Condé-sur-Vire

De Wikimanche

Condé-sur-Vire est une commune de la Manche située dans le canton de Condé-sur-Vire.

Commune de Condé-sur-Vire Coordonnées géographiques de la mairie Logo-Mairie.png
49° 3' 8.15" N, 1° 2' 15.45" W (OSM)
Arrondissement Saint-Lô
Chargement de la carte...
Canton Condé-sur-Vire
Intercommunalité Saint-Lô Agglo
Gentilé Condéen(nes)
Population 4 082 hab. (2015)
Superficie 28,83 km²
Densité 142 hab./km2
Altitude 17 m (mini) - 153 m (maxi)
Code postal 50890
N° INSEE 50139
Maire Laurent Pien
Communes limitrophes de Condé-sur-Vire
Baudre Saint-Lô, La Barre-de-Semilly Saint-Jean-d'Elle
Sainte-Suzanne-sur-Vire, Bourgvallées Condé-sur-Vire Saint-Amand
Moyon-Villages, Tessy-Bocage, Domjean Torigny-les-Villes

L'église de Condé-sur-Vire (12e siècle).
L'église de Condé-sur-Vire (12e siècle).



Géographie

La commune se situe dans le bocage saint-lois, à une dizaine de kilomètres de la préfecture de la Manche. Le bourg est traversé par le ruisseau du Hamel, formé en amont par les ruisseaux de Précorbin et de Balençon à la hauteur du hameau du Hamel. En aval, il se jette dans la Vire.

Toponymie

Attestations anciennes

  • villa de Condeio in Hausset [1] 1156/1159 [2].
  • [abl.] Condeto 1159 [3].
  • in Condeio 1177/1182 [4].
  • Condeio super Viriam s.d. (12e / 13e s.) [5].
  • [abl.] Condeto supra Viriam 1234 [3], ~1350 [6].
  • Conde sur Vire 1494 [7].
  • Condé sur Vire 1635 [8].
  • Conde sur Vire 1612/1636 [9].
  • Condé sur Vire 1640 [10], 1661 [11], 1677 [12], 1689 [13], 1694 [14], 1713 [15].
  • Cõdé sur Vire 1716 [16].
  • Condé sur Vire 1719 [17], 1736 [18], 1758 [19], 1753/1785 [20], 1793 [21].
  • Condé-sur-Vire 1801 [22], 1804 [23], 1828 [24], 1829 [25], 1830 [26], 1837 [27], 1839 [28].
  • Condé Sur Vire 1835/1845 [29].
  • Condé-sur-Vire 1854 [30], 1878 [31].
  • Condé sur Vire 1889 [32].
  • Condé-sur-Vire 1903 [33], 1926 [34], 1962 [35].
  • Condé sur Vire 1978, 1993 [36].
  • Condé-sur-Vire 2007 [37].

Étymologie

Toponyme d'origine celtique, issu du gaulois condate « confluent ». En l'occurrence, Condé-sur-Vire est situé entre deux cours d'eau qui rejoignent la Vire en amont et en aval de l'agglomération. Le premier (et le principal) se nomme sur la carte IGN (2007) le ruisseau du Hamel, formé par ceux de Précorbin et de Balençon à la hauteur du hameau du Hamel; ce même cours d'eau est appelé sur la carte d'État-Major (1825/1866) la Rivière du Pont, d'après le nom d'une ferme et d'un ancien moulin. Le second cours d'eau, relativement court, demeure anonyme sur toutes les cartes consultées.

Ce type toponymique se rencontre de nombreuses fois en France (plus d’une quarantaine d’exemples : types Condé, Condat et autres variantes régionales) et plus particulièrement en Normandie. Citons entre autres les communes ou anciennes paroisses de Condé-sur-Laizon (aujourd’hui Condé-sur-Ifs), Condé-sur-Noireau, Condé-sur-Seulles (Calvados); Condé-sur-Huisne, Condé-sur-Sarthe (Orne); Condé-sur-Iton, Condé-sur-Risle (Eure), sans compter les nombreux noms de hameaux et les dérivés (types Condeau, Condel, etc.). On notera que ces noms fréquents sont toujours déterminés par celui de la rivière sur laquelle la localité est située. Pour l'étymologie du nom de la Vire, employé ici comme déterminant dès le 13e siècle au moins, on se reportera à la page correspondante.

