Château de Thère

De Wikimanche

Le château de Thère vers 1899

Le château de Thère est un ancien château de la Manche, situé en partie à Esglandes aujourd'hui intégrée à Pont-Hébert et à Saint-Pierre-d'Arthenay aujourd'hui dans Le Hommet-d'Arthenay.

Au 19e siècle, il est « assis sur un léger pli de terrain, à la lisière de riches pâturages qu'arrosent la Terrette et ses affluents. Une longue et magnifique avenue rectiligne, doublée de chaque bord par un taillis touffu, lui fait un cadre splendide qui lui donne un cachet fort pittoresque » [1].

Il remplace une motte féodale, devenue un véritable donjon au 14e siècle par la volonté des Anglais pendant la guerre de Cent Ans : c'est du fort de Thère qu'ils dirigent leurs attaques jusqu'à Saint-Lô. Le fort est ensuite rasé par les Français [1].

Le château de Thère est dans la famille de Thère du 11e au 18e siècles où il arrive dans la famille Dambray par mariage de Jacques-Henry Dambray, avec Rose-Françoise de Thère (1736-1811). Leur fils, Charles-Henry de Thère (1760-1829) devient chancelier de France, ministre de la justice... [1].

Raoul Leforestier d'Osseville arrière-petit-fils du chancelier en est propriétaire au 19e siècle jusqu'en 1921, date de sa mort [1].

Le dernier propriétaire est Philippe des Pallières et sa famille de six enfants. Le château est bombardé en 1944, les écuries subissent des bombes incendiaires. La famille des Pallières vend les terres agricoles et le château trop délabré pour être réparé. C'est sur ce site que, dans les années 1950, est édifié le lycée agricole de Thère. [2].

Notes et références

  1. 1,0, 1,1, 1,2 et 1,3 Édouard Lepingard, «  Le château de Thère  », La Normandie monumentale et pittoresque, édifices publics, églises, châteaux, manoirs, etc.. Manche 1re [-2e] partie., édit. Lemasle et Cie, Le Havre,1899, p. 13-14 (lire sur gallica.bnf).
  2. « La très étonnante histoire du château de Thère», La Manche Libre, 1er octobre 2016.

Lien externe