Anneville-en-Saire

De Wikimanche

Anneville-en-Saire est une commune du département de la Manche.

Anneville-en-Saire.png Blason de la commune d'Anneville-en-Saire Coordonnées géographiques de la mairie Logo-Mairie.png
49° 38' 12.95" N, 1° 17' 7.41" W (OSM)
Arrondissement Cherbourg-Octeville
Chargement de la carte...
Canton Val-de-Saire
Ancien canton Quettehou
Intercommunalité CA du Cotentin
Gentilé Annevillais(es)
Population 394 hab. (2016)
Superficie 6 km²
Densité 66 hab./km2
Altitude 1 m (mini) - 111 m (maxi)
Code postal 50760
N° INSEE 50013
Maire Gérard Parent
Communes limitrophes d'Anneville-en-Saire
Valcanville Valcanville, Montfarville Montfarville
Le Vicel Anneville-en-Saire Réville
La Pernelle La Pernelle Réville

L'église.
L'église.


Toponymie

Attestations anciennes

  • ecclesia Sancti Leodegarii de Sarnis 1106 [1].
  • Anslevilla 1126 [2].
  • Sancti Leodegarii Ansneville 1134 [1].
  • Anslecvilla 1157 [1].
  • Ansnevilla apud Sarnes 1185/1188 [3].
  • Anslevilla Sarnes s.d. [4].
  • Anslevilla ~1280 [1].
  • ecclesi[a] de Annevilla 1332 [5].
  • Annevilla 1351/1352 [6].
  • fief aux Annevilleis 1455 [1].
  • Anneville en Saire 1498 [7], 1500 [8].
  • Anneville en Sayre 1549 [9].
  • Anneville 1553 [10].
  • Aulneville 1634 [11].
  • Aulnelleville [sic] 1635 [12].
  • Anneville 1612/1636 [13], 1677 [14], 1689 [15], 1695 [16], 1713 [17]
  • Auneville 1716 [18].
  • Anneville 1719 [19], 1735 [20], 1757 [21], 1758 [22], 1753/1785 [23].
  • Anneville en Cere 1793 [24].
  • Anneville 1801 [25].
  • Anneville-en-Cérès [sic] 1804 [26].
  • Auneville 1828 [27].
  • Anneville 1829 [28], 1835/1845 [29], 1854 [30].
  • Anneville-en-Saire 1878 [4], 1880 [31].
  • Anneville-en-Cères 1903 [32].
  • Anneville-en-Saire 1954 [33], 1962 [34], 1972 [35].
  • Anneville en Saire 1978, 1993 [36].
  • Anneville-en-Saire 2007 [37].

Étymologie

Toponyme médiéval en -ville (élément issu du gallo-roman VILLA « domaine rural »). Le premier élément est l'anthroponyme (nom de personne) d'origine scandinave Ásleikr, localement adapté en Normandie sous la forme francique Anslech, Anslec, forme latinisée Ansle(c)cus [38], d'où le sens global de « domaine rural d'Ásleikr ». Ce type toponymique se rencontre dans sept communes ou anciennes paroisses de Normandie, dont trois dans la Manche (voir Anneville-sur-Mer et Hémevez, ancienne Ansleville).

Le nom scandinave Ásleikr, variante Áslákr, représente la combinaison des éléments Ás- (refait en Normandie en Ans-, sur le modèle francique) « Ase, dieu guerrier » et leikr « jeu, joute, combat », ce dernier terme ayant sans doute une valeur rituelle. On le trouve autrefois attesté sous la forme Ásleikr en Norvège et en Suède [38], Aslak en anciens danois et suédois, et Áslákr en ancien norois de l'Ouest. On le rencontre également dans les inscriptions runiques sous les formes ᚨᛋᛚᚨᚲ (aslak), ᚨᛋᛚᚨᚲᛉ (aslakR), ᚪᛋᛚᚨᚲᛋ (oslaks), etc. [39]. Il s'est perpétué comme nom de famille, puisque qu'un Anlec est encore mentionné à Jersey en 1306, et un autre à Hémevez vers 1320.