☞ Le mot gaulois condate « confluent » est composé du préfixe com- (devenu con- devant dentale) « ensemble, avec » (indo-européen °kom-) et de l'élément date, littéralement « ce qui est placé » < indo-européen °dʰǝ-ti-, dérivé nominal neutre en -ti- du degré zéro de la racine °dʰē- < °dʰeǝ- « placer, poser », d’où le sens général de « regroupement, réunion », puis « confluent ». Ce mot s'apparente au latin condere « placer ensemble, établir, fonder », tiré des mêmes éléments (°kom-dʰǝ-se). À la racine indo-européenne °dʰē- se rattachent également l'anglais to do « faire », le latin facere « faire », ainsi que le grec tithenai « mettre » et thema « chose placée », dont procèdent indirectement les mots français thèse et thème.

Périmètre de la commune nouvelle en 2016.

Histoire

En 1640, la paroisse de Condé-sur-Vire comportait un nombre important de fiefs relevant de la sergenterie de Torigni au bailliage de Caen [10] :

  • Le fief Guillebert, possédé par le sieur du Boys, procureur du roi à Saint-Lô.
  • Le fief de Faoucq, posssédé par les damoiselles filles du sieur d'Aubigny Campion (Jean, mort après 1621).
  • Le fief d'Arquenchy (comprendre peut-être Argancy), possédé par Jean de La Gonniviere, escuyer.
  • Le fief du Pont, possédé par Guillaume des Moustiers, escuyer (ou plutôt par son fils Georges).
  • Le fief de Brebeuf, possédé par Joachim de Brebeuf, escuyer.
  • Le fief du Hamel, possédé par ledit sieur de Brebeuf (comprendre plutôt Georges de Brebeuf, son frère puîné).
  • Le fief de l'Atre, possédé par damoiselle Perrine des Essarts.
  • Le fief de Condé sur Vire ou fief Fauquet, et le fief de la Carbonniere, possédés par Mgr de Matignon.
  • La sieurye de La Boullaye, possédée par les religieux de Thorigny.

La commune est détruite à 50 % lors des combats de la libération. Plusieurs bâtiments, comme la mairie ou l'église, témoignent de l'architecture de la Reconstruction.

En 1950, l'usine Elle-et-Vire est inaugurée par le général de Gaulle et Auguste Grandin. Elle emploie jusqu'à 1 800 salariés dans les années 1980, et 700 personnes en 2014.

Le 1er janvier 2016, Condé-sur-Vire fusionne avec Le Mesnil-Raoult, sous le régime juridique des communes nouvelles instauré par la loi no 2010-1563 du 16 décembre 2010 relative à la réforme des collectivités territoriales, pour former la commune nouvelle de Condé-sur-Vire[38].

Le 1er janvier 2017, la commune de Troisgots fusionne avec Condé-sur-Vire [39].

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793.
À partir du 21e siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[40]. En 2015, la commune comptait 4 082 habitants.

           Évolution de la population depuis 1793  [modifier] (Sources : Cassini [41] et INSEE [42])
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
2 151 2 246 2 146 2 136 2 164 2 110 2 071 2 104 2 078 2 003
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
2 011 1 823 1 780 1 740 1 713 1 672 1 675 1 566 1 504 1 364
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
1 373 1 282 1 408 1 397 1 398 1 294 1 509 1 952 2 621 3 035
1982 1990 1999 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012
3 091 3 000 2 984 3 198 3 226 3 255 3 300 3 331 3 342 3 358
2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020 2021 2022
3 374 4 515 4 082
Notes : De 1962 à 1999 : Population sans doubles comptes. Depuis 2006 : Population municipale.
Sources :
Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999 puis INSEE à partir de 2004.



Liste des communes
Nom Code
Insee
Intercommunalité Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Canton
Condé-sur-Vire 50139 CA Saint-Lô Agglo 24,85 3 382 (2015) 136 Condé-sur-Vire
Le Mesnil-Raoult 50319 CA Saint-Lô Agglo 3,98 375 (2015) 94 Condé-sur-Vire
Troisgots 50608 CA Saint-Lô Agglo 7,53 325 (2015) 43 Condé-sur-Vire

Au 1er janvier 2016, la commune nouvelle s'étend sur une superficie de 28,83 km2, pour une population municipale de 3 777 habitants au dernier recensement de la population, millésimée 2013 (131,01 hab./km2) [43].

