Huisnes-sur-Mer

De Wikimanche

Huisnes-sur-Mer est une commune du département de la Manche.

  • Prononciation standard. — API : [ɥin]; transcription francisée : ui-ne.


Commune d'Huisnes-sur-Mer Coordonnées géographiques de la mairie Logo-Mairie.png
48° 36' 31.34" N, 1° 27' 7.11" W (OSM)
Arrondissement Avranches
Chargement de la carte...
Canton Pontorson
Ancien canton Pontorson
Intercommunalité CA Mont-Saint-Michel-Normandie
Gentilé Huisnais(es)
Population 191 hab. (2016)
Superficie 6,75 km²
Densité 28 hab./km2
Altitude 6 m (mini) - 38 m (maxi)
Code postal 50170
N° INSEE 50253
Maire Yann Rabasté
Communes limitrophes d'Huisnes-sur-Mer
Mer de la Manche Mer de la Manche, Courtils Courtils
Pontorson Huisnes-sur-Mer Servon
Pontorson Pontorson, Tanis Tanis

Cimetière militaire allemand au Mont d'Huisnes.
Cimetière militaire allemand au Mont d'Huisnes.



Toponymie

Attestations anciennes

Étymologie

Huisnes-sur-Mer et environs,
carte de G. Mariette de la Pagerie, 1720.

Malgré l'homonymie avec le nom de l'Huisne, rivière de l'Orne, les formes anciennes de ce dernier (Idonia, Idona, Idonea 9e s., Odona 927, 954, Idoneum 940/960) excluent tout rapport avec celui de la commune de la Manche.

Le toponyme n'est pas mentionné par Albert Dauzat [64], ce qui semble simplement représenter un oubli, car cet auteur n'hésite généralement pas à stigmatiser d'un laconique « origine obscure » les noms pour lesquels il n'a pas trouvé d'explication.

Le premier spécialiste à en avoir proposé un interprétation paraît être François de Beaurepaire, qui a vu dans ce nom une formation gauloise °uxinas, variante d'un plus fréquent °uximas, au sens de « hauteurs » ou, de manière figurée, de « divinités » [1]. Cette analyse, restreinte au sens de « hauteur », fut par la suite reprise, quoiqu'un peu dubitativement, par René Lepelley [65]. Il est à noter cependant que, plutôt qu’ °uximas, on admet généralement aujourd'hui la forme féminine °ux(s)ama(s) / °ux(s)isama(s) < °uxs-sama(s) / °ux(s)i-sama(s) « très haute(s) » ou simplement « hauteur(s) » [66], à l’origine entre autres des noms d’Exmes (Orne), Huismes (Indre-et-Loire), Humes (Haute-Marne), etc. [67].

Dans cette hypothèse, plutôt qu'une simple variante d' °ux(s)amas, l'étymon d’Huisnes représenterait une formation gauloise °ux(s)-ĭn-as, grâce à un suffixe atone -ĭn- qui n'a cependant pas de valeur superlative. D'ailleurs, la butte sur laquelle est située Huisne-sur-Mer atteint péniblement les 37 mètres au-dessus du niveau de la mer, ce qui représente certes une élévation notable, mais qui ne mérite guère d'être qualifiée de « très haute ». L'emploi du pluriel s'explique sans doute par l'existence d'une seconde butte, inférieure de quelques mètres à la première, et sur laquelle a été construit le mausolée du Mont d'Huisnes.

Le déterminant -sur-Mer fut adopté pour cette commune en 1939, pour des raisons principalement touristiques.

