Baudre

De Wikimanche

Baudre est une commune du département de la Manche.

Blason Baudre.svg Blason de la commune de Baudre Coordonnées géographiques de la mairie Logo-Mairie.png
49° 5' 21.92" N, 1° 4' 23.04" W (OSM)
Arrondissement Saint-Lô
Chargement de la carte...
Canton Saint-Lô-2
Ancien canton Saint-Lô-Est
Intercommunalité CA Saint-Lo Agglo
Gentilé Baudrion(ne)s
Population 542 hab. (2016)
Superficie 3,81 km²
Densité 142 hab./km2
Altitude 14 m (mini) - 93 m (maxi)
Code postal 50000
N° INSEE 50034
Maire Daniel Joret
Communes limitrophes de Baudre
Saint-Lô Saint-Lô Saint-Lô
Gourfaleur Baudre Condé-sur-Vire
La Mancellière-sur-Vire Sainte-Suzanne-sur-Vire Sainte-Suzanne-sur-Vire

Pont de Gourfaleur, sur la Vire, séparant Baudre de Gourfaleur et Saint-Lô.
Pont de Gourfaleur, sur la Vire, séparant Baudre de Gourfaleur et Saint-Lô.


Toponymie

Attestations anciennes

  • Baldra 1056 [1].
  • super Baldram s.d. (12e s. ?) [2].
  • ecclesia de Sancto Audoeno desuper Viram 1156/1173 [3].
  • ecclesia Sancti Audoeni 1180/1189 [4].
  • Nicole de Baudre 1331 [5].
  • ecclesi[a] Sancti Audoeni de Baudra 1332 [6].
  • Sanctus Audoenus 1351/1352 [7].
  • S. Ouen 1635 [8].
  • St. Ouen de Baudre 1612/1636 [9].
  • St Oüen de Baudre 1677 [10].
  • S. Oüen de baudre 1689 [11].
  • St Ouen de debaudre [sic] 1694 [12].
  • S Ouen de baudre ~1700 [13].
  • St Oüen de Baude 1713 [14].
  • S Ouen 1716 [15].
  • S. Oüen de Baudre 1719 [16].
  • S. Oüen de Baude 1735 [17].
  • St Ouen de Baudre 1736 [18].
  • S Ouen de Baudre 1758 [19].
  • St Ouen de Baudre 1753/1785 [20].
  • Baudre 1793 [21].
  • Saint-Ouen-de-Baudre 1801 [22].
  • Beaudres ou St.-Ouen-de-Beaudres 1804 [23].
  • St.-Ouen-de-Baudre 1828 [24].
  • Baudre 1829 [25].
  • Beaudre 1830 [26], 1837 [27].
  • Baudre 1835/1845 [28].
  • Baudre-St Ouen 1854 [29].
  • Baudre 1878 [30], 1880 [31], 1903 [32], 1954 [33], 1962 [34], 1972 [35], 1978, 1993 [36], 2007 [37].

Étymologie

Toponyme d'origine incertaine et discutée, et qui de ce point de vue possède de nombreuses analogies avec Baupte.

Le premier spécialiste a avoir formulé une hypothèse au sujet de ce nom est Albert Dauzat [38], qui le rattache à « une racine pré-latine baudr-, boue », et en fait un synonyme de Baudres dans l'Indre. Il explique par cette même racine les dérivés Baudreix (Pyrénées-Atlantiques) et Baudrières (Saône-et-Loire). Cette interprétation est reprise du bout des lèvres par François de Beaurepaire [2], et à son tour par René Lepelley [39], qui se contente de modifier baudr- en baldr, sans doute sur la foi des graphies des premières attestations.

