Prison de Saint-Lô

De Wikimanche

Seule la porte de l'ancienne prison a résisté aux bombardements de juin 1944.

La prison de Saint-Lô est un ancien bâtiment de la Manche, situé à Saint-Lô.

Place du Général-de-Gaulle, il n'en reste aujourd'hui que sa porte devenue monument départemental de la Résistance[1] et monument commémoratif 1939-1945.

Historique

La prison est construite en 1824 [1], en plein centre ville.

À partir du 17 juin 1940, comme tous les établissements publics de la ville, elle est occupée par l'armée allemande [2].

Dans la nuit du 6 au 7 juin 1944, les bombardements alliés sur Saint-Lô détruisent l'édifice qui compte alors cent cinquante prisonniers, dont 76 résistants de la région qui y périssent pour la plupart [2]. Alphonse Lange, inspecteur de police, en sortira vivant. Selon Henri Lecrès, Raymond Le Corre, orthographié Lecorre sur la stèle, est blessé et emmené en Pologne.

La porte, vestige de la « capitale des ruines », est consacrée par le conseil municipal à la mémoire des victimes, des résistants et des déportés de la Seconde Guerre mondiale [1].

Une urne contenant des cendres de déportés est placée au pied de la porte [1].

Le 11 novembre 2015, le maire de Valognes a une pensée particulière pour Jean-Louis Bourget et Tony de Rouzé, les déclarant avoir été torturés avant de périr écrasés dans leur cellule [3].

Liste des victimes du 6 au 7 juin 1944

Détail de la stèle en hommage aux morts à la prison de Saint-Lô le 6 juin 1944.

Monument commémoratif

Les noms de 411 personnes mortes pendant la Seconde Guerre mondiale sont inscrits sur le monument. Parmi eux : Roger Anne, Roger Aumont, Gustave Belloir, Camille Blaisot, Hubert Descamps, François Delanoë, Roger Génelot, André Girard, Yvon Giudicelli, Jean Goubert, Ferdinand Jouaux, Léon Labalette, Stanislas Laquerre, Louis Lebailleux (père), Ludivine Lebailleux (née Husson), Simone Lebailleux, Louis Lebailleux (fils), Cyrus Lebarbey, Hyacinthe Lemarinel, Pascal Lemeland, Maurice Marland, Georges Millemann, Madeleine Martin, Marius Porée, François Prunier, Elio Tavella, Armand Théreux, Fernand Virette.

Notes et références

  1. 1,0 1,1 1,2 et 1,3 « Porte de la prison », site officiel de la ville de Saint-Lô, consulté le 9 octobre 2017 (lire en ligne).
  2. 2,0 et 2,1 Élèves du Collège Pasteur, « La porte de la prison », Regard architectural, 2017 (lire en ligne).
  3. « Hommage à Jules et Émile Chausse » Ouest France, 13 novembre 2015 (lire en ligne)
  4. C.Aussant, sur la stèle devant la prison.
  5. MémorialGenWeb, site internet, 24 septembre 2008.

Lien interne

Lien externe