Le Mont-Saint-Michel

De Wikimanche

(Redirigé depuis Mont-Saint-Michel)
Gravure de Matthäus Merian, 1657.

Le Mont-Saint-Michel est une commune du département de la Manche. Elle tient son nom du rocher du mont Saint-Michel (avec un seul trait d'union) où s'élève la célèbre abbaye du même nom[1].


Mont-Saint-MichelV.png Blason de la commune du Mont-Saint-Michel Coordonnées géographiques de la mairie Logo-Mairie.png
48° 37' 22.08" N, 1° 31' 17.80" W (OSM)
Arrondissement Avranches
Chargement de la carte...
Canton Pontorson
Ancien canton Pontorson
Intercommunalité CA Mont-Saint-Michel-Normandie
Gentilé Montois(es)
Population 29 hab. (2019)
Superficie 3,97 km²
Densité 7,3 hab./km2
Altitude 5 m (mini) - 57 m (maxi)
Code postal 50170
N° INSEE 50353
Maire Jacques Bono
Communes limitrophes du Mont-Saint-Michel
Mer de la Manche Mer de la Manche Mer de la Manche
Mer de la Manche
Beauvoir
Le Mont-Saint-Michel Mer de la Manche
Pontorson
Beauvoir Beauvoir Beauvoir

50353-Le Mont-Saint-Michel-Sols.png
Infrastructure et occupation des sols en 2018.


L'architecture prodigieuse du mont Saint-Michel et sa baie en font le site touristique le plus fréquenté de Normandie et le troisième de France (après la tour Eiffel et le château de Versailles) avec quelque 3 200 000 visiteurs chaque année alors que la commune est l'une des moins peuplées du département.

Une statue de saint Michel placée au sommet de l'église abbatiale culmine à 170 mètres au-dessus du rivage. Classé Monument historique en 1874, le site figure depuis 1979 sur la liste du patrimoine mondial de l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO).

Géographie

La commune du Mont-Saint-Michel est constituée de

  • l'îlot rocheux bien connu, dans la baie du Mont-Saint-Michel
  • et deux parties continentales séparées par le Couesnon
    • à l'ouest : l'enclave du Mont-Saint-Michel, zone de polders de 3,879 km²[2]
    • à l'est : la Caserne, zone hôtelière de 53 ha[2]

De 1879 à 2015, la commune comprend aussi la digue route qui relie l'îlot au continent, zone rendue à la mer en 2015.

L'îlot du mont Saint-Michel

Situé à l'est de l'embouchure du Couesnon à 48°38'10" de latitude nord et à 1°30'40" de longitude ouest, le mont Saint-Michel est un îlot rocheux granitique , sur lequel, à partir de 709 a été construit un sanctuaire en l'honneur de l'archange saint Michel . Antérieurement à cette date, il est connu comme le « mont Tombe ». Pendant tout le Moyen-Âge, il est couramment appelé « mont Saint-Michel au péril de la mer » (Mons Sancti Michaelis in periculo maris).

L'îlot est une excroissance granitique d'environ 960 mètres de circonférence, qui atteint 92 mètres d'altitude et offre une superficie émergée d'environ 280 ha, au dessus de laquelle s'élève l'abbaye. Cet îlot s'élève dans une grande plaine sablonneuse, la baie du Mont-Saint-Michel que la marée envahit deux fois par jour.

L'îlot du mont Saint-Michel est couvert par l'emprise au sol de l'abbaye du mont Saint-Michel, le village et quelques jardins.

En 1846, Édouard Le Héricher le décrit ainsi, avec l'emphase de l'époque, mais qui rend bien compte de la réalité : « Le Mont Saint-Michel apparaît comme une montagne circulaire qui semble s'affaisser sous la pyramide monumentale qui la couronne. On voudrait prolonger sa cime en une flèche aiguë qui monterait vers le ciel [la flèche actuelle ne date que de 1899, n.d.l.r.], dominant son dais de brouillards ou se perdant dans une pure et chaude lumière. De vastes solitudes l'environnent, celle de la grève ou celle de la mer, encadrées dans de lointaines rives verdoyantes ou noires » (in L' Avranchin monumental et pittoresque, t. 2, 1846, p. 310.)

