Charles Passot

De Wikimanche

Charles Passot.

Charles Passot, né à Fourchambault (Nièvre) le 14 mai 1896, mort à Auschwitz-Birkenau (Pologne) le 29 décembre 1942, est un résistant de la Manche.

Avant la Première Guerre mondiale, Charles Passot est ouvrier en tôlerie automobile chez Renault à Boulogne-Billancourt.

Militant communiste, Charles Passot est sur la liste rouge du patronat. Ouvrier hors pair en carrosserie, il peut trouver facilement du travail, mais dès que son nouvel employeur apprend son engagement, il est licencié. Dans les années 1920, il s’établit à Granville et dans les années 1930, il ouvre un atelier de tôlerie-carrosserie.

À Granville, Charles Passot poursuit son activité militante avec ses amis Blouet, Lamort et Longle. Lors des élections cantonales d’octobre 1937, le Parti communiste présente Charles Passot comme candidat au Conseil général dans la circonscription de Mortain.

En 1939, quand le Parti communiste est dissout et interdit, ils sont interdits de séjour et envoyés loin en résidence surveillée. Après le début de l’occupation, ils reviennent à Granville et commencent à reconstituer le Parti communiste dans la clandestinité. Pendant cette période, un autre frère Passot, Émile, est arrêté, jugé et condamné à sept mois de détention pour son activité communiste. Écroué à la Maison centrale de Poissy, il est libéré juste avant la mise en œuvre de la politique des otages.

Le 22 juin 1941, Charles Passot est arrêté à son domicile boulevard Louis-Dior. Marié, il a un enfant.

D’abord détenu à la prison de Granville, il est transféré au camp allemand de Royallieu à Compiègne (Oise). Il est déporté au camp d’extermination d’Auschwitz-Birkenau le 6 juillet 1942. Aumont, Bonnifet, Breton, Cadiou, Cardin, Cariou, Datin, Doucet, Fouquet, Hamel, Hodiesne, Lebreton, Édouard et Maurice Lechevalier, Lecrées, Leriche, Levaufre, Longle, Marie, Mauger, Michel, Morin, Paouty, Picquenot, Richard, Siouville, Truffert, font aussi partie de ce convoi.

Le 8 juillet, il est enregistré au camp sous le numéro 45951 [1]. Il y meurt le 29 décembre.

Source

Notes et références

  1. Ce matricule sera tatoué sur son avant-bras gauche. 

Lien interne