Au 1er janvier 2015, les deux communes ont une population municipale de 3 760 habitants au recensement de 2012 (130,42 hab./km2) [44].

voir l'article détaillé Démographie du Mesnil-Raoult
voir l'article détaillé Démographie de Troisgots

Administration

Circonscriptions administratives avant la Révolution

  • Généralité : Caen.
  • Élection : Bayeux (1612/1636, 1677), puis Saint-Lô (1713) pour Condé-sur-Vire ; Coutances (1612/1636, 1677), puis Saint-Lô (1713) pour Le Mesnil-Raoult.
  • Sergenterie : Torigni pour Condé-sur-Vire ; Moyon pour Le Mesnil-Raoult.

Circonscriptions administratives depuis la Révolution

Maires de Condé-sur-Vire avant 2016

Liste des maires
Période Identité Parti Qualité Observations
.......-1790 Charles Louis François Le Conte de Sainte Suzanne juge de paix jusqu'au 27 nov. 1790
.......-....... Louis Laforge 1790
.......-....... ....
1792-1793 Jean Baptiste Guérard
1793-1793 Charles Vaudevire
1793-1795 Pierre Chouquais
1795-1797 Charles Vaudevire
1797-1800 Louis Laforge
1800-1802 Charles Louis François Le Conte de Sainte Suzanne
1802-1812 Charles Vaudevire
1812-1815 Louis Laforge
1815-1830 C.E. de Gourmont
1830-1835 Louis Laforge
1835-1843 François Heussebrot
1843-1855 Louis Laforge fils du précédent
1855-1861 François Heussebrot
1861-1870 Jean Chardine
1870-1871 J. Hébert faisant fonction
1871-1878 Jean Baptiste Hubard faisant fonction
1878-1888 Alexandre Lhermitte
1888-1891 J. Louis Laforge
1891-1915 P. Louis Leneveu
1915-1927 Édouard Marie
1927-1941 Victor Brûlé
1941-1941 Jean Houillot faisant fonction
1942-1945 Médéric Gosselin
1945-1977 Auguste Grandin Mouvement paysan industriel laitier
1977-1983 Noëlle Lemaître
1983-1995 Jean-Louis Pochon
1995-2008 Roland Dives UMP
2008-2014 Chantal Jouin SE principale de collège
2014-actuel Laurent Pien DVD ingénieur territorial maire délégué et maire de la commune nouvelle
Sources : État civil de 1790 à 1892 - De 1892 à nos jours : 601 communes et lieux de vie de la Manche
Toutes les données ne sont pas encore connues.



En attendant les élections municipales de 2020, le conseil municipal élisant le maire sera composé des conseillers des anciennes communes.

Maires après la fusion de 2016

Liste des maires
Période Identité Parti Qualité Observations
2016-actuel Laurent Pien DVD ingénieur territorial élu maire le 7 janvier 2016
Toutes les données ne sont pas encore connues.



voir l'article détaillé Maires du Mesnil-Raoult
voir l'article détaillé Maires de Troisgots

Mairie

Horaires d'ouverture
Jours Matin Après-midi Coordonnées de la mairie (Pour signaler une erreur cliquez ici)
Lundi 9 h - 12 h 13 h - 16 h
La mairie, place Auguste-Grandin.

La mairie, place Auguste-Grandin.

Adresse : 2, place Auguste-Grandin
Condé-sur-Vire
50890 Condé-sur-Vire

Tél. 02 33 77 87 30
Fax : 02 33 77 87 31

Courriel : Contacter la mairie

Site internet : Officiel

Commentaire :

Source : Site web de la commune (8 juillet 2012)

Mardi 9 h - 12 h 13 h - 18 h
Mercredi 9 h - 12 h 13 h - 16 h
Jeudi 9 h - 12 h 13 h - 16 h
Vendredi 9 h - 12 h 13 h - 18 h
Samedi - -



Mairie déléguée du Mesnil-Raoult
  • Le jeudi de 13 h 30 à 16 h
  • Le samedi de 9 h à 10 h 30
Mairie déléguée de Troisgots
  • Le mardi de 10 h à 12 h
  • Le vendredi de 10 h à 12 h

Religion

Circonscriptions ecclésiastiques avant la Révolution

pour Condé-sur-Vire ; pour Le Mesnil-Raoult, voir l'article détaillé

Patronage

pour Condé-sur-Vire ; pour Le Mesnil-Raoult, voir l'article détaillé

  • Dédicace de l'église paroissiale : Saint-Martin.
  • Patron (présentation) : l'abbé de Torigni-sur-Vire (portion majeure) et de duc de Normandie (portion mineure).
  • Fête patronale : ?

