Beauvoir

De Wikimanche

Beauvoir est une commune du département de la Manche.

Commune de Beauvoir Coordonnées géographiques de la mairie Logo-Mairie.png
48° 35' 47.59" N, 1° 30' 15.14" W (OSM)
Arrondissement Avranches
Chargement de la carte...
Canton Pontorson
Ancien canton Pontorson
Intercommunalité CA Mont-Saint-Michel-Normandie
Gentilé Beauvoisins(es)
Population 413 hab. (2016)
Superficie 14,29 km²
Densité 29 hab./km2
Altitude 5 m (mini) - 40 m (maxi)
Code postal 50170
N° INSEE 50042
Maire Alexis Sanson
Communes limitrophes de Beauvoir
Mer de la Manche Le Mont-Saint-Michel Le Mont-Saint-Michel
Roz-sur-Couesnon (Ille-et-Vilaine),
Saint-Georges-de-Gréhaigne (Ille-et-Vilaine)
Beauvoir Pontorson
Saint-Georges-de-Gréhaigne (Ille-et-Vilaine) Pontorson Pontorson

L'église Notre-Dame-de-la-Paix.
L'église Notre-Dame-de-la-Paix.


Toponymie

Attestations anciennes

Étymologie

Toponyme médiéval issu de l'ancien français de l'Ouest bel veir, « beau voir », « belle vue », de sens évident. Il est à noter cependant que ce type toponymique, très fréquent en France sous différentes formes standard ou dialectales, est rapidement devenu une appellation traditionnelle et valorisante de domaine, pour peu que celui jouisse d'un site convenable. Si dans certains cas le lieu nommé Beauvoir permet de découvrir un beau panorama, dans d'autres la chose est moins évidente (il suffit pour ça d'un peu d'imagination…). En l'occurrence, l'agglomération de Beauvoir est située sur la pente d'une légère hauteur dominant la vallée du Couesnon.

  • Remarque 1 : les attestations anciennes de ce nom sont de type dialectal : l'ancien français de l'Ouest (et ancien français précoce) veir, veer (cf. normand [ve], [vei], diversement noté veis, vei, veî, , etc.) est issu du latin vidēre, tout comme l'ancien français de l'Est et du Nord-est veoir > français moderne voir. Cette forme a tardivement été éliminée par celle du français standard : Beauvais, la forme dialectale normande attendue, est encore attestée à la fin du 18e siècle. Il en va de même pour biau (voir l'attestation de 1307), forme populaire ancienne ou dialectale de beau, éliminée plus tôt (on n'en a plus de traces après le 14e siècle).
  • Remarque 2 : on a parfois affirmé que le nom primitif de la commune de Beauvoir était Asteriacus (toponyme de type gallo-romain) en se basant sur le fait que la Revelatio ecclesiae sancti Michaelis in monte Tumba (rédigée par un chanoine du lieu, selon certains au début du 9e siècle, et selon d'autres peu après 850) affirme que le monastère du mont Saint-Michel était desservi par un prêtre de villa que dicitur nunc Asteriacus [2], « de la ville que l'on appelle aujourd'hui Asteriacus ». Cette assimilation est purement hypothétique, et uniquement motivée par le fait que la commune de Beauvoir est contiguë à celle du Mont-Saint-Michel : les connaissances actuelles ne permettent pas de localiser précisément Asteriacus. Ce ne peut non plus être Atré, hameau de Saint-James, qui n'a jamais possédé le statut de paroisse. Toujours est-il qu'Asteriacus devait être relativement proche du monastère, et sur le territoire de la Manche, puisque relevant de l'ancienne province ecclésiastique de Rouen, qui ne débordait pas sur l'actuelle Bretagne. Ce nom représente le type toponymique gallo-roman °ASTERIACU, formé avec le suffixe gallo-roman -(I)ACU ajouté à un nom de personne. Le premier élément est l'anthroponyme (nom de personne) gallo-romain Asterus ou Asterius [50], d'où le sens global de « domaine rural d'Aster(i)us » [51], [52].

