Le Hommet-d'Arthenay

De Wikimanche

Le Hommet-d'Arthenay est une ancienne commune du département de la Manche.


Commune déléguée du Hommet-d'Arthenay
(commune de Pont-Hébert)
Coordonnées de la mairie annexe Logo-Mairie.png
49° 11' 22.53" N, 1° 11' 18.73" W (OSM)
Arrondissement Saint-Lô
Chargement de la carte...
Canton Pont-Hébert
Ancien canton Saint-Jean-de-Daye
Intercommunalité CA Saint-Lo Agglo
Gentilé Saint-Pierrot(e)s
Population 395 hab. (2015)
Superficie 14,85 km²
Densité 27 hab./km2
Altitude 0 m (mini) - 54 m (maxi)
Code postal 50620
N° INSEE 50248
Maire délégué Anne-Marie Corbel
Communes limitrophes du Hommet-d'Arthenay
Graignes-Mesnil-Angot, Tribehou Le Dézert Le Dézert
Remilly-les-Marais
commune déléguée
Les Champs-de-Losque
Le Hommet-d'Arthenay Pont-Hébert
Remilly-les-Marais
commune déléguée
Les Champs-de-Losque
Thèreval Amigny

La maison du Glinel
La maison du Glinel



Toponymie

Attestations anciennes

  • Le Hommet-d'Arthenay 1831 [1].
  • Hommet-d'Arthenay 1878 [2].
  • Le Hommet-d'Arthenay 1880 [3].
  • le Hommet-d'Arthenay 1903 [4].
  • Le Hommet-d'Arthenay 1954 [5].
  • le Hommet-d'Arthenay 1962 [6].
  • Le Hommet d'Arthenay 1978 [7], 1993 [7].
  • le Hommet-d'Arthenay 2018 [8].

Étymologie

Nom issu de l'amalgame de ceux du Hommet et de Saint-Pierre-d'Arthenay en 1831.

Géographie

Elle s'inscrit dans le Parc naturel régional des Marais du Cotentin et du Bessin.

Histoire

Les recherches effectuées jusqu'à maintenant laissent croire que l'origine du Hommet remonte en 889, après la prise de Saint-Lô par les Normands. En effet, un des chefs normands se fixa aux environs de la ville de Saint-Lô, dans une région qu'en raison de sa configuration, il dénomma « Le Hommet » du mot scandinave « Holm », qui signifie entouré d'eau en partie. Ce chef s'installa dans une contrée entourée de vaste marécages, de rivières (la Taute et la Vire), et au voisinage de grands bois.

À cet emplacement, il construisit des retranchements importants pour se mettre à l'abri lui et ses compagnons, avec leur butin.

Ce domaine, appelé Le Hommet, devint la grande baronnie féodale du Hommet. Ce chef normand prit le nom de ses terres, « Le Hommet », et c'est sous ce nom de « du Hommet » qu'on désigna, par la suite, ses descendants.

Ci-dessous, extrait du mémoire présenté par M. et Mme Lecrosnier, instituteurs, pour la conférence pédagogique de 1913 :

« Bien que l'ancienne commune du Hommet ait été le siège d'une baronnie, il n'y subsiste aucun vestige qui soit un témoin du passé. Le château, bâti au milieu des marais a été démoli à une époque qu'on ne saurait indiquer avec précision, et sur son emplacement le sol a été nivelé. Les granges de dimes de Saint-Pierre-d'Arthenay et du Hommet, l'ancienne prison qui se dressait sur le champs de foire, l'ancienne église du Hommet que les habitants de Saint-Pierre pillèrent à l'époque de la Révolution : tout a disparu. À la ferme de la Grande Ducquerie, qu'une restauration récente a défigurée en lui donnant un aspect moderne, un large escalier de pierre montant au sommet d'une tour carrée aux murs étrangement épais signale l'antiquité de la demeure sans renseigner sur le rôle qu'elle a pu jouer dans le passé.

Le château actuel de Thère est une construction relativement récente sans intérêt historique ni même artistique, du moins extérieurement ; toutefois les guides de tourisme citent la beauté de son mobilier. »

Un blason pour la commune en 2011 :

Le Conseil, après avoir voté (7 voix pour, 1 voix contre) décide de se doter d’une image héraldique évoquant les spécificités suivantes : L’entourage bleu évoque l’origine de la commune vers les années 890 avec le mot viking « HOLM » qui veut dire terre entourée d’eau. Le centre fascé rouge et jaune sont repris du blason de la famille du Hommet, connétables sur 5 générations de Normandie. Les clés symbolisent St Pierre et la réunion des 2 communes St Pierre d’Arthenay et le Hommet en 1831. Les feuilles de chêne et la couleur verte représentent le bois, les marais, le bocage et le Lycée Agricole de Thère. La roue sur l’onde fait allusion au Moulin Fauvel et son ancienne pêcherie de saumon sur les bords de la Terrette.

En définition héraldique : « D'argent à la fasce coupée d'or à 3 tourteaux de gueules et de gueules à 3 besants d'or, accompagnée en chef de 2 clés passées en sautoir accostées de deux feuilles de chêne de sinople et en pointe d'une roue de moulin sur une onde, le tout d'azur ; à la filière de même »

Commune nouvelle

Le 1er janvier 2018, Pont-Hébert et Le Hommet-d'Arthenay fusionnent pour créer la commue nouvelle de Pont-Hébert [9], sous le régime juridique des communes nouvelles instauré par la loi no 2010-1563 du 16 décembre 2010 relative à la réforme des collectivités territoriales.

