Regnéville-sur-Mer

De Wikimanche

Regnéville-sur-Mer est une commune du département de la Manche.

Commune de Regnéville-sur-Mer Coordonnées géographiques de la mairie Logo-Mairie.png
49° 1' 16.36" N, 1° 32' 25.34" W (OSM)
Arrondissement Coutances
Chargement de la carte...
Canton Coutances
Ancien canton Montmartin-sur-Mer
Intercommunalité CC Coutances Mer et Bocage
Gentilé Regnévillais(es)
Population 750 hab. (2015)
Superficie 8,5 km²
Densité 88 hab./km2
Altitude 5 m (mini) - 43 m (maxi)
Code postal 50590
N° INSEE 50429
Maire Bernard Malherbe

L'église Notre-Dame.
L'église Notre-Dame.


Géographie

La commune est située sur la rive gauche du havre de Regnéville.

Histoire

“ Regnéville ” ... d’où vient ce nom ? Le suffixe “ -ville ” signifie “ domaine de ”. Le radical “ Regné- ” est ce qui reste du nom nordique primitif du premier propriétaire des lieux. Il y a bien longtemps, Regnéville fut peuplée par les “ Northmans ”, des Drakkars occupaient le port !

La commune fusionne entre 1795-1800 avec Grimouville et Urville-près-la-Mer.

Un port de dimension internationale

Quand on regarde le port de Regnéville aujourd’hui, on a du mal à croire qu’il a connu une activité intense. Pensez ! Des Anglais, des Flamands, des Écossais, des Espagnols ... ont échoué ici !

« Échoué » car Regnéville est un port d’échouage. Les bateaux arrivent à marée haute, chargent ou déchargent à marée basse, puis quittent le port lorsque la mer est de retour. L’échouage est facile car il n’y a aucun rocher risquant d’abîmer les embarcations. Mai attention, hier comme aujourd’hui, la navigation n’a jamais été facile à l’arrivée du havre de Regnéville : le tirant d’eau est faible et les bancs de sable traîtres. Dès 1322 (et oui !), le bailli du Cotentin écrivait « les plus fortes nefs devaient pour s’y rendre s’alléger à la hauteur des îles Chausey ».

Pêche à Terre-Neuve, importations et exportations diverses, ont animé le port de Regnéville ! Mais l’augmentation du tonnage des navires, la traction à vapeur, le développement de la chaux et des ciments industriels et le dépeuplement auront raison de la vocation commerciale du port. Le 8 mars 1924, le sloop Julien-Marie appareille de Regnéville pour Jersey avec un chargement de 30 tonnes de pierres à chaux [1]. « C'est le dernier voyage au cabotage du port de Regnéville » [1]. Aujourd’hui, comme on peut le voir en flânant et en regardant l’estuaire, le port est purement plaisancier.

Le gardien de Regnéville

Toute personne de passage remarque un vieux donjon semblant regarder vers la mer. C’est là ce qui reste du château de Regnéville. Sa construction aurait eu lieu au 11e siècle.

Un sacré personnage : Charles le Mauvais

Avant le début du 14e siècle, Charles le Mauvais, roi de Navarre, hérite d’immenses possessions en Normandie, dont le château et le fief de Regnéville. Lorsque la guerre de Cent Ans arrive et qu’en 1346 le roi d’Angleterre envahit le Cotentin, Charles le Mauvais s’allie avec les Anglais. Regnéville devient alors un morceau de l’hexagone aux mains d’un ennemi du roi de France.

Lorsque les Anglais renoncent à l’invasion de la Normandie, Charles le Mauvais et ses hommes se retrouvent face à Charles V, le roi de France. Une guerre civile s’engage alors entre les deux camps. Mais Charles le Mauvais résiste, s’appuyant sur ses châteaux normands, et Charles V finira par négocier la paix avec lui. À cette époque, le château de Regnéville est renforcé. Le maître des lieux est le capitaine Gomès Laurens, très certainement un navarrais espagnol.

La fin de Charles le Mauvais

Ruines du château de Regnéville vers 1839.

Au fil du temps, le nombre d'ennemis de Charles le Mauvais devient de plus en plus important. Même son fils rejoint le camp du roi de France. Une guerre civile éclate à nouveau : Carentan tombe le 25 avril 1378, Valognes le 26, Avranches le 29 et Regnéville dans les premiers jours de mai. Charles le Mauvais est maté. Le roi de France fait détruire seize châteaux dans le Cotentin ; six sont conservés, dont celui de Regnéville. En fait, le roi de France décide de garder armés les châteaux stratégiques, placés aux « frontières » de l'Angleterre. Lorsque Charles le Mauvais meurt, la Normandie est réintégrée au Royaume de France.