Géographie

Histoire

Beauvoir fusionne avec Pontorson le 1er janvier 1973 (mise en application de l'arrêté de fusion-association du 19 décembre 1972), en même temps qu'Ardevon, Boucey, Cormeray, Curey, Moidrey et Les Pas. La commune reprend cependant son autonomie le 1er janvier 1989 (arrêté du 30 décembre 1988).

Démographie

Sous l'Ancien régime

Sous l'Ancien régime, le dénombrement des populations se fait généralement par feux, c'est-à-dire par foyers. Le nombre de personnes habitant sous un même toit variant beaucoup suivant celui d'ascendants et d'enfants [53], ces données sont donc relatives, mais donnent néanmoins une idée de l'évolution démographique.

Depuis la Révolution

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793.
À partir du 21e siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[54]. En 2016, la commune comptait 413 habitants.

           Évolution de la population depuis 1793  [modifier] (Sources : Cassini [55] et INSEE [56])
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
339 301 614 588 745 565 471 428 435 446
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
456 434 436 469 464 484 495 443 510 479
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
483 421 443 444 450 517 504 469 433 /
1982 1990 1999 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012
/ 426 427 422 419 419 419 423 426 420
2013 2014 2015 2016 - - - - - -
415 410 410 413
Notes : De 1962 à 1999 : Population sans doubles comptes. Depuis 2006 : Population municipale.
Sources :
Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[57] puis INSEE à partir de 2004.


Administration

Circonscriptions administratives avant la Révolution

Circonscriptions administratives depuis la Révolution


Les maires

Liste des maires
Période Identité Parti Qualité Observations
1790-1792 François Nicolle officier public
1792-1796 Rémy Bunouf
1796-1797 Jean Le Beurier
1797-1798 Rémy Bunouf
1798-1806 Michel Verdel
1806-1815 Pierre Besvel
1815-1831 Laurent Le Roy
1831-1831 Gabriel Galland d'avril à novembre
1831-1837 Charles Gentils
1837-1848 René-Pierre Gillot
1848-1849 Jean Besvel
1849-1865 Jean Délépine
1865-1866 Alexis Hantraye
1867-1888 Jacques Gaillard
1888-1891 Jules Le Roy
1891-1908 Louis Bedel
1908-1920 François Lochet
1920-1920 François Papail
1920-1925 Michel Petipas
1925-1944 Alexis Sanson
1944-1945 François Papail
1945-1983 Maurice Desfeux commerçant conseiller général (1967-1979), maire délégué de 1973 à 1983
1983-2008 Jean-Claude Lefrançois DVD maire délégué de 1983 à 1989
2008-2014 Bernard Héon agriculteur retraité
2014-actuel Alexis Sanson agriculteur
Sources : État civil de 1790 à 1892 - De 1892 à nos jours : 601 communes - Dictionnaire incontournable de notre patrimoine .
(....) : en exercice cette année-là.


Mairie

Horaires d'ouverture
Jours Matin Après-midi Coordonnées de la mairie (Pour envoyer un mail et signaler une erreur cliquez ici)
Lundi - -
La mairie (2011).

La mairie (2011).

Adresse : 2 rue Maurice Desfeux
50170 Beauvoir

Tél. 02 33 60 08 51
Fax : 02 33 60 53 76
Courriel : Contacter la mairie
Site internet : Pas de site officiel
Commentaire :
Source : Annuaire Service-Public (7 mars 2012)

Mardi 9 h - 12 h 30 -
Mercredi - -
Jeudi - 13 h 30 - 17 h 30
Vendredi - 13 h 30 - 17 h 30
Samedi - -


Religion

Circonscriptions ecclésiastiques avant la Révolution

Patronage

Circonscriptions ecclésiastiques actuelles

Le monument aux morts.