Démographie

Lors de la fusion en 1831, la commune de Saint-Pierre-d'Arthenay comptait 695 habitants et la commune du Hommet 42 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793.
À partir du 21e siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[10]. En 2015, la commune comptait 395 habitants.

           Évolution de la population depuis 1793  [modifier] (Sources : Cassini [11] et INSEE [12])
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
564 525 636 661 695 730 687 656 678 650
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
588 600 552 549 523 540 502 513 503 504
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
440 397 395 386 384 325 312 369 358 336
1982 1990 1999 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012
326 339 326 432 429 426 430 433 392 393
2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020 2021 2022
393 394 395
Notes : De 1962 à 1999 : Population sans doubles comptes. Depuis 2006 : Population municipale.
Sources :
Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis INSEE à partir de 2004.



Administration

Circonscriptions administratives depuis la Révolution

Les maires

Liste des maires
Période Identité Parti Qualité Observations
1831-1832 Isidor Germain Delongchamps
1832-1840 Nicolas Nicolle
1840-1858 François Desdevises
1858-1892 Nicolas Jean Delisle décédé en exercice le 1er janvier 1892
1892-1904 Raoul Leforestier d'Osseville comte d'Osseville
1904-1920 Joseph Darondel .
1920-1921 Raoul Leforestier d'Osseville comte d'Osseville
1921-1929 Jean de Kergorlay comte
1929-1942 Ange Gabriel Huault
1942-1968 Albert Perrard
1968-1989 Gustave Desdevises maire honoraire en 1989 [14]
1989-2008 Michel Castel
2008-actuel Anne-Marie Corbel sans emploi
Source  : liste établie par Jean Pouëssel et Anne-Marie Corbel 601 communes et lieux de vie de la Manche. [15]
.


Conseil municipal

Maire : Anne-Marie Corbel
1er adjoint : Martial Quinio
Conseillers : Alain Desprès, Gérard Poignavant, Daniel Ledoyer, Véronique Lefebvre, Éric Lecaplain, Antoine Hébert, Sylvain Lepelletier, Catherine Legrand.

Mairie annexe

Horaires d'ouverture
Jours Matin Après-midi Coordonnées de la mairie (Pour signaler une erreur cliquez ici)
Lundi - 16 h - 19 h
La mairie (2012).

La mairie (2012).

Adresse : 1 Le Bourg
50620 Le Hommet-d'Arthenay

Tél./Fax : 02 33 56 21 72

Courriel : Contacter la mairie

Site internet : Officiel

Commentaire : Secrétaire : Thérèse Laisney

Source : Site web de la commune (23 juin 2012)

Mardi - -
Mercredi - -
Jeudi 9 h - 12 h -
Vendredi - -
Samedi - -



Religion

Circonscriptions ecclésiastiques actuelles

Éducation

Le Lycée Saint-Lô Thère est implanté sur la commune.
Une école primaire y est aussi implantée. L'école maternelle se trouve au Dézert.

Lieux et monuments

Église Saint-Pierre du Hommet-d'Arthenay
Sites naturels
  • Bois du Hommet
  • Marais du Hommet
Architecture civile
  • Tour carrée du Hommet (privée)
  • Ancien château (détruit)
  • La Ducrie (fin 16e s.)
  • Le Hommet (17e s.)
  • Emplacement du château médiéval du Hommet
  • Monument aux morts (1922), près de l'église
Architecture religieuse

Personnalités liées à la commune

  • Jean Gilles (1814-1870), homme politique
  • Famille du Hommet
  • Christian des Pallières, décédé le 25 septembre 2016 à Pnom Penh (Cambodge) à l'âge de 82 ans. Originaire de Pont-Hébert, il était, avec son épouse Marie-France, le fondateur d'une ONG qui aide les enfants du Cambodge à sortir de la misère : « Pour un sourire d’enfant » .[16] Le documentaire « Les Pépites », réalisé par Xavier de Lauzanne, retrace son parcours depuis son enfance au château de Thère avant qu'il ne soit incendié en 1944.

Sports

Bibliographie

  • « La Duquerie », Mélanges, 3e série, n° 24, Société d'archéologie de la Manche, 1974

Notes et références

  1. Bulletin des lois de la République française, Imprimerie Nationale, Paris.
  2. Abbé Auguste Lecanu, Histoire du diocèse de Coutances et d'Avranches depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours; suivie des actes des saints et d'un tableau historique des paroisses du diocèse, impr. de Salettes, Coutances, t. II, 1878, p. 403.
  3. Adolphe Joanne, Géographie du département de la Manche, Hachette, Paris, 1880, p. 62a.
  4. Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903.
  5. Nomenclature des hameaux, écarts et lieux-dits de la Manche, INSEE, 1954.
  6. Atlas de Normandie, Caen, 1962.
  7. 7,0 et 7,1 Annuaire officiel des abonnés au téléphone.
  8. Carte IGN au 1 : 25 000.
  9. Recueil des actes administratifs de la Manche n° spécial 94 du 18 décembre 2017, arrêté n° 2017-45 du 13 décembre 2017, (voir en ligne).
  10. Au début du 21e siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  11. Population avant le recensement de 1962.
  12. INSEE : Population depuis le recensement de 1962.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Maire honoraire en 1989. Élu conseiller municipal en 1947, maire-adjoint en 1965, soit 42 ans au service de la commune.
  15. « 601 communes et lieux de vie de la Manche », René Gautier et 54 correspondants, éd. Eurocibles, 2014, p. 314
  16. « Il donnait tout " Pour un sourire d'enfant" : Christian des Pallières est mort », La Manche Libre, 26 septembre 2016 (lire en ligne).

Lien externe