Notons par ailleurs qu'Ernest Nègre a proposé une analyse radicalement différente pour ce toponyme, qu'il explique par le nom de personne germanique Hupikin « traité comme °Hu(b)iz(i)n + -as “(terres) de Hupikin” » [68]. Cette étymologie compliquée à souhait, nécessitant de nombreux de tours de passe-passe phonétiques dont le bon abbé était friand, ne semble pas du tout convaincante.
Remarques sur la graphie
  • D'une part, l'amuïssement de [s] devant consonne sonore étant achevé dans les dialectes d'oïl dès la fin du 11e siècle, la chute graphique de s interne apparaît dans les formes anciennes dès le siècle suivant (Winnes, Vuinnes), et se maintient dans diverses variantes (Huynes, Uynes, Huines) jusqu'au 19e siècle. On constatera qu'une fois de plus, c'est la graphie archaïsante et sans rapport avec la prononciation réelle du toponyme, Huisnes, qui a fini par se fixer.
  • On notera d'autre part, aux 17e et 18e siècles, l'apparition d'une cascade de cacographies résultant d'une mauvaise lecture des lettres u, i et n ainsi que -e ou -s finals : d'où la série de formes aberrantes Yre, Yues, Yue, Yuc, Iuner, dont il ne faut évidemment pas tenir compte dans l'analyse.

Géographie

Huisnes-sur-Mer est une commune située dans la baie du Mont-Saint-Michel.

Histoire

Démographie

Sous l'Ancien régime

Sous l'Ancien régime, le dénombrement des populations se fait généralement par feux, c'est-à-dire par foyers. Le nombre de personnes habitant sous un même toit variant beaucoup suivant celui d'ascendants et d'enfants [69], ces données sont donc relatives, mais donnent néanmoins une idée de l'évolution démographique.

Depuis la Révolution

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793.
À partir du 21e siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[71]. En 2016, la commune comptait 191 habitants.

           Évolution de la population depuis 1793  [modifier] (Sources : Cassini [72] et INSEE [73])
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
408 428 359 478 452 450 478 478 519 474
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
419 404 361 337 359 344 334 336 307 300
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
312 282 294 264 277 261 270 269 274 218
1982 1990 1999 2004 2006 2007 2008 2009 2010 2011
187 163 153 169 168 179 190 201 208 214
2012 2013 2014 2015 2016 - - - - -
206 198 190 189 191
Notes : De 1962 à 1999 : Population sans doubles comptes. Depuis 2006 : Population municipale.
Sources :
Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[74] puis INSEE à partir de 2004.


Administration

Circonscriptions administratives avant la Révolution

Circonscriptions administratives depuis la Révolution

Les maires

Liste des maires
Période Identité Parti Qualité Observations
.......-....... Guillaume Poirier . 1794
1795-1800 Alexis Frênel .
1800-1801 François Marie Le Brun .
1801-1805 François Poirier .
1805-1813 Jean Baptiste Blandin .
1813-1815 Alexis Fresnel Beunerie .
1815-1821 Pierre Desplanches .
1822-1848 Alexis Fresnel Beunerie .
1848-1869 Pierre Abraham . décédé en exercice le 14 mars 1869
1869-1884 Michel Provost .
1884-1896 Lucien Leroy .
1896-1908 François Fresnel .
1908-1935 François Boutrouelle .
1935-1947 Louis Rabel .
1947-1959 Prosper Cosson .
1959-1975 Yves Aubry .
1975-1994 Louis Touquet
1995-2009 André Guyon DVD retraité, gérant d'entreprise
2009-2014 Émile Leroy
2014-actuel Yann Rabasté technicien
Sources : État civil de 1790 à 1892 - De 1892 à nos jours : 601 communes et lieux de vie de la Manche.
Toutes les données ne sont pas encore connues.


Mairie

Horaires d'ouverture
Jours Matin Après-midi Coordonnées de la mairie (Pour envoyer un mail et signaler une erreur cliquez ici)
Lundi - -
La mairie.

La mairie.

Adresse : 4 Place Saint-Michel
50170 Huisnes-sur-Mer

Tél. 02 33 48 89 60
Fax : 02 33 48 45 98
Courriel : Contacter la mairie
Site internet : Officiel
Commentaire :
Source : Site web de la commune (23 mars 2012)

Mardi - -
Mercredi 10 h - 12 h 14 h - 16 h 30
Jeudi - -
Vendredi - 14 h - 16 h 30
Samedi - -


Religion

L'église Saint-Pierre.