Circonscriptions ecclésiastiques actuelles

Lieux et monuments

Chapelle Saint-Jean-de-Brébeuf.
La gare ferroviaire.
Condé-sur-Vire
  • Église Saint-Martin (12e), fortement endommagée lors de la Libération
  • Roches de Ham : site classé dans les années 1920. Panorama sur la vallée de la Vire
  • Chapelle Saint-Jean-de-Brébeuf : édifiée en 1993 à l’occasion du 4e centenaire de sa naissance
  • Château d'Arganchy (15e)
  • Château de Bélinière (18e)
  • Moulin à eau du Hamel (1800)
  • Moulin à eau de Chatresac (1878)
  • Moulin à eau de Vire (1888)
  • Stèle 35e Division d’infanterie commémorant la libération de la ville par la 35th US Infantry Division le 29 juillet 1944[45]
  • Chemins de halage : aménagés le long de la Vire ; randonnées ; circuits Vélorail, Véloroute
  • La Bélinière (18e)
  • Arganchy
  • Le Pont (16e/18e)
  • La Godardière
  • Trécœur détruit en 1944, évoqué par Octave Feuillet
  • Méandres de la Vire
  • Ancienne gare ferroviaire
Le Mesnil-Raoult
  • Manoir
  • Château des Monts
  • Vallée de la Vire
  • Église Notre-Dame (19e et reconstruction) : Vierge à l'Enfant du 15e classée à titre d'objet aux monuments historiques et une statue de saint Jean-Baptiste.
  • Le Pont de la Roque.

Personnalités liées à la commune

Naissances

Autres

Transports

Ligne Manéo

Économie

Culture

  • Cinéma
  • Médiathèque
  • Réseau Cielécran

Sports

  • Athlétisme : Club d'athlétisme de Condé-Torigni
  • Badminton
  • Canoë-kayak
  • Cyclisme : Vélo-club ; randonnées chemin de halage
  • Équitation
  • Escalade
  • Football : Condé Sports, Football club féminin condéen, Tessy Moyon Sports
  • Gymnastique volontaire
  • Judo : Torigni Judo [1]
  • Kayak-polo, dont Maxime Gohier et François Barbey.
  • Marche : randonnées chemin de halage le long de la Vire
  • Mini-golf
  • Motocyclisme : Moto-club les Manouches
  • Pêche : AAPPMA Les Pêcheurs
  • Pétanque : boulodrome couvert ; Amicale bouliste condéenne
  • Tennis
  • Tir : Entente de Tir

Jumelage

  • Whitehill (Hampshire, Royaume-Uni)

