Corsaires de la Manche

De Wikimanche

Le retour des corsaires en 1806, peint par Maurice Orange.

Le terme corsaire désigne un type de marin ou de bateau présents dans la Manche du 16e au 19e siècle, attachés aux ports de Granville et de Cherbourg.

Corsaire et non pirate

Un corsaire est un capitaine habilité par son gouvernement, grâce à une lettre de marque lui signifiant sa mission officielle, pour attaquer et prendre des navires ennemis en temps de guerre[1]. Son navire, qui peut être armé en « guerre et marchandise », est également appelé corsaire[1].

Le bateau corsaire est engagé dans la guerre de course, il arbore le pavillon de son pays, notamment avant le premier coup de canon, signal d'une attaque.

Dès le 16e siècle, des marins et des armateurs de Granville s'engagent régulièrement dans la guerre de course. Sous le règne de Louis XIV, ils s'engagent pendant les guerres de la Ligue d'Augsbourg (1688-1697) et de succession d'Espagne (1701-1713)[1]. Sous le règne de Louis XV, ils participent à la guerre de succession d'Autriche (1744-1748) et à la guerre de Sept ans (1756-1763)[1]. Ils participent aux guerres de la Révolution (1793-1801) et à celles de l'Empire (1803-1815)[1].

La guerre de course est abolie par le traité de Paris de 1856.

Personnalités liées à la guerre de course

Des armateurs 
Des marins 

Robert Surcouf (1773-1827), célèbre corsaire né à Saint-Malo (aujourd'hui Ille-et-Vilaine), séjourne plusieurs fois au Manoir de Quettreville.

Bateaux corsaires

Affiche sur l'Aimable Grenot

Bibliographie

  • Napoléon Gallois, « Cherbourg », Les corsaires français sous la République et l'Empire, Le Mans et Paris, 1847, p. 234- 277 (lire en ligne)
  • Napoléon Gallois, « Granville », Les corsaires français sous la République et l'Empire, Le Mans et Paris, 1847, p. 277-285 (lire en ligne)
  • Henri Fatôme, Pirates et corsaires du Cotentin, impr. Lecaux, Tourlaville, 2003
  • Anne Cahierre, Dictionnaire des capitaines corsaires granvillais, Archives départementales de la manche, 2009
  • Michel Aumont, Les corsaires de Granville, une culture du risque maritime (1688-1815), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013, 538 p. (lire en ligne un très large extrait)

Notes et références

  1. 1,0 1,1 1,2 1,3 et 1,4 Michel Aumont, Destins et aventures corsaires. En mer ! Sus à l’ennemi !, Ed. Orep, juin 2012, 250 p.