L'enclave du Mont-Saint-Michel et ses polders

C'est une zone gagnée sur la mer à l'aide de digues et de vannes, empêchant la mer de monter sur le schorre (les herbus) à marée haute, et l'écoulement d'eau douce vers la mer à marée basse, probablement depuis le Moyen Âge [3]

Communes limitrophes

Les communes limitrophes de celle du Mont-Saint-Michel sont Beauvoir et Pontorson dans la Manche, d'une part, et Roz-sur-Couesnon et Saint-Georges-de-Gréhaigne en Bretagne, d'autre part. Ardevon, anciennement limitrophe du Mont-Saint-Michel, de Beauvoir et de Pontorson, a fusionné en 1972 avec la commune de Pontorson.

Histoire

lire l'article détaillé Histoire du Mont-Saint-Michel

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793.
À partir du 21e siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[4]. En 2019, la commune comptait 29 habitants.

           Évolution de la population depuis 1793  [modifier] (Sources : Cassini [5] et INSEE [6])
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
234 234 282 904 390 385 1 082 1 100 1 182 1 153
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
1 056 203 193 184 209 211 199 230 235 238
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
232 230 247 250 231 186 268 132 105 114
1982 1990 1999 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012
80 72 46 41 41 42 44 43 43 41
2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 - - -
41 36 33 30 30 30 29
Notes : De 1962 à 1999 : Population sans doubles comptes. Depuis 2006 : Population municipale.
Sources :
Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis INSEE à partir de 2004.


Naissances

Évolution des naissances
1956-1962 1962-1968 1968-1975 1975-1982 1982-1990 1990-1999
xx 13 16 8 6 4

Décès

Évolution des décès
1956-1962 1962-1968 1968-1975 1975-1982 1982-1990 1990-1999
xx 6 6 4 5 3

La commune accueille jusqu'à 20 000 visiteurs par jour pendant la saison estivale. Parmi les 43 Montois dénombrés en 2006, il y a 12 moines.

Administration

Les maires

Liste des maires
Période Identité Parti Qualité Observations
.......-....... L. Leroy ...1792...
.......-1794 Jean Richard ...1793-
1794-1795 F. Blin
1795-... Jean Richard
.......-....... Pierre Jenvresse ...1796...
.......-1800 Jean Richard ...1799-
1800-1806 Louis Alexandre Ridel
1806-1815 Étienne Vidal décédé en exercice le 23 juillet 1809
1815-1819 Pierre Richard
1819-1832 Jean Étienne Chemin
1832-1835 Jean Charles Blouet né le 16 février 1800 à Villedieu, chevalier de la Légion d'honneur[8]
1835-1838 Claude Chemin
1838-1840 Gabriel François Pierre Hedou
1840-1843 Alphonse Louis Charles Mangon de la Lande
1843-1848 Gabriel Roger
1848-1857 Jean Baptiste Louis Lecourt
1857-1859 Frédéric Amboise Poirier
1859-1861 Alphonse Marquet
1861-1871 Féréric Ménard
1871-1874 Louis Yger
1874-1875 André Antoine Leplat
1875-1879 Jean Baptiste Louis Lecourt
1879-1882 André Antoine Leplat décédé en exercice le 23 octobre 1882
1882-1888 Jean Baptiste Louis Lecourt
1888-1902 Gémy Fontenier
1902-1914 Victor Ridel
1914-1945 Albert Duval
1945-1959 Jean Robert Galton
1959-1965 René Nolleau
1965-1971 Jean Robert Galton
1971-1983 Julien Nicolle hôtellier créateur du groupe Sodétour
1983-2001 Éric Vannier DVD PDG du Groupe Mère Poulard
2001-2008 Patrick Gaulois UMP hôtelier-restaurateur
2008-2014 Éric Vannier DVD PDG du Groupe Mère Poulard
2014-2020 Yann Galton DVD retraité, restaurateur
2020-actuel Jacques Bono ancien éditeur du 50 Annonces
Source : liste établie par Jean Pouëssel et Yves Murie pour 601 communes et lieux de vie de la Manche. [9].


Mairie

Horaires d'ouverture
Jours Matin Après-midi Coordonnées de la mairie (Pour envoyer un mail et signaler une erreur cliquez ici)
Lundi - -
Située au dessus de la porte du Roi

Située au dessus de la porte du Roi

Adresse : Boulevard Porte du Roy - BP 20
50170 Le Mont-Saint-Michel

Tél. 02 33 60 14 06
Fax : Pas de télécopieur
Courriel : Contacter la mairie
Site internet : Officiel
Commentaire :
Source : Site officiel (26 novembre 2019)

Mardi 10 h - 12 h 14 h - 16 h
Mercredi 10 h - 12 h 14 h - 16 h
Jeudi 10 h - 12 h 14 h - 16 h
Vendredi 10 h - 12 h 14 h - 16 h
Samedi - -


Religion

Circonscriptions ecclésiastiques avant la Révolution

Circonscriptions ecclésiastiques actuelles

Manifestations religieuses

  • Pèlerinage des grèves, qui perpétue la tradition des grands pèlerinages du Moyen Âge ; environ 1500 participants chaque année.

