Vauban et la Manche

De Wikimanche

Vauban.

Sébastien Le Prestre de Vauban, né le 15 mai 1633 à Saint-Léger-de-Foucherets (Yonne) (aujourd'hui Saint-Léger-Vauban), et mort à Paris le 30 mars 1707, est un ingénieur militaire lié au département de la Manche, célèbre pour ses fortifications.

Vauban dans la Manche

Fort Vauban à Saint-Vaast-la-Hougue.

Le Cotentin subit de nombreux assauts anglais. Vauban décide donc de sécuriser la côte de la Manche.

En 1680, il inspecte les ports de la Manche et livre en 1686 un mémoire à Louis XIV dans lequel il souligne l'importance stratégique de Cherbourg face à l'Angleterre [1] et définit les travaux à entreprendre pour l'amélioration des défenses du château de Cherbourg. Il esquisse également une refonte de l'urbanisation de la cité et envisage la conception d'une digue de protection pour la rade. Il prévoit de fortifier Carentan et Granville et de consolider les défenses de Cherbourg. À Cherbourg, les travaux s'appuient sur la forteresse du Moyen Âge en 1687 et 1688, mais par peur que les places fortes de Cherbourg et Valognes ne servent à l'ennemi, Louvois fait arrêter les travaux et raser les défenses.

Après la défaite de la Hougue, qui met en lumière la nécessité d'offrir aux navires français un point de repli dans le Cotentin, Vauban réclame la création d'un port militaire en baie de Saint-Vaast-la-Hougue lors de ses inspections sur place en 1694 et 1699 [2]. Cette rade est pour lui « la meilleure et la plus sûre du royaume ». En 1694, il ordonne l'édification des fortifications de la rade de la Hougue sur l'île de Tatihou et à Saint-Vaast-la-Hougue. Celles-ci ont été inscrites en juillet 2008 au patrimoine mondial de l'Unesco[3].

Vauban à Coutances

On rapporte que, enthousiasmé par la vue de la tour lanterne dans la cathédrale, Vauban s'exclame : « Quel est le fou sublime qui a lancé vers le ciel une voute aussi hardie ? »[4].

Les « cabanes Vauban »

Plusieurs corps de garde côtiers, destinés au début du XVIIIe siècle à protéger le pays d'une attaque maritime, sont appelés cabanes Vauban, en référence à leur instigateur.

Vauban et la famille Clérel de Tocqueville

Femme d'Hervé de Tocqueville et mère d’Hippolyte, Édouard et Alexis, Louise Madeleine Le Peletier de Rosanbo a pour grand mère Marie Claire Aimée de Mesgrigny, elle même arrière petite-fille du maréchal de Vauban[5]. Pour illustrer cette parenté, un portrait de Vauban orne un médaillon au dessus de la cheminée de la bibliothèque du château de Tocqueville[6].

En outre, Alexis de Tocqueville semble avoir été influencé par sa lecture du Projet d'une dîme royale qui supprimait la taille écrit par Vauban en 1707, et conservée dans la bibliothèque de Tocqueville. Comme son ancêtre, Tocqueville préconise en 1847 à un groupe appelé « jeune gauche », « une fiscalité pesant moins lourdement sur les moins nantis et une taxation proportionnelle aux revenus. Comme Vauban, Tocqueville a un objectif d'efficacité : il désire lutter contre le désordre social, c'est-à-dire contenir les masses laborieuses et inférieures »[7].

Hommages

Des voies honorent sa mémoire à Carentan, Cherbourg, Coutances, Équeurdreville-Hainneville, Jullouville, et Saint-Lô.

Bibliographie

  • Joachim Menant, « Mémoire sur Vauban et les fortifications de Cherbourg (1686) », Mémoires de la Société nationale académique de Cherbourg, vol. VI, 1852

Sources

  • Cherbourg, Inventaire général du patrimoine culturel
  • Quels sont les hommes qui ont exercé le plus d'influence sur la création d'un arsenal maritime à Cherbourg et en particulier quelle part doit être attribuée à Vauban dans les projets relatifs à la fermeture de la rade, Extr. de M. Bazan, Séances du congrès scientifique de France, tenu à Cherbourg en septembre 1860, Impr. Auguste Mouchel, Cherbourg, 1860. Disponible sur Normannia

Notes et références

  1. Les fortifications de Vauban, site internet, consulté le 2 décembre 2013 (lire en ligne).
  2. Edmond Thin, « Les défenses côtières, de l'Ancien régime à la fin du Second empire », La Manche au passé et au présent, Manche Tourisme, 1984, p. 149.
  3. Sites Vauban
  4. Entre autres endroits, voir l'article « Coutances » dans l'Encyclopédie des gens du monde, Paris, Librairie de Treuttel et Würtz, 1836.
  5. Geneanet.
  6. Pierre Leberruyer, Dans l'intimité d'Alexis de Tocqueville, Cherbourg, [Sn], [sd].
  7. Éric Keslassy, Le libéralisme de Tocqueville à l'épreuve du paupérisme, L'Harmattan, 2000.

Lien externe