Carolles

De Wikimanche

Carolles est une commune du département de la Manche.

Carolles.png Blason de la commune de Carolles Coordonnées géographiques de la mairie Logo-Mairie.png
48° 45' 0.51" N, 1° 33' 26.90" W (OSM)
Arrondissement Avranches
Chargement de la carte...
Canton Avranches
Ancien canton Sartilly
Intercommunalité CC de Granville, terre et mer
Gentilé Carollais(es)
Population 754 hab. (2015)
Superficie 3,85 km²
Densité 196 hab./km2
Altitude 0 m (mini)
Code postal 50740
N° INSEE 50102
Maire Jean-Marie Sevin
Communes limitrophes de Carolles
Mer de la Manche Jullouville Jullouville
Mer de la Manche Carolles Jullouville, Champeaux
Mer de la Manche Mer de la Manche Champeaux

La plage de Carolles au début du XXe siècle.
La plage de Carolles au début du XXe siècle.


Toponymie

Attestations anciennes

Étymologie

L'origine de ce toponyme ne fait pas l'unanimité parmi les spécialistes.

  • Albert Dauzat [30] a proposé une formation gallo-romaine en -olla sur le radical pré-indo-européen °kar- « pierre, rocher », soit (implicitement) « le lieu pierreux, rocheux », ce qui convient parfaitement au site de Carolles.
  • Adigard des Gautries et Lechanteur [31] ne rejettent pas cette hypothèse qu'ils considèrent comme plausible, mais envisagent également une explication par le latin quadrum au sens de « motte » (avec, implicitement, le suffixe gallo-roman -OLLA).
  • Marie-Thérèse Morlet [32] opte résolument pour le latin quadra « bloc de pierre ». Elle est suivie en cela par François de Beaurepaire [1], qui explicite l'étymon sous la forme °QUADROLAS, « lieu où il y a des pierres ».
  • Ernest Nègre [33] change de cap, et propose l'ancien français carole « assemblée de colonnes placées en cercle », allusion hypothétique aux « saillants en dents de scie de la falaise à pic qui est au pied du village ».

Étant donné que la commune est située légèrement au sud de la ligne Joret, plusieurs auteurs se sont rabattus sur un étymon en qu-, °QUADROLAS, pour expliquer l'initiale en [k-], étant donné que le traitement phonétique de [ka-] y aboutirait théoriquement à [ʃ-], ch-. Cependant, un traitement normano-picard paraît tout à fait possible à cette latitude, l'isoglosse en question n'étant finalement qu'une limite statistique et non pas un mur infranchissable (voir à ce propos la discussion du problème à l'article Carnet). On notera d'ailleurs que parmi les formes anciennes du nom de la commune contiguë (et légèrement plus au sud) de Champeaux figurent par exemple Campels (1071/1085) et Campeaus (1172), attestant formellement ce traitement normano-picard dans cette zone.

La solution d'Ernest Nègre est également inspirée de cette préoccupation phonétique : le mot carole, qui a d'abord signifié « danse en rond », puis « assemblée, réunion », et enfin « cercle de colonnes » est issu d'un dérivé gallo-roman du latin chorus « chœur » : cet étymon n'a donc pas d'initiale gênante en ca-. Cependant, cette explication semble plutôt tirée par les cheveux, d'autant que l'on a affaire à un nom au pluriel : il y aurait plusieurs cercles de colonnes ?

Un argument (qui semble avoir été négligé) contredit formellement ces deux hypothèses : on a par deux fois la trace de formes en ch- : Charoles (1223), Charolles (1548), attestations révélant une fluctuation (normale près de la ligne Joret) entre traitement normano-picard et traitement français. Or ces formes sont totalement incompatibles avec °QUADROLAS ou carole, qui ne peuvent avoir de telles variantes.

Il semble bien que l'hypothèse de Dauzat, reprise par Adigard des Gautries et Lechanteur, soit la seule à pourvoir expliquer ces variations. Nous la préférerons donc.

Géographie

La commune regroupe deux entités géographiques distinctes bien que peu éloignées : Carolles-plage, sur le littoral comme son nom l'indique, est contiguë à Édenville (Jullouville) ; Carolles-bourg ou Carolles-église se trouve sur le plateau formé par les falaises de Carolles, annonciatrices des falaises de Champeaux.

Histoire

Le village de Carolles est longtemps resté un village de pêcheurs.