Circonscriptions ecclésiastiques avant la Révolution

Patronage

Circonscriptions ecclésiastiques actuelles

Lieux et monuments

Le monument aux morts.

Personnalités liées à la commune

Naissances

Économie

  • Ferme du Temple : légumes de saison, pain.
  • Les Vergers de la Retenue de la Cuve : plantes aromatiques, légumes, cidre, poiré, confitures.
  • Alain Rigot : cheminées, maçonnerie.
  • Boursin Frères : ébénisterie.
  • Sarteco : chaudronnerie industrielle.

Commerces

  • Restaurant : La Casserole de la Baie (site).

Associations

  • Comité des fêtes : animations diverses

Notes et références

  1. 1,0 1,1 et 1,2 François de Beaurepaire, Les noms de communes et anciennes paroisses de la Manche, Picard, Paris, 1986, p. 140.
  2. Léopold Delisle, Chronique de Robert de Torigni, abbé du Mont-Saint-Michel, A. Le Brument, Rouen; vol. II, 1873, p. 299, § XXXIII.
  3. Ibid., p. 315, § XLIII.
  4. Léopold Delisle, Le cartulaire normand de Philippe-Auguste, Louis VIII, saint Louis et Philippe le Hardi, Mémoire de la Société des Antiquaires de Normandie XVI (2e série, 6e vol.), Paris, 1852, p. 61b, § 383.
  5. Comptes du Diocèse d’Avranches, dressés en 1369/1370 et 1371/1372, in Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903, p. 142B, 149B.
  6. Léopold Delisle, Le cartulaire…, p. 67b, § 415, n. 1.
  7. Pouillé du Diocèse d’Avranches, 1412, in Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903, p. 153E.
  8. Siméon Luce, Chronique du Mont-Saint-Michel (1343-1468), Firmin-Didot, Paris, t. I, 1879, p. 196, § LVI.
  9. Ibid., p. 316, § CXXV.
  10. Siméon Luce, op. cit., t. II, 1883, p. 80, § CLXXXIV.
  11. Ibid., p. 114, § CCV.
  12. Sébastien Cramoisy, Carte générale de toutes les costes de France tant de la mer Océane que Mediterranée, 1634 [BnF].
  13. Christophe Tassin, « Carte de Normandie », in Les cartes generales de toutes les provinces de France reveües, corrigées & augmentées par le S[ieu]r Tassin geographe ordinaire de sa magesté [sic], Par privilege du roy, Paris (?), 1634. — D’après Pierre Bertius et Jodocus Hondius I; graveur Cornelis Danckerts [BnF].
  14. Jean Bigot sieur de Sommesnil, État des paroisses des élections de Normandie, 1612/1636 [BnF, ms. fr. 4620].
  15. « Benefices du dioceze d’Avranches », p. 4, in Pouillié general contenant les benefices de l’Archevesché de Rouen […], chez Gervais Alliot, Paris, 1648.
  16. Christophe Tassin, géographe de sa majesté, Carte generalle de haulte et basse Normandie, Paris, N. Berey, 1653 [BnF, cote GE DD-5599 (II 6)]; rééd. Jaillot, Paris, 1706.
  17. Guillaume Le Vasseur, Carte générale de Normandie par Guillaume Le Vasseur, Sr de Beauplan, ingénieur ordinaire du roy, 1667 [BnF]
  18. Roles par généralités et élections des paroisses de France et de leur imposition aux tailles, 1677 [BnF, cinq cents Colbert, ms. 261 f° 229 à 275].
  19. Jean-Baptiste Nolin, Le duche et gouvernement de Normandie Divisé en Haute et Basse Normandie, en Divers Pays, et par Evechez, Paris, 1694 [BnF, IFN-7710251].
  20. P. Mortier / H. Jaillot, Le Duché et Gouvernement de Normandie divisée en Haute et Basse Normandie, Amsterdam, 1695.
  21. Gerard Valk, Normannia Ducatus, tum Superior ad Ortum, tum Inferior ad Occasum, Praefectura Generalis […] Anglici Caesarea sive Jarsey…, Amsterdam, ~1700.
