Pierre Cadiou

De Wikimanche

Photo anthropométrique - 8 juillet 1942

Pierre Cadiou, né à Pont-Kerjean-en-Pleyben (Finistère) le 29 mai 1901, mort au camp d'extermination d'Auschwitz-Birkenau (Allemagne, aujourd'hui Pologne) le 27 juillet 1942, est un résistant de la Manche.

Pierre Cadiou habite rue Guerry à Équeurdreville, il est ouvrier d'état ; paveur aux Travaux maritimes à l’arsenal de Cherbourg. C’est un militant communiste et un syndicaliste CGTU.

Il est candidat aux élections législatives de 1932 sur la circonscription de Mortain.

Il entre dans la lutte clandestine contre l’occupant dès septembre 1940 ; il participe au regroupement de partisans, assiste aux réunions secrètes, diffuse des publications patriotiques. En mai 1941, il devient membre du Front national, vaste organisation de la Résistance créée par le Parti communiste.

Il est arrêté par la Gestapo le 22 octobre 1941 à son domicile, en même temps que ses camarades Pierre Picquenot, Auguste Marie, Lucien Levaufre, lors d’opérations policières consécutives à des actions patriotiques (diffusion de publications clandestines).

Il est détenu à la prison maritime de Cherbourg. Entre fin avril et fin juin 1942, il est sélectionné avec plus d’un millier d’otages désignés comme communistes et une cinquantaine d’otages désignés comme juifs dont la déportation a été décidée en représailles des actions armées de la résistance communiste contre l’armée allemande en application d’un ordre de Hitler.

Il est transféré au camp allemand de Royallieu près de Compiègne (Oise) puis déporté au camp d’Auschwitz-Birkenau le 6 juillet 1942. À bord du convoi se trouvent également Aumont, Bonnifet, Breton, Cardin, Cariou, Datin, Doucet, Fouquet, Hamel, Hodiesne, Lebreton, Édouard et Maurice Lechevalier, Lecrées, Leriche, Levaufre, Longle, Marie, Mauger, Michel, Morin, Passot, Paouty, Picquenot, Richard, Siouville, Truffert.

Le 8 juillet 1942, Pierre Cadiou est enregistré au camp sous le numéro 45323.

Pierre Cadiou y meurt le 27 juillet.

Sources

Lien interne