Carolles fusionne avec Bouillon, Saint-Michel-des-Loups et Saint-Pair-sur-Mer le 1er janvier 1973 (mise en application de l'arrêté du 25 octobre 1972). La nouvelle commune prend le nom de Jullouville. Saint-Pair-sur-Mer puis Carolles reprennent leur autonomie respectivement le 1er janvier 1978 (arrêté du 20 décembre 1977) et le 1er janvier 2000 (arrêté du 27 décembre 1999).

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793.
À partir du 21e siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[34]. En 2015, la commune comptait 754 habitants.

           Évolution de la population depuis 1793  [modifier] (Sources : Cassini [35] et INSEE [36])
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
637 618 622 560 528 523 552 503 532 445
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
464 452 423 397 430 448 450 503 468 518
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 2005
535 491 532 585 628 714 675 651 653 711
2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015
711 719 742 765 788 794 804 788 771 754
2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020 2021 2022
Notes : De 1962 à 1999 : Population sans doubles comptes. Depuis 2006 : Population municipale.
Sources :
Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[37] puis INSEE à partir de 2004.



Administration

Circonscriptions administratives avant la Révolution

Circonscriptions administratives depuis la Révolution

Les maires

Liste des maires
Période Identité Parti Qualité Observations
.......-....... Georges Desroches 1792
.......-....... .
1795-1799 Michel Gallien
1800-1802 Guillaume Lemarechal
1802-1813 Louis Tapin
1813-1818 Nicolas Taupin
1818-1828 Jean Desroches
1828-1837 Nicolas Taupin
1837-1840 Pierre-François Carbonnet
1840-1855 Georges Desroches
1855-1860 Louis-Charles Pottier
1860-1868 Georges Desroches
1868-1881 Martial Geffroy
1881-1900 Jules Coupard
1900-1914 Alexandre Desroches
1914-1921 Julien Mancel
1921-1937 Alexandre Desroches
1937-1944 Henri Lottin
1944-1946 Jacques Normand par délégation spéciale
1946-1954 Jacques Normand
1954-1958 Georges Creux
1958-1963 Alfred Clef
1963-1965 Émile Arondel
1965-1971 René Perchet haut fonctionnaire
1972-1977 Robert Lambert
1977-1978 Pierre Lamote
1978-1983 Thomas Daël
1983-1984 Roger Krakowski
1984-1989 Albert Bénit
1989-1995 Michel Ourbak
2000-2001 François Simon
2001-2014 René Bagot cadre comptable
2014-actuel Jean-Marie Sévin SE directeur de société retraité
Sources : État civil de 1790 à 1892 - De 1892 à 1964 : 601 communes et lieux de vie de la Manche.
Toutes les données ne sont pas encore connues.



Mairie

Horaires d'ouverture
Jours Matin Après-midi Coordonnées de la mairie (Pour signaler une erreur cliquez ici)
Lundi - 14 h - 17 h 30
La mairie (2013).

La mairie (2013).

Adresse : 2, place de la Mairie
50740 Carolles

Tél. 02 33 61 86 75
Fax : 02 33 61 07 88

Courriel : Contacter la mairie

Site internet : Officiel

Commentaire :

Source : Site web de la commune (1 mai 2012)

Mardi 8 h 30 - 12 h 30 14 h - 17 h 30
Mercredi 9 h - 12 h -
Jeudi 8 h 30 - 12 h 30 -
Vendredi 8 h 30 - 12 h 30 14 h - 17 h 30
Samedi - -



Religion

Circonscriptions ecclésiastiques avant la Révolution

Patronage

  • Dédicace de l'église paroissiale : Saint-Vigor.
  • Patron (présentation) : patron laïc, le seigneur du lieu.
  • Fête patronale : ?

Circonscriptions ecclésiastiques actuelles

Lieux et monuments

Cabane Vauban. Flamme postale, 1997.
Vallée du Lude.
La plage.

Personnalités liées à la commune

Naissances

Décès

Autres

Économie

  • Carrière de granite bleu
  • Station balnéaire

Transports

Ligne Manéo

Sports

Culture

  • Week-end du vent, créé en 2003, sur la plage et les falaises, en septembre.
  • Festival Baie-D / Estival BD, en juillet (5e édition en 2013).
  • Moments musicaux, festival de musique classique (en août).

