Grimouville

De Wikimanche

Église Saint-Étienne de Grimouville

Grimouville est une ancienne commune de la Manche, aujourd'hui rattachée à Regnéville-sur-Mer.

Toponymie

Attestations anciennes

  • terr[a] que dicitur Grimouvilla 1056/1066 (copie 1319) [1].
  • Grimouvilla 1198 [2], 1203 [3].
  • Grimovilla 1219 [4].
  • Grimouvilla 1235 [5].
  • Grimovilla ~1280 [6].
  • Grimouvilla 1332 [7].
  • Grimovilla 1351/1352 [8].
  • Grimonville 1634 [9].
  • Grimouville 1612/1636 [10].
  • Genouuille [sic; lire Grimouville] 1648 [11].
  • Gremonville 1650 [12], 1661 [13].
  • Grimouville 1677 [14], 1689 [15], 1692 [16].
  • Gramovill 1693 [17].
  • Grimonville 1694 [18], 1695 [19].
  • Grimouville 1692/1699 [20].
  • Grimonville ~1700 [21].
  • Grimouville 18e s. [22], 1713 [23], 1716 [24], 1719 [25], 1735 [26].
  • Gremouvill 1730/1739 [27].
  • Grimouville 1753 [28].
  • Grimonville 1740/1756 [29].
  • Grimouville 1757 [30], 1758 [31], 1778 [32], 1753/1785 [33], 1793 [34].
  • Grimonville 1804 [35], 1830 [36], 1837 [37].
  • Grimouville 1825/1866 [38], 1878 [39], 1903 [40], 1972 [41], 1978 [42], 1993 [42], 2007 [43].

Étymologie

Toponyme médiéval en -ville (élément issu du gallo-roman VILLA « domaine rural »). Le premier élément est probablement l'anthroponyme (nom de personne) d'origine germanique (francique) Grimulf, Grimol(f), ou sa variante scandinave Grímólfr, d'où le sens global de « domaine rural de Grimulf / Grímólfr, etc. ».

Ce nom, sous sa forme francique, est également attesté dans les documents médiévaux sous la forme latinisée Grimulfus [44], et résulte de la combinaison des éléments grim- « féroce, cruel, furieux » [45] et -wulf « loup ». Son équivalent scandinave Grímólfr [46] est connu par l'ancien danois Grimulf, l'ancien suédois Grimolf, et l'ancien norois de l'Ouest Grímólfr. On relève aussi quelques formes runiques telles que ᚲᚱᛁᛗᚢᛚᚠᛉ / krimulfR, ᚲᚱᛁᛗᚢᛚᚠᚢ / krimulfu, accusatif ᚲᚱᛁᛗᚢᛚᚠ / krimulf, etc. [47].

Le nom de personne de type francique Grimulf, éventuellement confondu avec le scandinave Grímólfr, est à l'origine du nom de baptême médiéval Grimol, d'où le patronyme normand GRIMOUX seulement attesté dans le Calvados aujourd'hui (2013).
François de Beaurepaire [6] n'envisage que le nom germanique Grimoald < Grimwald (formé avec -wald « force, violence; gouverner »), que les formes anciennes du toponyme justifient moins bien. On ne peut cependant l'exclure totalement.

Démographie

Sous l'Ancien régime

Sous l'Ancien régime, le dénombrement des populations se fait généralement par feux, c'est-à-dire par foyers. Le nombre de personnes habitant sous un même toit variant beaucoup suivant celui d'ascendants et d'enfants [48], ces données sont donc relatives, mais donnent néanmoins une idée de l'évolution démographique.

Depuis la Révolution

Évolution démographique depuis 1793 (Sources : Cassini [49] et INSEE [50])
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
898
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
1982 1990 1999 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012
2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020 2021 2022
De 1962 à 1999 : Population sans doubles comptes. Depuis 2006 : Population municipale.


Histoire

Elle fusionne en l'an III (1794/1795) avec Regnéville-sur-Mer en même temps qu'Urville-près-la-Mer.

Administration

Circonscriptions administratives avant la Révolution

Circonscriptions administratives après la Révolution

Les maires

Liste des maires
Période Identité Parti Qualité Observations
.......-....... Jean-François Gobillet
.......-1794 MichelMartin
Source : liste établie par Jean Pouëssel, Fabienne Lafosse et la mairie de Regnéville-sur-Mer pour 601 communes et lieux de vie de la Manche. [51]
.


Religion

Circonscriptions ecclésiastiques avant la Révolution

Patronage

  • Dédicace de l'église paroissiale : Saint-Étienne.
  • Patron (présentation) : patronage laïc, le seigneur du lieu, Guillaume Courée en 1332 [7]. S'il faut en croire le pouillé de 1648 [11], le patronage appartient à l'évêque de Coutances à cette date; mais ceci reste douteux, les autres sources n'en faisant pas état [39].
  • Fête patronale : ?