Les premières mentions d'Anneville-en-Saire, au début du 12e siècle, font alterner le nom de la paroisse (Sanctus Leodegarius, c'est-à-dire Saint-Léger), et celui du domaine du seigneur, Anslevilla, « le domaine rural d'Ásleikr ». En outre, le déterminant du toponyme (forme latinisée de Sarnis, formes romanes Sarnes, Sarneis) fait initialement référence à l'ancien pays de Sarneis, dérivé du nom de la Saire; il représente sans doute également l'appellation primitive du doyenné de Saire. Le déterminant -en-Saire, attesté une première fois à la fin du 15e siècle, ne refait son apparition officielle qu'au 20e siècle.

Géographie

Histoire

Seigneurie créée en 1050 par Guillaume de Normandie pour Samson, qui avait combattu les pirates à Guernesey [40].

Le château fut incendié par les Anglais en 1346, reconstruit, puis assiégé en 1591 [40].

La commune fut le théâtre d'une bataille entre le seigneur du Tourps, partisan de la Ligue, et les troupes d'Henri IV [40].

Héraldique

D'hermine à la fasce de gueules engrêlée en chef.

Démographie

Sous l'Ancien régime

Sous l'Ancien régime, le dénombrement des populations se fait généralement par feux, c'est-à-dire par foyers. Le nombre de personnes habitant sous un même toit variant beaucoup suivant celui d'ascendants et d'enfants, ces données sont donc relatives, mais donnent néanmoins une idée de l'évolution démographique.

Depuis la Révolution

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793.
À partir du 21e siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[41]. En 2016, la commune comptait 394 habitants.

           Évolution de la population depuis 1793  [modifier] (Sources : Cassini [42] et INSEE [43])
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
684 553 722 807 774 779 763 728 713 665
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
700 686 600 603 602 594 557 566 581 584
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
597 529 530 537 505 517 446 435 425 407
1982 1990 1999 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012
374 345 324 363 369 375 379 386 387 388
2013 2014 2015 2016 - - - - - -
389 395 397 394
Notes : De 1962 à 1999 : Population sans doubles comptes. Depuis 2006 : Population municipale.
Sources :
Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[44] puis INSEE à partir de 2004.


Administration

Circonscriptions administratives avant la Révolution

Circonscriptions administratives depuis la Révolution

Les maires

Liste des maires
Période Identité Parti Qualité Observations
.......-....... François Le Crest 1790
.......-....... ....
1798-1808 Félix Revert
1808-1813 Abraham Caillet-La Poterie
1813-1815 Christophe Caillet-Vauville
1815-1842 Florentin Devauquelin
1842-1880 Auguste du Mesnildot décédé en exercice le 4 avril 1880
1880-1887 Edmond du Mesnildot
1887-1888 Eugène Onfroy par délégation
1888-1910 Edmond du Mesnildot
1910-1919 Louis Lecler Agriculteur
1919-1921 Paul du Mesnildot
1921-1959 Joseph du Mesnildot
1959-1971 Alexandre Mauger Commerçant
1971-1995 Pierre du Mesnildot
1995-....... Yves Onfroy SE Retraité
2014-actuel Gérard Parent
Sources : État civil de 1790 à 1892 - De 1892 à nos jours : 601 communes - Dictionnaire incontournable de notre patrimoine .
(....) : en exercice cette année-là.


Mairie

Horaires d'ouverture
Jours Matin Après-midi Coordonnées de la mairie (Pour envoyer un mail et signaler une erreur cliquez ici)
Lundi - -
La mairie (2013).

La mairie (2013).

Adresse : 15 rue de l'Église
50760 Anneville-en-Saire

Tél./Fax : 02 33 54 04 55
Courriel : Contacter la mairie
Site internet : Officiel
Commentaire :
Source : Site web de la communauté de communes (25 mai 2012)

Mardi 10 h 30 - 12 h -
Mercredi - -
Jeudi - -
Vendredi 10 h 30 - 12 h -
Samedi - -


Religion

Circonscriptions ecclésiastiques avant la Révolution

Patronage

  • Dédicace de l'église paroissiale : Saint-Léger.
  • Patron (présentation) : l'abbé de Lessay, don en 1106 de Guillaume d'Anneville, du consentement de sa femme Hadewise [4].
  • Fête patronale : ?

