Église Saint-Michel (Beauvoir)

De Wikimanche

L'église de Beauvoir

L'église Saint-Michel est un édifice catholique de la Manche, situé à Beauvoir.

Histoire

En 1846, dans son Avranchin monumental et historique, Édouard Le Héricher écrit : « L'église de Beauvoir n'a de remarquable que sa position : c'est, pour le spectateur, un point de vue admirable, placé au sommet d'un triangle immense dont le rivage de Bretagne et celui de Normandie forment les côtés gigantesques, et dont la base est la ligne de la mer et de l'horizon, vaste plaine d'onde et de sable dans laquelle trône le Mont-Saint-Michel. La tour de cette église fut bâtie en 1771, en même temps que celle des Pas, qui se termina en dôme ; mais celle de Beauvoir, exposée à la violence des vents, reçut la forme plus solide du coin de nos églises rustiques. Il reste de l'ancienne église deux fragments de pignons, la tête d'une croix dont le fût est enfoncé dans une base creusée, semblable à un bénitier, et les deux contreforts du milieu. Le chœur a été refait en 1760 : il se pourtourne en abside. Un porche entre la nef et le chœur a été détruit. Il n'y a dans toute cette église d'intéressant qu'une fenêtre, espèce d'accolade trilobée, transition entre le trèfle du XVe siècle et l'accolade du XVIe. Sur la corniche du chœur sont insculptées des coquilles et des conques qui rappellent les unes les armes du Mont, auquel appartenait Saint-Michel-de-Beauvoir, les autres ces cornes d'animal ou ces cors en terre cuite avec lesquels cornaient les pèlerins, et dont parle G. de Saint-Pair dans sa peinture des pèlerinages. Le tableau du retable est l'œuvre d'un artiste, Lavente, dont les toiles se retrouvent surtout dans le diocèse de Coutances : c'est l'archange terrassant le dragon. »[1].

Mobilier

L'église de Beauvoir abrite du mobilier classé monument historique au titre d'objet :

  • deux autels secondaires et leurs retables du18e siècle[2]
  • deux reliquaires et le maître-autel, son tabernacle, son retable et sa toile de saint Michel terrassant le démon, des statues de sainte Apolline et de saint Aubert, les portes de la sacristie, et deux reliquaires, le tout datant du du18e siècle. La peinture de saint Michel, signée La Venti (peintre de Vire) est inspirée d'une toile de Guido Reni, dit Le Guidi [3].

Notes et références

  1. Édouard Le Héricher, « Commune de Beauvoir », Avranchin monumental et historique, vol.2, imprim. Tostain, Avranches,1846, p.163-169.
  2. Notice n°PM50000847, base Palissy (mobilier), médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine, ministère de la Culture.
  3. Notice n°PM50000848, base Palissy (mobilier), médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine, ministère de la Culture.

Liens internes

Liens externes