Port de Granville

De Wikimanche

Vue panoramique du port : à gauche, le bassin à flot ; à droite, le port d'échouage.

Le port de Granville est un port de la Manche, situé à Granville.

Il est constitué d'un avant-port (port d'échouage) et d'un bassin à flot.

Il peut accueillir les bateaux jusqu'à 18 m de large, 125 m de long et 6 000 tonnes de jauge.

Son marnage est l'un des plus forts du monde avec 11,60 m lors des marées de coefficient 100.

Histoire

Gravure du port par Nicolas Tassin, 1631.
Plan de Gomboust (1630)

Une première jetée en pierres sèches est construite dans le havre de Granville sous le règne de François Ier. Située approximativement face au 7 rue du Port, elle mesurait 148 mètres de long[1]. En 1564, les travaux de la jetée sont terminés [2].

L'activité portuaire se développe au XVIe et XVIIe siècle, Granville devenant un grand port morutier, le premier de France à l'époque de Louis XIV [3], et un port de pêche aux huîtres[1].

Vauban visite le port en 1681 et 1686 [2]. Il conseille la construction d'un môle détaché[2]. En 1750, le Conseil du Roi décide d'édifier sur les rochers des Moulières ce môle en forme de V[1]. La construction est achevée en 1773 [2] ou en 1778[1]. Une centaine de bateaux partent pour Terre-Neuve en 1750 et 2 500 marins prennent part à la pêche à la morue sous l'Empire.

Entre le 16e siècle et la chute de Napoléon, Granville pratique régulièrement la guerre de course . Granville devient alors le troisième port corsaire métropolitain français sous Louis XVI par le nombre d’armements et par la valeur des prises rapportées.[4]

Le retour des corsaires en 1806
Tableau de Maurice Orange

Le môle est relié à la terre de 1823 à 1840 [2] par la grande jetée de 500 mètres, le liant au Roc, puis l'aménagement des quais et du terre-plein[1].

La jetée sud est construite en 1856[1]. Le premier bassin à flot avec écluse de trois hectares débouchant dans l'avant-port est aménagé de 1846 à 1856 [5][2]. L'occupation par les morutiers l'hiver du premier bassin pousse la Chambre de commerce à demander la construction d'un deuxième bassin à flot dès 1857[1]. Enfermant l'anse de Héquet, il est réalisé entre 1868 et 1870 [2] et achévé en 1873[1].

Carte d'état-major du port de Granville

Le port voit naître, en 1885, la Compagnie générale transatlantique (CGT) [3]. En 1887, une cale de radoub est terminée [2]. La pêche aux huîtres bat son plein à la fin de ce siècle avec 165 bateaux et un milliers de marins occupés[1].

Lithographie.
En 1905

La grande pêche s'essouffle et les bancs d'huîtres sauvages s'épuisent[1]. Face à l'évolution des activités portuaires et à l'augmentation des tonnages des cargos après la Première Guerre mondiale, les deux bassins à flot sont réunis en un seul, entre 1922 et 1924, par la destruction du quai les séparant [2] laissant un bassin de 4,80 hectares qui favorise l'essor du port de commerce[1]. Les travaux sont réalisés en grande partie par les cosaques russes rescapés de l'armée Wrengel, remplacés en mai 1924 par des ouvriers italiens, puis polonais [2]. Le port se spécialise dans le caseyage, le dragage et le chalutage[1].

En 1925, un vaste terre-plein est créé le long de la jetée sud.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, le port est abondamment utilisé par l'armée d'occupation allemande pour le trafic avec les Îles Anglo-Normandes [6]. À son départ, dans la nuit du 30 au 31 juillet 1945, le port est inutilisable : toutes les installations ont été dynamitées [6]. Les Américains effectuent des réparations de fortune pour lui redonner une activité [6]. Trois ans de travaux, jusqu'en 1949, sont nécessaires pour remettre le port en état et le moderniser, et notamment boucher les brèches ouvertes dans la grande jetée et remplacer l'ancienne écluse entre l'avant-port et le bassin à flot [6].

Un port de plaisance de 7 hectares et 850 places est construit en 1975 dans l'anse de Hérel[1].

Datant de 1950[7], les portes de l'écluse du bassin à flot sont remplacées en 2018.

Infrastructures

Le quai Pléville.
Chargement de la carte...

Activités

Le port de pêche compte environ 80 bateaux et 250 marins. Premier port français de coquillages (bulots, paire, amande, Saint-Jacques), il s'y poursuit une activité de caseyage pour crustacés et bulots, de dragage de coquillages, de chalutage de fond et pélagique (poissons, céphalopodes, olivettes...)[1].

Le port de commerce, initialement basé sur l'importation (bois, engrais, pétrole), s'est consolidé sur l'exportation de 150 000 tonnes de matériaux annuels (graviers, ferrailles, sable) vers le Royaume-Uni et l'Espagne[1].

  • Chantiers navals:
    • Chantier naval Duboscq, spécialisé dans la rénovation des bateaux, notamment des vieux gréments
    • Chantier naval Antoine Hurel

Bibliographie

  • Charles de La Morandière, « Le port de Granville, des origines à nos jours », Études normandes, n° 50, 1955, p. 245-264
  • Joachim Darsel, « Le port de Granville au XVIIIe siècle », Revue de l'Avranchin et du Pays de Granville, t. XLIV, n° 250, mars 1967, n° 253, , décembre 1967
  • « Le port de Granville en 1734 », Revue de l'Avranchin, n° 254, mars 1968, p. 16-20
  • Mayeux-Droual, « Le port de Granville (1483-1815) », Revue du département de la Manche, n° 45, janvier 1970, p. 2-80
  • Rémy Villand, L'Activité du port de Granville en 1619, 83 p., 1984

Notes et références

  1. 1,00, 1,01, 1,02, 1,03, 1,04, 1,05, 1,06, 1,07, 1,08, 1,09, 1,10, 1,11, 1,12, 1,13 et 1,14 Panneau d'information « Port départemental de Granville », conseil général de la Manche.
  2. 2,0, 2,1, 2,2, 2,3, 2,4, 2,5, 2,6, 2,7, 2,8 et 2,9 Basse-Normandie, pays de marins, Région Basse-Normandie, octobre 2001, p. 100.
  3. 3,0 et 3,1 « Le port de Granville », Manche, Les Éditions nouvelles, 1971, pp. 97-98.
  4. Michel Aumont, Destins et aventures corsaires. En mer ! Sus à l'ennemi!, éd. Orep, 2012, p.113
  5. Charles de La Morandière, « Le port de Granville, des origines à nos jours », Études normandes, n° 50, 1955, p. 245-264.
  6. 6,0, 6,1, 6,2 et 6,3 Michel Eude, « Le port de Granville », Annales de Normandie, 6e année, n° 1, janvier 1956, p. 100.
  7. « Port de Granville : les portes de l'écluse bientôt changées », francebleu.fr, 8 novembre 2017(lire en ligne)

Lien interne