Force est de constater que cette « racine baudr- », qui serait plutôt un radical, n'est corroborée que par les quatre toponymes cités par Dauzat pour poser l'existence un tel élément. Cette hypothèse postule implicitement un dérivé du gaulois °baua « boue » [40], dont l'élargissement supposé en -dr- se révèle d'origine incertaine (ce qui explique sans doute pourquoi Dauzat a préféré le terme plus large de « pré-latin » à l'appellation « celtique » ou « gauloise » pure et simple). Cette hypothèse se heurte en outre au problème des premières graphies en baldr- (et non baudr-), où il faudrait alors voir une graphie analogique de mots comporant un [l] vocalisé devant consonne, mais toujours noté l (ainsi, l'ancien français chalde prononcé chaude, avec une diphtongue [au]). C'est probablement la raison pour laquelle Lepelley a modifié la « racine baudr- » en « racine baldr », supprimant du même coup (mais sans le dire) l'appui étymologique du gaulois °baua. L'explication par baudr-, meilleure que celle par baldr (qui ne repose plus sur rien), se révèle donc néanmoins assez fragile.

C'est à Ernest Nègre que revient le mérite d'avoir formulé une autre hypothèse, plausible phonétiquement, et rendant mieux compte de la graphie Baldra [41]. Il s'agirait d'une formation adjectivale gallo-romane en -A dérivée du nom de personne d'origine germanique Baldhari, attesté en Gaule sous les formes évoluées et latinisées Baldierus, Baltherus, etc. [42], d'où le type toponymique gallo-roman °BÁLDERA [43] « (la terre / villa …) de Baldhari » [44]. Sans être assurée, cette hypothèse rend un peu mieux compte des faits, et a l'avantage de relier le nom de Baudre à celui de Baudreville, attesté plusieurs fois en France dont deux dans la Manche (commune de Baudreville et hameau homonyme à Soulles), ainsi qu'à Baudretot, hameau de Virandeville.

On notera par ailleurs que Baudre s'est longtemps appelée Saint-Ouen, Saint-Ouen-sur-Vire ou Saint-Ouen-de-Baudre, d'après la dédicace de l'église paroissiale. La forme courte Baudre, que l'on rencontre primitivement du 11e au 14e siècle, ne fait sa réapparition que sous la révolution, et s'impose définitivement à la fin du 19e siècle.

Géographie

Histoire

Fumichon, hameau de La Mancellière est rattaché à la paroisse Saint-Ouen de Baudre en 1793 [45].

La commune a abrité les services de la préfecture de la Manche du 19 au 30 juin 1944.

Elle a été libérée par l'armée américaine le 22 juillet 1944.

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793.
À partir du 21e siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[46]. En 2016, la commune comptait 542 habitants.

           Évolution de la population depuis 1793  [modifier] (Sources : Cassini [47] et INSEE [48])
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
377 368 415 364 374 397 363 360 370 326
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
308 270 282 291 282 282 260 234 223 228
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
232 213 224 234 254 256 212 212 247 295
1982 1990 1999 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012
371 365 356 460 475 501 538 536 535 533
2013 2014 2015 2016 - - - - - -
535 547 544 542
Notes : De 1962 à 1999 : Population sans doubles comptes. Depuis 2006 : Population municipale.
Sources :
Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[49] puis INSEE à partir de 2004.


Administration

Circonscriptions administratives avant la Révolution

Circonscriptions administratives depuis la Révolution

Les maires

Liste des maires
Période Identité Parti Qualité Observations
1789-1791 Jean Tréfeu
1791-1811 Jean Lemonnier
1811-1815 Étienne Exupère Hüe
1815-1822 Jacques Léonor Kadot
1822-1862 Jean-Michel Tréfeu décédé en exercice le 26 juillet 1862
1862-1892 Isidore Nouet
1892-1905 Victor Demortreux
1905-1911 Alfred Nouet
1911-1919 Émile Nouet
1920-1927 Désiré Genest
1927-1935 Désiré Leguédois
1935-1946 Gustave Blouet
1946-1958 Roger Nouet
1958-1987 Gustave Blouet (fils)
1987-1989 André Tabard
1989-2001 Marc Véron
2001-actuel Daniel Joret SE Retraité du tourisme
Toutes les données ne sont pas encore connues.


