René Lévesque

De Wikimanche

(Redirigé depuis René Levesque)
René Lévesque.

René Lévesque, né à Cherbourg le 28 février 1873, mort le 21 octobre 1948, est un architecte de la Manche.

Biographie

Son père, quincaillier cherbourgeois, installé place de la Fontaine, est le fils d'un cultivateur-meunier de Fierville-les-Mines. Sa mère est fille d'un marin haguais, emporté par le raz Blanchard.

Élève au lycée de Cherbourg et bachelier en 1890, René Lévesque entre à l’École centrale des Arts et manufactures de Paris en 1891, après une année de préparation aux grandes écoles au lycée Malherbe de Caen. Démissionnaire pour raisons de santé après deux ans, il revient à Cherbourg comme ingénieur civil au service d'une entreprise de travaux publics de 1895 à 1901.

Il fonde ensuite son propre cabinet d’architecture, et débute en réalisant l’école de garçons d’Équeurdreville, la clinique du docteur Ardouin et le Crédit lyonnais à Cherbourg.

Auteur de la rénovation de l’église de Nacqueville en granit de Diélette, il travaille ensuite aux églises Saint-Joseph-des-Mielles de Tourlaville (construction), Saint-Laurent de Tocqueville, Notre-Dame de Cretteville et Saint-Pierre et Biville (rénovation).

Il réalise des écoles et salles de fêtes à Portbail, Néhou, Vindefontaine, la Haye-du-Puits, Saint-Sauveur-le-Vicomte, Saint-Lô, et Tourlaville (salle Buisson). À Landemer, il est chargé de l'agrandissement de l’hôtel Millet par l'élévation d'un étage dans un style Art-déco, et côtoie les parents de Boris Vian encore enfant. Ami d'Hippolyte Mars, il construit à Équeurdreville l’hôtel de ville, le vélodrome, la gendarmerie, le bureau de poste et l’usine à gaz (1920-1924). Cherbourg lui doit la clinique du docteur Viel (hôtel Modern-Style, 14 place de la République), la chapelle de l’institut Saint-Paul, la cité de trente-deux logements de la rue du Docteur-Caré (1924), une maison Art Déco au 44 rue du Val-de-Saire (1937), des salles de cinéma, la villa Pâquerette (1904, 125 bis rue Émile-Zola)... Pour lui et sa famille, il construit une maison aux côtés de l'architecte Auguste Ménage en 1911, rue de l'Espérance (actuel 7 bis rue du Vice-amiral Lecannelier).

Partisan du pape Léon XIII dans sa jeunesse, il ouvre plus tard la section cherbourgeoise du Parti démocrate populaire. Vers 1925, il est l'un des initiateurs de la première foire-exposition de Cherbourg.

En novembre 1933, une exposition de ses dessins d'églises du Cotentin est organisée par la galerie d’art cherbourgeoise Becquemin-Roupsard.

Durant la Seconde Guerre mondiale, il s'installe à Couville, puis, expulsé en 1943 par les Allemands, à Bricquebec.

Il rentre à Cherbourg à la Libération, après une opération chirurgicale qui le laisse affaibli et l'empêche de reprendre ses activités.

Source : Reflets, bulletin municipal de Tourlaville