Lieux et monuments

Personnalités liées à la commune

Transports

Ligne Manéo

Notes et références

  1. Jean Adigard des Gautries & Fernand Lechanteur, « Les noms de communes de Normandie », in Annales de Normandie XII (décembre 1962), § 248.
  2. 2,0 2,1 2,2 2,3 2,4 et 2,5 François de Beaurepaire, Les noms de communes et anciennes paroisses de la Manche, Picard, Paris, 1986, p. 77.
  3. Léopold Delisle, Chronique de Robert de Torigni, abbé du Mont-Saint-Michel, A. Le Brument, Rouen, vol. II, 1873, p. 258, § 48.
  4. Léopold Delisle, op. cit., p. 315, § XLIII.
  5. Thomas Stapelton, Magni Rotuli Scaccariæ Normanniæ sub regibus Angliæ, Société des antiquaires de Londres, Londres, t. II, 1844, p. 291.
  6. Léopold Delisle, Le cartulaire normand de Philippe-Auguste, Louis VIII, saint Louis et Philippe le Hardi, Mémoire de la Société des Antiquaires de Normandie XVI (2e série, 6e vol.), Paris, 1852, p. 61b, § 383.
  7. Comptes du Diocèse d’Avranches, dressés en 1369/1370 et 1371/1372, in Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903, p. 142B.
  8. Pouillé du Diocèse d’Avranches, 1412, in Auguste Longnon, op. cit., p. 154B.
  9. Siméon Luce, Chronique du Mont-Saint-Michel (1343-1468), Firmin-Didot, Paris, t. I, 1879, p. 196, § LVI.
  10. Ibid., p. 316, § CXXV.
  11. Siméon Luce, op. cit., t. II, 1883, p. 114, § CCV.
  12. Pouillé du Diocèse d’Avranches, ~1480, in Auguste Longnon, op. cit., p. 166D.
  13. Ibid., p. 170A.
  14. Sébastien Cramoisy, Carte générale de toutes les costes de France tant de la mer Océane que Mediterranée, 1634 [BNF].
  15. Normandia Ducatus (carte du duché de Normandie), Atlas Van der Hagen, 1635.
  16. Jean Bigot sieur de Sommesnil, État des paroisses des élections de Normandie, 1612/1636 [BNF, ms. fr. 4620].
  17. « Benefices du dioceze d’Avranches », p. 4, in Pouillié general contenant les benefices de l’Archevesché de Rouen […], chez Gervais Alliot, Paris, 1648.
  18. Roles par généralités et élections des paroisses de France et de leur imposition aux tailles, 1677 [BNF, cinq cents Colbert, ms. 261 f° 229 à 275].
  19. Jean-Baptiste Nolin, Le duche et gouvernement de Normandie Divisé en Haute et Basse Normandie, en Divers Pays, et par Evechez, Paris, 1694 [BNF, IFN-7710251].
  20. P. Mortier / H. Jaillot, Le Duché et Gouvernement de Normandie divisée en Haute et Basse Normandie, Amsterdam, 1695.
  21. 21,0 et 21,1 Dénombrement des généralités de 1713 [BNF, ms. fr. 11385, f° 1 à 132].
  22. Guillaume de l'Isle, Carte de Normandie, Paris, 1716.
  23. Bernard Jaillot, Le Gouvernement général de Normandie divisée en ses trois généralitez, Paris, 1719.
  24. G. Mariette de la Pagerie, Carte topographique de la Normandie; feuille 3 : Fougères, Vire et Avranches, 1720 [BNF, fonds Cartes et Plans, cote Ge DD 2987 (1009, III) B].
  25. 25,0 et 25,1 Nouveau dénombrement du royaume par generalités, elections, paroisses et feux […], t. II, Impr. Pierre Prault, Paris, 1735, p. 62a.
  26. L. Brion de la Tour, Recueil des Côtes Maritimes de France, Desnos, Paris, 1757, carte n° 13.
  27. Robert de Vaugondy, Carte du gouvernement de Normandie, Paris, 1758.
  28. Robert de Vaugondy, Carte du gouvernement de Bretagne, Paris, 1768.
  29. Jean de Beaurain, Carte de la Manche ou du canal qui sépare les côtes de France d'avec celles d'Angleterre / par le Ch[evalie]r de Beaurain, 1778 [BNF, collection d'Anville, cote 00766 B].