Circonscriptions ecclésiastiques actuelles

Lieux et monuments

  • Église (15e/18e s.), profondément remaniée au 19e siècle.
  • Château dit « Maison d'Anneville » et ses communs (17e s.), dont la façade et les toitures sont inscrites aux Monuments historiques depuis le 5 mai 1975.
  • Château du Tourps, 18e siècle, inscrit aux monuments historiques le 25 août 2005 pour ses façades et toitures, le salon et la chambre attenante avec leurs décors, et l'escalier, les façades et toitures de l'ensemble des bâtiments (ancien logis manable, communs, pressoir, chapelle, pavillon de jardin), le potager et ses murs de clôture.
  • Chapelle Saint-Gilles reconstruite en 1669.
  • Pont romain (restes).
  • Motte féodale de l'ancien château fort.
  • Anciens moulins à eau.
  • Point de vue sur le Val de Saire, de Barfleur à Saint-Vaast-la-Hougue.

Personnalités liées à la commune

Naissances

Décès

Économie

Le grand moulin Bertin.

Transports

Liaison routière

Lignes Manéo

Culture

  • En 1957, Alexandre Astruc tourne plusieurs scènes de son film Une vie dans la commune.

Bibliographie

  • Marie du Mesnildot, « Ce que l'on peut tirer des registres paroissiaux : Anneville-en-Saire de 1752 à 1791 », Notices, mémoires et documents, Société d'archéologie de la Manche, vol. 66, 1958, p. 128-131
  • Jean Canu, « Notes sur Anneville-en-Saire et La Pernelle », Bulletin paroissial d'Anneville-en-Saire, 1969