  22. Alexis-Hubert Jaillot (1632?-1712), La Bretagne divisée en ses neuf Eveschés […], aux Deux globes, Paris, 1706 [BnF, collection d'Anville, cote 00728 B].
  23. 23,0 et 23,1 Dénombrement du Royaume par Generalitez, Elections, Paroisses et Feux, t. II, Saugrain, Paris, 1709, p. 63b.
  24. Nicolas de Fer, géographe de Sa Majesté Catolique et de Monseigneur le Dauphin, Le gouvernement général de Normandie, Divisé en Haute et Basse, 1710 [BnF].
  25. 25,0 et 25,1 Dénombrement des généralités de 1713 [BnF, ms. fr. 11385, f° 1 à 132].
  26. Guillaume de l'Isle, Carte de Normandie, Paris, 1716.
  27. Bernard Jaillot, Le Gouvernement général de Normandie divisée en ses trois généralitez, Paris, 1719.
  28. G. Mariette de la Pagerie, Carte topographique de la Normandie; feuille 3 : Fougères, Vire et Avranches, 1720 [BnF, fonds Cartes et Plans, cote Ge DD 2987 (1009, III) B].
  29. 29,0 et 29,1 Nouveau dénombrement du royaume par generalités, elections, paroisses et feux […], t. II, Impr. Pierre Prault, Paris, 1735, p. 62a.
  30. Gilles Robert de Vaugondy (1688-1766), Gouvernement Generale de Normandie divise en ses sept Bailliages de Coutances, Caen, Caux, Rouen, Evreux, Gisors, et Alencon, Par le Sr. Robert Geographe ordinaire du Roy, 1751. Avec Privilege. Supplement pour les Isles Grenezey et Jersey, appartenantes aux Anglois, Boudet, Paris, 1751.
  31. G. Albrizzi, Carta geografica del governo della Normandia, Venise, 1740/1754.
  32. L. Brion de la Tour, Recueil des Côtes Maritimes de France, Desnos, Paris, 1757, carte n° 13.
  33. Robert de Vaugondy, Carte du gouvernement de Normandie, Paris, 1758.
  34. Gallia christiana, t. XI, Imprimerie Royale, Paris, 1759, p. 513D.
  35. 35,0 et 35,1 Abbé Expilly, Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules et de la France, Amsterdam, t. III, 1764, p. 786b.
  36. Robert de Vaugondy, Carte du gouvernement de Bretagne, Paris, 1768.
  37. Rigobert Bonne, Carte du Gouvernement de Normandie avec celui du Maine et Perche, 1771, recueillie in Jean Lattre, Atlas Moderne ou Collection de Cartes sur Toutes les Parties du Globe Terrestre, ~1775.
  38. P. Santini, Gouvernement de Normandie avec celui du Maine et Perche, Remondini, Venise, 1777.
  39. Jean de Beaurain, Carte de la Manche ou du canal qui sépare les côtes de France d'avec celles d'Angleterre / par le Ch[evalie]r de Beaurain, 1778 [BnF, collection d'Anville, cote 00766 B].
  40. Louis Stanislas d'Arcy de la Rochette, « A chart of the islands of Jersey and Guernsey, Sark, Herm and Alderney; with the adjacent coast of France », 1781, reproduit dans General atlas, publ. par William Faden, London, 1811.
  41. Carte de Cassini.
  42. Site Cassini.
  43. 43,0 et 43,1 Bulletin des lois de la République française, Imprimerie Nationale, Paris.
  44. A. F. Lecousturier l’aîné et F. Chaudouet, Dictionnaire géographique des postes aux lettres de tous les départemens de la République française, Valade, Paris, an IX (1802), t. II, p. 35b.
  45. Dictionnaire universel, géographique, statistique, historique et politique de la France, impr. Baudouin, libr. Laporte, vol. II (COA-H), an XIII (1804), p. 724c.
  46. Ibid., p. 731a
  47. Cadastre napoléonien, Archives départementales de la Manche.
