Fernand Lechanteur

De Wikimanche

Fernand Lechanteur.
Monument en forme d'esnèque (bateau viking) à la pointe d'Agon.

Fernand Lechanteur, dit aussi Gires-Ganne, né à Agon le 20 juin 1910 et mort à Caen (Calvados) le 7 mai 1971, est un écrivain et un dialectologue de la Manche.

Il a contribué, avec quelques autres, à la normalisation de la forme écrite des parlers normands de la Manche.

Il est le fondateur de l'association Parlers et traditions populaires de Normandie (PTPN), créée en 1968, qui a donné naissance la même année à la revue du même nom, devenue Le Viquet en 1986.

Fernand Lechanteur est enterré dans le cimetière communal d'Agon-Coutainville [1].

Biographie

La stèle hommage d'Agon.

Dernier d'une famille de dix enfants [1], Fernand Lechanteur suit ses études à l'école primaire supérieure de Saint-Lô, puis au collège de Saint-Lô et enfin au lycée de Coutances [1]. Il rejoint ensuite l'université de Lille où il obtient une licence d'allemand en 1934 [1]. C'est là qu'il écrit à un de ses anciens condisciples du lycée une lettre dont l'adresse était en vers:

À ma requête fort civile,
De la Manche aimable facteur,
De Lingreville à Annoville
Porte ma lettre à Pierre Larsonneur.

Devenu enseignant, il occupe ses premiers postes à Saint-Quentin (Aisne) et Pontivy (Morbihan). Agrégé d'allemand en 1941, il est brièvement professeur d'allemand au lycée de Cherbourg. Après avoir été obligé de servir d'interprète à la Kommandantur de Coutainville (Villa Les Roches), il décide, à la libération, de mettre ses compétences d'agrégé d'allemand au service de l'armée Française. Celle-ci ne donne pas suite, sous le prétexte qu'il ne détient pas de diplôme d'interprète. Il s'engage dans l'armée anglaise basée à Rouen, suit l'avancée des troupes britanniques et est le témoin de la libération du camp de concentration de Bergen-Belsen. Mobilisé en 1944, il est interprète d'une unité britannique, qu'il suit de Bayeux (Calvados) à la Baltique [1].

Démobilisé, il reprend sa carrière d'enseignant. Il est professeur au lycée de Coutances en 1945, puis censeur au lycée de Cherbourg en 1952. En 1953, il est censeur-directeur du collège de Saint-Lô, annexe du lycée de Cherbourg, puis proviseur du lycée Le Verrier de Saint-Lô (1953-1961 [1]) quand celui-ci est érigé en Lycée d'État.

En 1960, il donne un cours de dialectologie et d'ethnographie normandes à la faculté des lettres de l'université de Caen [2]. Il fonde la revue Parlers et traditions populaires de Normandie [1].

Il est proviseur du lycée Malherbe de Caen de 1961 à 1969 [1]. Il prend sa retraite en 1970 et se retire à Agon-Coutainville. Il devient conseiller municipal de la commune. Il meurt l'année suivante.

Son texte sur les deux populations du département de la Manche, à savoir : les dolichocéphales blonds aux yeux bleus, au nord, et les brachycéphales bruns, au sud, est l'objet de critiques. Ce texte est réédité plusieurs fois, notamment par la revue Parlers et traditions populaires de Normandie, tome 6, fascicule 23, Pâques 1974 . La toute première édition date même du premier trimestre 1951 dans la Revue de Psychologie des Peuples, 6ème année, n°1, selon une note en bas de page d'un numéro spécial du Viquet, consacré au Mortainais ses gens et ses parlers.

Bibliographie

Livres
  • Es Set Vents du Cotentin (œuvre poétique de Fernand Lechanteur), éd. André Louis, Coutances, Ocep, 1972
  • La Littérature patoisante, Saint-Pierre-de-Salerne, Brionne, Monfort, 1984
  • La Normandie traditionnelle, tomes 1 et 2, Coutances, Ocep, 1983 [recueil de chroniques parues dans La Presse de la Manche de 1953 à 1961]
  • Pour un usage correct des noms de nos communes (françaises, surtout normandes), Saint-Lô, 1960
Articles
  • « Les mots et les choses », Annales de Normandie, 1e année, n° 2, 1951, p. 99-109.
  • « Zones toponymiques du département de la Manche », Actes du IIIe Congrès international de toponymie et anthroponymie, Louvain, 1951, p. 301-309.
  • « Les prénoms à Agon (Manche), pendant trois siècles », Mélanges Karl Michaëlsson, Göteborg, 1952, p. 295-310.
  • « La Normandie traditionnelle : Unité et différence de nos patois », La Presse de la Manche, 5 août 1953.
  • « Qui est ou n'est pas du Cotentin ? », La Presse de la Manche, 20 décembre 1954.
  • « Les deux populations du département de la Manche », Revue du département de la Manche, n° 1, janvier 1959.
  • « Un nom de lieu du sud de la Manche : Touche », Revue du département de la Manche, n° 2, avril 1959.
  • « Des noms de coquillages et de crustacés », Revue du département de la Manche, n° 6, avril 1960.
  • «  De quelques noms de famille de la Manche », Revue du département de la Manche, n° 8, octobre 1960.
  • « Agon à travers les siècles », Revue du département de la Manche, n° 87, juillet 1980.
  • « Les deux ports et les deux forts d'Agon-Coutanville », Revue du département de la Manche, n° 87, juillet 1980.
sur l'auteur
  • Jean Mabire, « Hommage à Fernand Lechanteur », Heimdal, n° 1, automne 1971

Hommages

Un monument, inauguré en 1976, rappelle son souvenir à la pointe d'Agon, qu'il aimait tant.

À Caen (Calvados), un collège porte son nom, 17, avenue Nicolas-Copernic, depuis 1974, ainsi qu'une salle polyvalente du lycée Malherbe, inaugurée le 14 juin 1982.

Notes et références

  1. 1,0 1,1 1,2 1,3 1,4 1,5 1,6 et 1,7 Yves Lecouturier, Tombes célèbres de Normandie, Orep, Cully, 2009.
  2. De 1962 à 1971, un cours de dialectologie et d'onomastique normandes (Yves Lecouturier, op. cit.).