Lieux et monuments

De nombreux immeubles du site sont, à titre individuel, classés au titre des monuments historiques.

Patrimoine religieux

  • Abbaye du Mont-Saint-Michel : parfois vantée comme la « huitième merveille du monde », elle impose sa fière allure et sa magnifique architecture à plusieurs dizaines de kilomètres alentour.

Mais il existe d'autres monuments religieux sur le rocher :

Patrimoine civil

Fortifications
Vue intérieure, 1839.

La ville actuelle est l'une des rares villes françaises à avoir conservé l'ensemble de ses fortifications médiévales. Cette enceinte urbaine date des XIIIe et XVe siècles. Elle est entièrement classée monument historique depuis 1875[10]. La muraille se compose de courtines flanquées de tours semi-circulaires et d'une tour bastionnée :

  • la tour Claudine au nord
  • la tour du Nord
  • la tour de la Liberté
  • la tour de l’Arcade
  • la tour du Roi
  • la tour Boucle (bastionnée)
L'une des tours aujourd'hui.

Le chemin de ronde et les parapets sont du XVe siècle ainsi que divers ouvrages de défense comme :

  • la porte du Roi au sud
  • l’avancée et sa porte
  • le Boulevard et sa porte
  • le corps de garde des Bourgeois - XVIe siècle

L'enceinte des Fanils, qui continue les murs du Monteux, de Cantilly et de la Pillette, date du XVIe siècle, avec la tour Gabriel, qui portait en son chef un moulin à vent.

Habitations classées
  • Maison de l’Artichaut
  • Maison de la Coquille
  • Hôtel de la Licorne
  • Maison au Pot de Cuivre
  • Maison de la Truie qui File, classée aux Monuments Historiques depuis le 15 février 1908. Ancienne taverne et boutique de marchands d’images et de souvenirs destinés aux pèlerins, c’est une longue maison composée d’un seul rez-de-chaussée formé d’une suite d’arcades.
  • Logis de Saint-Aubert
  • Logis de Tiphaine Raguenel
  • Logis Saint-Symphorien
  • Hôtel du Dauphin
  • Hôtel du Mouton blanc
  • Hôtel de la Mère Poulard
  • Hôtel Saint-Pierre (restauré conformément à l’ancienne maquette)

Autres

  • Ancienne école communale, fermée en 1972, classé au titre des monuments historiques en 1934.
  • Deux bombardes prises à l'armée anglaise par les montois lors du siège de 1423.
  • Monument aux morts

Le Mont dans les arts

Guillaume Fouace, Au Mont-Saint-Michel
Littérature
Cinéma
Peinture

Personnalités liées à la commune

Économie

Le temps des pèlerinages

Arrivée d'un pèlerinage (début du 20e siècle).

Le village, implanté sur le mont en 709, s'est développé à l'ombre de son abbaye médiévale. Au nord de l'église Saint-Pierre, le bâtiment double appelé La Merveille est un chef-d'œuvre de l'architecture gothique. Il est construit sur trois niveaux à flanc de rocher.

L'économie du Mont a donc été tributaire, pendant douze siècles, des nombreux pèlerinages à saint Michel, notamment jusqu'à la Révolution française. On venait de toute l'Europe du nord en pèlerinage à l'abbaye : depuis l'Angleterre, la France du nord et de l'ouest, etc. Un réseau de routes montoises a été récemment étudié et remis en valeur, notamment à cause de l'attrait touristique important que représente le site et sa baie.

Le temps du tourisme

Déjà depuis le XIXe siècle, les auteurs et peintres romantiques venaient au Mont, pour son charme unique et ses qualités pittoresques, tel Guy de Maupassant. À la fin du siècle, plusieurs hôtels sont établis au Mont. Dans la deuxième moitié du XXe siècle, la mutation du site en un lieu de visite de rang mondial a fait de la petite commune normande l'une des premières destinations touristiques de France.