La guerre à nouveau

Les Anglais sont de retour ! Ils envahissent à nouveau la Normandie et en mars 1418, le duc de Gloucester enlève le château au terme d’un siège très court. Dans les années 1420, la garnison anglaise à Regnéville va compter une cinquantaine d’hommes dont 6 hommes d’armes et 14 archers, ce qui est un nombre important pour l’époque. Mais la résistance face aux Anglais s’organise. En 1449, le connétable de Richemont avec l’armée du duc de Bretagne reconquiert le Cotentin. Coutances est libérée le 12 septembre 1449. Un détachement est chargé de reconquérir le château de Regnéville. Des paysans regnévillais comblent les douves pour faciliter l’assaut. La bataille sera féroce et le château sévèrement endommagé. Les Français l’emportent.

La fin du château

Le château va vivre une année dramatique en 1637. Le 31 juillet 1626, Richelieu prend la décision de raser toute fortification sans importance pour le Royaume. 16 ans plus tard, c'est au tour de la forteresse de Regnéville. Le donjon est rempli de poudre. L’explosion projette des pierres à des lieues à la ronde. On en trouve même encore des traces aujourd’hui, notamment dans l'un des murs du cimetière de l’église.

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793.
À partir du 21e siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[2]. En 2015, la commune comptait 750 habitants.

           Évolution de la population depuis 1793  [modifier] (Sources : Cassini [3] et INSEE [4])
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
333 1 815 1 894 1 831 1 825 1 857 1 873 1 925 1 974 1 993
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
1 994 2 063 1 955 1 888 1 925 1 777 1 621 1 526 1 527 1 512
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
1 437 1 122 1 079 1 039 1 000 1 204 1 040 889 829 790
1982 1990 1999 2004 2006 2007 2008 2009 2010 2011
793 769 790 816 838 835 833 830 831 829
2012 2013 2014 2015 2017 2018 2019 2020 2021 2022
803 778 753 750
Notes : De 1962 à 1999 : Population sans doubles comptes. Depuis 2006 : Population municipale.
Sources :
Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis INSEE à partir de 2004.



Administration

Circonscriptions administratives avant la Révolution

Les maires

Liste des maires depuis 1941
Période Identité Parti Qualité Observations
1941-1965 Lucien Hommet
1965-1971 Georges Leriverend
1971-1977 Jacques Laroque
1977-1983 René Gaslain
1983-1989 Jean-Claude Enault
1989-2001 Danièle Lebreton-Paturel
2001-2004 Marie-France L'Hermitte
2004-2014 Daniel Cariou attaché d'administration
2014-actuel Bernard Malherbe retraité
Source  : liste établie par Jean Pouëssel, Fabienne Lafosse et la mairie pour 601 communes et lieux de vie de la Manche. [6]
.




Mairie

Horaires d'ouverture
Jours Matin Après-midi Coordonnées de la mairie (Pour signaler une erreur cliquez ici)
Lundi - 17 h - 18 h 30
La mairie (2012).

La mairie (2012).

Adresse : 2 rue des Cap Horniers
50590 Regnéville-sur-Mer

Tél. 02 33 45 31 28
Fax : 02 33 45 59 57

Courriel : Contacter la mairie

Site internet : Officiel

Commentaire :

Source : Annuaire Service-Public (22 août 2012)

Mardi 9 h - 11 h 30 -
Mercredi - 17 h - 18 h 30
Jeudi 9 h - 11 h 30 -
Vendredi - 17 h - 18 h 30
Samedi 9 h - 11 h -



Religion

Circonscriptions ecclésiastiques avant la Révolution

Circonscriptions ecclésiastiques actuelles

Lieux et monuments

Intérieur de l'église Notre-Dame (1931).
Le donjon du château.

Personnalités liées à la commune

Naissances

Décès

Autres

Économie

  • Parcs à huîtres
  • Chantier naval
  • La Gare

Transports

Liaisons routières

Ligne Manéo
  • Ligne 54 : Ligne estivale du Coutançais au Granvillais par la côte (juillet-août).

Associations

Sports

  • Gymnastique
  • Marche / randonnées
  • Voile : Club nautique de Regnéville

Bibliographie

Livres
  • Ch. Mathias, Le Château et le port de Regnéville à travers les siècles
  • Association Lùndi, Regnéville-sur-Mer, un village maritime de la Manche, 2011, 48 p.
Articles
  • Michel Le Pesant, « Le commerce maritime de Regnéville au Moyen Âge », Annales de Normandie, tome VIII, n° 3, octobre 1958
  • Charles de La Morandière, « Les Mémoires de François Lambert Bourgneuf, de Regnéville », Revue du département de la Manche, n° 6 et 7, 1960
  • V. Juhel, « Regnéville-sur-Mer : site, port, église, château », Annuaire des cinq départements normands, congrès de Coutances, 1993, pp. 52-54
  • Christiane Daireaux, « Histoire d'un clocher : Regnéville-sur-Mer », Revue du département de la Manche, n° 175, 2002

Notes et références

  1. 1,0 et 1,1 « Aspects d'un estuaire, le havre de la Sienne », exposition au château de Regnéville, mai 2011.
  2. Au début du 21e siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Population avant le recensement de 1962.
  4. INSEE : Population depuis le recensement de 1962.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. 6,0 et 6,1 « 601 communes et lieux de vie de la Manche », René Gautier et 54 correspondants, éd. Eurocibles, 2014, p. 486

Lien interne

Liens externes