  54. Nomenclature des hameaux, écarts et lieux-dits de la Manche, INSEE, 1954.
  55. Atlas de Normandie, Caen, 1962.
  56. Annuaire officiel des abonnés au téléphone.
  57. Carte IGN au 1 : 25 000.
  58. Mot issu du francique °hagja < germanique commun °hagjō « haie » (cf. ancien anglais heċġ > anglais hedge), dérivé du radical °hag- < indo-européen °kagʰ- « saisir, arrêter; barrière, entrelacs », etc.
  59. Op. cit., p. 134.
  60. * René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Caen, Presses Universitaires de Caen / Condé-sur-Noireau, Éditions Charles Corlet, 1993, p. 144b.
  61. Françoise Laty, La Reconstruction. Coutances et Coutançais, éd. Pays d'Art et d'histoire du Coutançais, 2015
  62. « Nos années 70 », La Presse de la Manche, hors-série, novembre 2012, p. 159.
  63. Une moyenne de 5 à 6 personnes semble cependant le chiffre le plus vraisemblable.
  64. Chiffre donné pour mémoire; en effet, le Dictionnaire géographique de l'abbé Expilly ne fait que reprendre, pour la démographie, les données du Nouveau dénombrement du royaume de 1735.
  65. Au début du 21e siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1e janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  66. Population avant le recensement de 1962.
  67. INSEE : Population depuis le recensement de 1962.
  68. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  69. « 601 communes et lieux de vie de la Manche », René Gautier et 54 correspondants, éd. Eurocibles, 2014, p. 288
  70. 70,0 et 70,1 Monument commémoratif La Haye-du-Puits.
  71. Ouest-France, 3-4 novembre 2012.
  72. 72,0 et 72,1 En 2016. La Presse de la Manche, 2 septembre 2016.

Lien externe