  30. Louis Stanislas d'Arcy de la Rochette, « A chart of the islands of Jersey and Guernsey, Sark, Herm and Alderney; with the adjacent coast of France », 1781, reproduit dans General atlas, publ. par William Faden, London, 1811.
  31. Carte de Cassini.
  32. Site Cassini.
  33. Bulletin des lois de la République française, Imprimerie Nationale, Paris.
  34. Dictionnaire universel, géographique, statistique, historique et politique de la France, impr. Baudouin, libr. Laporte, vol. I (A-CNO), an XIII (1804), p. 247c.
  35. Louis Du Bois, Itinéraire descriptif, historique et monumental des cinq départements de la Normandie, Mancel, Caen, 1828, p. 389.
  36. Annuaire de la Manche (1829), Statistique de l'arrondissement d'Avranches, p. 124.
  37. J. G. Masselin, Dictionnaire universel de géographie physique, commerciale, historique et politique du Monde Ancien, du Moyen Age et des Temps Modernes comparées / Dictionnaire universel de géographie, t. I, Auguste Delalain, Paris, 1830, p. 128b.
  38. Dictionnaire géographique universel ou description de tous les lieux du globe sous le rapport de la géographie physique et politique, de l’histoire, de la statistique, du commerce, de l’industrie, etc., etc., Sociétés de Paris, Londres et Bruxelles pour les publications littéraires, Bruxelles, 1837, t. I, p. 294b.
  39. cartes d’État-Major (relevés de 1820 à 1866, mises à jour jusqu’à 1889; Basse-Normandie cartographiée entre 1835 et 1845).
  40. V. Lavasseur, Atlas National Illustré des 86 départements et des possessions de la France, A. Combette éditeur, Paris, 1854.
  41. Abbé Auguste Lecanu, Histoire du diocèse de Coutances et d'Avranches depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours; suivie des actes des saints et d'un tableau historique des paroisses du diocèse, impr. de Salettes, Coutances, t. II, 1878, p. 285.
  42. Adolphe Joanne, Géographie du département de la Manche, Hachette, Paris, 1880, p. 52b.
  43. E.-A. Pigeon, Carte du diocèse d’Avranches, A. Herluison, Orléans, 1884 [BNF, GED-1158].
  44. Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903.
  45. Nomenclature des hameaux, écarts et lieux-dits de la Manche, INSEE, 1954.
  46. Atlas de Normandie, Caen, 1962.
  47. Anne Vallez, Pierre Gouhier, Jean-Marie Vallez, Atlas Historique de Normandie II (économie, institutions, comportements), Université de Caen, Caen, 1972.
  48. Annuaire officiel des abonnés au téléphone.
  49. Carte IGN au 1 : 25 000.
  50. Marie-Thérèse Morlet, Les noms de personnes sur le territoire de l’ancienne Gaule du VIe au XIIe siècle, Paris, CNRS, t. II (les noms latins ou transmis par le latin), 1972, p. 22a/b.
  51. Asterius est un nom gallo-romain, dérivé en -ius à valeur patronymique d'Asterus, ou directement formé, comme ce dernier, sur le mot aster « étoile », emprunté au grec ἀστήρ (astér) < indo-européen °(ə)ster- « étoile »; cf. anglais star, latin stella < °stēr-lā-, etc.
  52. Atré à Saint-James ainsi qu'Attray dans le Loiret reposent sur le même étymon, ou sur °ASTERACU, dérivé d'Asterus.
  53. Une moyenne de 5 à 6 personnes semble cependant le chiffre le plus vraisemblable.
  54. Au début du 21e siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  55. Population avant le recensement de 1962.
  56. INSEE : Population depuis le recensement de 1962.
  57. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.