Lieux et monuments

Notes et références

  1. Marie Fauroux, Recueil des actes des ducs de Normandie (911-1066), Mémoire de la Société des Antiquaires de Normandie XXXVI, Caen, 1961, p. 407, § 214.
  2. Léchaudé D’Anisy et Antoine Charma, Magni Rotuli Scaccariæ Normanniæ sub regibus Angliæ, pars secunda, Mémoire de la Société des Antiquaires de Normandie XVI, 2e série, 6e volume, Paris, 1852, p. 3b.
  3. Ibid., p. 89b.
  4. Léopold Delisle, Recueil de jugements de l’Échiquier de Normandie au XIIIe siècle, Paris, 1864, p. 63, § 244.
  5. Léopold Delisle, Le cartulaire normand de Philippe-Auguste, Louis VIII, saint Louis et Philippe le Hardi, Mémoire de la Société des Antiquaires de Normandie XVI (2e série, 6e vol.), Paris, 1852, p. 66a, § 412.
  6. 6,0 et 6,1 François de Beaurepaire, Les noms de communes et anciennes paroisses de la Manche, Picard, Paris, 1986, p. 128.
  7. 7,0 et 7,1 Pouillé du Diocèse de Coutances, 1332, in Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903, p. 279G.
  8. Compte du Diocèse de Coutances, pour l’année 1351 ou 1352, in Auguste Longnon, op. cit., p. 366F.
  9. Sébastien Cramoisy, Carte générale de toutes les costes de France tant de la mer Océane que Mediterranée, 1634 [BNF].
  10. Jean Bigot sieur de Sommesnil, État des paroisses des élections de Normandie, 1612/1636 [BNF, ms. fr. 4620].
  11. 11,0 et 11,1 « Benefices du dioceze de Coutances », p. 5, in Pouillié general contenant les benefices de l’Archevesché de Rouen […], chez Gervais Alliot, Paris, 1648.
  12. M. Merian, Duché et Gouvernement de Normandie, Francfort, 1650.
  13. N. Sanson et P. Mariette cartographes, R. Cordier graveur, Duche et Gouvernement de Normandie, Paris, 1661.
  14. Roles par généralités et élections des paroisses de France et de leur imposition aux tailles, 1677 [BNF, cinq cents Colbert, ms. 261 f° 229 à 275].
  15. G. Mariette de La Pagerie, cartographe, Unelli, seu Veneli. Diocese de Coutances, divisé en ses quatre archidiaconés, et vint-deux doiennés ruraux avec les Isles de Iersay, Grenesey, Cers, Herms, Aurigny etc., chez N. Langlois, Paris, 1689 [BNF, collection d'Anville, cote 00261 I-IV].
  16. Nicolas Sanson, Carte de la Manche faite par ordre du Roy pour le service des armees de mer. Reveue et corrigee par le Sr. Sanson a Paris chez Hubert Jaillot, Paris, 1692.
  17. Greenville Collins, Chart of the channell, Manche, 1693 [BNF, Collection d'Anville, cote 00757].
  18. Jean-Baptiste Nolin, Le duche et gouvernement de Normandie Divisé en Haute et Basse Normandie, en Divers Pays, et par Evechez, Paris, 1694 [BNF, IFN-7710251].
  19. P. Mortier / H. Jaillot, Le Duché et Gouvernement de Normandie divisée en Haute et Basse Normandie, Amsterdam, 1695.
  20. Justus Danckerts (1635-1701), Canalis inter Angliae et Galliae tabula cum omnibus suis portibus, arenis et profundis, Amsterdam, 1692/1699.
  21. Gerard Valk, Normannia Ducatus, tum Superior ad Ortum, tum Inferior ad Occasum, Praefectura Generalis […] Anglici Caesarea sive Jarsey…, Amsterdam, ~1700.
  22. Carte de la Manche, 18e s. [BNF, collection d'Anville, cote 00761 B].
  23. 23,0 et 23,1 Dénombrement des généralités de 1713 [BNF, ms. fr. 11385, f° 1 à 132].
  24. Guillaume de l'Isle, Carte de Normandie, Paris, 1716.
  25. Bernard Jaillot, Le Gouvernement général de Normandie divisée en ses trois généralitez, Paris, 1719.
  26. 26,0 et 26,1 Nouveau dénombrement du royaume par generalités, elections, paroisses et feux […], t. II, Impr. Pierre Prault, Paris, 1735, p. 59a.
  27. Anonyme, A new correct chart of the Channel between England and France, éd. W. Mount & T. Page, Londres, 1730-1739 [BNF, département Cartes et plans, cote CPL GE DD-2987 (765 B); collection d'Anville, cote 00765 B].