Bibliographie

  • Marius Dujardin, Carolles, station balnéaire et touristique, son histoire et ses sites, éd. La Chaumine, 1957
  • Jacques Simon, Carolles, Manche, éd. Corlet, 1990
  • Yves Murie, Histoire(s) de Carolles, éd. Rivages de France, 2016
  • Michel Carrasco, « Le colombier du Hamelet à Carolles », Revue de l'Avranchin, t.95, 2018, fasc. 454, p.55-62

Notes et références

  1. 1,0, 1,1, 1,2, 1,3, 1,4 et 1,5 François de Beaurepaire, Les noms de communes et anciennes paroisses de la Manche, Picard, Paris, 1986, p. 92-93.
  2. Jean Adigard des Gautries & Fernand Lechanteur, « Les noms de communes de Normandie », in Annales de Normandie XVI (juin 1966), § 584, donnent pour la même date la forme Caroles.
  3. Comptes du Diocèse d’Avranches, dressés en 1369/1370 et 1371/1372, in Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903, p. 142D, 149D.
  4. Pouillé du Diocèse d’Avranches, 1412, in Auguste Longnon, op. cit., p. 154D.
  5. François Des Rues, Description contenant les antiquitez, fondations et singularitez des plus célèbres villes, chasteaux et places remarquables du royaume de France : avec les choses plus mémorables advenues en iceluy, Coutances, 1608, p. 389.
  6. Jean Bigot sieur de Sommesnil, État des paroisses des élections de Normandie, 1612/1636 [BNF, ms. fr. 4620].
  7. Roles par généralités et élections des paroisses de France et de leur imposition aux tailles, 1677 [BNF, cinq cents Colbert, ms. 261 f° 229 à 275].
  8. G. Mariette de La Pagerie, cartographe, Unelli, seu Veneli. Diocese de Coutances, divisé en ses quatre archidiaconés, et vint-deux doiennés ruraux avec les Isles de Iersay, Grenesey, Cers, Herms, Aurigny etc., chez N. Langlois, Paris, 1689 [BNF, Collection d'Anville, cote 00261 I-IV].
  9. Jean-Baptiste Nolin, Le duche et gouvernement de Normandie Divisé en Haute et Basse Normandie, en Divers Pays, et par Evechez, Paris, 1694 [BNF, IFN-7710251].
  10. Carte de la Manche, 18e s. [BNF, Collection d'Anville, cote 00761 B].
  11. Dénombrement des généralités de 1713 [BNF, ms. fr. 11385, f° 1 à 132].
  12. Guillaume de l'Isle, Carte de Normandie, Paris, 1716.
  13. Nouvelle carte réduite de la Manche, Chez Mr Bellin, Paris, 1749 [BNF, Collection d'Anville, cote 00762 B].
  14. G. Robert de Vaugondy, Carte du gouvernement de Normandie, Paris, 1758.
  15. Louis Stanislas d'Arcy de la Rochette, « A chart of the islands of Jersey and Guernsey, Sark, Herm and Alderney; with the adjacent coast of France », 1781, reproduit dans General atlas, publ. par William Faden, London, 1811.
  16. Carte de Cassini.
  17. Site Cassini.
  18. Bulletin des lois de la République française, Imprimerie Nationale, Paris, 1801-1870.
  19. Dictionnaire universel, géographique, statistique, historique et politique de la France, impr. Baudouin, libr. Laporte, vol. I (A-CNO), an XIII (1804), p. 549b.
  20. Louis Du Bois, Itinéraire descriptif, historique et monumental des cinq départements de la Normandie, Mancel, Caen, 1828, p. 413.
  21. Annuaire de la Manche (1829), Statistique de l'arrondissement d'Avranches, p. 126.
  22. Eusèbe Girault Saint-Fargeau, Guide pittoresque du voyageur en France, 1838.
  23. V. Lavasseur, Atlas National Illustré des 86 départements et des possessions de la France, A. Combette éditeur, Paris, 1854.
  24. Carte de la Manche, in Adolphe Joanne, Géographie du département de la Manche, Hachette, Paris, 1889.
  25. Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903.
  26. Atlas de Normandie, Caen, 1962.
  27. Anne Vallez, Pierre Gouhier, Jean-Marie Vallez, Atlas Historique de Normandie II (économie, institutions, comportements), Université de Caen, Caen, 1972.
  28. Annuaire officiel des abonnés au téléphone.
  29. Carte IGN au 1 : 25 000.
  30. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Larousse, Paris, 1963, p. 149b.
  31. Jean Adigard des Gautries & Fernand Lechanteur, art. cit., loc. cit.
  32. Albert Dauzat et Charles Rostaing, op. cit.., réédition Guénégaud, s.d., Supplément, p. Vb.
  33. Ernest Nègre, Toponymie Générale de la France, Droz, Genève, t. II, 1991, p. 1135, § 21252.
  34. Au début du 21e siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  35. Population avant le recensement de 1962.
  36. INSEE : Population depuis le recensement de 1962.
  37. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.

Lien interne