Église Saint-Marcouf (Saint-Marcouf)

De Wikimanche

Église de Saint-Marcouf.

L'église Saint-Marcouf est une édifice cultuel catholique de Saint-Marcouf.

Dédiée à saint Marcouf, elle relève, pour le culte de la paroisseSaint-Jacques centrée à Montebourg.

Histoire

Crypte de l'église Saint-Marcouf.

Sur l'emplacement d'un monastère fondé par saint Marcouf au VIe siècle que les Normands ravagent en 905, les moines de l'abbaye de Cerisy érigent un prieuré vers 1093.

L'église est remaniée aux XIIIe et XVe siècle puis agrandie en 1785 par une chapelle au nord [1] restaurée au XIXe siècle. Ainsi, sur une crypte romane semi-enterrée couverte d'une voûte d'arêtes soutenue par huit colonnes, le bâtiment s'organise autour d'une nef de cinq travées donnant sur un chœur de deux travées à chevet semi-circulaire, à l'ordonnancement roman du XIe siècle, aux ouvertures du XIIIe et aux voûtes gothiques du XVe siècle. Le clocher en bâtière mêle également le roman par son architecture sur plan carré, et le gothique par son appareillage et les baies jumelées dans sa partie supérieure.

Deux portails, l'un roman au sud, largement remanié au XVIIIe siècle, l'autre gothique à l'ouest donnent accès à l'intérieur.

Endommagée par les combats de la Libération, l'église est reconstruite. En 1955, les travaux s'achèvent par l'installation de nouvelles cloches.

Le 22 novembre 2007, l'ensemble de l'église est inscrit au titre des monuments historiques, complétant le classement de la crypte par arrêté de 1906[2].

Mobilier

Le mobilier date en général du XVIIIe siècle : le maître autel et l'autel latéral nord sont de 1785. Les fonts baptismaux datent du XIIe siècle.

Une ancienne tour eucharistique en calcaire de 1603 fut transformée en reliquaire de saint Marcouf [3].

Parmi les statues, on remarque saint Jean-Baptiste, saint Marcouf, une Vierge à l'Enfant, sainte Véronique et sainte Barbe.

On trouve dans la crypte les épitaphes armoriées de Xavier-Philippe-Pierre Le Viconte, marquis de Blangy (1784-1845), propriétaire du château de Fontenay, Henriette-Euphrasie de Reclesne, marquise de Blangy (morte en 1855), Marie-Anne-Françoise-Rose Le Berceur de Fontenay (morte en 1808), Marie-Anne-Françoise-Rose Le Berceur de Fontenay (1734-1808), épouse de Maximilien-Marie-Pierre Le Viconte, marquis de Blangy (1718-1789).

Dans le chœur : la pierre tombale armoriée de Hervieu Le Berceur (1579-1644), seigneur et patron du lieu et l'épitaphe de Jehan Faucon datée 1527.

Les gisants d'un chevalier et d'une femme datant du 13e ou 14e siècle sont réemployés à l'étage inférieur, face ouest, de la tour.

L'édifice abrite également deux ex-voto marins.

Situation

Chargement de la carte...

Bibliographie

  • Julien Deshayes, « L'église paroissiale de Saint-Marcouf et l'histoire de l'abbaye de Nantus », Vikland, n° 22, août 2017

Notes et références

  1. Plaque commémorative
  2. « Notice n°PA00110589 », base Mérimée (architecture), médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine, ministère de la Culture.
  3. « Notice n°PM50011894 », base Palissy (mobilier), plateforme ouverte du patrimoine (POP), ministère de la Culture.

Liens internes