Mairie

Horaires d'ouverture
Jours Matin Après-midi Coordonnées de la mairie (Pour envoyer un mail et signaler une erreur cliquez ici)
Lundi - -
La mairie.

La mairie.

Adresse : 15 Le Bourg
50000 Baudre

Tél. 02 33 57 81 00
Fax : 02 33 57 49 74
Courriel : Contacter la mairie
Site internet : Pas de site officiel
Commentaire :
Source : Annuaire Service-Public (26 mai 2012)

Mardi - 13 h 30 - 16 h 30
Mercredi - -
Jeudi - -
Vendredi - -
Samedi 9 h - 11 h -


Religion

Circonscriptions ecclésiastiques avant la Révolution

Patronage

  • Dédicace de l'église paroissiale : Saint-Ouen.
  • Patron (présentation) : l'abbé de Saint-Lô.
  • Fête patronale : ?

Circonscriptions ecclésiastiques actuelles

Lieux et monuments

L'église Saint-Ouen.

Personnalités liées à la commune

  • Jeanne de Baudre

Économie

Culture

Notes et références

  1. Jean Adigard des Gautries & Fernand Lechanteur, “Les noms de communes de Normandie”, in Annales de Normandie XII (octobre 1962), § 206.
  2. 2,0 et 2,1 François de Beaurepaire, Les noms de communes et anciennes paroisses de la Manche, Picard, Paris, 1986, p. 76.
  3. Léopold Delisle, Recueil des actes de Henri II, revu et publié par Élie Berger, Imprimerie Nationale, Paris, t. I, 1916, p. 512, § CCCLXXVII.
  4. Léopold Delisle, op. cit., t. II, 1920, p. 367, § DCCXXXV.
  5. Léopold Delisle, Les actes normands de la Chambre des Comptes sous Philippe de Valois (1328-1350), Rouen, Le Brument, 1871, p. 20, § 8.
  6. Pouillé du Diocèse de Coutances, 1332, in Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903, p. 354A.
  7. Compte du Diocèse de Coutances, pour l’année 1351 ou 1352, in Auguste Longnon, op. cit., p. 369C.
  8. Normandia Ducatus (carte du duché de Normandie), Atlas Van der Hagen, 1635.
  9. Jean Bigot sieur de Sommesnil, État des paroisses des élections de Normandie, 1612/1636 [BN, ms. fr. 4620]
  10. Roles par généralités et élections des paroisses de France et de leur imposition aux tailles, 1677 [BN, cinq cents Colbert, ms. 261 f° 229 à 275].
  11. G. Mariette de La Pagerie, cartographe, Unelli, seu Veneli. Diocese de Coutances, divisé en ses quatre archidiaconés, et vint-deux doiennés ruraux avec les Isles de Iersay, Grenesey, Cers, Herms, Aurigny etc., chez N. Langlois, Paris, 1689 [BNF, collection d'Anville, cote 00261 I-IV].
  12. Jean-Baptiste Nolin, Le duche et gouvernement de Normandie Divisé en Haute et Basse Normandie, en Divers Pays, et par Evechez, Paris, 1694 [BNF, IFN-7710251].
  13. Gerard Valk, Normannia Ducatus, tum Superior ad Ortum, tum Inferior ad Occasum, Praefectura Generalis […] Anglici Caesarea sive Jarsey…, Amsterdam, ~1700.
  14. Dénombrement des généralités de 1713 [BNF, ms. fr. 11385, f° 1 à 132].
  15. Guillaume de l'Isle, Carte de Normandie, Paris, 1716.
  16. Bernard Jaillot, Le Gouvernement général de Normandie divisée en ses trois généralitez, Paris, 1719.
  17. Nouveau dénombrement du royaume par generalités, elections, paroisses et feux […], t. II, Impr. Pierre Prault, Paris, 1735, p. 51a.
  18. Bernard Jaillot, Carte topographique du diocèse de Bayeux, Paris, 1736 [BNF, collection d’Anville, cote 00260 B].
  19. Robert de Vaugondy, Carte du gouvernement de Normandie, Paris, 1758.
  20. Carte de Cassini.
  21. Site Cassini.
  22. Bulletin des lois de la République française, Imprimerie Nationale, Paris.
  23. Dictionnaire universel, géographique, statistique, historique et politique de la France, impr. Baudouin, libr. Laporte, vol. I (A-CNO), an XIII (1804), p. 233c.