  28. Herman van Loon, D2.me [= Deuxième] carte particuliere des costes de Normandie contenant les costes du Cotentin depuis la Pointe de la Percée Jusqu'a Granville ou sont Comprises les Isles de Jersey, Grenezey, Cers, et Aurigny, avec les Isles de Brehat. Comme elles paroissent a basse Mer dans les grandes marées, Atlas Van Keulen, Amsterdam, 1753 [BNF].
  29. G. Albrizzi, Carta geografica del governo della Normandia, Venise, 1740/1754.
  30. L. Brion de la Tour, Recueil des Côtes Maritimes de France, Desnos, Paris, 1757, carte n° 12.
  31. Robert de Vaugondy, Carte du gouvernement de Normandie, Paris, 1758.
  32. Jean de Beaurain, Carte de la Manche ou du canal qui sépare les côtes de France d'avec celles d'Angleterre / par le Ch[evalie]r de Beaurain, 1778 [BNF, collection d'Anville, cote 00766 B].
  33. Carte de Cassini.
  34. Site Cassini.
  35. Dictionnaire universel, géographique, statistique, historique et politique de la France, impr. Baudouin, libr. Laporte, vol. II (COA-H), an XIII (1804), p. 622b.
  36. J. G. Masselin, Dictionnaire universel de géographie physique, commerciale, historique et politique du Monde Ancien, du Moyen Age et des Temps Modernes comparées / Dictionnaire universel de géographie, t. I, Auguste Delalain, Paris, 1830, p. 576a.
  37. Dictionnaire géographique universel ou description de tous les lieux du globe sous le rapport de la géographie physique et politique, de l’histoire, de la statistique, du commerce, de l’industrie, etc., etc., Sociétés de Paris, Londres et Bruxelles pour les publications littéraires, Bruxelles, 1837, t. I, p. 808b.
  38. Cartes d’État-Major (relevés de 1825 à 1866, mises à jour jusqu’à 1889).
  39. 39,0 et 39,1 Abbé Auguste Lecanu, Histoire du diocèse de Coutances et d'Avranches depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours; suivie des actes des saints et d'un tableau historique des paroisses du diocèse, impr. de Salettes, Coutances, t. II, 1878, p. 346.
  40. Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903.
  41. Anne Vallez, Pierre Gouhier, Jean-Marie Vallez, Atlas Historique de Normandie II (économie, institutions, comportements), Université de Caen, Caen, 1972.
  42. 42,0 et 42,1 Annuaire officiel des abonnés au téléphone.
  43. Carte IGN au 1 : 25 000.
  44. Cf. Marie-Thérèse Morlet, Les noms de personnes sur le territoire de l’ancienne Gaule du VIe au XIIe siècle, Paris, CNRS, t. I (les noms issus du germanique continental et les créations gallo-germaniques), 1968, p. 115b.
  45. Germanique commun °grimmaz (cf. ancien anglais et anglais moderne grim « féroce, cruel; sévère », ancien haut-allemand grim > allemand grimm, ancien saxon, néerlandais grim; ancien norois grimmr), du radical germanique °grem- < indo-européen °gʰrem- « grondant de colère ».
  46. On explique généralement le premier élément grím- de ce dernier nom par l'ancien scandinave gríma « masque; casque couvrant le visage ». Il s'agit d'un mot différent du francique grim- « féroce, cruel » qui a sans doute été assimilé à lui, à moins que le sens de « masque » soit également à attribuer à ce dernier. Les spécialistes sont divisés sur la question.
  47. Geirr Bassi Haraldsson, The Old Norse Name, Studia Marklandica, I, Olney, MD, Markland Medieval Militia, 1977, p. 10 s.n. Grímólfr; Gillian Fellows-Jensen, Scandinavian Personal Names in Lincolnshire and Yorkshire, Copenhagen, Akademisk Forlag, 1968, p. 349, 351 s.n. Grím-, -ulfr; Richard Cleasby, and Gudhbrandr Vigfusson, An Icelandic-English Dictionary, 2nd ed., Oxford, Clarendon, 1957, p. 216, 668 s.v. gríma, úlfr; Lena Peterson, Nordiskt runnamnslexikon, Språk- och folkminnes-institutet, état du 30 septembre 2005, s.n. GrímulfR, Grím-, -ulfR.
  48. Une moyenne de 5 à 6 personnes semble cependant le chiffre le plus vraisemblable.
  49. Population avant le recensement de 1962
  50. INSEE : Population depuis le recensement de 1962
  51. « 601 communes et lieux de vie de la Manche », René Gautier et 54 correspondants, éd. Eurocibles, 2014, p. 486