Bibliographie

Notes et références

  1. Ce dernier nom, sans doute celui d'un territoire disparu, n'est pas identifié par Léopold Delisle.
  2. Léopold Delisle, Recueil des actes de Henri II, revu et publié par Élie Berger, Imprimerie Nationale, Paris, t. I, 1916, p. 211, § CV.
  3. 3,0 et 3,1 François de Beaurepaire, Les noms de communes et anciennes paroisses de la Manche, Picard, Paris, 1986, p. 104.
  4. Léopold Delisle, op. cit., t. II, 1920, p. 178, § DXCI.
  5. Jean Adigard des Gautries & Fernand Lechanteur, « Les noms de communes de Normandie », in Annales de Normandie XIX (juin 1969), § 757.
  6. Pouillé du Diocèse de Bayeux (“Livre Pelut”), ~1350, in Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903, p. 121A.
  7. Comptes de la Débite du Diocèse de Bayeux pour 1494, in Auguste Longnon, op. cit., p. 138E.
  8. Normandia Ducatus (carte du duché de Normandie), Atlas Van der Hagen, 1635.
  9. Jean Bigot sieur de Sommesnil, État des paroisses des élections de Normandie, 1612/1636 [BnF, ms. fr. 4620].
  10. 10,0 et 10,1 Rôle des fiefs du grand bailliage de Caen (vicomtés de Caen, Bayeux, Falaise et Vire) et de leur possesseurs dressé en 1640, Bulletin Héraldique de France, 1890-1892, p. 28.
  11. N. Sanson et P. Mariette cartographes, R. Cordier graveur, Duche et Gouvernement de Normandie, Paris, 1661.
  12. Roles par généralités et élections des paroisses de France et de leur imposition aux tailles, 1677 [BnF, cinq cents Colbert, ms. 261 f° 229 à 275].
  13. G. Mariette de La Pagerie, cartographe, Unelli, seu Veneli. Diocese de Coutances, divisé en ses quatre archidiaconés, et vint-deux doiennés ruraux avec les Isles de Iersay, Grenesey, Cers, Herms, Aurigny etc., chez N. Langlois, Paris, 1689 [BnF, collection d'Anville, cote 00261 I-IV].
  14. Jean-Baptiste Nolin, Le duche et gouvernement de Normandie Divisé en Haute et Basse Normandie, en Divers Pays, et par Evechez, Paris, 1694 [BnF, IFN-7710251].
  15. Dénombrement des généralités de 1713 [BnF, ms. fr. 11385, f° 1 à 132].
  16. Guillaume de l'Isle, Carte de Normandie, Paris, 1716.
  17. Bernard Jaillot, Le Gouvernement général de Normandie divisée en ses trois généralitez, Paris, 1719.
  18. Bernard Jaillot, Carte topographique du diocèse de Bayeux, Paris, 1736 [BnF, collection d’Anville, cote 00260 B].
  19. G. Robert de Vaugondy, Carte du gouvernement de Normandie, Paris, 1758.
  20. Carte de Cassini.
  21. Site Cassini.
  22. Bulletin des lois de la République française, Imprimerie Nationale, Paris, 1801-1870.
  23. Dictionnaire universel, géographique, statistique, historique et politique de la France, impr. Baudouin, libr. Laporte, vol. II (COA-H), an XIII (1804), p. 29a.
  24. Louis Du Bois, Itinéraire descriptif, historique et monumental des cinq départements de la Normandie, Mancel, Caen, 1828, p. 426.
  25. Annuaire de la Manche (1829), Statistique de l'arrondissement de Saint-Lô, p. 162.
  26. J. G. Masselin, Dictionnaire universel de géographie physique, commerciale, historique et politique du Monde Ancien, du Moyen Age et des Temps Modernes comparées / Dictionnaire universel de géographie, t. I, Auguste Delalain, Paris, 1830, p. 346b.
  27. Dictionnaire géographique universel ou description de tous les lieux du globe sous le rapport de la géographie physique et politique, de l’histoire, de la statistique, du commerce, de l’industrie, etc., etc., Sociétés de Paris, Londres et Bruxelles pour les publications littéraires, Bruxelles, 1837, t. I, p. 543b.
  28. Panorama pittoresque de la France […], par une société de gens de lettres, de géographes et d’artistes, Firmin Didot, Paris, t. V (section Manche), 1839, p. 6a.
  29. cartes d’État-Major (relevés de 1820 à 1866, mises à jour jusqu’à 1889; Basse-Normandie cartographiée entre 1835 et 1845).
  30. V. Lavasseur, Atlas National Illustré des 86 départements et des possessions de la France, A. Combette éditeur, Paris, 1854.
  31. Abbé Auguste Lecanu, Histoire du diocèse de Coutances et d'Avranches depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours; suivie des actes des saints et d'un tableau historique des paroisses du diocèse, impr. de Salettes, Coutances, t. II, 1878, p. 408.
  32. Carte de la Manche, in Adolphe Joanne, Géographie du département de la Manche, Hachette, Paris, 1889.
  33. Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903.
  34. Carte du département de la Manche, L’Illustration économique et financière, 28 août 1926.
  35. Atlas de Normandie, Caen, 1962.
  36. Annuaire officiel des abonnés au téléphone.
  37. Carte IGN au 1 : 25 000.
  38. « Arrêtés portant création de communes nouvelles. », manche.gouv.fr, décembre 2015 (lire en ligne)
  39. Décision du conseil municipal de Condé-sur-Vire votée à l'unanimité le 30 juin 2016. Ouest-France, 5 juillet 2016.
  40. Au début du 21e siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  41. Population avant le recensement de 1962.
  42. INSEE : Population depuis le recensement de 1962.
  43. Populations légales 2013 du département de la Manche.
  44. Populations légales 2012 du département de la Manche.
  45. Monument commémoratif Condé-sur-Vire

Lien interne

Lien externe