  24. Louis Du Bois, Itinéraire descriptif, historique et monumental des cinq départements de la Normandie, Mancel, Caen, 1828, p. 387.
  25. Annuaire de la Manche (1829), Statistique de l'arrondissement de Saint-Lô, p. 160.
  26. J. G. Masselin, Dictionnaire universel de géographie physique, commerciale, historique et politique du Monde Ancien, du Moyen Age et des Temps Modernes comparées / Dictionnaire universel de géographie, t. I, Auguste Delalain, Paris, 1830, p. 125b.
  27. Dictionnaire géographique universel ou description de tous les lieux du globe sous le rapport de la géographie physique et politique, de l’histoire, de la statistique, du commerce, de l’industrie, etc., etc., Sociétés de Paris, Londres et Bruxelles pour les publications littéraires, Bruxelles, 1837, t. I, p. 291a.
  28. cartes d’État-Major (relevés de 1820 à 1866, mises à jour jusqu’à 1889; Basse-Normandie cartographiée entre 1835 et 1845).
  29. V. Lavasseur, Atlas National Illustré des 86 départements et des possessions de la France, A. Combette éditeur, Paris, 1854.
  30. Abbé Auguste Lecanu, Histoire du diocèse de Coutances et d'Avranches depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours; suivie des actes des saints et d'un tableau historique des paroisses du diocèse, impr. de Salettes, Coutances, t. II, 1878, p. 385.
  31. Adolphe Joanne, Géographie du département de la Manche, Hachette, Paris, 1880, p. 52a.
  32. Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903.
  33. Nomenclature des hameaux, écarts et lieux-dits de la Manche, INSEE, 1954.
  34. Atlas de Normandie, Caen, 1962.
  35. Anne Vallez, Pierre Gouhier, Jean-Marie Vallez, Atlas Historique de Normandie II (économie, institutions, comportements), Université de Caen, Caen, 1972.
  36. Annuaire officiel des abonnés au téléphone.
  37. Carte IGN au 1 : 25 000.
  38. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Larousse, Paris, 1963 (rééd. Guénégaud, avec supplément de Marie-Thérèse Morlet, s.d.), p. 59a.
  39. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Caen, Presses Universitaires de Caen / Condé-sur-Noireau, Éditions Charles Corlet, 1993, p. 60a.
  40. Ce mot est l'étymon gaulois reconstitué du français boue; il procède du celtique commun °bowā (cf. gallois baw « boue, saleté »), reposant lui-même sur la racine indo-européenne °gwou- « saleté, excrément ».
  41. Ernest Nègre, Toponymie Générale de la France, Droz, Genève, t. II, 1991, p. 870, § 15282.
  42. Cf. Marie-Thérèse Morlet, les Noms de personnes sur le territoire de l’ancienne Gaule du VIe au XIIe siècle, Paris, CNRS, t. I (les noms issus du germanique continental et les créations gallo-germaniques),1968, p. 50a.
  43. Nécessairement accentuée sur la première syllabe dans cette hypothèse, pour expliquer l'évolution en °BÁLDRA après la chute régulière de la posttonique.
  44. Quelle que soit la valeur de cette hypothèse, le nom de personne germanique de type francique Baldhari résulte de la combinaison des éléments bald- « hardi » et -hari « armée ».
  45. Bernard Leconte, Extrait « Fumichon, d’hier à aujourd’hui », Archives départementales de la Manche, cote 7 J 468, avril 2010 (lire en ligne).
  46. Au début du 21e siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1e janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  47. Population avant le recensement de 1962.
  48. INSEE : Population depuis le recensement de 1962.
  49. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.