Grottes des Mines d'or

De Wikimanche

La Grande grotte.

Les Grottes des Mines d'or sont des cavités naturelles marines de la Manche situées à Carolles.

Elles sont situées au pied du Pignon Butor. Une légende assure qu'elles mènent à l'église de Carolles, voire à Tombelaine ou au Mont-Saint-Michel.

Il existe une grotte principale, mesurant 20 mètres de long, et une grotte plus petite, qui s'ouvre à quelques mètres de l'autre, plus au nord, certes plus large mais moins profonde, et moins stable.

Histoire

En 1611, dans Description contenant toutes les singularitez des plus celebres villes et places remarquables du royaume de France..., François Des Rues écrit, page 214 : « ...l'on découvre maintenant des mines propres pour faire l'argent et autres métaux, savoir en la forêt de Briquebec et à trois lieues d’Avranches en une paroisse nommée Caroles...».

En 1720, sur sa Carte topographique de la Normandie, G. Mariette de la Pagerie relève une mine d'or à Carolles[1].

En 1846, dans son Avranchin monumental et historique, Édouard Le Héricher cite Arcisse de Caumont : « On a découvert un autre filon dans les carrières de Pignon-Butor, et tout annonce que des recherches bien dirigées feraient découvrir des filons plus riches, dont l'exploitation pourrait être avantageuse » [2].

L'abbé Lucante mentionne pour la première fois en 1882 l'existence des « grottes de Carolles », qu'il situe sous la pointe de Carolles[3].

Alexandre Bigot, doyen de la Faculté des sciences de Caen, clarifie la situation dans un numéro de la Revue de l'Avranchin : « On a signalé divers minéraux dans les filons de quartz des environs de Carolles. Quand j’ai fait la révision pour la deuxième édition de la carte géologique de Coutances en 1928 et depuis, lors d’enquêtes dans la région, j’ai vainement cherché ces minéraux. J’ai cependant tenu compte de ces possibilités dans la rédaction de la notice explicative de la feuille Coutances : “On a signalé des traces de sulfure de zinc dans les filons de quartz qui traversent les phyllades métamorphiques du Pignon Butor”. À mon avis, s’il y avait eu réellement dans la région de Carolles autre chose que des curiosités minéralogiques, on eut recherché ces minerais. Quant à l’or, on en signale partout : il s’agit de pyrite de fer, en rognons ou en cristaux isolés, qu’on peut trouver dans tous les terrains. » [4].

Notes et références

  1. G. Mariette de la Pagerie, Carte topographique de la Normandie; feuille 3 : Fougères, Vire et Avranches, 1720 [BNF, fonds Cartes et Plans, cote Ge DD 2987 (1009, III) B].
  2. Édouard Le Héricher, « Commune de Carolles », Avranchin monumental et historique, vol. 2, imprim. Tostain, Avranches,1846, p. 591.
  3. Jean-Angel Lucante, Essai géographique sur les cavernes de la France et à l'étranger, Bulletin de la Société des sciences d'Angers, tome II, 1882, p. 154.
  4. Revue de l'Avranchin, 1955.

Lien interne

Lien externe