Dans les années 1960, c'est le développement du tourisme de masse. On construit des grands hôtels sur la partie continentale de la commune, à la Caserne, au départ de la digue route. Julien Nicolle, maire du Mont crée la Sodétour, Société de développement touristique et commercial, spécialisé dans l'hôtellerie-restauration. En 1986, Éric Vannier achète plusieurs hôtels au Mont-Saint-Michel, il développe plus tard le groupe Mère Poulard. En 2011, il est attaqué en justice par Patrick Gaulois, lui aussi propriétaire de plusiers hôtels.

Une association, les « Amis du souvenir et de la liberté », parrainée par le consul des États-Unis, commémore chaque année au Mont-Saint-Michel, au cimetière américain de Saint-James et au cimetière allemand de Huisnes-sur-Mer la libération du Mont et de la baie du Mont-Saint-Michel[13].

Transports

Pour faciliter l'accès des touristes au Mont-Saint-Michel, une offre de transports en commun leur est offerte : ligne Baie.

Liaisons ferroviaires

Au début du 20e siècle, l'on pouvait se rendre au pied du Mont-Saint-Michel en train directement de Paris. Époque révolue : la gare la plus proche se trouve désormais à Pontorson

Liaisons routières

Routes

Deux routes mènent au Mont-Saint-Michel :

Lignes Manéo

Jumelages

Gastronomie locale

Le Mont-Saint-Michel se situe à l'embouchure du Couesnon, frontière naturelle séparant la Normandie de la Bretagne. Côté terre, des aménagements de digues datant déjà anciens ont permis jusqu'à aujourd'hui de gagner sur la mer des terrains consacrés essentiellement à la culture maraîchère ou de céréales. L’agneau de pré-salé, à déguster de préférence grillé au feu de bois, les poissons et les fruits de mer de la baie sont des spécialités locales qui participent à la renommée du Mont-Saint-Michel.

Une grande activité médiatique, à laquelle a participé de facto le dessinateur Christophe avec sa famille Fenouillard, entoure la préparation de l’omelette de la mère Poulard (du nom du restaurant situé dans le village et réputé pour cette spécialité). Celle-ci est faite d'œufs et de crème fraîche, abondamment battus dans une bassine de cuivre avec un long fouet sur un rythme spécial que peuvent entendre les passants avant d’être cuite dans une poêle de cuivre sur un feu de bois.

Sports

Hommages

Philatélie

Marcophilie

Flamme postale, 1994.

Numismatique

Fréquentation

On compte aujourd'hui trois millions de visiteurs annuels, dont un tiers seulement monte jusqu'à l'abbaye [14]. Le temps moyen de visite est de deux à trois heures. Il y a jusqu'à 20 000 visiteurs par jour en période estivale. On ne dénombre que 30 000 visiteurs en 1886 et seulement 100 000 en 1910 [15].

Bibliographie

voir l'article détaillé Bibliographie du Mont-Saint-Michel

Notes et références

  1. Le tiret et la majuscule permettent de différencier le nom du mont lui-même et celui de la commune :
    « le mont Saint-Michel » pour le rocher insulaire et « (Le) Mont-Saint-Michel » pour la commune
  2. 2,0 et 2,1 Géoportail[1]
  3. Marie Casset, « Des paysans contre la mer. Poldérisation et drainages des terres humides sur le littoral de la baie du Mont Saint-Michel au Moyen Âge (xie-xve siècles) », dans Annales de Normandie, 2011 (61e année (lire en ligne)
  4. Au début du 21e siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  5. Population avant le recensement de 1962.
  6. INSEE : Population depuis le recensement de 1962.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Base Leonore, dossier LH/262/13.
  9. « 601 communes et lieux de vie de la Manche », René Gautier et 54 correspondants, éd. Eurocibles, 2014, p. 346
  10. « Notice n°PA00110514 », base Mérimée (architecture), médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine, ministère de la Culture.
  11. David Nicolas Méry et François Saint-James, Le tour du Mont en 1300 ans, éd. Ouest-France, 2011
  12. « Georges Lebrec promoteur du Mont à l'Unesco », La Manche Libre, 26 octobre 2019.
  13. La Manche Libre, 26 février 2011.
  14. 1 122 321 visiteurs en 2006, François Desbos, « La fréquentation des sites touristiques en France depuis une quinzaine d'années : tendances et enseignements », Observation, développement et ingénierie touristiques (Odit France), 2008.
  15. « Mont-Saint-Michel 1 300 ans d'histoire », supplément à dimanche Ouest-France, juillet 2008.

Articles connexes

Liens externes