Ateliers Hébert-Stevens et Bony

De Wikimanche

Vie de saint Paul à Granville

Les ateliers Hébert-Stevens et Bony sont une entreprise de confection de vitraux ayant œuvré dans la Manche.

Historique

En 1924, Jean Hébert-Stevens et sa femme Pauline Peugniez fondent l'atelier Hébert-Stevens. Leur fille, Adeline Hébert-Stevens (1917-1999), qui travaille avec eux à partir de 1937, épouse Paul Bony (1911-1982), entré dans l'entreprise en 1934, comme son frère, Jacques Bony, embauché en 1944[1],[2].

La production de l'atelier Hébert-Stevens, puis de l'atelier Bony est essentiellement composée de vitraux pour les édifices religieux[1].

Les parents, puis la génération suivante, travaillent également pour des artistes tels que Maurice Denis[2], Henri Matisse (dont Paul Bony devient le maître-verrier attitré, en particulier pour la chapelle du Rosaire de Vence, Alpes-Maritimes), Georges Rouault et Marc Chagall[1].

Paul Bony et Adeline Hébert-Stevens ont réalisé de nombreuses productions dans la Manche, à l'époque de la Reconstruction, prenant une part importante dans le renouveau de l'art sacré en France[1].

L'atelier était installé au 12 rue Jean-Ferrandi dans le VIe arrondissement de Paris[1].

Le Château de Flamanville a accueilli pendant l'été 2018 une exposition retraçant leur oeuvre.

Lieux de leurs réalisations dans la Manche

Selon les archives nationales du monde du travail[1]

Notes et références

  1. 1,0 1,1 1,2 1,3 1,4 et 1,5 Paul Bony, atelier de peintre-verrier, à Paris, Archives nationales du monde du travail, 2002.
  2. 2,0 et 2,1 www.vitrail.com (lire en ligne).