Notes et références

  1. 1,0 1,1 1,2 1,3 et 1,4 François de Beaurepaire, Les noms de communes et anciennes paroisses de la Manche, Picard, Paris, 1986, p. 68.
  2. Jean Adigard des Gautries & Fernand Lechanteur, “Les noms de communes de Normandie”, in Annales de Normandie XI (décembre 1961), § 69.
  3. Léopold Delisle, Recueil des actes de Henri II, revu et publié par Élie Berger, Imprimerie Nationale, Paris, t. II, 1920, p. 302, § DCLXXIX.
  4. 4,0 4,1 et 4,2 Abbé Auguste Lecanu, Histoire du diocèse de Coutances et d'Avranches depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours; suivie des actes des saints et d'un tableau historique des paroisses du diocèse, impr. de Salettes, Coutances, t. II, 1878, p. 430.
  5. Pouillé du Diocèse de Coutances, 1332, in Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903, p. 309F.
  6. Compte du Diocèse de Coutances, pour l’année 1351 ou 1352, in Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903, p. 379C.
  7. Julie Fontanel, Le cartulaire du chapitre cathédral de Coutances, Archives départementales de la Manche, Saint-Lô, 2003, p. 531, § 357.
  8. Julie Fontanel, op. cit., p. 534, § 358.
  9. Eugène Robillard de Beaurepaire et le Comte Auguste de Blangy, Le Journal du Sire de Gouberville (t. I), Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie XXXI, Caen, 1892, rééd. Les Éditions des Champs, Bricqueboscq, 1993, p. 24.
  10. Ibid., p. 299.
  11. Sébastien Cramoisy, Carte générale de toutes les costes de France tant de la mer Océane que Mediterranée, 1634 [BNF].
  12. Normandia Ducatus (carte du duché de Normandie), Atlas Van der Hagen, 1635
  13. Jean Bigot sieur de Sommesnil, État des paroisses des élections de Normandie, 1612/1636 [BN, ms. fr. 4620]
  14. Roles par généralités et élections des paroisses de France et de leur imposition aux tailles, 1677 [BN, cinq cents Colbert, ms. 261 f° 229 à 275].
  15. G. Mariette de La Pagerie, cartographe, Unelli, seu Veneli. Diocese de Coutances, divisé en ses quatre archidiaconés, et vint-deux doiennés ruraux avec les Isles de Iersay, Grenesey, Cers, Herms, Aurigny etc., chez N. Langlois, Paris, 1689 [BNF, collection d'Anville, cote 00261 I-IV].
  16. P. Mortier / H. Jaillot, Le Duché et Gouvernement de Normandie divisée en Haute et Basse Normandie, Amsterdam, 1695.
  17. 17,0 et 17,1 Dénombrement des généralités de 1713 [BNF, ms. fr. 11385, f° 1 à 132].
  18. Guillaume de l'Isle, Carte de Normandie, Paris, 1716.
  19. Bernard Jaillot, Le Gouvernement général de Normandie divisée en ses trois généralitez, Paris, 1719.
  20. 20,0 et 20,1 Nouveau dénombrement du royaume par generalités, elections, paroisses et feux […], t. II, Impr. Pierre Prault, Paris, 1735, p. 57a.
  21. L. Brion de la Tour, Recueil des Côtes Maritimes de France, Desnos, Paris, 1757, carte n° 10.
  22. Robert de Vaugondy, Carte du gouvernement de Normandie, Paris, 1758.
  23. Carte de Cassini.
  24. Site Cassini.
  25. Bulletin des lois de la République française, Imprimerie Nationale, Paris, 1801-1870.
  26. Dictionnaire universel, géographique, statistique, historique et politique de la France, impr. Baudouin, libr. Laporte, vol. I, an XIII (1804), p. 73b.
  27. Louis Du Bois, Itinéraire descriptif, historique et monumental des cinq départements de la Normandie, Mancel, Caen, 1828, p. 381.
  28. Annuaire de la Manche (1829), Statistique de l'arrondissement de Valognes, p. 168.
  29. cartes d’État-Major (relevés de 1820 à 1866, mises à jour jusqu’à 1889; Basse-Normandie cartographiée entre 1835 et 1845).
  30. V. Lavasseur, Atlas National Illustré des 86 départements et des possessions de la France, A. Combette éditeur, Paris, 1854.
  31. Adolphe Joanne, Géographie du département de la Manche, Hachette, Paris, 1880, p. 49b.
  32. Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903.
  33. Nomenclature des hameaux, écarts et lieux-dits de la Manche, INSEE, 1954.
  34. Atlas de Normandie, Caen, 1962.
  35. Anne Vallez, Pierre Gouhier, Jean-Marie Vallez, Atlas Historique de Normandie II (économie, institutions, comportements), Université de Caen, Caen, 1972.
  36. Annuaire officiel des abonnés au téléphone.
  37. Carte IGN au 1 : 25 000.
  38. 38,0 et 38,1 Jean Adigard des Gautries, Les noms de personnes scandinaves en Normandie de 911 à 1066, Lund, 1954, p. 84, § X.
  39. Geirr Bassi Haraldsson, The Old Norse Name, Studia Marklandica, I, Olney, MD, Markland Medieval Militia, 1977, p. 8 s.v. Áslákr, Ásleikr; Gillian Fellows-Jensen, Scandinavian Personal Names in Lincolnshire and Yorkshire, Copenhagen, Akademisk Forlag, 1968, p. 33-34, 185-186, 342, 350 s.v. Áslákr, Ásleikr, Ás-, -lákr, -leikr, Leikr; Richard Cleasby, and Gudhbrandr Vigfusson, An Icelandic-English Dictionary, 2nd ed., Oxford, Clarendon, 1957, p. 382-383 s. v. leika, leikr; Lena Peterson, Nordiskt runnamnslexikon, Språk- och folkminnes-institutet, état du 30 septembre 2005, s.v. ÁslakR, ÁslæikR, Ás- / Æs-, -læikR / -lakR.
  40. 40,0 40,1 et 40,2 Michel de La Torre, 50. Manche - L'art et la nature dans ses 599 communes, éd. Nathan, 1985.
  41. Au début du 21e siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1e janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  42. Population avant le recensement de 1962.
  43. INSEE : Population depuis le recensement de 1962.
  44. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  45. M. Bonnisent, Essai géologique sur le département de la Manche, Impr. Ch. Feuardent, Cherbourg, 1870, p. 76.