  48. Louis Du Bois, Itinéraire descriptif, historique et monumental des cinq départements de la Normandie, Mancel, Caen, 1828, p. 482.
  49. Annuaire de la Manche (1829), Statistique de l'arrondissement d'Avranches, p. 124.
  50. J. G. Masselin, Dictionnaire universel de géographie physique, commerciale, historique et politique du Monde Ancien, du Moyen Age et des Temps Modernes comparées / Dictionnaire universel de géographie, t. I, Auguste Delalain, Paris, 1830, p. 631b.
  51. Dictionnaire géographique universel ou description de tous les lieux du globe sous le rapport de la géographie physique et politique, de l’histoire, de la statistique, du commerce, de l’industrie, etc., etc., Sociétés de Paris, Londres et Bruxelles pour les publications littéraires, Bruxelles, 1837, t. I, p. 874a.
  52. Cartes d’État-Major (relevés de 1820 à 1866, mises à jour jusqu’à 1889; Basse-Normandie cartographiée entre 1835 et 1845).
  53. V. Lavasseur, Atlas National Illustré des 86 départements et des possessions de la France, A. Combette éditeur, Paris, 1854.
  54. Léopold Delisle, Chronique de Robert de Torigni…, t. II, p. 415a.
  55. Abbé Auguste Lecanu, Histoire du diocèse de Coutances et d'Avranches depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours; suivie des actes des saints et d'un tableau historique des paroisses du diocèse, impr. de Salettes, Coutances, t. II, 1878, p. 286.
  56. Adolphe Joanne, Géographie du département de la Manche, Hachette, Paris, 1880, p. 62a.
  57. E.-A. Pigeon, Carte du diocèse d’Avranches, A. Herluison, Orléans, 1884 [BnF, GED-1158].
  58. Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903.
  59. Nomenclature des hameaux, écarts et lieux-dits de la Manche, INSEE, 1954.
  60. Atlas de Normandie, Caen, 1962.
  61. Anne Vallez, Pierre Gouhier, Jean-Marie Vallez, Atlas Historique de Normandie II (économie, institutions, comportements), Université de Caen, Caen, 1972.
  62. Annuaire officiel des abonnés au téléphone.
  63. Carte IGN au 1 : 25 000.
  64. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Larousse, Paris, 1963 (rééd. Guénégaud, avec supplément de Charles Rostaing).
  65. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Caen, Presses Universitaires de Caen / Condé-sur-Noireau, Éditions Charles Corlet, 1993, p. 151a.
  66. Il s'agit de la forme féminine du gaulois ux(s)amo- < °uxs-samo- « très haut, le plus haut », superlatif reposant sur un radical ux(s)- « haut », qui procède lui-même de l'indo-européen °(o)ups-, de même sens.
  67. Xavier Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise, Errance, Paris, éd. 2003, p. 329; Xavier Delamarre, Noms de lieux celtiques de l'Europe ancienne (-500 / +500), Errance, Paris, 2012, p. 220a.
  68. Ernest Nègre, Toponymie Générale de la France, Droz, Genève, t. II, 1991, p. 877, § 15441.
  69. Une moyenne de 5 à 6 personnes semble cependant le chiffre le plus vraisemblable.
  70. Chiffre donné pour mémoire; en effet, le Dictionnaire géographique de l'abbé Expilly ne fait que reprendre, pour la démographie, les données du Nouveau dénombrement du royaume de 1735.
  71. Au début du 21e siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  72. Population avant le recensement de 1962.
  73. INSEE : Population depuis le recensement de 1962.
  74. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.

Lien externe